Bien-être : Des « Instants Passions » pour mieux vivre l'Espe  

Odile Bonnet et Richard Guérault, formateurs à l’ESPE de l’académie de Versailles, proposent aux étudiants et professeurs stagiaires des moments de bien-être, les « Instants Passions ». Dans une formation éprouvante scandée par un concours, des évaluations récurrentes, la prise en charge d’élèves souvent pour la première fois, les Instants Passion sont des temps « respiration » utilisant l’art et l‘émotion  mais aussi pensés comme des espaces de partage. Dans un système scolaire et universitaire, où l’expression des affects est souvent minorée, sinon refoulée, ils ont vocation à irriguer autant la formation que l’enseignement.

 

Que sont les Instants Passion ?

 

Les « Instants Passions », agréés et soutenus par le service artistique et culturel de notre ESPE, constituent des plates-formes d'expression pour les étudiants et les Professeurs d’Ecole stagiaires. Ce sont des moments au cours desquels nous accueillons toutes leurs idées, leurs propositions de partage d'ordre artistique et/ou culturel dans les domaines de leur choix : danse, musique, littérature, théâtre, littérature en français ou en anglais…

 

Concrètement les Instants Passions prennent place sur les pauses méridiennes après avoir été préparés en amont. Ils portent sur des thèmes différents : des moments de poésie et littérature en musique ; des évènements autour de l'histoire de Noël (contes en français, en anglais, chants et musiques à danser). Pour la période à venir se prépare déjà un Instant Passions autour de l’humour en littérature de jeunesse et en musique. Un autre suivra autour de la chanson française au service de la poésie.

 

En quoi le bien-être par la forme artistique des futurs professeurs d'école participe-t-il de leur formation?

 

Cette question peut être traitée dans plusieurs dimensions. Dans une vision élargie, nous souhaitons que ces Instants Passions ménagent des espaces de respiration dans la formation et offrent des opportunités de rencontres associant différentes catégories de personnels qui ne sont pas appelés à être autrement en contact. Ces moments de partage participent à l'évidence au dynamisme et à la vie du site universitaire et par conséquent au bien-être de tous. Cette opération est appréciée des responsables du site Bernard Hirsch dont l'accompagnement nous incite à poursuivre l'action.

 

Pour ce qui est de la formation des professeurs des écoles, nous misons sur cette dimension d'expression personnelle à travers les représentations proposées pour qu'elle consolide l’assurance des professeurs en formation, qu’ils y trouvent une source d’épanouissement personnel et que ces compétences partagées se diffusent ensuite comme un vecteur de bonheur dans les classes.

 

Au-delà de cette formation spécifique, est ainsi développé le bonheur de se sentir en mesure de rassembler l’attention d’un public et d’entrer en communication avec le plus grand nombre à travers des émotions toujours positives. En effet, ces performances sont soutenues par les spectateurs du site qui expriment leur joie, leur admiration voire leur enthousiasme et qui, au vu de cet accueil, envisagent pour certains de se lancer à leur tour.

 

Comment peuvent-ils ensuite en faire partager quelque chose à leurs élèves ?

 

Le développement de telles compétences est, nous n’en doutons pas, à même d’enrichir la pratique professionnelle des futurs professeurs, qu’ils soient acteurs ou spectateurs des Instants Passions. Ces moments demandent une préparation en commun et un travail d’équipe qui s’avèrent précieux dans les écoles pour un bénéfice alors partagé avec les élèves.

 

De plus, on sait à quel point une meilleure gestion des émotions des élèves permet au professeur d’instaurer un climat propice aux apprentissages. En cela, la transposition en classe de ces temps d’expression et de valorisation ne peut que favoriser une dynamique de classe positive. De fait, les élèves pourront, à leur tour, prendre plaisir à partager ces émotions à la fois individuelles et collectives autour de l’art et de la culture.

 

La valeur ajoutée de bonheur en classe apparaît donc très appréciable autant pour l’enseignant que pour les élèves.

 

Béatrice Mabilon-Bonfils

Directrice du laboratoire BONHEURS

(Bien-être, Organisations, Numérique,

Habitabilité, Education, Universalité, Relation, Savoirs)

Université de Cergy-Pontoise

 

Retrouvez tous les jeudis cette rubrique

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 14 février 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces