Grand oral : Le retour des questions de cours 

Le Grand Oral devait être l'emblème du renouveau du bac et porter les ambitions gouvernementales d'adapter le lycée à l'orientation dans le supérieur. Finalement la note de service publiée au BO du 13 février réduit l'exercice à la récitation d'une question de cours devant deux enseignants.

 

Le BO spécial du 13 février publie les deux notes de service relatives au grand oral dans les séries générale et technologique. L'épreuve comprend 3 périodes. La première est un exposé de 5 minutes où le candidat présente une "question" choisie par le jury parmi deux "questions" relatives au programme de terminale des deux enseignements de spécialité de terminale. " Les questions sont transmises au jury, par le candidat, sur une feuille signée par les professeurs des enseignements de spécialité du candidat et portant le cachet de son établissement d'origine. Le jury choisit une des deux questions. Le candidat dispose de 20 minutes de préparation pour mettre en ordre ses idées et réaliser, s'il le souhaite, un support qu'il remettra au jury sur une feuille qui lui est fournie."

 

Suit une dizaine de minutes de questions des deux membres du jury. Puis le candidat "explique en quoi la question traitée éclaire son projet de poursuite d'études, voire son projet professionnel. Il expose les différentes étapes de la maturation de son projet (rencontres, engagements, stages, mobilité internationale, intérêt pour les enseignements communs, choix de ses spécialités, etc.) et la manière dont il souhaite le mener après le baccalauréat".

 

Le jury est composé " de deux professeurs de disciplines différentes, dont l'un représente l'un des deux enseignements de spécialité du candidat et l'autre représente l'autre enseignement de spécialité ou l'un des enseignements communs, ou est professeur-documentaliste", autrement dit n'importe quel enseignant peut être requis pour participer à ce jury.

 

Le BO propose une grille d'évaluation où l'un des critère est la maitrise des connaissances, les trois autres sont la qualité orale de l'épreuve, la qualité de la prise de parole (redondant avec la précédente), la qualité de l'argumentation et la qualité de l'interaction.

 

Le bac précédent comportait une épreuve de TPE où l'élève présentait un projet de recherche. Le candidat était évalué sur la qualité de sa recherche et sur sa présentation d'une question pluridisciplinaire travaillée tout au long de l'année dans le cadre d'un horaire précis. Cette épreuve développait les capacités d'autonomie et de travail personnel de l'élève en vue de le préparer au supérieur.

 

Le mot "projet" est encore présent dans l'arrêté du 16 juillet 2018 relatif aux épreuves du nouveau bac quand il est question du "grand oral" : "l'épreuve porte sur un projet adossé à un ou deux enseignements de spécialité choisis par le candidat".

 

Depuis 2018, l'épreuve a donc évolué. On est passé du projet à un mini exposé sur une question de cours. On est aussi passé de l'intérêt porté à la démarche autonome de recherche de l'élève à la récitation du cours.

 

On mesure le  dégradation survenue avec ce bac. Non seulement l'épreuve sera plus facile pour les candidats socialement favorisés qui seront plus à l'aise lors de la présentation orale. Mais aussi accorder un tel pourcentage de points du bac (coefficient 10 au bac général et 14 au bac technologique) pour la récitation d'une question de cours ne contribue pas à relever le niveau de l'examen.

 

Surtout au lieu de cibler l'épreuve vers un apprentissage intellectuel et le développement de compétences utiles pour les études supérieures, cette nouvelle épreuve fait le choix du bachotage et de la question de cours traitée très superficiellement.

 

F Jarraud

 

Au BO enseignement général

Au BO enseignement technologique

Travaux Personnels Envolés

GRand oral : un rapport sur du vent

 

 

Par fjarraud , le mardi 18 février 2020.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces