L’expo (confinée) de la semaine : « Le supermarché des images » 

Nous habitons un monde de plus en plus saturé d’images. L’art et les images sont partout, sur les écrans en tout genre, sur les réseaux sociaux. Comment les contrôler, comment les stocker et gérer leurs échanges ? Le Jeu de Paume répond à ces questions à travers son exposition, « Le supermarché des images ». Peter Szendy, commissaire de l’exposition en propose une visite vidéo : Il fait découvrir 48 artistes contemporains, qui réfléchissent à ces problèmes et donnent leur réponse,  à travers des installations multimédia, des projections, des vidéos, des œuvres numériques, des sculptures et des photographies. 

 

Pierre Szendy  débute la visite par annoncer qu’il y avait plus de trois milliards d’images qui circulaient chaque jour, et que certaines même, ne se voient même pas, car elles sont faites par des machines pour des machines. Il y a une surabondance d’images absolument inouïe, inédite. Le parcours se déroule en cinq étapes. La première intitulée « Stock » pose le problème du stockage des images, problèmes environnementaux, problèmes de classement,  d’indexation, de privatisation.  La deuxième section de l’exposition est consacrée aux matières premières qui composent l’image : d’abord les matières visqueuses, puis les matières légères, immatérielles, comme le pixel, la lumière, l’électricité, mais  qui en réalité consomment beaucoup. La troisième section  est consacrée au travail : au travail des images, et aux images du travail, certaines magnifiques, certaines consacrées au travail caché, toute la chaîne de production, qui se situe derrière, au verso des images.  Le commissaire aborde ensuite l’économie, avec l’économie financiarisée, et la question des valeurs, complexe à montrer, il y a de moins en moins d’image de la valeur, l’argent par exemple longtemps un support d’image, devient dématérialisé.  La cinquième et dernière section intitulée « Échanges », montre que les images circulent, s’échangent, à des vitesses différentes,  en temps réel. Peter Szendy souhaite qu’après la visite du « Supermarché des images », tout un chacun ait conscience que, lorsqu’on fait une photo et aussi  lorsqu’on la met en circulation, c’est en réalité tout un réseau, toute une infrastructure, ce sont  des gens qui travaillent, ce sont aussi des impacts environnementaux,  c est tout l’espace de la planète qui est en jeu finalement dans un simple petit déclic d’obturateur.

 

Le dossier pédagogique

 

Un dossier pédagogique d’une cinquantaine de pages est à la disposition des enseignants pour leur permettre de découvrir l’exposition, d’approfondir des thèmes, et de poursuivre des questionnements et des recherches en lien avec une sélection d’œuvres et de documents présentés dans l’exposition. Il se compose de trois parties : « Découvrir l’exposition » offre une première approche du projet et du parcours de l’exposition, ainsi que des orientations bibliographiques ; « Approfondir l’exposition » développe plusieurs axes thématiques autour des conceptions de la représentation et du statut des images ; « Pistes scolaires » initie  des questionnements et des recherches, en lien avec une sélection d’œuvres et de documents présentés dans l’exposition.

 

Béatrice Flammang

 

La visite vidéo de l’exposition

Le dossier pédagogique

 

Par fjarraud , le mardi 19 mai 2020.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces