Retraite : Les syndicats pas convaincus par JM Blanquer 

Les syndicats ont réagi aux dernières déclarations du premier ministre. Certaines ont été reçues le 13 décembre par JM Blanquer. Ce fut le cas de la Cfdt, l'Unsa et FO. Le gouvernement n'arrive pas à les convaincre et le mot d'ordre de grève le 17 décembre fait l'unanimité. Mais les organisations marquent leurs différences dans l'approche de la question.

 

 "Malgré des ouvertures et des avancées que nous ne nions pas, certaines annonces du Premier  Ministre font aujourd’hui obstacle à sa construction. En imposant malgré nos alertes, une mesure d’âge injuste et injustifiée, qui va forcer les salariés à travailler plus longtemps, et va pénaliser d’abord ceux qui ont commencé à travailler jeunes, il fait donc le choix des économies de court terme, plutôt que de la justice sociale. Cette mesure qui impacterait ceux qui partiront à la retraite dès 2022, doit être retirée", écrivent dans un communiqué commun la Cfdt, la Cftc, l'Unsa et la Fage, constituant ainsi un pôle à part dans le mouvement contre la réforme des retraites. Toutes 4 appellent à faire grève le 17 mais demandent au gouvernement de "ré-ouvrir" les discussions.

 

A noter que l'engagement de la Cfdt invite les enseignants du privé dans le mouvement contre la réforme. Nous en avions déjà croisé lors de chaque journée nationale dans les cortèges. A Paris par exemple, le Spep Cfdt , un syndicat de la Fep Cfdt, 1er syndicat d'esneignants du privé, invite les enseignants à faire grève le 17 en raison du recul de l'âge à 64 ans et de la baisse du montant de la pension celle-ci passant des 25 meilleures an nées à toute lavie professionnelle. "Nos salaires déjà particulièrement bas vont faire entrer les enseignants du privé retraités dans le grande précarité".

 

L'Unsa, à la sortie du bureau de JM Blanquer, parle d'une "réunion franche et dense" mais appelle "à la grève le 17 décembre. Le gouvernement doit bouger sur son projet de réforme des retraites, en particulier sur l’âge d’équilibre à 64 ans".

 

FO parle lui "d'un marché de dupes : l'acceptation de la fin de notre code des pensions de fonctionnaires d'Etat c'est à dire la fin d'un pan entier de notre statut de fonctionnaire d'Etat, ce qui implique la baisse de nos pensions, contre une vague promesse de revalorisation". FO appelle à la grève le 17.

 

A l'issue de son congrès national, la FSU a adopté une motion invitant à obtenir le retrait du projet de réforme. "Face à l’obstination et aux provocations du gouvernement, la FSU proposera à l’intersyndicale interprofessionnelle les nouvelles mobilisations nécessaires d’ici la fin de l’année et dès janvier 2020. Le gouvernement a pris la responsabilité avec ses annonces du 11 décembre dernier, d’ouvrir une nouvelle séquence du rapport de force en niant les revendications exprimées massivement par les salarié-es et les jeunes. Il s'agit donc, maintenant, de poursuivre la mobilisation pour obtenir du gouvernement qu’il retire son projet de réforme des retraites, maintienne le Code des pensions et de la CNRACL".

 

Par fjarraud , le lundi 16 décembre 2019.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces