L'Expresso du 27 avril 2020 

Le fait du jour

Est-ce une bonne idée de reprendre le 11 mai ? Qu'en pensez-vous ? Le Café pédagogique a sondé ses lecteurs enseignants à travers deux réseaux sociaux : notre groupe Facebook et notre fil Twitter. Cette consultation express sur 24 heures ne prétend pas valoir un véritable sondage d'opinion. Mais, avec près de 10 000 réponses (9303 pour le premier sondage), elle atteint un volume de réponses qui fait qu'on ne peut pas l'écarter. Et ce que vous dites c'est que cette reprise n'a pas d'intérêt pédagogique mais que vous rejoindrez malgré tout l'Ecole le 11 mai la peur au ventre…

 

(...)

 
27/04/2020 à 07:51  |  (6 commentaires)
Le fait du jour

Après avoir remarquablement échoué à gérer la crise sanitaire, le gouvernement s'acharne à louper la reprise. Là où il faudrait de la concertation, il méprise l'avis du conseil scientifique qu'il a lui-même institué et des professionnels et multiplie la communication brouillonne. Le sentiment d'insécurité et de défiance est à son comble. Jetés dans cette aventure, les syndicats veulent gagner du temps. Certains sont dans le refus de la reprise. Tous sont face à leur responsabilité. Tous sont pris au piège du possible. Dans l'enseignement, comme dans la société, on s'approche du point de rupture.

 

(...)

  
27/04/2020 à 07:51  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Dans deux avis rendus au gouvernement les 20 et 24 avril, mais que celui-ci n'a rendu public que le 25 au soir, le Conseil scientifique Covid-19 émet un avis défavorable à la réouverture des écoles et établissements scolaires avant septembre mais propose des consignes pour la réouverture. Dans une lettre adressée au gouvernement le 17 avril, une large intersyndicale de l'enseignement lui avait demandé de suivre l'avis du Conseil scientifique. Elle se trouve maintenant face à la position ambigüe du conseil. Le gouvernement fera connaitre son plan pour l'école le 28 avril.

 

Lisez l'article…

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
La classe

PDF et QCM, cours « magistraux » en classe virtuelle, devoirs scannés puis notés : l'enseignement à distance nous enfermerait-il dans des pratiques traditionnelles ? N’inviterait-il pas au contraire à explorer tous les possibles du numérique pour libérer la créativité des élèves, imaginer de nouveaux cheminements dans les savoirs, favoriser les interactions et les partages, faire davantage communauté apprenante ? En voici la démonstration concrète par des professeur.es de lettres qui nous présentent chacun.e une activité mise en œuvre durant cette période de confinement. Point commun : ces enseignant.es et leurs élèves menaient précédemment des pratiques numériques. D'où une confirmation : les habiletés techniques, la créativité, l'esprit collaboratif, l'autonomie... sont bel et bien des processus, ce qui suppose un apprentissage au long cours. Autant dire que se dessine un beau défi, y compris pour la formation : faire tout à la fois du numérique et de la pédagogie la voie d’une émancipation ? y compris pour un enseignement en présence ?

 

(...)

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Le système

" Demain, il faut mettre fin à cette gouvernance autoritaire, irresponsable, aveugle, incapable dans l’imprévu de la situation dramatique de s’appuyer sur l’expérience de tout le corps enseignant, ses syndicats, ses associations, ses chercheurs pour prendre les décisions ajustées. Demain, oui, la communauté éducative doit réaffirmer sa place pour réfléchir aux missions de l’école." Dans les circonstances exceptionnelles que traverse l'Ecole, Dominique Bucheton, Richard Etienne, Viviane Youx, Présidente de l’AFEF, les collectifs Lettres Vives et Questions de classe(s) appellent à des Etats généraux de l'école "pour discuter, responsabiliser, partager les idées, inventer l’école de demain tous ensemble".

 

(...)

27/04/2020 à 07:50  |  (2 commentaires)
Le système

Alors que le ministère accélère la rentrée pour tous les élèves volontaires, Rodrigo Arenas, co-président de la Fcpe, première association de parents d'élèves, montre qu'à l'issue d'une année exceptionnelle, les besoins des élèves ont éclaté. Il appelle non pas à une rentrée mais à trois reprises différentes selon les besoins pédagogiques des élèves.

 

(...)

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Le système

Une circulaire organise la reprise des cours dans le système éducatif francophone belge à partir du  18 mai. Il prévoit une reprise très progressive des cours. Les maternelles ne rentrent pas. Ne reprennent le 18 mai que les élèves de fin du primaire (12 ans) et de terminale à raison de 2 jours par semaine. Comme en Italie, le déconfinement scolaire n'est pas lié au déconfinement économique. A partir du 25 mai, et en fonction de la situation, les élèves de CP et éventuellement de CE1 reprendront 1 jour par semaine ainsi que les élèves de 2ème année du secondaire (14 ans) à raison de 2 jours par semaine. Dans chaque phase les élève sne seront pas plus de 10 par classe. Chaque élèves disposera de 4 m² de surface libérée et le professeur de 8 m². Les cours en salle spécialisée (physique chimie) sont supprimés. Elève set enseignants doivent porter un masque en tissu toute la journée (à partir de 12 ans). Les mouvements dans les établissements doivent être limités au maximum ce qui implique de déjeuner en classe. Dans les autres classes, le téléenseignement continue sans évaluation.

 

La circulaire

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Le système

Selon un sondage Odoxa – France Info – Le Figaro, 63% des français sont hostiles à la réouverture des écoles et établissements à partir du 11 mai. Seulement 36%  trouvent qu ec'est une bonne décision. Pour 62% des parents ayant des enfants scolarisés, cette décision n'a été prise que pour permettre le retour au travail des parents. C'est aussi l'opinion de 60% des français. Seulement 21% des parents y voient une décision dictée par des considérations sociales comme le prétend le gouvernement. Seulement 36% des parents renverront leur enfant à l'école. 82% des français juge positif le droit donné aux parents de ne pas envoyer leur enfant à l'école à partir du 11 mai et 69% pensent que cela sera appliqué. Si 80% sont d'accord avec le respect des gestes barrières dans les établissements seule une minorité croit que cela sera appliqué et le pourcentage est encore plus faible pour la garantie d'un maximum de 15 élèves par classe. Une majorité des français (69%) sont pour le retour des enseignants en classe mais seulement 50% croit cela réalisable.

 

Le sondage

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Le système

"L'école est au centre de nos pensées et rouvrira en septembre. Mais tous les scénarios préparés par un comité d'experts prévoyaient des risques élevés de contagion en cas de réouverture des écoles. C'est la santé de nos enfants qui est en jeu". Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a annoncé le 26 avril le maintien de la fermeture des écoles jusqu'en septembre. En même temps il a annoncé le déconfinement des activités économiques à partir du 4 mai, y compris les bars et restaurants avec des mesures de sécurité sanitaire y compris le port du masque.

 

Dans Le Vif

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Le système

Après la publication d'un sondage montrant que 80% des français sont favorables à "instituer les cours en demi groupes ou les demi journées consacrées au sport ou à la culture", JM Blanquer s'est déclaré "très favorable" à cette organisation le 24 avril sur RFI. "Il y a des expérimentations de ce type", souligne le ministre. "Le déconfinement va favoriser ces activités". Le ministre aurait pu répondre que l'Allemagne a abandonné ce système après le choc Pisa. Les Länder mettent en place la journée de cours , chacun à son rythme compte tenu du coût de la mesure, mais de façon déterminée. Diviser par deux (ou presque deux) la durée de l'enseignement est évidemment très préjudiciable aux élèves qui ont besoin de l'école. La crise sanitaire montre justement l'importance du travail scolaire fait en classe. Mais la perspective d'alléger de 300 000 postes le budget de l'Etat semble séduire JM Blanquer. D'autant que ça ne changerait rien à la réussite des plus privilégiés. Lors de la même émission, JM Blanquer a dit aussi "faire le maximum pour ne pas dévier de la route" de la revalorisation des enseignants "dans le nouveau contexte économique d'après le confinement". Faut-il vraiment relier ces deux séquences ?

 

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Le système

" Grâce à un partenariat avec Emmaüs Connect et la Fondation SFR, le Département de la Seine-Saint-Denis a reçu 1 800 cartes SIM qui seront distribuées, dès la semaine prochaine, aux élèves ne disposant pas de connexion internet pour suivre l’école à la maison", annonce Stéphane Troussel, président du conseil départemental de Seine Saint-Denis. " 1400 cartes SIM iront à des collégien.ne.s repéré.e.s par leur chef.fe d’établissement, et 400 seront distribuées par les circonscriptions de la Seine-Saint-Denis aux familles rencontrant ces difficultés avec des enfants élèves dans d’autres cycles." Une des leçons de la crise sanitaire c'est la revanche des smartphones, bannis par JM Blanquer mais devenus indispensables pour l'enseignement.

 

Communiqué

La revanche des Smartphones

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
La classe

"Déconfiner les CDI, oui mais comment ?" L'Apdep, l'Association des Professeurs Documentalistes de l'Enseignement Privé, publie un padlet qui revient sur les mesure sà prendre par les employeurs pour protéger la santé des salariés, la définition de personnes fragiles, les règles sanitaires de l'ENSSIB et  de l'ABF, la gestion retour des livres etc.

 

Le padlet

 

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
La classe

"Si désormais il est impossible de fonctionner comme avant la crise du Covid-19, on va devoir s’interroger sur les lieux de l’enseigner/apprendre, les espaces, les temps et les durées, les moyens techniques, les postures des acteurs de l’éducation et de la formation (dont les parents, les élèves, les stagiaires…), les compétences humaines, la dimension économique, l’ingénierie des dispositifs, l’organisation des institutions, l’évaluation et la certification ou la reconnaissance des apprentissages, le lien entre informel et formel, la place de l’autoformation ou autodidaxie dans les parcours des individus…", imagine Bruno Devauchelle sur son blog. " Il faut commencer à y réfléchir dans la durée, voire pour une transformation sinon définitive, au moins suffisamment durable pour éviter de se reposer les mêmes questions à chaque rentrée de septembre. Pour ce qui est monde scolaire, il y a une continuité très forte à prévoir entre les différents lieux dans l’établissement scolaire, le domicile de chacun des acteurs, les espaces tiers de rencontre et d’échange".

 

Sur osn blog

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
L'élève

" Les filles lesbiennes et bisexuelles sont trois fois plus confrontées à ces comportements (23,2 % et 24,5 %) que les filles hétérosexuelles (6,6 %), tandis que les garçons gays et bisexuels le sont deux à trois fois plus (8,8 % et 9,7 %) que les hétérosexuels (3,5 %)", établit une nouvelle étude du Défenseur des droits relative aux violences intrafamiliales. Ces chiffres concernent les violences psychologiques. Mais les violences physiques ne sont pas en reste : " les filles lesbiennes et bisexuelles (19,4 % et 21,7 %) et les garçons gays et bisexuels (11,9 % et 8,8 %) sont plus souvent victimes de brutalités physiques que les filles et les garçons hétérosexuels (6 %). Ils subissent également plus souvent des mises à la porte, séquestrations et tentatives de meurtre". Toutes ces violences augmentent en temps de confinement.

 

L'étude

 

27/04/2020 à 07:50  |  (1 commentaire)
Les disciplines

Professeure de français en Haute-Savoie, Camille Breton a créé un fort joli jeu des 7 familles consacré aux personnages de la littérature. Au menu : les « naïfs et ingénus » (Candide, maître Corbeau, Cécile de Volanges ...), les « très vilains sans cœur » (les Thénardier, Iago, Folcoche...), les « rusés et manipulateurs » (Scapin, Renart,  Merteuil...), les « obstinés » (Antigone, Lancelot, Javert ... ), les « avares » (Harpagon, Gobseck, Maître Pathelin...), les « hantés et maudits » (Hamlet, Raskolnikov, Œdipe...), les « rêveurs et dormeurs » (Emma Bovary, Cyrano, Merlin...). Pour le plus grand plaisir des enseignant.es et pour de possibles usages dans et hors la classe ? Éclairages de Camille Breton ...

 

(...)

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Les disciplines

A Clermont-Ferrand, le confinement a entraîné l’annulation de la 33ème semaine de la poésie et les rencontres prévues dans les classes. Elle se déploie dès lors en ligne, notamment à travers un mur Padlet de ressources à destination des enseignant.es. Cette « banque de données poétiques » propose des textes que les poètes auraient lus s’ils avaient pu se rendre dans les classes, des sons, des vidéos, des activités d’écriture pour favoriser « l’initiation à la poésie contemporaine avec les élèves et les jeunes ».

 

Les ressources


27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Les disciplines

« La lecture et l’écriture sont le résultat d’un primitif isolement, d’un retrait consenti, d’une expérience des possibles. » D’où, en ce printemps confiné, l’invitation à la créativité et au partage que lance la plateforme « On peut toujours lire, on peut toujours écrire ». Deux fois par semaine, un.e écrivain.e fait une proposition d’écriture : chacun.e peut participer librement, les élèves accompagné.es par un.e enseignant.e peuvent aussi partager leurs productions. Mené dans le cadre d’un partenariat entre l’académie de Versailles et la Maison des écrivains et de la littérature, le projet veut « recueillir les traces les plus infimes, les traces qui feront mémoire pour demain. »

 

La plateforme en ligne

Les productions d’élèves

 

27/04/2020 à 07:50  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le lundi 27 avril 2020.

Partenaires

Nos annonces