L'Expresso du 31 mars 2020 

Le fait du jour

Albert, Aïssam, Adrien, Jean Christophe et Aline enseignent en lycée professionnel. Que cela soit en CAP ou bac professionnel, tous reconnaissent ne toucher depuis la fermeture des lycées qu’une minorité de leurs élèves. Alors quand on parle de continuité pédagogique, Alice raille un peu le concept. «On est dans la continuité pour le coup, j’ai seulement des retours d’un quart de mes élèves, un peu comme en classe… Il y a donc continuité, nos décrocheurs habituels sont les mêmes en effet… ». Les téléphones portables sont les meilleurs amis de ces profs. Communiquer avec leurs élèves est la priorité, alors WhatsApp, Skype, Facetime deviennent leurs outils de travails privilégiés. Réactivité, système D comme débrouille, voilà qui décrit bien ces enseignants qui se battent pour ne pas perdre le lien, déjà ténu, avec leurs élèves.

 

(...)

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

La réouverture des écoles c’est pour mai, juin ou septembre ? Après avoir annoncé la réouverture des écoles à différentes dates, le ministre opte le 30 mars sur Europe 1 pour une position plus réaliste : la date de la réouverture lui échappe. Ce qui ne l’empêche pas de parler du bac. Il annonce ne pas dévier de la revalorisation, ce qui réveille le spectre de la réforme des retraites…

 

(..)

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
La classe

Comment montrer concrètement aux élèves les effets du confinement sur un pic épidémique ?  Marine Paulhiac-Pison, enseignante de SVT au lycée Marie Curie de Versailles (78) a conçu un modèle qui fait écho à l’actualité et qui permet de montrer « l'importance du collectif » en cas d’épidémie. A l’aide du logiciel Edu’Modèle crée par Philippe Cosentino, l’enseignante a réalisé un modèle où l’on peut modifier le taux de confinement d’une population et ainsi observer les conséquences sur la propagation de la maladie. Les données obtenues peuvent être exportées pour une analyse avec les élèves. L’enseignante n’oublie pas de rappeler les limites de la modélisation qui ne permet pas de « prédire la durée de l'épidémie ».

 

(..)

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
La classe

L’école que nous vivons et que nous fabriquons en ce moment a perdu son espace et son temps. C’est un fait et face à cela, plusieurs limites qui prenaient parfois l’eau semblent encore plus se diluer. La limite du groupe-classe avec le professeur en son sein semble quoi qu’il en soit s’étioler pour laisser place à des relations inter ou intra-individuelles. Comment redonner sa place au professeur ?

 

(...)

31/03/2020 à 07:52  |  (2 commentaires)
Le système

Que veut dire la continuité pédagogique dans une ile où 40% de la population est sous le seuil depauvreté ? C’ets ce que rappelle la députée Huguette Bello (PCR) dans le quotidien Zinfos 974. « Le déficit d’équipement n’est pas le seul handicap, l'illettrisme stagnant de notre population (116 000 personnes concernées) en est un aussi. Penser que toutes les familles peuvent participer à la continuité pédagogique, c’est être aveugle à la réalité de la société réunionnaise ! Beaucoup d’élèves ne peuvent s’isoler pour travailler, faute d’espace dans des logements souvent très exigus. En effet, les enfants pauvres vivent là où vivent plus de la moitié des Réunionnais c’est-à-dire dans des quartiers urbains ou ruraux précaires qui cumulent les fragilités économiques et sociales les plus aiguës de l’île ».

 

Sur Zinfos974

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Le système

 « Tous nos élèves ne peuvent pas travailler à la maison dans de bonnes conditions… Il nous semble essentiel que cette « continuité pédagogique » reste bénéfique pour tous et n’engendre pas une surenchère de travail, tant pour les élèves et les familles que pour les enseignants », écrit l’Udppc, association de professeurs de physique chimie. « C’est pourquoi il nous parait illusoire de croire que pendant ces semaines on puisse considérer que l’on a pu « avancer dans le programme » en introduisant de nouvelles notions au rythme habituel… Ainsi, dans ce contexte, pratiquer des évaluations sommatives annoncées comme notées, en exigeant des élèves des dates de remise de devoirs ne nous parait pas relever de la “continuité pédagogique”, or certains collègues reçoivent encore de leurs hiérarchies des instructions en ce sens ! »

 

Uddpc

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)

Les dates des vacances « ont beaucoup varié au fil du temps. Et il se pourrait bien que la période extraordinaire que nous vivons aboutisse à des changements. En tout cas, la question ne devrait pas être tabou et il est urgent qu'elle soit posée. Aussi bien pour les vacances de printemps que pour les grandes vacances », écrit Claude Lelièvre. Il rappelle les variations dans le calendrier qui est quand même fixé dans ses grandes lignes depuis un demi siècle. « En 1968, le butoir du début des grandes vacances (fixé au 1er juillet depuis 1959) a compté dans la décision du compromis qui a été mis en oeuvre : faire effectivement passer des épreuves terminales pour le baccalauréat, mais uniquement sous forme orale (des oraux étant plus rapides à pouvoir être mis en place). Aura-t-on le temps cette-fois ci de mettre en oeuvre des épreuves terminales et lesquelles? Pas sûr, loin s'en faut, si l'on n'aménage pas le tempo du début des grandes vacances ».

 

Sur son blog

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Le système

« Du déni initial à la culpabilisation d’une indiscipline désignée comme criminelle, de la volonté de rassurer à la déclaration de guerre, de la sacralisation du discours scientifique à la revendication de la dimension politique de la décision : ces allées et venues du discours public augurent mal des conditions futures de la prise de décision et de sa transparence », écrivent Blanche Vu et Martin Andler dans une étude sur la crise sanitaire. S’ils n’insistent pas sur les responsabilités gouvernementales dans la gestion de la crise , ils demandent que soit mis en débat sans tarder la sortie de la crise sanitaire. « Les choix qui s’annoncent impliqueront un discernement dont les modèles épidémiologiques ne seront qu’une simple composante. Quels seront les polarités, les alternatives à examiner, quelles valeurs seront en jeu ? Il est urgent que les cadres de raisonnement soient partagés. La qualité de la décision et surtout sa légitimité en seront accrus. Les difficultés rencontrées en février liées à la sidération et à l’urgence , ne seront plus excusables en avril ».

 

L’étude

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Le système

Ancien directeur du  CREN et professeur à l’université de Nantes, Yves Dutercq était sociologue de l’éducation, spécialiste des politiques éducatives. Auteur de nombreux ouvrages, il était intervenu souvent dans Le Café pédagogique à propos du métier enseignant, de la marchandisation de l’éducation ou encore récemment en défense du Cnesco. Sa disparition est une grande perte pour tous ceux qui essaient de comprendre l’évolution de l’Ecole.

 

Dans le Café : sur le Cnesco

Sur l’autonomie des établissements

L’éducation entre public et privé

Sur le pilotage par les résultats

Sur l’orientation

 

31/03/2020 à 07:52  |  (1 commentaire)
Le système

« A partir du lundi 30 mars 2020, du lundi vendredi, dans le cadre d'un partenariat établi entre la chaîne régionale WEO et les académies de Lille et d'Amiens, quatre cours seront diffusés sur WEO entre 10h et 11h, à destination des élèves des Hauts-de-France, de la maternelle au cycle terminal », annonce le rectorat de Lille. « Les cours, d'une durée de 15 minutes chacun sont assurés par des professeurs et formateurs des premier et second degrés des deux académies. Ils seront rediffusés le lendemain, entre 9h et 10h, avant la présentation de quatre nouveaux cours, entre 10h et 11h. Ils pourront également être visionnés en replay sur le site internet de la chaîne. Chaque jour, ce sont deux cours pour l'école primaire puis deux cours pour le collège (y compris SEGPA) et/ou les lycées (LGT et LP) qui sont diffusés ». La chaine privée Wéo est la propriété du Groupe La voix, du conseil régional,  des conseils départementaux et du Crédit agricole.

 

Communiqué


31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
La classe

 « Le numérique n’apparaît en soi ni meilleur ni pire qu’un autre outil ou support pour l’apprentissage, et former davantage les enseignants à son usage n’y changera rien », écrit Benoit Galand dans un nouveau Cahier du Girsef (Université catholique de Louvain). « Une étude comparative réalisée par de l’OCDE en 2015 sur la base des résultats aux tests PISA montre d’ailleurs que les systèmes scolaires qui ont le plus investi dans le numérique sont ceux où les élèves progressent le moins », rappelle t-il. « Certains employeurs disent avoir besoin de programmeurs, mais est-ce pour cela que l’on doit enseigner le codage à l’école ?  Des besoins existent aussi dans de nombreux autres secteurs, comme par exemple les soins de santé ou l’enseignement. Est-ce pour cela que l’on réclame de former les élèves au secourisme ou à la pédagogie dès la maternelle ? »  Pour lui, « si le numérique n’a pas plus qu’un autre média le potentiel de révolutionner les apprentissages, sa promotion intense – voire son imposition – dans les écoles pourraient avoir des effets disruptifs importants sur l’éducation en général : (a) en aggravant la crise climatique et environnementale… ; (b) en renforçant la croyance que l’effort d’apprendre les savoirs n’est plus nécessaire puisqu’ils sont disponibles partout et tout le temps via Internet, ce qui risque d’entraîner un appauvrissement culturel et un renforcement des inégalités (les enfants issus de familles défavorisées ont davantage besoin de l’école pour développer leurs savoirs ; et (c) en véhiculant le mythe que les enseignants pourraient être remplacés par des machines, ce qui pourrait avoir pour effet une dévalorisation de la profession enseignante ».

 

L’étude

Sur l’échec d’une réforme de l’éducation prioritaire

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
La classe

Comment gérer les inégalités d’apprentissage à distance ? Enseignant en Rep à Lyon, doctorant en géographie, Florian Pons souligne la montée des inégalités du fait du confinement et le « mensonge » des autorités éducatives sur la « continuité pédagogique ».

 

(..)
31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
L'élève

Le blob de la Cité des sciences et de l’industrie propose de découvrir une exposition expérience immersive « Faire corps », accessible à tous les publics. Une dizaine de dispositifs interactifs invite à entrer, à bouger, à interagir. De singuliers paysages  se dessinent dans lesquels les corps viennent se perdre, et se retrouver. Il faut jouer avec l’ombre et la lumière, les points et les lignes, le temps et l’espace. « Faire corps » est une invitation à pénétrer dans un monde vivant qui ne cherche qu’à changer, et se transformer sous l’effet des gestes et des corps en mouvement. Cette expérience spatiale, au croisement des arts visuels et du spectacle, dans laquelle on s’immerge, interroge le mouvement dans ses résonnances avec la création graphique et numérique. À l’issue de cette expérience, chacun regardera le monde différemment.

 

L’exposition expérience « Faire corps »

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Quelles ressources pour enseigner à distance ? Le site académique de Versailles pointe les ressources officielles  mais aussi les ressources académiques. Il invite aussi à utiliser les documents et vidéos mis en ligne par des enseignants sur leurs sites personnels.

 

Sur le site

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Les disciplines

« Pour aider les scientifiques à comprendre quand et pourquoi les oiseaux visitent les jardins. Les migrateurs reviennent-ils plus tôt quand le printemps est précoce ? Les oiseaux granivores viennent-ils plus aux mangeoires dans les jardins proches des plaines agricoles où les graines sauvages manqueraient en hiver ? Comment les aménagements urbains agissent sur la capacité des oiseaux à vivre en ville ? » Pour répondre à ces questions, la LPO vous invite à observer chaque jour durant 10 minutes votre jardin et à compter les oiseaux. Cette opération scientifique participative aidera les scientifiques.

 

L’opération

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Les disciplines

« Les chercheurs INRAE, dans le cadre du projet « Gardiens des chênes » initié en 2018 font appel à des écoliers, collégiens et lycéens de différents pays européens pour étudier les mécanismes de la résistance des chênes aux insectes herbivores, à travers les différents climats, depuis le Portugal jusqu’à la Finlande. Ils ont intégré à leur démarche la question essentielle de la fiabilité des données ainsi collectées par les élèves. Ces premiers enseignements sont publiés le 18 mars 2020 dans la revue Citizen Science : theory and practices. Les travaux montrent que pour des scientifiques non spécialistes et pour des élèves, il existe des biais de surestimation de prédation qui peuvent être corrigés par des procédures adaptées. Ainsi, une fois le biais identifié et corrigé, les données des élèves peuvent être prises en compte et participer à la production de nouvelles connaissances scientifiques », annonce l’inrae.

 

Le bilan

 

 

31/03/2020 à 07:52  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mardi 31 mars 2020.

Partenaires

Nos annonces