Olivier Houdé : L'intelligence n'est pas un algorithme 

C'est quoi l'intelligence humaine ? Professeur de psychologie du développement à l'université Paris Descartes, ancien instituteur, Olivier Houdé publie avec "L'intelligence n'est pas un algorithme" (Odile Jacob) une présentation de sa théorie de l'intelligence. Pour lui, nous ne sommes pas pure raison. Nous ne sommes pas non plus seulement capables de suivre nos impulsions. Nous disposons d'une arme intelligente : l'inhibition qui nous permet de mettre en doute et de raisonner. Notre cerveau comporte trois systèmes : un circuit court des intuitions , un long des algorithmes et de l'analyse et un troisième celui de l'inhibition, clé de l'intelligence.  Que peuvent faire les enseignants avec cette théorie ? Olivier Houdé l'explique.

 

Vous réalisez en ce moment des expériences avec des enseignants. Dans quel but ?

 

C'est un exemple de science participative qui réunit depuis la rentrée 2017 mon laboratoire du CNRS et le site Lea.fr de l'éditeur Nathan. Sur ce site nous avons ouvert un lab pédagogique où on mène plusieurs opérations avec les enseignants. On ne leur impose pas les neurosciences. On leur propose de mieux comprendre les erreurs des élèves ce qui est bienveillant.

 

Dans ce lab,  on réalise une carte des heuristiques, c'est à dire des automatismes scolaires  qui se construisent souvent inconsciemment dans le cerveau des enfants et qui sont sources d'erreurs. On en trouve en maths et en français. Par exemple "louis a 25 bonbons et 5 de plus que léo, combien en a léo ? Les élèves ont surappris qu'après "plus" on additionne et répondent 30. Pour avoir la bonne réponse il faut inhiber la réponse et raisonner. Or mon hypothèse c'est que bon nombre des erreurs des élèves viennent d'un défaut d'inhibition. On n'aide pas assez les professeurs et les élèves à comprendre la logique des erreurs des enfants.

 

Avec les professeurs on met au point un programme d'entrainement à l'inhibition. Ce sont de petits exercices, environ un quart d'heure par jour, où les élèves exercent leur cortex préfrontal. Ils entrainent leur controle inhibiteur.

 

Tout cela donne des résultats qui ont été publiés par Nathan dans "Le cerveau et les apprentissages" . On y trouve par exemple le témoignage d'une enseignante qui montre que c'est pas toujours facile mais qu'il y a au final des bénéfices pour les enfants et dans les pratiques pédagogiques.

 

Sur ce point là les neurosciences peuvent aider les enseignants car la vie de la classe est truffée de situations comme celle que j'ai décrite qui déclenchent des heuristiques. Alors il faut apprendre à utiliser son cortex préfrontal pour inhiber ces heuristiques. Et ça peut se faire avec des jeux. Sinon on peut matraquer les élèves avec de la logique  mais ça ne les prémunira pas des automatismes cognitifs et des erreurs.

 

Ca veut dire qu'il faut apprendre aux élèves à prendre le temps de réfléchir ?

 

C'est déjà ça. Mais ça ne suffit pas. Quand on prend le temps de réfléchir ça déclenche dans le cerveau un mécanisme inhibiteur, car les neurones peuvent envoyer un ordre inhibiteur à tout le cerveau. Le développement cognitif c'est plus qu'une accumulation d'algorithmes. C'est aussi la capacité à inhiber les automatismes et à ressentir des émotions.

 

Il faut donc à la fois travailler le doute, la curiosité et le regret. Il faut vraiment apprendre à douter. Il faut être curieux de notre façon de répondre aux questions et user de notre capacité à anticiper le regret. Il faut avoir une pédagogie fine de ces émotions.

 

Mais comment peut-on apprendre cela ?

 

On peut toujours initier au doute et à la curiosité. Dans mon laboratoire, on a mis au point des échelles du doute de 0 à 6. Et on demande à l'enfant s'il est très certain de sa réponse et de se situer sur l'échelle. On fait la même chose pour la curiosité et pour le regret. Si on le fait systématiquement ca veut dire qu'on apprend en même temps à l'enfant à éveiller ces émotions. Et c'est essentiel pour les apprentissages scolaires et la tolérance.

 

Or tout ceci repose sur une analyse fine des mécanismes cérébraux. Il y a toute une chaine qui va du cerveau émotionnel jusqu'aux régions de la réflexion préfrontale. Quand on fait remplir les échelles du doute aux enfants on active ces chaines.

 

Dans votre ouvrage, vous revenez longuement sur Piaget. Pourquoi ?

 

Piaget a construit une théorie d'acquisition de la logique où l'enfant passe par des stades pou r devenir logique vers 6-7 ans et logique abstrait avec l'adolescence. Piaget n'avait vu que les algorithmes logiques. Pour lui l'adulte devient un être logique. Or on a démontré, Kahneman particulièrement, que nous sommes peu logiques et dominés par des heuristiques.  On ne raisonne pas très rationnellement.

 

En effet il y a une logique qui se construit avec le système des algorithmes. Mais les heuristiques ne disparaissent pas à l'âge adulte, l'intuition reste. C'est ma théorie des 3 systèmes : heuristique comme dit Kahneman, algorithmique comme dit Piaget. Et il y a le 3ème système celui de l'inhibition.

 

Vous citez aussi Vygotski, un auteur connu des enseignants. Quel lien entre lui et votre théorie de l'inhibition ?

 

Ce lien est essentiel. Dans le livre je montre le cerveau d'élèves quand ils font une erreur heuristique de logique et aussi avec un entrainement à la logique ou l'inhibition. On voit que l'apprentissage au controle inhibiteur entraine une reconfiguration cérébrale. Cela renvoie à ce que Vygotski appelle la zone proximale de développement, c'est à dire la situation de l'élève incapable de faire seul mais qui peut aller plus loin avec l'aide du professeur. Après cela , seul, il intériorise le "langage régulateur" et devient capable de résoudre le problème seul. Entre mes deux images du cerveau il y a une interaction sociale ou on apprend à inhiber un automatisme de raisonnement. On voit comment un apprentissage agit sur le cerveau. C'est le paradigme de Vygotski : comment avec une intervention pédagogique on peut changer un raisonnement. Mon approche est vygotskienne.

 

C'est aussi l'approche du ministre ?

 

Quand le ministre m'a décoré il m'a dit : "nous nous focalisons sur les automatismes et vous nous expliquez qu'il faut aussi apprendre à inhiber". Il a bine compris ! Il y a une différence avec ce que dit JM Blanquer. Le ministre dit qu'il faut renforcer les automatismes. Moi je dis qu'il faut tout autant apprendre à inhiber les automatismes. Cette  inhibition c'est le cortex frontal, cette moitié du cerveau sous entrainée à l'école.

 

Je dis qu'il faut apprendre à l'école à inhiber, à douter. Le role du professeur est essentiel. L'inhibition permet de lutter contre les erreurs récurrentes que les enseignants trouvent dans les devoirs. Si elles restent c'est qu'on ne lance pas le bon processus pour y faire face.

 

Vous en avez parlé avec le conseil scientifique de l'éducation nationale ?

 

J'ai refusé de participer à ce conseil car je crois qu'il faut être délicat dans la façon dont on introduit de nouvelles connaissances dans l'école. J'ai perçu que la façon de faire du conseil serait plus brutale et hors sol avec l'idée que la science allait expliquer aux enseignants comment faire de la pédagogie. Je suis opposé à cette façon de faire. Et je n'ai pas besoin du conseil pour travailler avec les profs. Ceux ci m'ont bien compris. Agri autrement c'est prendre le risque que les professeurs se dégoutent des neurosciences.

 

L'Education nationale devrait faire quoi ?

 

L'école apprend surtout à activer des connaissances, des émotions. Les professeurs ont le nez sur le programme. Et l'école n'apprend pas à inhiber. Résultat on ne fait que la moitié de ce qu'on devrait faire. L'école doit considérer que l'intelligence n'est pas qu'un algorithme mais aussi une inhibition.

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

Olivier Houdé, L'intelligence humaine n'est pas un algorithme, Odile Jacob, 2019, ISBN 978-2-7381-4690-8

 

Entretien en 2014

Qu'est ce qu'apprendre ?

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 17 mai 2019.

Commentaires

  • semangat99, le 16/10/2019 à 19:01
    Mau nonton film gratis tanpa pergi ke bioskop? nonton bola fansbarcelona999.blogspot.com , streaming bola juventusindo.weebly.com , nonton liga storeboard.com , live streaming fansliverpool.yolasite.com , jadwal bola liverpool999.home.blog Tenang, Jaka punya daftar situs nonton film online (streaming film) subtitle indonesia terbaik
  • bdevauchelle, le 17/05/2019 à 08:19
    Pour compléter cette analyse, et approfondir le questionnement, il me semble intéressant de lire aussi :
    De Douglas Hofstadter et Emmanuel Sander, "L'Analogie, Cœur de la pensée", Odile Jacob 2013. L'ouvrage, difficile à lire par sa densité, mais d'abord plus aisé si l'on se plonge vraiment dedans met aussi en évidence le fait que le fonctionnement psychique n'est pas que raison.
    Sur un plan pédagogique, Britt Mari Barth a dès le début des années 1980 mis en évidence, en s'appuyant sur les travaux de Vygotski et de Jérôme Bruner, comment on pouvait aider les enfants en s'appuyant sur ces bases théoriques, en proposant des démarches opérationnelles en classe.
    B.M. Barth, L'apprentissage de l'abstraction (1987), le Savoir en construction (1993) et Elève chercheur, enseignant médiateur,Donner du sens aux savoirs (2013), Retz Editions.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces