L'Unesco se mobilise pour l'éducation à la sexualité 

" La vive résistance à une éducation complète à la sexualité de la part de certains groupes dans divers pays a augmenté. En Ouganda, une forte opposition de l’opinion publique a conduit le ministère de l'Éducation à retirer le programme national d'éducation en matière de sexualité, qui a par la suite été révisé. En Angleterre, la décision prise en 2018 de rendre obligatoire l’éducation à la sexualité et aux relations a fortement été critiquée et une pétition en ligne contre elle a recueilli plus de 100 000 signatures", explique Manos Antoninis, directeur du rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'Unesco.

 

" À l’échelle mondiale, chaque année, 15 millions de filles se marient avant 18 ans et environ 16 millions de filles âgées de 15 à 19 ans et un million de filles de moins de 15 ans donnent naissance. De plus, les jeunes représentent un tiers des nouveaux cas d’infection liés au VIH chez les adultes ; pourtant, dans 37 pays à revenu faible ou intermédiaire, environ un tiers seulement des 15-24 ans ont une connaissance approfondie de la prévention et de la transmission du VIH. Il est temps de faire face aux faits », poursuit Manos Antoninis. " Dans le cas de plus d’une naissance sur dix, les mères sont âgées de 15 à 19 ans. Cela ne signifie pas seulement la fin de l’éducation de ces filles ; ces naissances sont souvent fatales. La grossesse et l'accouchement constituent les principales causes de décès dans ce groupe d'âge".

 

L'Unesco publie un nouveau rapport "Facing the Facts" qui donne des recommandations pour que l'éducation sexuelle entre dans les faits et notamment rendre les programmes pertinents.

 

Le document

 

Par fjarraud , le jeudi 13 juin 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces