Réussite de l'opération "écoles mortes" en Picardie 

"Il y a tout ce qu'il faut ici: boulangerie, école, épicerie, pharmacie. Si les classes sont transférées dans une commune voisine c'est la mort de Seboncourt". Dans Le Courrier picard, une mère d'élève explique sa participation à l'opération "écoles - collèges - lycées morts" le 25 mars. A l'appel de la Fcpe et d'un collectif local , regroupant plusieurs syndicats, les parents sot invités à ne pas envoyer leurs enfants à l'école. Selon Le Courrier picard l'appel a été entendu. A Amiens les collèges Rosa Parks et César Franck n'ont accueilli que 3 et 4 élèves. A Arthur Rimbaud seulement un tiers des élèves s'est présenté.  A Villers Bocage seulement 22 présents sur 609 élèves.

 

Les revendications portent sur les fermetures de classes surtout en zone rurale et la réduction de la dotation horaire en collège qui toutes deux font augmenter le nombre d'élèves par classe et en lycée la réforme du bac.

                                                                 

Mardi 26 l'opération passe dans le Calaisis. Le Collectif du Calaisis veut ainsi protester contre la loi Blanquer mais aussi les fermetures de classes : 22 classes fermées en Calaisis contre une seule ouverture.

 

Dans Le Courrier PIcard

Sur France Bleue

En Calaisis

 

 

Par fjarraud , le mardi 26 mars 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces