Bac : Avec la FCPE, des parents du lycée Valin au ministère 

Quatorze élèves du Lycée Valin à la Rochelle (17) ont été notés 0 aux premières épreuves de contrôle continu du nouveau bac, les fameuses E3C. Et cela, la FCPE ne l’accepte pas. Le 7 février, elle accompagnait la délégation, constituée d’une partie des élèves concernés et de leurs parents, à une entrevue avec le cabinet du Ministre.

 

Peu nombreux mais déterminés, parents et enseignants sont venus soutenir la délégation qui a été reçue par le cabinet du ministre de l’éducation nationale à 15h. Les faits sont graves. Au lycée Valin de La Rochelle (17), le 20 janvier plus d’une centaine d’élèves n’a pu participer aux épreuves d’histoire géographie, certains parce qu’ils participaient au blocage, d’autres parce qu’ils étaient dans l’impossibilité d’entrer dans leur établissement.

 

Une épreuve de rattrapage a été organisée par le chef d’établissement. Mais il a décidé d’en exclure quatorze élèves qu’il estime responsables du blocage. Sur quoi s’est-il basé ? « Il est allé voir sur nos profils Instagram si nous étions abonnés au @blocusvalin pour décider si oui ou non nous étions des bloqueurs » explique micro à la main Raphaël, un élève du lycée.

 

Le président de la FCPE, Rodrigo Arenas, dénonce : « ce qui se passe aujourd’hui n’est pas anodin. Ce ne sont pas des voyous, ce sont des enfants qui pourraient être les miens ou les vôtres qui sont sanctionnés et cela sans fondement. On est face à une situation de crispation, dont les premières victimes sont les enfants et dont les seuls responsables sont au ministère ».

 

Héloïse Moreau, présidente de l’union nationale lycéenne (UNL) était elle aussi présente. « Nous sommes implantés au lycée Valin, nous avons donc pu suivre dès le départ ce qui s’y passait. Et clairement, c’est inacceptable. Mais nous sommes là aussi pour dénoncer les E3C de façon plus générale. Dans beaucoup d’établissements les épreuves ont été bloquées, dans d’autres elles se sont déroulées dans des conditions plus que questionnables – avec pour certains la présence de la police au sein de l’établissement.  Et même sur le fond, la forme des E3C est à questionner. Comment parler d’égalité quand selon le lycée où vous êtes scolarisés, vous n’avez même pas eu la totalité de vos heures de cours, avec des enseignants absents non remplacés ? ».

 

Sabrina Patat, maman de Jules, un élève sanctionné, était de la délégation. « Je suis en colère contre l’institution. Mon fils était manifestant, ce qu’il ne nie pas, mais le proviseur a estimé qu’il était bloqueur. Une position que l’on ne comprend pas. Jules le vit mal, c’est dur psychologiquement de commencer le bac avec un 0. Cette situation est totalement injuste ».

 

La délégation a été reçue deux heures. « On nous a parlé de bienveillance. Pas envers les élèves, non. On nous a demandé d’être bienveillants envers les chefs d’établissement qui sont à bout ». Aucune réponse officielle ne leur a été faite quant au sort des élèves sanctionnés. Le représentant de la FCPE, qui faisait partie de la délégation, a exigé une réponse pour lundi au plus tard. A suivre…

 

Lilia Ben Hamouda

 

 

Par fjarraud , le lundi 10 février 2020.

Commentaires

  • Thierry001, le 10/02/2020 à 16:22
    Les chefs d'établissements sont à bout c'est certain et il faut les féliciter d'accepter une telle charge de travail sans aucun appuis de leurs supérieurs. En revanche, je trouve ce zéro peu constructif, un échange constructif avec le proviseur aurait été bien plus approprié. L'élève aurait pu justifier de son comportement de soit disant "bloqueur"
  • huseg, le 10/02/2020 à 09:22
    Il me semble que le zéro ne peut être légal que si le travail rendu par l'élève a une valeur nulle. En cas d'absence de copie, le zéro n'est pas légal…..
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces