Florent Rousseau : La radio pour préparer l'oral d'histoire 

Comment préparer les élèves à l'épreuve orale du bac ? En les mettant devant un micro. C'est ce que vivent les élèves de STI2D de Florent Rousseau. En préparant leur émission sur un sujet historique et en assumant sa diffusion, ils acquièrent une pratique de l'oral dans un contexte d'exposé tout en renforçant leurs compétences en histoire...

 

Une bonne surprise

 

Si la radio peut être mise au service de la géographie, comme nous l'avons montré récemment, elle peut aussi mobiliser les élèves pour l'enseignement de l'histoire. C'est ce que montre le projet de Florent Rousseau, professeur au lycée G. Dumézil de Vernon (Eure). Il prépare les élèves de 1ère STI2D à leur épreuve orale anticipée d'histoire en leur faisant réaliser une émission de radio.  

 

"Quand je suis arrivé à Vernon, j'ai trouvé dans le lycée Dumézil un studio de radio. Il n'attendait que moi !" C'est une bonne surprise pour Florent Rousseau qui , dans son premier poste à Champigny sur Marne (94), a développé un club radio. A Vernon il ouvre immédiatement un atelier radio auquel participent plusieurs collègues.

 

Jouer avec le langage

 

Mais le projet mené en STI2D concerne les heures de cours classiques et non l'atelier. En STI2D, une filière technologique plutôt scolaire et masculine, les élèves passent une épreuve anticipée d'histoire-géo en première sous forme d'un oral. Or la filière demande plutôt des jeunes concentrés, intéressés par le numérique et les sciences. L'oral s'ajoute au défi d'une épreuve dont le coefficient n'est pas très fort.

 

Florent Rousseau choisit de leur faire préparer une émission de radio à propos du personnage de de Gaulle. Dans un premier temps les élèves analysent des podcasts d'émissions historiques pour en découvrir les codes : par exemple la présence d'invités, les archives sonores, les jingles etc. Dans une seconde étape, ils travaillent en petit groupe sur un document historique. Deux élèves jouent le rôle d'invités , un fait le présentateur et le dernier s'occupe des archives sonores. Les quatre doivent rédiger leur conducteur. La troisième étape est la réalisation de l'émission en studio.

 

"Ils ont vraiment eu du plaisir à le faire", raconte F Rousseau. "Ils ont su adopter le ton de la radio, un langage approprié avec lequel ils ont joué. Des élèves que je n'entends pas en cours se sont libérés".

 

Pour le professeur, ce projet reste un souvenir positif. "Travailler comme cela oblige à changer de posture. Je les guide plus que je transmets des connaissances. C'est une autre façon de pratiquer mon métier. J'y trouve du plaisir.

 

François Jarraud

 

Sur ce projet

R Sadaoui : Enseigner la géo avec le son

 

 

Par fjarraud , le vendredi 18 janvier 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces