L'Expresso du 29 septembre 2020 

Le fait du jour

Alors que les dépenses de l'Etat explosent à nouveau en 2021, l'Education nationale ne sera pas plus à la fête qu'en 2020. Elle le sera même moins. Si 2000 emplois seront créés dans le 1er degré, autant seront supprimés dans le second. Le bilan est même négatif. 400 millions sont prévus pour la revalorisation des personnels mais dans des conditions qui restent à préciser.

 

(...)

29/09/2020 à 07:21  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Dans un nouveau volume de Pisa 2018, l'OCDE définit ce que sont pour elle les bonnes politiques éducatives à mener pour rendre les systèmes éducatifs plus performants et aussi plus justes. Parmi les enseignements des points concernent directement la France. Les redoublements, la sélection précoce, une forte part d'enseignement privé, les classes de niveau : voilà autant de points sur lesquels on pourrait progresser. Pas les salaires des professeurs, selon l'OCDE...

 

(...)

29/09/2020 à 11:00  |  (0 commentaire)
La classe

Comment engager ses élèves dans la mise en place d’un écolycée ? Cédric Metge, enseignant de SVT au lycée Marcelin Berthelot de Toulouse et Yannis El Amraoui, lycéen et cofondateur de « Berthelot, un lycée en transition » témoignent d’un vaste projet mené depuis 2 ans. L’idée générale est de « limiter l’impact du lycée sur l’environnement et de sensibiliser les lycéens à l'urgence climatique en menant des actions concrètes ». Fresque du climat, conception de savons, installation de ruches, d’un potager, réduction des déchets, le « travail de planification » porte ses fruits. Une dynamique collective s’ancre progressivement et aboutit à une plateforme en ligne pour « mettre en contact les lycées écolos ».

 

(...)

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
La classe

Dans une de mes classes de 6e, il y a Shayna. Elle se place toujours au même îlot, avec ses copines, là où elle tourne le plus le dos au tableau, en s’appliquant à bouger le moins possible, tête courbée vers son cahier, même lorsqu’il n’y a rien à écrire. Elle ne bavarde pas, ne semble pas s’impliquer non plus, arrive toujours en classe avec ses devoirs faits. Je n’avais aucun contact visuel avec elle, jusqu’à vendredi dernier.

 

(...)

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Le système

87% des parents se disent satisfaits de la manière dont se déroule la scolarité. "L’Ecole est incontournable. Les parents sont près des deux-tiers (65% de citations au global) à estimer qu’il s’agit bien de l’institution la plus importante pour la bonne marche de notre société. Les parents placent ainsi l’Ecole et l’Enseignement en tête des institutions qui leur paraissent les plus importantes", révèle le sondage réalisé par Kantar pour la FCPE qui tenait son congrès national les 26 et 27 septembre. Mais les parents affirment, à 86%, que l’avenir et la scolarité de leur(s) enfant(s) sont clairement une source de préoccupation et d’inquiétude, particulièrement les parents défavorisés. Ils craignent la fermeture des écoles du fait du covid 19. Les critiques portées sur l'école sont traditionnelles : un parent sur deux (50%) affirme que l’Ecole est datée et rigide, 66% pensent qu’elle se concentre trop sur les connaissances et savoirs académiques, 61% lui reprochent de ne pas favoriser suffisamment la réflexion et l’esprit critique des élèves, et 60% l’accusent de générer beaucoup de stress chez les enfants. Enfin, les parents sont également 58% à penser que l’Ecole n’accorde pas assez de place à la discipline. Plus grave : seuls 16% des parents estiment que la réduction des inégalités fait partie des 3 missions principales de l’Ecole. 26% affirment que l’Ecole accentue les inégalités... et, la plupart (53%) estiment en fin de compte que l’Ecole n’y change rien. A la foire aux questions sur l'amélioration de l'Ecole , les parents mettent en tête la discipline, mais l'épanouissement de l'enfant n'est pas loin, la relation entre Ecole et monde professionnel et les méthodes utilisées.

 

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Le système

Face à la crise sanitaire, "il aurait fallu une organisation et des moyens, des idées, du dialogue : tout ce que nous avons proposé pour une rentrée en temps et en heure et qui dure. Tout ce que le ministre de l’Education nationale n’a pas daigné entendre", écrit Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu , dans Libération. "Nous payons le prix de l’impréparation. Les mesures prises dans l’éducation sont plus légères que celles imposées aux entreprises ou aux lieux accueillant du public, alors que des millions d’élèves fréquentent nos établissements... l est encore temps d’engager le dialogue que votre ministre nous a refusé, s’enfermant dans un déni de réalité. C’est le sens de notre appel, monsieur le Président. Face à la crise du Covid, vous réunissez vendredi un Conseil de défense. Défendez l’école, en prenant les décisions nécessaires : une transparence totale sur la situation sanitaire dans les établissements dès le premier cas, une clarification des procédures et des règles à suivre en cas de contamination, un dialogue urgent sur des mesures permettant de limiter la propagation du virus... Au-delà de l’urgence sanitaire, nous sommes face à un défi pédagogique inédit. Il ne doit pas y avoir de génération perdue. Cela implique de traiter rapidement la question des moyens, des programmes, des réformes, de l’équipement".

 

Dans Libération

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Le système

" Dans plusieurs départements, les décharges de direction sont supprimées suite au manque de remplaçant·es et des réunions intempestives sont ajoutées. Il est parfois demandé aux directrices et directeurs de se rendre disponible les week-ends pour donner de l'information aux familles... L'animation de l'équipe pédagogique est souvent sacrifiée pour répondre aux différentes sollicitations, à la mise en oeuvre d'un protocole à géométrie variable, aux diverses enquêtes, ou encore à la rédaction des projets d'école à renvoyer pour la veille", écrit le Snuipp Fsu. Le premier syndicat du premier degré dénonce le blocage sur les décharges de direction dans les discussions au ministère. " Le ministère souhaite s'attaquer en priorité aux petites écoles sans décharge en mettant en réflexion la création d'1/8ème de décharge hebdomadaire qui pourrait se traduire par un jour de décharge toutes les deux semaines pour les écoles de une à trois classes. À la demande émise par le SNUipp-FSU et la plupart des organisations syndicales d'un quart de décharge hebdomadaire pour toutes les écoles qui n'en ont pas actuellement, la rue de Grenelle a opposé une fin de non recevoir  évoquant un coût budgétaire trop important".

 

Communiqué

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Le système

Comment rédiger le document préparatoire au rendez-vous de carrière ? Sur son blog Julien Delmas propose son aide pour le faire, même si ce document n'est pas obligatoire. Il offre des exemples de document préparatoire selon les différents corps (PE, certifiés etc.) et les disciplines pour montrer que les compétences de "l'agent dans con environnement professionnel", de l'agent "dans une dimension collective" ou de l'agent "dans son développement professionnel"

 

Sur son blog

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)

Ca va faire rêver certains ici... "Sur cette base il va devenir illégal d'enseigner de grands morceaux de l'histoire britannique, toute l'histoire du parti travailliste et des syndicats". L'opposition travailliste s'inquiète d'une instruction envoyée dans les écoles anglaises par le ministère de l'éducation qui interdit les documents anti capitalistes en classe. "Les écoles ne doivent jamais utiliser des ressources produites par des organisations extremistes comme la volonté d'abolir la démocratie ou le capitalisme", précise cette note.

 

Dans le Guardian

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
La classe

En amont de ses journées nationales, l'OZP, une association regroupant des acteurs de l'éducation prioritaire, publie une "enquête sur la mise en oeuvre de la refondation de l'éducation prioritaire", en forme du bilan que le ministère se garde de faire. Chaque élément de l'enquête sera dévoilé chaque jour jusqu'au début octobre. Le 28 septembre c'est l'introduction qui est publiée. "La question sociale est centrale dans le traitement des inégalités en particulier concernant la politique scolaire. « L’École est le moment où les différences des enfants deviennent des inégalités. Les écarts, aujourd’hui, sont entérinés plus que contrebalancés » (Bernard Lahire). Le système éducatif français prend mal en compte les élèves qui, du fait de leur origine sociale, ne sont pas en connivence avec les codes et la culture scolaires. Pour beaucoup d’entre eux, cette école n’apparaît pas comme une école émancipatrice par les savoirs et les cultures mais comme une machine qui classe, trie et conduit à l’échec et à la perte de l’estime de soi. Pour qui refuse l’idéologie libérale de sélection naturelle dès l’enfance s’impose la nécessité d’une politique scolaire en rupture avec ce modèle afin que l’école publique soit vraiment l’école de tous et en particulier pour les élèves qui vivent dans les quartiers populaires. En réalité, cette politique de rupture existe depuis 1981, elle se nomme « politique de l’éducation prioritaire »".

 

Sur OZP

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
La classe

"Les tentatives d’ « école à la maison », les désillusions face à un usage du numérique réduit à l’application de protocoles individuels standardisés, le décrochage de trop nombreux élèves, la solitude et la détresse psychologique de beaucoup d’autres, tout cela a encore renforcé la nécessité de la mise en œuvre d’une pédagogie soucieuse de la construction du collectif et qui fasse de la coopération entre pairs la clé de voûte de la scolarité", écrit Philippe Meirieu, nouveau président des CEMEA. "Nous sommes convaincus en effet, plus que jamais, de l’importance décisive de l’École pour tous les enfants et, en particulier, les plus démunis ou en difficulté. Nous croyons que l’École publique, avec son projet consubstantiel de mixité sociale, est essentielle pour lutter contre toutes les formes de ségrégation et d’exclusion. Nous savons qu’à travers la transmission des connaissances, les professeurs peuvent se faire de véritables formateurs à une citoyenneté lucide et solidaire... Avec l’espoir de la contagion. La contagion des valeurs de l’Éducation nouvelle contre celle de tous les virus possibles, la COVID et l’individualisme, le repli sur soi et les concurrences mortifères, l’obscurantisme et les ségrégations de toutes sortes… L’Éducation nouvelle est porteuse d’avenir, pour nos enfants, pour nos écoles, pour notre avenir commun, pour notre planète". Les CEMEA mettent en ligne Yaka'Rentrée, une collection de textes et de projets pédagogiques pour affronter la rentrée.

 

Yaka'Rentrée

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
L'élève

La science est à la fête partout en France, du 2 au 12 octobre. Cette 29ème édition a pour thème « planète Nature », et interroge la place de l’Homme dans l’Univers. Des milliers d’événements ouverts à tous, gratuits, inventifs, attractifs et ludiques, permettent de rencontrer des scientifiques, de découvrir le travail des chercheurs, de partager des savoirs, de s’interroger sur les grands enjeux du 21ème siècle. Mais pour s’adapter à un contexte inédit,  la science se partage aussi en numérique, cette année. La Cité des sciences et de l’industrie, et le Palais de la découverte fêtent la science les 3 et 4 octobre.

 

(...)

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Les Journées nationales de l'Apmep, association des professeurs de maths, auront lieu du 18 au 20 octobre quoiqu'il arrive. En effet elles auront lieu à distance. Le programme est en cours d'élaboration.

 

Le site des Journées

 

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Les disciplines

" L'expérimentation est au coeur de l'apprentissage scientifique. Les élèves et les étudiants n'ont cependant pas toujours accès au matériel nécessaire, soit du fait d'un accès limité aux laboratoires (confinement, situations de handicap, matériel défaillant), soit parce que les expériences doivent être faites sur le terrain. Les smartphones et les tablettes font aujourd'hui partie de l'environnement quotidien de l'élève... C'est dans cette optique que nous avons développé une application tirant parti des capteurs et de l’ergonomie de ces supports numériques afin de favoriser la démarche scientifique des élèves de collège et de lycée, ainsi que celle des étudiants". La Main à la pâte propose une application gratuite qui permet d'expérimenter en classe. " L'application FizziQ, gratuite et sans partage de données personnelles, s'articule autour de 4 fonctionnalités qui sont liées par une interface ergonomique et moderne :  la capture des données, le cahier d'expériences, la gestion des protocoles d'expériences et les outils d'expérimentation". Un certain nombre de protocoles prêts à l'emploi sont disponibles : accélération linéaire, effet Doppler, mouvement rectiligne, centrifugeuse etc.

 

Fizziq

Votre smartphone, un laboratoire

Le smartphone outil pour les SVT

 

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Tous les pays ont d'excellents élèves. Mais trop peu réussissent à faire en sorte que tous leurs élèves aient de bons résultats. Trop peu arrivent à hisser leurs élèves pauvres vers la performance. Certains y arrivent. Comment font les systèmes éducatifs les plus performants ? Ont-ils été obligés de faire un choix entre les élèves ou arrivent-ils à marier excellence et égalité ? Dépensent-ils davantage que les autres ?  Pisa 2018 offre un regard sur les résultats scolaires de près de 80 pays. Il permet de distinguer quelques pistes pour améliorer la performance de leurs écoles. Retrouvez à 11 heures les conseils de l'OCDE pour une école plus performante et plus juste.

 

29/09/2020 à 07:21  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mardi 29 septembre 2020.

Partenaires

Nos annonces