L'Expresso du 20 mai 2019 

Le fait du jour

Avec 28 articles nouveaux et seulement 12 articles inchangés, le Sénat a profondément réécrit la loi Blanquer au fil de quatre journées de débats et près de 500 amendements. Le texte qui ressort du Sénat est très différent de celui de l'Assemblée. La pression enseignante a contraint le ministre a accepté l'enterrement des écoles publiques des savoirs fondamentaux. Les deux mesures phares,  l'instruction obligatoire à 3 ans et la formation obligatoire de 16 à 18 ans, sont inchangées ce qui en dit long sur leur caractère purement formel. La patte du Sénat se lit dans une nette aggravation du métier enseignant avec par exemple la formation continue obligatoire sur les congés ou l'introduction de directeurs supérieurs hiérarchiques des professeurs des écoles. L'école maternelle devrait le plus pâtir de la loi. Le système éducatif dans son ensemble sombre dans l'obscurité son évaluation étant totalement sous contrôle du ministre. Le Sénat a aussi pris des mesures aggravant la situation des familles pauvres. Tout cela interroge sur l'avenir politique de cette loi. Misons sur le fait que si le Sénat a tant chargé la barque c'est pour mieux négocier. Les principaux points de la loi devraient être appliqués dès la rentrée 2019.

 

(....)

20/05/2019 à 06:55  |  (2 commentaires)
La classe

Peut-on utiliser la programmation informatique pour travailler autrement la langue et la littérature ? Professeure de lettres au collège Robert Doisneau à Clichy-sous-Bois, Joanna Marques a relevé le défi : ses élèves ont réalisé un « bot » qui chaque jour publie des vers originaux, générés aléatoirement à partir d’une structure et de mots tirés de poèmes d’Apollinaire sur la guerre. Le travail invite à des manipulations grammaticales et littéraires qui paraissent fructueuses et formatrices. L’initiation au code favorise aussi une meilleure compréhension de notre environnement numérique. Et si les littéraires s’emparaient de l’informatique pour faire d’internet un espace de créativité et de poésie ?

 

(...)

20/05/2019 à 06:55  |  (0 commentaire)
La classe

Peut-on apprendre à mieux écrire grâce à l’intelligence artificielle ? Trois professeurs de français ont tenté l’aventure du « bot » pour faire travailler et interagir leurs élèves autour des conjugaisons. Les élèves proposent des verbes à conjuguer pour constituer une base de données. Le programme génère ensuite de multiples combinaisons pour des milliers d’exercices différents, publiés de manière aléatoire sur le réseau Twitter, et autant de possibles défis à relever. Le « bot » paraît plus stimulant que les exercices mécaniques d’antan : « Les élèves sont actifs dans la conception du bot et des révisions. Ils s’approprient les dispositifs (matchs, bot) pour s’entraîner et réviser. » Éclairages conjoints de Grégory Devin dans le Cotentin, Cyril Mistrorigo en Corrèze et Lionel Vighier dans les Yvelines ...

(...)

20/05/2019 à 06:55  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

C'est un sujet, hier considéré comme brûlant, qui a complètement disparu des radars ministériels : la mixité sociale dans les établissements. Une vingtaine de projets, destinés à lutter contre la ségrégation, ont été lancés depuis 2017, encouragés par la ministre de l'Education nationale de l'époque, Najat Vallaud-Belkacem. Ils se poursuivent dans la plus grande indifférence officielle. La Mairie de Paris a eu la riche idée d'organiser un colloque le 17 mai dernier, intitulé " Pour plus de mixité sociale au collège ". Il a réuni chercheurs, élus locaux, membres de la communauté éducative, collectifs de parents..., tous impliqués dans des expérimentations. L'occasion d'échanger entre les acteurs et de se rebooster pour garder le cap alors qu'il n 'y a plus aucun pilotage national.

 

(...)

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Choukri Ben Ayed, professeur de sociologie à l’université de Limoges, auteur notamment de « La mixité sociale à l’école » (Armand Colin, 2015) , a participé le 17 mai dernier à l’Hôtel de Ville de Paris, au colloque « Pour plus de mixité sociale au collège ». Il revient sur les expérimentations lancées pour favoriser la mixité sociale dans les collèges et lutter ainsi contre les inégalités, qui sont portées au niveau local alors que l’État semble s’en désintéresser.  

 

(...)

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Le système

Samedi 18 mai, plusieurs milliers d’enseignants et parents battaient le pavé à l’appel de la FSU, appel rejoint par la FCPE, SUD éducation et CGT éducation en fin de semaine dernière. L’ambiance était à la fête sur le boulevard Montparnasse : musique, déguisements, chants…   Venus de toute la France, certains entre collègues, d’autres en famille, leur détermination est intacte malgré plusieurs mois de mobilisation.

 

(...)

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Le système

" C’est grâce à ces mobilisations que le gouvernement et des parlementaires ont déjà dû reculer : annonces du Président de la République sur les effectifs et la revalorisation des enseignant-es, retrait de l’amendement du sénat sur les EPSV...", déclare la Fsu dans un communiqué de fin de manifestation le 18 mai. "Mais la FSU continue de refuser le projet de loi du Ministre et les réformes en cours comme celles du baccalauréat, des lycées et de parcoursup... La FSU appelle les personnels à rester mobilisé-es pour défendre le service public d’éducation et la Fonction publique". Le Snuipp Fsu rappelle aussi sonopposition à l'article 6 ter. " Le SNUipp-FSU s’adresse aux députés notamment sur les dangers de l’article 6 ter plaçant les enseignants et les enseignantes sous l’autorité de la directrice ou du directeur et qui les évaluerait alors que les discussions sur cette question viennent à peine de débuter avec le ministère. Si l'école publique fonctionne, c'est grâce à cette dynamique d'équipe, où l’ensemble des équipes enseignantes est investi dans le bon fonctionnement de l'école. Cette spécificité est reconnue par les familles et la communauté éducative dans son ensemble. La force du premier degré réside dans ce collectif de travail où les directeurs et directrices assument certes un rôle important et des responsabilités particulières, mais restent des pairs parmi leurs pairs." En conclusion : "Le SNUipp-FSU poursuit les mobilisations"...

 

Fsu

Snuipp

 

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Le système

"Pourquoi « rayer d’un trait de plume, par une décision d’en haut », comme on l’a entendu au Sénat, et sans avoir auditionné les parties concernées un système pédagogique existant depuis plus d’un siècle en France, très implanté dans certains territoires et le modèle éducatif le plus répandu en Europe ?" Les 315 jardins d'enfants créent la Fédération nationale des jardins d'enfants (FNJE) pour peser sur la commission paritaire qui va rédiger la loi Blanquer. " Ces fermetures ôteraient d’emblée la liberté de choix aux parents. Alors que l’instruction en famille n’est pas remise en cause par le projet de loi, il est opportun de s’interroger quant à supprimer l’alternative de l’instruction dans un établissement contrôlé par des services publics", explique la Fédération. Elle  s'appuie aussi sur une étude positive réalisée par Marco Oberti pour la Ville de Paris.

 

L'étude

Une pétition pour les jardins d'enfants

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Le système

Un arrêté publie la liste des familles de métiers pour la 2de professionnelle. En application de la réforme qui entre en vigueur à la rentrée 2019, de nombreuses spécialités de 2de sont remplacées par des enseignements plus généraux. Cela pose la question de la validité du bac pro qui est réduit ainsi à deux années d'enseignement seulement et de l'insertion des jeunes.

 

Au JO

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Le système

"La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, elle aussi située sur l'île de Montréal, offre quant à elle aux stagiaires des postes dans les écoles de leur choix. On leur demande de donner trois choix", raconte La Presse, un quotidien québécois. Devant la pénurie d'enseignants, les commissions scolaires locales offrent aussi des postes permanents , ce qui est nouveau pour des débutants au Québac. Restent des restrictions pour les enseignants étrangers (notamment France et Belgique) et des différences selon les commissions.

 

Dans La Presse

 

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)

Loi Blanquer

Le Sénat adopte l'article 1 et rétablit la loi Ciotti

"J'ai du mal à imaginer que des professeurs puissent ne pas être exemplaires". La formule du rapporteur Max Brisson (LR) résume cette journée qui a vu les sénateurs LR et UDI et le ministre de l'éducation nationale faire position commune. Au terme de débats fort policés et fort longs, le Sénat a adopté l'article 1 dans sa rédaction modifiée en commission. Il a aussi ...

(...)

20/05/2019 à 07:37  |  (0 commentaire)

Pédagogie

Olivier Houdé : L'intelligence n'est pas un algorithme

C'est quoi l'intelligence humaine ? Professeur de psychologie du développement à l'université Paris Descartes, ancien instituteur, Olivier Houdé publie avec "L'intelligence n'est pas un algorithme" (Odile Jacob) une présentation de sa théorie de l'intelligence. Pour lui, nous ne sommes pas pure raison. Nous ne sommes pas non plus seulement capables de suivre nos impulsions. Nous disposons d'une arme intelligente : l'inhibition qui nous permet de mettre en doute et de raisonner. Notre cerveau comporte trois systèmes : un circuit court des intuitions , un long des algorithmes et de l'analyse et un troisième celui de l'inhibition, clé de ....

(...)

20/05/2019 à 07:37  |  (0 commentaire)
La classe

"Etant donné que c’est gratuit et qu’il s’agit d’une plateforme utilisée par les élèves comme divertissement, pourquoi ne pas en faire un outil d’apprentissage? Il est possible de partager les vidéos une à une aux élèves, mais il semble encore plus pertinent de créer sa propre chaîne que les élèves peuvent consulter à tout moment". L'école branchée, magazine québécois, explique comment faire et fait lelien avec la classe inversée.

 

Sur L'école branchée

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
L'élève

"Le 16 mai, au lendemain de l'ouverture de la phase d'admission, nos équipes ont procédé aux vérifications quotidiennes d'usage. Au cours de ces vérifications, elles ont été alertées par des taux anormalement élevés de propositions d'admission formulées par certaines formations par rapport à leur capacité d'accueil. Cela concerne un peu moins de 400 formations sur les 14 500 formations proposées soit environ 2% du nombre total de formations", écrit dans un communiqué le ministère de l'enseignement supérieur. "La situation des candidats ayant formulé des vœux dans les formations concernées a ainsi été actualisée afin qu'elle corresponde à la réalité des capacités d'accueil". Les candidats ont vécu l'événement autrement, voyant disparaitre des possibilités qu'ils avaient parfois accepté. "Les propositions d'admission dans d'autres formations, qui avaient été préalablement refusées par ces candidats, ont été réactivées", précise le ministère.

 

Communiqué

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
L'élève

"Le dispositif d'aide à la mobilité Parcoursup mis en place à la rentrée 2018 est reconduit. Il vise à accompagner les candidats lorsque des contraintes matérielles ne leur permettent pas d'envisager sereinement une mobilité qui leur permettrait de suivre une formation au plus près de leurs projets", précise une circulaire publiée au BO. L'aide est versée en une seule fois, en début d'année universitaire. Son montant est de 500 euros.

 

Au BO

 

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Maitresse de conférences en linguistique française à l’université Rennes 2, Marie-Armelle Camussi-Ni anime le blog « Enseigner la langue » pour partager des travaux aboutis d’étudiants en didactique de la langue. Motivations : « les propositions des manuels ne nous satisfont pas, ni sur la forme, ni souvent sur le fond », « du savoir-faire s’est perdu dans l’enseignement de la langue, sans pour autant voir émerger des savoir-faire nouveaux basés sur les recherches de linguistique ou de didactique de la langue récentes. » Le travail mené veut en particulier favoriser une véritable démarche de découverte : il s’agit d’  « élaborer des corpus d’énoncés à livrer aux apprenants pour qu’ils construisent eux-mêmes leur savoir par observations à l’oral comme à l’écrit ». Des ressources et des démarches fort utiles au moment où l’enseignement de la langue fait explicitement son retour jusqu’au lycée.

 

Le blog

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Et si les CM2 allaient emprunter au CDI du proche collège les livres que leur ont préparés les 6èmes ? Ce partenariat de lecture en liaison cycle 3 a été orchestré à Orléans par Christelle Chouard, professeure-documentaliste, et Edouard Vincent, professeur des écoles. Le travail des 6èmes a été de sélectionner des livres, de les lire, d’en tirer des mots clés pour les décrire, de réaliser des nuages de mots, d’emballer les livres et de coller dessus les nuages de mots. Au CDI, chaque élève de CM2 a choisi un livre en se basant exclusivement sur ces nuages de mots et l’a emprunté pour 3 semaines. « On leur a demandé de lire au moins les 10 premières pages même s’ils n’accrochaient pas livre, explique Edouard Vincent.  La lecture est en cours. Les livres proposés sont variés : BD, manga, roman classique, roman contemporain, roman jeunesse, pièce de théâtre, album. »

 

Le blog d’Edouard Vincent

 

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Pour favoriser autonomie et différenciation, comment envisager deux plans de travail différents à l’intérieur d’une même séquence ? Professeure de français au collège Le Hérault, à Saint Herblain, Louise Richard propose un exemple d’une telle démarche sur le site Lettres de l’académie de Nantes. La séquence de 5ème porte sur le thème « vivre avec autrui ». « Le plan de travail, explique l’enseignante, mêle une activité de lecture, une activité de grammaire et une compréhension orale. Les élèves ont la possibilité de faire les activités dans l'ordre qu'ils souhaitent. Ils doivent avoir fini les trois activités dans le temps imparti. Une activité supplémentaire est prévue pour ceux qui auraient terminé les trois activités avant les quatre heures données. Une fois chaque activité terminée, ils s'auto-évaluent. En général, les élèves sont motivés par le dispositif et se lancent le défi de réussir les activités dans le temps imparti. »

En ligne

 

20/05/2019 à 06:54  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le lundi 20 mai 2019.

Partenaires

Nos annonces