L'Expresso du 03 avril 2019 

Le fait du jour

A la veille d'une grève qui s'annonce encore plus suivie que celles du 19 mars dans le premier degré, JM Blanquer envoie une nouvelle lettre, le 2 avril, cette fois aux seuls directeurs. Il promet que "l'accord de la municipalité et du conseil d'école sera une condition nécessaire à la réalisation" d'un établissement public des savoirs fondamentaux (EPSF). Cette fois la formule est précise. Mais JM Blanquer ne dit pas comment cet accord nécessaire des conseils d'école entrera dans la loi. Pour le moment il ne figure pas dans le texte soumis au Sénat. JM Blanquer ne parle pas d'amendement. Seule une forte pression continue des enseignants pourrait l'amener à modifier réellement la loi.

 

(...)

03/04/2019 à 07:05  |  (3 commentaires)
Le fait du jour

"L’enseignement renforcé du comptage-numérotage, alors que Jean-Michel Blanquer est aujourd’hui ministre, aura vraisemblablement le même effet que le basculement de 1986 et ses prescriptions de la période 2009-2012 : une future baisse importante des performances en calcul". Rémi Brissiaud revient sur l'étude de la Depp sur les 30 années d'évolution du niveau en maths des élèves de CM2. Il pointe les effets négatifs de l'enseignement du comptage - numérotage, décidé en 1986 puis des conceptions  de S Dehaene et de JM Blanquer pour la période 2007-2017. Il explique ces évolutions dans cet article particulièrement documenté.

 

(...)

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
La classe

L’enseignement en multiniveau est loin d’être une exception, rappelle Marie Gabriel, conseillère pédagogique de circonscription, dans son nouveau livre (Enseigner en classe multiniveau, éditions Retz). Cela concerne plus de 40% des classes de l’école primaire. Les enseignants sont parfois effrayés à l’idée de se retrouver responsable de ce type de classe qui est souvent subi. Marie Gabriel aborde sereinement la question en apportant des pistes de réflexion pour enseigner en classe multiniveau, qu’il s’agisse de deux, trois, quatre… niveaux. Les enjeux du travail dans ces classes sont multiples. L’auteure dresse la liste, non exhaustive, des points d’appui, des écueils à éviter et des outils à adapter. Loin d’être « un livre de recettes » de ce qui fonctionne, il se veut plutôt comme un éclairage sur la subtilité de cet enseignement.

 

(...)

03/04/2019 à 07:05  |  (8 commentaires)
L'élève

L’école publique est-elle aujourd’hui fidèle à la promesse républicaine d’un accès égal à l’instruction pour tous dans les meilleures conditions ? Comment des parents inquiets pour l’avenir de leurs enfants vivent-ils la scolarisation de leur progéniture dans un contexte de dépérissement de la mixité sociale au sein de l’Education nationale notamment ? Fils d’enseignants, Michel Leclerc –auteur-scénariste et réalisateur (« J’invente rien » 2006, « Le Nom des gens » 2010, « La Vie très privée de Monsieur Sim, 2015)-, refuse langue de bois et universalisme abstrait. Il pratique  la mise à l’épreuve des convictions aux prises avec la réalité à travers « La Lutte des classes ». Avec sa compagne, coscénariste et actrice Baya Kasmi, le cinéaste s’inspire de sa propre expérience et nous livre une fantaisie ‘documentée’, entre comédie réaliste et fable utopiste, mettant en scène les atermoiements, entre public et privé, d’un couple déboussolé par la complexité d’une situation concrète : quelle école pour assurer l’avenir (et l’épanouissement) de leur fils ? Quels choix éducatifs en accord avec les valeurs humanistes ? En mettant au jour les errements touchants de ses deux protagonistes (Sofia et Paul, amoureux et singuliers, parents aimants d’un gamin futé et frondeur), « La Lutte des classes » bouscule l’idéal républicain et son incarnation dans la société française. Le propos de Michel Leclerc, dans sa drôlerie et sa justesse, dépasse largement ici le questionnement de l’institution scolaire. 

 

(..)

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

Alors que la loi Blanquer est encore en discussion au Parlement, le Snep Fsu propose un outil très pratique pour interpeller son député. Il suffit d'entrer sa commune de résidence et automatiquement se crée un message demandant au député de la circonscription de voter contre la loi Blanquer. En 2017, les enseignants ont été une des catégories de la population à voter de façon importante pour E Macron. Vu de l'Assemblée, c'est aussi l'avenir de ce vote et des députés LREM qui se joue avec la loi Blanquer...

 

Interpeller son député

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

Le Snes Fsu met en ligne la définition des épreuve de controle continu des enseignements de spécialité de la classe de première dans le cadre de la réforme du bac. Les épreuves durent généralement 2 heures et évaluent en général la mémorisation des connaissances et la capacité de raisonnement. Il y a des extrêmes. Ainsi en histoire géographie géopolitique (HGGSP) c'est une composition que doivent rendre les candidats. E Numérique et sciences informatiques l'épreuve dure 2 heures mais se réduit à un QCM de 42 questions (peut-être saisi sur informatique ?). Le barème vaut le détour : pour chaque réponse juste le candidat gagne 3 points, pour chaque fausse il en perd un et l'absence de résultat est nul. L'épreuve de maths reste dans un grand flou. Alors que celle de SES est d'une grande précision. Le raisonnement sur dossier documentaire n'apporte plus que la moitié des points.

 

La définition des épreuves

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

Dans Le Parisien comme dans Le courrier Picard, le Snes Fsu, premier syndicat du second degré, laisse entendre que le bac pourrait être perturbé si le ministère ne revient pas sur la réforme du lycée et du bac. Une position qui rejoindrait celle du Snalc. " Chauffée à blanc sur le bac, une partie des enseignants des lycées « est en demande d’action », nous l’a confirmé ce lundi Guillaume Ancelet, le secrétaire du SNES-FSU de la Somme", écrit par exemple Le Courrier Picard alors que Frédérique Rolet , secrétaire générale du Snes, se confie dans les mêmes termes au Parisien. " On pourrait imaginer des évaluations correctement faites, mais avec des remontées de notes à 20/20 pour tous les candidats. Ce qui supposerait la complicité des collègues des jurys", explique G Ancelet.

 

Dans Le Parisien

Dans Le Courrier picard

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

" Alors que candidates et candidats attendent le nombre de postes offerts aux concours de recrutement dans chaque académie afin de faire leurs choix, cette publication n'est prévue qu'"ultérieurement" par le ministère ? Pourquoi ? Cela cacherait-il des baisses significatives dans certains départements ?", demande le Snuipp Fsu. Le syndicat relève que "c'est la première fois que la répartition du nombre de postes offerts aux concours de recrutement d'enseignants n'est pas encore connue" à moins d'une semaine des épreuves. " les candidats vont donc passer les épreuves à l'aveugle sans savoir quelles sont leurs chances potentielles d'être reçus dans l’académie dans laquelle ils passent le concours."

 

Communqiué

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

Douze organisations (la CGT-Agri, FO-Enseignement agricole, la Fgta-FO, la Fnaf-CGT, FO-Mfr, SUD Rural-Territoires, le Sea-UNSA, le Sneip-CGT, le SPELC-Agro, le Snec-CFTC, le Snetap-FSU, et la FCPE) ont décidé de boycotter le Conseil national de l'enseignement agricole (équivalent du CSE) le 2 avril pour protester contre la modification des grilles horaires de tous les enseignements. "Vos propositions de modifications conduisent à l'augmentation des seuils de dédoublement de 16 à 19 et de 24 à 27 et à la possibilité d'y déroger car ils apparaissent dès lors dans les grilles comme indicatifs. Il ne s'agit donc pas d'une simple modification des seuils mais bel et bien d'une réduction des dotations globales horaires (DGH) pour de nombreuses disciplines avec comme objectif, assumé par le Ministre : la suppression de postes d’enseignant·es", écrivent les 12 organisations.

 

Communiqué

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

 Le Snuipp Fsu annonce une "grève historique" à Paris le 4 avril dans le premier degré. " Cette loi est une véritable entreprise de destruction de l’école publique. La création des EPSF et la disparition des directeur-trices d’école n’est pas le seul danger contenu dans cette loi. Le Ministre compte aussi casser la formation initiale des enseignant-es, accroître la précarité en recourant massivement aux contractuel-es. Il entend mettre aux ordres le système éducatif avec la disparition du CNESCO, restreindre la liberté d’expression des professeur-es et faire un énorme cadeau financier aux écoles privées avec l’instauration de l’obligation scolaire dès 3 ans", explique Jérôme Lambert, secrétaire départemental du Snuipp FSU. Il annonce 230 écoles fermées sur 656. "Nous estimons à 70 % le pourcentage de grévistes au sein de notre Académie".

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

 Soutenue par la municipalité de Reims (Arnaud Robinet, Les Républicains), qui a mis à sa disposition les locaux d'une ancienne école publique, l'école Espérances banlieues de Reims rencontre un nouveau problème. L'école n'a réussi à trouver que 7 élèves , ce qui est déjà un vrai problème pour une école privée. Mais, selon France bleu, le tribunal administratif de Châlons pourrait demander la résiliation du bail passé avec la mairie. " Devant le tribunal administratif de Châlons ce mardi, le rapporteur public a estimé que "l'affectation d'une partie de la cour d'école pose problème". Il a également soulevé l'absence de consultation du conseil d'école Barthou avant la conclusion de la convention entre la ville et Espérances banlieues, or cette consultation est "exigée par le code de l'éducation" précise le rapporteur public", écrit France bleu. Le rapporteur demande la résiliation du bail.

 

Sur France Bleu

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Le système

BEPO va t-il remplacer AZERTY ? A la demande du ministère de la culture , l'Afnor propose un nouveau clavier français. "Les modèles « azerty » actuels ne permettent pas d’écrire facilement des caractères accentués en majuscule, d’utiliser des « doubles chevrons », des deux ligatures du français que sont les « æ » (e dans l’a) et « œ » (e dans l’o)", écrit l'Afnor. Le nouveau clavier aurait pour objectif " d’améliorer l’ergonomie du clavier et de faciliter la saisie du français, des langues régionales et de l’ensemble des caractères des langues à alphabet latin présentes sur le continent européen (avec comme priorité les caractères usuels des grandes langues de communication en Europe telles que l’allemand, l’espagnol ou le portugais)". Une louable intention mais qui implique de réapprendre la frappe....

 

La nouvelle norme

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
La classe

"Nouvelle évalué sur sa capacité à innover, l’arrivée du jeu sérieux dans le contexte de travail de l’enseignant est donc accompagnée de plusieurs injonctions professionnelles qui suscitent des registres d’engagement très différents, entre adhésion ou rejet d’une transformation de métier plus que d’un outil particulier. Pour l’enseignant, l’enjeu devient le maintien de la cohérence et la faisabilité de son activité professionnelle, alors même qu’il est pris en sandwich entre les conditions de réalisation de l’apprentissage de l’élève, la standardisation de l’acte pédagogique, et les conditions d’utilisation du jeu vidéo". La revue Mondes sociaux propose un copieux dossier sur les jeux sérieux en éducation.

 

Dans la revue

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
L'élève

Réalisé par l'Onisep, le kit pédagogique "Les métiers animés" est conçu pour aider vos élèves de collège à construire des compétences utiles pour leur parcours Avenir.  Adossé à la série du même nom et articulé autour de 5 séquences pédagogiques, le kit propose aux équipes éducatives des supports visuels ludiques pour accompagner les élèves dans leur découverte des métiers. Découvrez et explorez les métiers de façon rapide et ludique en visionnant des films animés, courts et rythmés qui permettent de se faire une première idée juste des métiers. Et pour aller plus loin, approfondissez vos informations grâce aux vidéos métiers et formations d'Onisep TV. Alors, n’hésitez pas à cliquer ci-dessous pour consulter les vidéos de la série. Découvrir un métier de la série «Les métiers animés» c’est recenser dans un premier temps ce qu’on en sait puis confronter cette image avec ce qu’en dit la séquence d'animation. On pourra ensuite explorer une famille de métiers qui utilisent les mêmes outils ou mobilisent les mêmes qualités personnelles.

 

Le kit pédagogique

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Les débats philo m'ont toujours attirée mais j'ai toujours ressenti une grande appréhension sur les sujets à proposer ou à (faire) choisir. Malgré des débats très engagés vécus chaque année, je n'ose pas m'y engager. Il me faut toujours un élément déclencheur très fort qui m' « oblige » à m'y relancer. Et cette année il s'est présenté sous la forme d'une confidence de maman. Son enfant partageait avec quelques camarades un « secret » de famille car il le vivait mal. Quand la maman s'en est aperçu, elle m'en a fait part et m'a affirmé sa confiance en notre gestion du groupe classe pour faire avancer ce sujet…

 

(...)

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Le CNRS propose avec quelques origamis une nouvelle façon de faire des maths. " Casse-tête de Sasaki : comment plier une feuille bicolore pour obtenir un motif donné. Pouvez-vous encadrer ces mathématiciens ? Un casse-tête à base de pliage dont le but est d'encadrer les portraits de mathématiciens. Pliage de Miura : plier ou déplier une carte routière en un seul geste ! Polyèdres réguliers en origami : le cube par la méthode de Fujimoto, le tétraèdre régulier".

 

Sur le site Sorciers de Salem CNRS

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Les disciplines

"Nous considérons la réalisation de films d’animation comme un levier pour des apprentissages évidemment artistiques et numériques, mais avant tout langagiers". Le site académique parisien partage des animations de Rémy Noury, professeur des écoles en CM à Paris. "Il met ses élèves en situation de produire des films d’animation depuis 2011. Son expérience et les travaux de ses élèves sont à l’origine de ce site et d’un module de formation mis en œuvre pendant deux ans auprès de collègues d’écoles des XIVe et XVe arrondissements parisiens." Le site propose des animations et des pistes pédagogiques.

 

Le site

 

 

 

03/04/2019 à 07:05  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mercredi 03 avril 2019.

Partenaires

Nos annonces