L'Expresso du 15 avril 2019 

Le fait du jour

Suppression de l'article 6 quater (EPSF) mais aussi donner un pouvoir d'évaluation des enseignants au directeur d'école, voilà quelques uns des projets d'amendements qui seront proposés au Sénat lors de l'examen de la loi Blanquer le 13 mai et que le Café pédagogique s'est procuré. Présentés par le sénateur LR Jacques Grosperrin, ces amendements ont toutes les chances de passer dans une chambre haute où la droite l'emporte. Cela pose la question du devenir du texte par la suite.

 

(...)

15/04/2019 à 12:51  |  (3 commentaires)
Le fait du jour

Les enseignants peuvent toujours défiler, le ministre avance. Le Journal officiel du 13 avril publie une des mesures décidées par JM Blanquer les plus critiquées : la création d'une seconde heure supplémentaire obligatoire pour les enseignants du second degré. Cette mesure permet -elle vraiment d'améliorer le pouvoir d'achat des enseignants ? Pourquoi beaucoup d'enseignants lui sont-ils hostiles ?

 

(...)

15/04/2019 à 07:33  |  (1 commentaire)
La classe

Nos élèves de 2019 constitueraient-ils la génération émoticône ? En ce cas, que nous enseigne sur eux cette nouvelle façon de s’exprimer ? Et quelles leçons, voire quelles conséquences, sur les apprentissages du lire-écrire à l'Ecole ? Séverine Tailhandier, professeure de français en collège, chercheuse en didactique de la littérature, enseignante à l’ESPE de Dijon, livre ici ses analyses du phénomène. Elle invite non pas à faire de l’émoticône un objet d’apprentissage, mais à prendre en considération dans la pédagogie ce qu’il révèle fondamentalement : « le besoin d’exprimer ses émotions, le besoin de faire exister sa personnalité mais aussi de créer des liens avec une communauté », et donc aussi « l’exigence des mots, des subtilités de la langue et des émotions ».

 

(..)

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
La classe

Les émoticônes, représentations graphiques de nos émotions, font désormais partie intégrante de nos messages numériques. Faut-il les considérer comme un appauvrissement de la langue ou comme un enrichissement des conversations écrites ? Comme une futile ornementation ou comme une subtile écriture ? Quelques enseignant.es ont tenté de dépasser les idées reçues pour concevoir une exploitation pédagogique des émojis. Du lycée à la maternelle, voici quelques exemples d’usages, transférables, pour développer des compétences en littératie, entrer dans le vocabulaire des sentiments, participer à l’interprétation créative d’œuvres littéraires ou lancer des jeux de décryptage …

 

(...)

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Le système

"Il est commun de lire ou d’entendre que les lycées professionnels sont une filière de relégation choisie par défaut... Mais il est tout aussi commun d’entendre des acteurs du système éducatif défendre la fonction réparatrice des lycées professionnels". Dans une Note publiée par la FCPE, première association de parents d'élèves, Vincent Troger reprend l'idée, déjà exprimée dans " Le baccalauréat professionnel : impasse ou nouvelle chance ?" en 2016, d'un enseignement professionnel voie de réussite.  Explicitant ce point de vue, il en arrive à la réforme imposée par JM Blanquer qu'il crédite "d'aller dans le bon sens" tout en doutant que sa réforme "modifie la place mineure qu'occupe l'enseignement professionnel dans notre système éducative".

 

(..)

15/04/2019 à 07:33  |  (1 commentaire)
Le système

Selon le Se-Unsa, le ministère devrait publier un décret créant une allocation pour les enseignants suivant une formation sur le temps des vacances scolaires. Cette indemnité serait de 60 € pour une demi journée  et 120€ la journée.  Le Se-Unsa dénonce la volonté du ministère d'imposer des formations sur le temps des vacances.

 

Sur le site

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Le système

Le collège Elsa Triolet de Saint-Denis (93) s'est mis en grève le 12 avril pour protester contre les violences dans l'établissement. Un jeune a pénétré dans le collège et braqué une enseignante. Dans la même journée un élève de 6ème est venu au collège armé d'un taser. Pour le Snes Fsu, qui fait le lien avec d'autres incidents dans les établissements de la ville, " Ces situations sont dues à la dégradation des services publics et à la casse de l’éducation prioritaire, par exemple dans notre établissement".

 

(...)
15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Le système

"Je viens de prendre la décision de fermer une école d'inspiration salafiste dans l'académie de Grenoble". Sur France Inter le 11 avril, JM Blanquer évoque ainsi le cas de l'école P Grenier d'Echirolles, dont le tribunal correctionnel de Grenoble a ordonné la fermeture en février dernier pour des manquements graves dans la formation des élèves. Mais, selon Le Dauphiné, le ministre s'est vanté d'une décision qu'il ne peut pas prendre. En effet l'école a fait appel de cette décision et la décision de justice est donc suspendue en attendant la décision du tribunal. "Contrairement à ce qu'il a dit, le ministre de l'éducation nationale n'a donc pas le pouvoir de faire fermer cet établissement", écrit le Dauphiné. Le rectorat a écrit aux parents pour les enjoindre d'inscrire leur enfant dans une autre école. Quelle que soit la validité juridique de ce courrier, la moitié des élèves a moins de 6 ans et n'est pas concernée.

 

Sur le Dauphiné

Sur France INter

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Le système

Le samedi 18 mai sera-t-il la réédition du 30 mars ? " Déjà très mobilisés les 19, 30 mars et 4 avril derniers, et après le 9 mai, les personnels des écoles seront également dans la rue le 18 mai prochain à Paris, à l’occasion d’une manifestation nationale pour redire au ministre de l’Éducation nationale qu’ils ne veulent pas de sa loi sur « l’école de la confiance », écrit le Snuipp. " Non, les enseignantes et les enseignants ne veulent pas de cette modification radicale de la structuration de l’école avec la mise en place des EPSF. La profession refuse aussi que soit remise en cause sa liberté d’expression et refuse le cadeau fait à l’école privée avec l’instauration de l’instruction obligatoire à 3 ans. Pas plus qu’elle n’accepte la possibilité de voir confier des classes à des étudiantes et étudiants sans formation." Le samedi 30 mars, cinq fédérations syndicales appelaient à manifester (Fsu, Unsa, Sgen Cfdt, Cgt, Snalc). On ne sait pas encore si ce sera le cas le 18 mai.

 

Communiqué

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Le système

" Plusieurs participant-e-s au stage de formation syndicale « Comment entrer en pédagogie antiraciste ? » organisé par SUD éducation 93 viennent de recevoir un courrier du directeur académique par intérim refusant leur congé pour formation syndicale", écrit Sud Education 93. Le syndicat estime que ces décisions sont en opposition avec le décret du 15 juin 1984 qui stipule que "à défaut de réponse expresse au plus tard le quinzième jour qui précède le début du stage ou de la session, le congé est réputé accordé ». (article 3)" et que "le bénéfice du congé ne peut être refusé que si les nécessités du fonctionnement du service s'y opposent. » (article 4)". Selon Sud Education, le courrier du Dasen "n’invoque pas les nécessités de service mais au contraire se livre à une analyse, par ailleurs contestable, du contenu du stage". Pour le syndicat, le Dasen " prétend imposer le contenu des formations  syndicales au mépris du droit". Sud Education rappelle que deux militants font l'objet de sanction déguisée au collège République de Bobigny. En mars 2019, le ministre avait condamné la tenue de ce stage antiraciste

 

Condamnation par JM Blanquer

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Le système

Un arrêté publié au JO du 14 avril élargit l'accès à la classe exceptionnelle à de nouvelles catégories d'enseignants, dont les professeurs en CPGE et les enseignants tuteurs.

 

Le texte de 2019

Le texte de 2017

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)

Réformes et loi Blanquer

Loi Blanquer : Panique à bord ?

Alors que la loi n'arrivera devant le Sénat que dans un mois, le ministre et des députés de la majorité multiplient les interventions. Ils créent ainsi une cacophonie, se contredisant, voire promettant tout et n'importe quoi, à l'image des propos ministériels du 5 avril. La forte mobilisation des enseignants, qui étaient souvent des électeurs En Marche, l'impact de leurs ...

(...)
15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)

Pédagogie

Langues : Les solutions du Cnesco pour améliorer l'apprentissage des langues

Peut-on "débloquer" les jeunes Français pour l'apprentissage des langues ? La question était au coeur de la conférence de consensus organisée par le Cnesco les 13 et 14 mars. Le jury, composé d'universitaires, d'enseignants, de parents, rend maintenant ses recommandations. Il préconise des mesures pédagogiques, par exemple pour le travail de l'oral ou le droit à l'erreur, et organisationnelles, comme la durée des cours ou le développement des dispositifs particuliers (EMILE, classes bilangues). Surtout il demande de modifier le recrutement des ....

(...)
15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
La classe

La journée nationale OZP du 18 mais s'ouvrira sur une présentation du bilan d’étape issu des premières réponses au questionnaire OZP. On notera les interventions d'experts : Paulo Cattani (université de Genève), Marc Demeuse (Université de Mons) , Marc Bablet. Les inscriptions sont ouvertes...

 

Le programme

L'OZP lance son évaluation des politiques menées

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
L'élève

"En février 2018, sept mois après la fi n de leurs études professionnelles en lycée, près de 51 % des lycéens sortant de niveau CAP au BTS ont un emploi. Cela représente une hausse de 2 points par rapport à 2017 et de 5 points par rapport à 2016. Quel que soit le niveau de formation, obtenir le diplôme demeure déterminant dans l’insertion des jeunes : les diplômés ont un taux d’emploi de 53 % contre 40 % pour ceux qui n’ont pas obtenu le diplôme préparé", écrit la Depp dans une nouvelle Note. " Plus le niveau de formation est élevé, plus les chances d’obtenir un emploi rapidement sont importantes. En 2018, le taux d’emploi des jeunes est de 32 % à la sortie d’un CAP, 48 % pour les sortants d’un baccalauréat

professionnel et 66 % à l’issue d’un BTS". La détention d'un permis de conduire et surtout la  formation suivie jouent un rôle déterminant. " Pour un sortant de niveau baccalauréat professionnel, les formations de « l’hôtellerie-restauration-tourisme » offrent, comme les « transports manutention, magasinage » de bons débouchés (autour de 60 %). Les meilleurs taux sont atteints par les sortants de BTS « mécanique et structures métalliques », « génie civil-construction-bois » et « coiffure-esthétique » avec plus de 70 % d’emploi".

 

Note Depp

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Les disciplines

L’association WebLettres a été pionnière pour favoriser chez les professeur.es de français le partage de cours ainsi que des échanges via des listes de discussions. Elle s’est associée aux éditions Le Robert pour réaliser la  collection de manuels de français « Passeurs de textes ». Pour l’ajuster aux nouveaux programmes, l’association invite les enseignant.es à participer à son actualisation en proposant des activités autour de la lecture cursive. : «  Pour chaque niveau, proposez une œuvre et trois activités d'appropriation que les élèves devront mener chez eux, seuls ou en groupes, aboutissant chacune à une production (écrite, numérique, plastique…) susceptible de nourrir leur culture personnelle. Les meilleures propositions seront retenues en vue d'une publication et feront l'objet d'un contrat d'auteur. » Des exemples de fiches sont d’ores et déjà accessibles sur Gaël Faye et Joachim du Bellay.

 

L’appel à contributions

La collection « Passeurs de textes » dans Le Café pédagogique

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Comment favoriser l’engagement des élèves dans l’étude des textes ? Sur la Page des Lettres de l’académie de Versailles, Lucie Jouanne propose un exemple de dispositif pour une séquence sur le personnage de roman. « Un premier texte, choisi par le professeur et tiré de « La Chartreuse de Parme » de Stendhal, est étudié en classe sous forme de lecture analytique. Au cours de cette séance de deux heures, les élèves se montrent particulièrement passifs et on ne parvient pas à les emmener dans une démarche de construction du sens du texte. » D’où le changement de tactique : les élèves sont invités successivement à choisir eux-mêmes un nouveau texte dans un corpus, à partager leurs impressions de lecture sur le blog de la classe, à concevoir en ilots le plan d’une lecture analytique, à rédiger des parties de commentaires sur ordinateurs.

 

Explications et exemples

Le blog de Lucie Jouanne

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (1 commentaire)
Les disciplines

Comment donner au cours de français un enjeu citoyen ? Sur le site de l’académie de Nantes, Sophie Rousseau-Grousson, enseignante au collège Josephine Baker au Mans, rend compte d’un projet mené en 5ème autour du harcèlement et des discriminations. Le travail est conduit en collaboration avec les arts plastiques, l’EMC et la Vie scolaire dans le cadre d’un EPI. Les activités proposées sont diverses : ateliers de prévention et de débat, lectures (Maupassant, Delphine de Vigan, Maylis de Kerangal…), rédaction à partir d’un tableau de Norman Rockwell, dictée extraite de la chanson « Né quelque part » de Maxime Le Forestier, travail du vocabulaire approprié, réalisation d’affiches, écriture de slogans …

 

Pour en savoir plus

 

 

15/04/2019 à 07:33  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le lundi 15 avril 2019.

Partenaires

Nos annonces