Menaces : Les syndicats du premier degré écrivent à JM Blanquer 

"Plutôt que de convaincre les professionnels, plutôt que d’engager le dialogue avec leurs représentants, vous préférez utiliser la menace et les sanctions. Comment considérer que des professeurs, qui appliquent les programmes, mettent en place des enseignements conformément aux derniers textes en vigueur, réalisent des évaluations régulières pour mesurer les progrès et les réussites des élèves et adapter leurs enseignements, sont en faute ?" Fait rarissime, les six principaux syndicats du premier degré (Snuipp Fsu, Se Unsa, Sgen Cfdt, Snudi FO, Cgt Education et Sud éducation) écrivent une lettre commune au ministre de l'éducation nationale.

 

Ce front commun réagit à la lettre du DRH du ministère demandant aux recteurs et Dasen de sanctionner les enseignants qui n'ont pas fait passer les évaluations nationales ou qui n'ont pas saisi les résultats. " Ce qu’expriment les équipes pédagogiques dans leurs choix d’utiliser, dans le cadre de leur liberté pédagogique, leurs outils plutôt que ceux du ministère, est une formidable occasion de travailler à un dialogue au plus près du terrain pour faire remonter les besoins et valoriser le travail des enseignants. Pour que l’école réussisse, il faut s’appuyer sur l’engagement sans faille de ceux qui la font vivre au quotidien", écrivent les syndicats.

 

"Nous vous demandons de ne pas provoquer une rupture définitive entre la rue de Grenelle et les professeurs. Vos menaces s’opposent à notre vision d’un enseignant professionnel acteur de son action pédagogique ; elle est contraire à l’intérêt des élèves. Nous vous demandons, de retirer la menace de « faute professionnelle » et de retrouver rapidement le chemin du dialogue".

 

La lettre

Le ministère menace les enseignants

 

 

Par fjarraud , le lundi 18 mars 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces