Second degré : Le Snes Fsu contre les intimidations 

"Le 29 août 2017, vous disiez lors de votre conférence de presse : « Tous les professeurs de France et tous les personnels de l’Éducation nationale peuvent compter sur moi et sur l’institution pour leur manifester ces signes de confiance qui se traduisent, dès cette rentrée, par une plus grande liberté d’action accompagnée d’une responsabilisation plus importante. Cette confiance envers les professeurs et les personnels se traduira également par un soutien constant de l’institution dans l’exercice de leurs missions et dans leurs initiatives. Je suis persuadé que les réponses d’avenir naîtront du terrain, inspirées par ceux qui cherchent quotidiennement des solutions pour faire progresser les élèves, notamment les plus fragiles. » Comment interpréter alors les nombreuses situations d’intimidation actuellement vécues sur le terrain par les personnels alors qu’ils expriment leurs difficultés face à une série de réformes imposées des hautes sphères, mises en œuvre dans la précipitation, dans un contexte qui plus est de suppressions de moyens ?"

 

Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu, lance cette lettre ouverte alors que se multiplient les menaces et les lettres d'intimidation envoyées par des proviseurs ou des Dasen aux enseignants qui ont mis des 20/20, qui bloquent les bacs blancs ou qui retiennent des notes pour manifester leur opposition à la réforme des lycées. Environ 70 lycées ont choisi de noter 20/20 au moins un devoir.

 

"La menace de sanctions ne peut être la réponse aux questions posées légitimement sur des réformes qui déstabilisent le métier, induisent une perte de sens, fragilisent la qualité du service public d’éducation pour tous les élèves", écrit le Snes Fsu. "C’est parce qu’ils sont attachés à leurs métiers et leurs élèves que les personnels engagent aujourd’hui ces actions destinées à pointer les problèmes posés par les réformes du lycée et du baccalauréat. C’est ce que signifie ce mouvement large de contestation et il serait vain de chercher à l’entraver par des tentatives d’intimidation répétées comme en témoignent les écrits ou actes des hiérarchies du Ministère".

 

Lettre ouverte du Snes

Le ministère menace les enseignants

Descente de l'Inspection générale à Nîmes

Un exemple dans l'académie d'Aix Marseille

Un exemple au lycée Bourdelle de Montauban

 

 

Par fjarraud , le lundi 18 mars 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces