Bruno Devauchelle : La classe inversée en questions 

La classe inversée remplit-elle ses promesses ? De nombreux enseignants ont vu dans la classe inversée une réponse aux difficultés du métier d'enseignant et à celles des élèves. La promesse d'une nouvelle pédagogie réconciliant les élèves et le travail scolaire a séduit. Dans "La classe inversée en questions" (ESF Sciences humaines), Bruno Devauchelle analyse ce véritable phénomène pédagogique. Il revient sur le soutien institutionnel qu'il a reçu et sur les déceptions qu'il porte. Surtout il remet la classe inversée dans l'histoire de l'Ecole. Pour lui la classe inversée "ravive de nombreuses questions et en propose de nouvelles au système scolaire". Il s'e explique dans cet entretien.

 

"L’ambition perçue et parfois exprimée autour de la classe inversée est celle d’une nouvelle pédagogie ou au moins d’un renversement de logique qui soit vraiment fondamental dans le système scolaire", écrit Bruno Devauchelle, chroniqueur au Café pédagogique et spécialiste du numérique éducatif (laboratoire Techné). "La simple dénomination de cette manière d’enseigner suffit à imaginer ce que serait une sorte de révolution dans l’enseignement, inverser à partir de ce que l’on fait habituellement. Nombre d’enseignants qui développent d’une manière ou d’une autre la classe inversée expriment pourtant leur déception alors que les intentions exprimées étaient fortes : accroître la motivation des élèves, développer la collaboration, favoriser l’engagement des élèves etc.."

 

Comment expliquer cette déception ? B Devauchelle situe la classe inversée dans l'histoire déjà longue de la forme scolaire, du travail à la maison et de l'apprendre. Spécialiste du numérique éducatif, souvent sollicité dans la classe inversée, il analyse la classe inversée au regard des pratiques pédagogiques numériques et aussi de celles des élèves hors cadre scolaire. Pour lui, "les multiples obstacles rencontrés ne sont pas d’abord techniques, mais ils sont cognitifs". Les limites de la classe inversée sont à lire dans le rapport entre pratiques scolaires et extra scolaires et aussi dans celui de la classe inversée à la société. " De nombreuses pistes d’évolution de la forme scolaire peuvent être envisagées, mais elles doivent s’inscrire davantage dans un projet de société que devrait porter un système éducatif".

 

Pour lui, " le modèle de la classe inversée ne dérange pas la forme scolaire, il est acceptable. Mais il pose des questions qui sont essentielles pour la faire évoluer si, à partir de cette réflexion, on s’engage réellement sur une réflexion sur ce que c’est qu’apprendre dans une société en mutation".

 

La classe inversée a connu un développement rapide. Elle semble faire l'unanimité  avec notamment un soutien fort de l'institution scolaire. Or vous dites que ce n'est pas une innovation mais une évolution. Que voulez vous dire ?

 

Comme je le montre dans le livre, la question de l'organisation du travail de l'enseignant et de l'lève remonte loin en arrière en lien avec la création des premiers lieux scolaires notamment avec les Jésuites et les Frères des écoles chrétiennes. Tout au long de l'évolution du système éducatif on n'a eu de cesse de questionner la place de ce travail. Par exemple il y a eu une poque où on consacrait peu de temps au cours magistral et où l'étude prenait plus de temps que le cours. Progressivement le système s'est fossilisé autour du cours magistral.

 

La Classe inversée est apparue comme une innovation car d'un seul coup on remettait en question le cours magistral et on ramenait dans le débat que ce qui fait la différence c'est le travail d'étude qui avait été mis de coté. C'est une évolution qu el'on trouve aussi avec le dispositif Devoirs faits et le développement du parascolaire.

 

Que change la classe inversée dans la posture de l'enseignant et de l'élève ?

 

Elle amène l'enseignant à s'intéresser à une partie cachée : le travail personnel de l'élève. Elle lui permet de voir ce que l'élève fait du travail donné. Bien sur il y avait déjà du travail fait en classe avant la classe inversée. Mais ce travail à la maison revient à la surface  et par suite l'enseignant prend consciences des difficultés des élèves face aux apprentissages.

 

Ca amène l'élève à penser qu'il a le droit d'avoir des pré conceptions de ce qu'il va apprendre avant d'arriver en classe. On sait depuis Dewey que les élèves ont ces représentations de ce qu'ils vont apprendre. La classe inversée permet de les exprimer et qu'elles soient prises en compte. Et ça c'est nouveau.  Le problème c'est que pour beaucoup d'élèves ce n'est pas compris comme une façon d'apprendre. Ce qui s'apprend en classe est encore séparé de ce qui s'apprend hors de la classe. C'est pour cela que de nombreux élèves n'entrent pas dans le dispositif de la classe inversée.

 

Comment expliquer le soutien institutionnel venant d'un ministre pas vraiment ouvert à l'innovation ?

 

La classe inversée permet de se donner une image innovante. Surtout elle ne transforme rien des prérogatives régaliennes du ministère : rien sur le découpage disciplinaire, les contenus disciplinaires et l'évaluation. Or ces 3 points snt ceux qui permettraient de transformer le monde scolaire.

 

C'est à dire que la classe inversée ne va pas transformer l'Ecole ?

 

Elle va soutenir des initiatives d'enseignants et d'établissements. Ce qui est bien. Mais elle ne transforme pas le système. D'ailleurs peu de personnes veulent sa transformation.

 

Comment juger de la valeur de la classe inversée ?

 

A l'aune de l'engagement. Si elle permet à des enseignants de s'engager dans une réflexion pédagogique c'est très bien. Si elle permet à des élèves de se sentir plus concernés par leur travail c'est bien aussi.

 

L'engagement ce n'est pas forcément l'efficacité...

 

C'est tout le problème de la classe inversée. Elle peut ne pas être efficace. Si l'enseignant ne réfléchit pas et donne simplement les mêmes travaux qu'auparavant il n'y aura pas de changement. S'il cherche à adapter ses activités alors il y a de l'espoir.

 

Finalement l'Etat soutient la classe inversée car elle lui permettra peut-être d'avoir de meilleurs résultats sans changer quoique ce soit au système.

 

La classe inversée s'appuie souvent sur des vidéos . Vous dites que c'est une vraie fausse bonne idée. Pourquoi ?

 

L'ide c'est de s'appuyer sur l'attirance des jeunes vers les vidéos. Or j'ai regardé de près les vidéos des enseignants. Les supports sont souvent intéressants. Mais c'est très lourd à fabriquer. La majorité des enseignants ne sont pas en situation de produire des vidéos d'une qualité permettant aux jeunes de retrouver ce qu'ils trouvent sur leurs serveurs vidéos habituels. C'est donc une fausse bonne idée. Du coup de nombreux enseignants utilisent des ressources faites pour les jeunes et pas l'école. Quand ils font des supports tres didactiques ils s'écartent des intérêts des jeunes.  Quand ils font une vidéo calquée sur un cours c'est triste. D'autres supports permettraient aux jeunes de grandir dans leur travail.

 

Comme quoi ?

 

Le fait de lire, d'interagir avec d'autres, d'intégrer des groupes de jeunes, de produire des documents. Si dans la classe inversée on ne donne accès aux élèves qu'à des supports réalisés par des enseignants il y a une chance que les élèves aillent voir ailleurs. Sinon on ne revient au principe du manuel scolaire.

 

La classe inversée pose la question du travail à la maison. L'auto formation c'est un mythe ?

 

C'est un mythe si on veut en faire un système. On ne peut pas décréter l'autoformation. L'idée c'est plutôt d'utiliser ce genre de dispositif pour amener des jeunes à en comprendre l'intérêt pour développer leur capacité d'autoformation. Il faudrait que les enseignants qui s'intéressent à la classe inversée réfléchissent à cela. Il est triste de voir en université des jeunes qui n'ont pas compris qu'ils ont un potentiel d'apprentissage et qui demandent "ce qu'il faut savoir".

 

Quel projet de société trouve t on derrière la classe inversée ?

 

La classe inversée n'a pas de projet de société. Mais elle peut être l'occasion d'y réfléchir. Elle peut permettre de développer la capacité des jeunes à investiguer le monde, à comprendre qu'on est toute sa vie dans des systèmes d'apprentissage et de transmission. On peut souhaiter une société où les jeunes sont responsables du développement de leurs connaissances  et de leurs instruments cognitifs.

 

Aujourd'hui le bilan social de l'école est nul : l'école ne change plus la société. Il serait intéressant que ces expérimentations soient évaluées sous tous les angles et pas seulement sous celui des résultats scolaires. Que l'on évalue par exemple leur plus value sociale.

 

Propos recueillis par François Jarraud

Bruno Devauchelle, La classe inversée en questions, ESF Sciences humaines, ISBN 978-2-7101-3931-7

 

Sommaire et extraits

 

 

Par fjarraud , le mardi 27 août 2019.

Commentaires

  • cjpuren, le 27/08/2019 à 15:06
    A en juger par l'interview de Bruno Devauchelle, son ouvrage considère la classe inversée du point de vue de la pédagogie générale. Or, un point de vue complémentaire indispensable est celui des didactiques des disciplines, point de vue par ailleurs incontournable lorsqu'il s'agit d'évaluer le degré d'efficacité de la classe inversée.

    En ce qui concerne ma spécialité, la didactique des langues-cultures - et un intégrant la perspective historique que mobilise très justement par ailleurs Bruno Devauchelle -, j'ai montré que la classe inversée opère elle-même une inversion par rapport à la grande révolution de la méthodologie directe du début du XXe siècle. Alors que dans la méthodologie traditionnelle, jusqu'à la fin du XIXe siècle, les élèves préparaient préalablement les traductions à la maison, la classe étant consacrée ensuite à leur correction, la modernisation de l'enseignement des langues a consisté alors à faire travailler les documents "directement" en langue étrangère, ce qui implique de les faire découvrir initialement en classe, le travail à la maison étant désormais consacré à la révision du travail fait en classe.

    Du point de vue historique, le dispositif de la classe inversée, en didactique des langues-cultures, correspond donc objectivement à une "régression", dans le sens d'un retour au dispositif traditionnel. Cela ne veut pas dire qu'à certains moments et dans une certaine mesure il n'ait pas ses vertus, mais cela montre que de toute évidence il a de grandes limites et potentiellement de forts effets pervers.

    Je renvoie pour plus de détails à l'adresse www.christianpuren.com/2016/01/31/a-propos-de-la-classe-invers%C3%A9e-dans-l-enseignement-secondaire-des-langues/, document n° 10: ""La 'classe inversée' dans l'enseignement des langues, une innovation réactionnaire". On trouvera aussi à  même adresse les références et mon compte rendu d'un article de deux professeurs de sciences économiques et sociales de septembre 2017 avec un titre annonçant la même idée dans cette autre discipline : "La pédagogie inversée: une pédagogie archaïque".

    Christian Puren
  • Claire Karabah, le 27/08/2019 à 14:06
    L'article et le commentaire reposent sur une version éculée de la classe inversée résumée à un combiné "leçon à la maison, et devoirs en classe" + vidéo. La réalité est plus diverse aujourd'hui. La classe inversée est une porte d'entrée vers une pratique plus réflexive _ l'article remarque d'ailleurs l'attention portée au travail personnel de l'élève, et vers les pédagogies actives _ sans pensée magique du type élève acteur = apprentissage... Pour ceux qui veulent réellement s'informer sur l'approche, je peux partager avec vous des supports de formations. J'invite M. Bruno Devauchelle dans ma classe. J'ajoute la controverse au parcours de formation que nous proposons avec une collègue car elle a l'intérêt d'interroger une mise en œuvre procédurière/protocolaire de ce que serait une classe inversée qui peut être néfaste du point de vue didactique. L'article termine aussi sur ce que nous appellons de tous nos vœux : une évaluation de la plus-value sociale.-- 
  • DrHouse2, le 27/08/2019 à 12:48
    En ce qui concerne le primaire, la "classe inversée" c'est vraiment du pipeau, de l'enfumage. Ses partisans parlent d'innovation, alors qu'ils ne font qu'utiliser encore et toujours les mêmes recettes rétrogrades (devoirs, cours, leçons...) dont on sait parfaitement qu'elles ne fonctionnent pas, ou en tout cas très mal, que les devoirs soient avant ou après les cours et les leçons.
     
    Ah oui évidemment il y a l'usage de vidéos et de matériel informatique. Mais euh... j'utilisais déjà ces outils tous les jours en classe il y a 30 ans, elle est où l'innovation ?!!!
    En plus pour ce que j'ai vu de ces vidéos (pompeusement renommées "capsules", sans doute pour faire plus "spatial" ?!), elles sont généralement d'une qualité pédagogique très médiocre, quand elles ne sont pas carrément fausses (j'ai en tête une vidéo qui traitait de l'évolution des espèces avec de grosses erreurs).
     
    La vraie innovation c'est d'enseigner sans cours ni leçons, sans devoirs, sans les sacro-saintes "séances/séquences"...
    Et on sait le faire au primaire, les pratiques et les outils existent pourtant depuis des dizaines d'années. A quand le soutien de l'institution pour une pédagogie aux concepts toujours résolument modernes, bien qu'âgée de près d'un siècle ?
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces