JP Delahaye : A quoi sert l'EPSF ? 

"L’amendement inséré dans le projet de loi pour une « école de la confiance » pose une question importante pour l’avenir de la démocratisation de la réussite scolaire", explique Jean Paul Delahaye sur son blog. "S’agit-il de concevoir un cursus scolaire mieux articulé en faisant mieux travailler ensemble les écoles et les collèges dans une école du socle pour tous préparant, pour tous, des formations ultérieures d’égale dignité ?  Ou est-ce la préfiguration non explicite de la mise en chantier de deux formes de scolarité obligatoire : ici, une scolarité obligatoire avec un socle appauvri simplement qualifié de « savoirs fondamentaux » préparant de préférence aux formations technologiques et professionnelles pour les enfants des milieux populaires dans les seuls « établissements publics des savoirs fondamentaux » et, ailleurs, une organisation scolaire inchangée avec un socle commun ambitieux préparant au seul lycée général ?"

 

Alors que l'EPSF mobilise largement dans les écoles où il est perçu comme une menace directe sur leur avenir particulièrement en zone rurale, JP Delahaye pose une question complexe : l'EPSF est il "l'école du socle", celle qui faciliterait la transition entre école et collège, ou est ce un simple outil pour simplifier la gestion et réduire les coûts, dans la droite ligne du rapport

 

"Lors de la discussion de la loi à l’Assemblée nationale, nous n’avons pas entendu beaucoup d’arguments pédagogiques pour justifier la création d’un nouvel établissement regroupant écoles et collèges", répond JP Delahaye. "Nous avons surtout entendu des arguments de gestion. .. Et faut-il vraiment, pour une meilleure articulation école-collège, aller jusqu’à créer un nouvel « établissement public des savoirs fondamentaux » et rayer d’un trait de plume, via un amendement, notre école primaire ? Cela ne nous semble pas a priori indispensable".

 

JP Delahaye rappelle une proposition de la Fondapol, si proche du ministre actuel, en 2012. " Le think tank libéral Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) avait avancé une proposition pour l’élection présidentielle : créer des ‘’écoles fondamentales’’ pour les élèves en difficulté et doubler le salaire de leurs professeurs ». Partant du postulat que les enseignants « s’épuisent à faire assimiler le programme scolaire à leurs élèves et avec un résultat vain, pour un trop grand nombre d’entre eux », il faudrait en conséquence « prendre acte des transformations de la société française. De nouvelles formes d’hétérogénéité sociale rendent désormais impossible la distribution d’un même savoir à tous, au même moment de la vie et selon les mêmes méthodes ». Le think tank a trouvé la solution au problème qu’il n’hésite pas à qualifier, et cela résonne curieusement en 2019, de politique éducative « fondée sur la liberté et la confiance ».

 

L'article de JP Delahaye

L'EPSF décrypté par le café pédagogique

La lecture de S PLane

Le rapport Reiss 2010

 

Par fjarraud , le mardi 19 mars 2019.

Commentaires

  • Addu12, le 26/05/2019 à 07:55
    Must be a nice post and great information here click this link converting pdf into word is a best online convert software and sharing with your friends.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces