Lydie Camus : De la webconférence au troc de livres entre lycéens français et américains  

"Le numérique ça ne suffit pas". Professeure d'anglais au lycée Léonard de Vinci de Soissons (Aisne), Lydie Camus organise pourtant des webconférences régulières entre ses élèves de bac pro ou de CAP et de jeunes lycéens américains. Mais elle "aime ouvrir de nouvelles portes " aux lycéens. Depuis le début de l'année elle organise un troc de livres entre jeunes français et américains.

 

Des webconférences avec les Etats-Unis en bac pro

 

"Les webconférences cela dure depuis 6 ans avec mes amies professeures aux Etats-Unis". PLP Lettres anglais, Lydie Camus a découvert les webconférence avec le programme académique French American Students Fellowship, un programme d'échange de lycéens entre France et Oklahoma. De là est née la relation avec Kriss Earle, puis Honny Collenny, deux professeures de français américaines. H. Collenny enseigne à l'ANC de Bryn Athyn  en Pennsylvanie et Kriss au Spanish River Highschool de Palm Beach, un lieu mythique pour les lycéens.

 

"Tous mes cours sont axés sur une tache finale qui est présentée lors d'une webconférence en direct par les élèves", explique L Camus. Techniquement il faut parfois jongler avec les horaires. Mais L Camus a l'habitude. Elle sait aussi qu'aucune webconférence ne se passe comme prévu même si chacune est très organisée. Les élèves préparent à l'avance leur intervention. Ils présentent leur travail qui peut porter par exemple sur des traits culturels ou la vie quotidienne, voire sur des pratiques artistiques. "On ne sait jamais comment les jeunes vont réagir. Certains ont le trac. Ce n'est jamais deux fois la même chose".

 

Un temps de la webconférence est laissé pour l'expression libre. Les 10 minutes d'expression libre sont le moment d'échanger ses  coordonnées Snapchat ou Facebook. "La webconférence crée des liens entre eux. Ils se servent de l'anglais dans un contexte non scolaire , comme une langue de communication. Ils réfléchissent sur leur savoir être, sur leur façon de parler", relève L Camus.

 

Troc de livres transtlantique

 

Depuis le début de l'année est née l'idée d'un échange de livres entre lycéens américains et français.  Les uns et les autres échangent des livres qu'ils ont lu et aimé. "En enseignement professionnel comme en enseignement général, les élèves ne vont pas spontanément vers les livrs", explique L Camus. "Tout dépend de ce qu'on propose et comment on le propose".

 

Les colis sont à coup sur une bonne façon de proposer des livres. "Les élèves ont envie de partager. Certains lisent entièrement les livres américains reçus . D'autres sont heureux de me dire qu'ils ont lu 6 pages. Peu importe, je trouve cela très bien".

 

Quand le lycée devient lieu de vie...

 

Qu'est ce qui motive encore Lydie Camus après 30 années d'enseignement ? "Le numérique, comme les livres ça doit aider à se rencontrer, à échanger, à s'ouvrir", dit-elle. "Souvent les élèves restent tard en conférence avec des jeunes américains. Le lycée devient alors un lieu de vie. J'aime bien qu'ils soient bien en classe. J'aime leur ouvrir des portes. Le remerciement c'est quand ils restent en classe après la sonnerie. Au niveau personnel, c'est chouette"...

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

Sur le troc de livres

Sur le French American Student Fellowship

 

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 18 avril 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces