L'Expresso du 02 novembre 2020 

Le fait du jour

Sous le poids d'une double crise mal gérée, la rentrée du 2 novembre restera dans la mémoire des enseignants. Le ministre leur demande d'accepter une cérémonie bâclée en mémoire de leur collègue assassiné. Ils doivent aussi rentrer en pleine épidémie avec un protocole sanitaire officiellement "durci" mais en réalité qui change peu de choses par rapport au protocole ultra léger précédent.

 

(...)

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Aborder l’attentat de Conflans avec des élèves de l’école primaire n’est pas aisé pour une grande majorité des enseignantes et enseignants. Comment expliquer la barbarie alors même que les adultes n’y arrivent pas ? Comment ne pas tomber dans l’émotion ? Comment essayer de raccrocher ce moment de recueillement aux valeurs de la République enseignées dans les programmes ? Arthur Serret, enseignant dans le nord Parisien, adepte de la pédagogie Freinet, ne sait toujours pas comment aborder la question. Il se réjouissait du temps de concertation en équipe, finalement supprimé par le Ministre. Stéphanie Castera, n’est pas plus sûre de la méthode à adopter malgré ses années de pratique d’ateliers philos avec ses élèves de CE1. Le 2 novembre, ils auront en plus à gérer le port du masque de leurs élèves, « qui suscitera surement plus de questionnement que l’attentat pour mes petits CE1 » selon Stéphanie.

 

(...)

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Alain Senée est élu dans le Cher du SNUipp, le premier syndicat du primaire, et directeur d’une petite école à Thauvenay, qui forme un RPI (regroupement pédagogique intercommunal) avec les écoles des villages de Ménétréol-sous-Sancerre et de Saint Bouize. Il explique comment cette rentrée particulière marquant le retour des élèves après l’assassinat de Samuel Paty, le professeur d’histoire-géo exécuté par un terroriste islamiste à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), sera vécue dans des écoles rurales comme la sienne.

 

(...)

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
La classe

Comment éduquer les élèves à la question des traces numériques ? Au lycée de l’Iroise à Brest, les 1ères du projet i-voix ont créé des « i-tombeaux », des tombeaux numériques en hommage à des personnages de Racine et Mouawad : ils ont écrit et publié leurs oraisons funèbres, produit, éditorialisé, commenté leur présence post mortem sur internet. L’appropriation numérique de la littérature devient une approche littéraire du numérique pour réfléchir sur des questions essentielles : comment se transforme aujourd’hui notre relation à la mort ? peut-on considérer notre présence en ligne comme une écriture : celle de nos mémoires numériques d’outre-tombe ? A l’heure des Etats Généraux du Numérique pour l’Education, le projet invite à envisager à l’Ecole le numérique comme « un fait social total » (M. Mauss). En écho à toutes les commémorations actuelles, il interroge la façon dont au 21ème siècle nous construisons le souvenir des personnes disparues, donc aussi le nôtre…

 

(...)

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
La classe

Comment réagir à l'assassinat de Samuel Paty ? Certes il faut renforcer la transmission des valeurs démocratiques et donc l'enseignement moral et civique. Mais comment faire ?  Professeure en lycée et chargée de cours à Paris Diderot, Laurence De Cock va chercher chez C. Freinet une réflexion sur ce qu'est cette transmission. "Meubler l'enfant d'habitudes de dévouement et de serviabilité envers un milieu social dont on l'isole, en dehors de la situation réelle et des besoins concrets auxquels il devra répondre par sa conduite morale, c'est, à la lettre, lui enseigner à nager hors de l'eau". L De Cock appelle à renforcer la formation des enseignants mais aussi à revenir aux programmes de 2015 d'EMC, capables d'articuler la transmission des principes et leur mise en oeuvre.

 

(..)

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Le système

Il aura fallu attendre la veille de la rentrée pour que les fiches repères qui permettent de mettre en application le protocole sanitaire soient publiées. Durcissent-elles un protocole jugé déjà pas assez sévère ? Nullement. La priorité d'accueillir tous les élèves est réaffirmée et cela conduit plutôt à une baisse des exigences. Ainsi le protocole dit que les objets touchés fréquemment par les élèves (comme les poignées de porte) doivent être nettoyées plusieurs fois par jour. Dans la cour de récréation une seule fois suffit. Les élèves sont sensés aussi ne pas se mélanger dans la cour mais c'est entre groupes, un groupe pouvant contenir plusieurs centaines d'élèves. Des écoles avaient anticipé les récrés décalées. Pour les autres il va falloir l'organiser.  Le non brassage n'est pas plus sérieux dans les cantines où il est recommandé "dans la mesure du possible" et non imposé. Le nettoyage doit avoir lieu "après chaque service" et seulement si possible après chaque repas. Finalement le ministère découvre que ce serait pratique d'avoir des espaces supplémentaires pour la cantine. Peut-être aurait -on pu l'anticiper ? En EPS le gymnase reste utilisable pour des sports non collectifs.

 

Les fiches repères

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Le système

"La situation actuelle nécessite la présence massive et urgente de personnels dans les écoles, collèges, lycées" disent les syndicats (FO, Fsu, Sud, Snalc, Unsa, Sncl, Sgen Cfdt, Cgt), la. Fcpe et l'Unl. "Elles demandent au ministre de l'Education nationale de procéder au recrutement de ces personnels dès la reprise du 2 novembre, en particulier en ayant recours aux listes complémentaires des concours, et en réabondant les listes complémentaires lorsque cela s’avère nécessaire". L'enjeu c'est au minimum d'augmenter le nombre de remplaçants pour ne pas avoir à brasser les élèves davantage.

 

Le texte

 

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Le système

"Notre service public d’éducation semble être dirigé à vue en fonction du vent de l’opinion", écrit "l'éducateur équitable", un CPE d'un collège Rep+. "Les ordres et contre-ordres et autres injonctions contradictoires s’enchaînent sans cesse, laissant l’équipage dans le doute et la défiance. Certaines consignes ne tiennent pas compte du principe de réalité et notre navire se retrouve plongé en pleine tempête, sans boussole, désemparé... Ce document sanitaire est-il réellement à destination du monde scolaire ou entend-il donner l’image, à l’opinion publique, d’une institution « droit dans ses bottes » qui a pris la mesure de la situation sanitaire ? Cette question est d’autant plus légitime que ce document passe difficilement l’épreuve du réel", affirme t-il. "Pourquoi, en parallèle des professionnels de la santé, n’a-t-on pas constitué un « conseil des sages de l’éducation » afin de trouver la bonne articulation entre urgence sanitaire, réalité de terrain et intérêts de notre jeunesse ?" Mettre le ministre sous controle en sorte...

 

Sur son site

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Le système

Education Week, un magazine spécialisé américain, a interrogé 3 experts pour connaitre les règles de ventilation à mettre en oeuvre dans les locaux scolaires. Aux Etats Unis cela semble plus facile qu'en France car la ventilation mécanique est beaucoup plus fréquente. Les experts recommandent d'améliorer le niveau de filtrage de ces machines, ce qu'ont fait de nombreux districts scolaires. Là où la ventilation mécanique n'existe pas  il faudrait renouveler l'air au moins 6 fois par heure et donc laisser les fenêtres ouvertes même quand il fait froid. Les purificateurs d'air ne sont recommandés qu'en l'absence de ventilation mécanique. Seulement ils se font déjà rares. Quand aux purificateurs par UV, comme ceux recommandés en Auvergne Rhône Alpes, ils sont jugés dangereux par les gaz émis et le risque incendie.

 

Dans Education Magazine

 

02/11/2020 à 06:26  |  (4 commentaires)
Le système

Faut-il, comme le demande JM Blanquer, lire le texte de Jean Jaurès dans toutes les écoles de France à 11h le 2 novembre ? La question se pose tant ce texte est inaccessible à la majorité des élèves. Mais la comparaison avec le texte original montre que le ministère a biffé tout un paragraphe. Pour quelles raisons ?

 

(...)

02/11/2020 à 06:26  |  (1 commentaire)
Le système

"Depuis de nombreuses années maintenant, l’École de la République est déconstruite par Jean-Michel Blanquer et son monde. Gouvernée par la folie bureaucratique et le fantasme du contrôle absolu, assujettie à des évaluations stériles et sclérosantes, prise en mains par des idéologues libéraux qui ne jurent que par la norme et la compétition, guidée par une aveugle soumission au dogme des « fondamentaux » lire-écrire-compter, l’École se perd. Et avec elle, les citoyens de demain." Lancée par plusieurs enseignants souvent proches du mouvement Freinet, la pétition demande du respect pour les enseignants notamment suite à la modification de l'hommage à S Paty.

 

La pétition

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
La classe

Spécialiste de la philosophie avec les plus petits, Edwige Chirouter donne des pistes aux enseignants et enseignantes qui auront la difficile tâche de parler de l’attentat de Conflans.  Elle invite à passer par la médiation culturelle. "Le travail de philosophie n’est pas déconnecté du réel, il résonne avec le réel et permet de lui donner du sens, de mieux le comprendre. Mais pour pouvoir le comprendre et réfléchir de façon sereine, il faut absolument faire ce pas de côté".

 

(...)

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
L'élève

Le ministère de l'éducation nationale a mis au clair les documents nécessaires pour pouvoir aller à l'école, au collège et au lycée quand on est élève ou parents accompagnateur. " Pour les collégiens et les lycéens, la seule présentation du cahier de correspondance suffit pour justifier du déplacement", écrit le ministère. Pour les accompagnateurs, il faut "soit une attestation permanente à télécharger sur le site du Gouvernement". Celle-ci "est établie par le responsable de l’enfant et doit porter le cachet de l’école ou de l’établissement d’accueil de l’enfant". De nombreux directeurs ont passé une partie du week end à les envoyer aux parents.  " Soit une attestation temporaire (papier ou numérique), téléchargée sur le site du Gouvernement" en cochant la case " déplacement pour chercher les enfants à l’école et à l’occasion de leurs activités périscolaires". A noter que le site ministériel ne dit rien des documents nécessaires aux écoliers eux-mêmes qui n'ont généralement pas de carnet de correspondance.

 

Sur le site

 

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Quels ouvrages proposer aux élèves dans le prolongement des œuvres au programme de 1ère 2020-201 ? Menée auprès d’une centaine d’enseignant.es de l'académie de Grenoble et actualisée en septembre 2020, une enquête a permis d’établir une «  biblio-liste mutualisée ». Les propositions de lectures cursives sont classées par objet d’étude et par œuvre au programme. La liste constitue une photographie à un instant "T" des choix enseignants et une source où puiser des idées.

 

La liste en ligne

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Les disciplines

« Ecrire la liberté, c’est affronter le couteau / Pour ne pas découdre les rêves plus brillants que le feu. » Enseignante au lycée Elie Vinet à Barbezieux près d Angoulême, Nadia Gilard propose une belle activité pour un hommage en poésie à « Samuel Paty et tous ceux qui meurent ou sont morts au nom de liberté de dire ». Est proposé aux élèves un corpus de poèmes de Maurice Carême (« L’oiseau »), Andrée Chédid (« Jeunesse »), Paul Eluard (« Et un sourire », « Liberté »), Jean-Pierre Siméon (« Comme il est bon d’aimer »), Blaise Cendrars (« Nous ne voulons pas être tristes »). Avec cette consigne de lecture-écriture : « Surlignez dans ces poèmes les mots ou expressions qui vous plaisent et qui semblent refléter ce que vous pensez de la liberté de dire, de la liberté des mots, de la liberté d’expression. Grâce à ces relevés, créez un poème de 4 vers libres que vous mettrez en page dans « La colombe » de Picasso ».

 

Nadia Gilard sur le site de la Maisons des écrivains et de la littérature

Ressources rassemblées par Grégory Devin

 

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Les disciplines

 « Réaliser un magazine en réalité augmentée pour rendre vivant L'Avare de Molière » : tel est le projet mis en œuvre par les 5èmes de Bastien Guillotte au collège Anatole France de Noeux-les-Mines. La production finale, réalisée avec Madmagz, rassemble des contenus variés : comptes rendus de recherches sur l’auteur, présentation des personnages, versions actualisées des scènes, lectures à voix haute, transpositions B.D., interviews de personnages, carte mentale sur les mots doux et les insultes au temps de Molière, jeux interactifs autour de la pièce … « Nous avons été « coupés dans notre élan par le confinement, explique l’enseignant. C’est pourquoi, j’ai opté pour un travail collaboratif avec des activités très différentes tant dans leur forme que dans leur contenu mais toutes permettant une lecture raisonnée du texte. Chaque élève ne travaille pas ici les mêmes compétences et a l’impression de choisir ce qu’il veut faire, facilitant sa mise en activité par sa mise en confiance. »

 

Le magazine

Une présentation de la séquence

Molière dans Le Café

 

 

02/11/2020 à 06:26  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le lundi 02 novembre 2020.

Partenaires

Nos annonces