La Cour des comptes pour dérèglementer l'enseignement dans les DROM 

"Ca coûte cher et ça marche pas bien". La formule du sénateur Gérard Longuet résume finalement assez bien le rapport de la Cour des comptes sur "le système éducatif dans les académies ultramarines" c'est à dire celles des Antilles, la Guyane, La Réunion et Mayotte. La Cour pointe le surcoût des enseignants lié à la majoration de vie chère et à un pourcentage d'enseignants hors classe beaucoup plus élevé dans certains départements. Plus désagréable encore : il souligne l'écart entre les taux de réussite aux examens qui sont comparables à la métropole et les résultats des évaluations (du CP à la journée de défense) qui montrent un très fort écart de niveau avec la métropole. La solution de la Cour pour améliorer l'enseignement dans les DROM c'est la déréglementation. Il faut laisser les recteurs s'affranchir des cadres réglementaires pour le recrutement et la paye des enseignants. Et substituer un dispositif local à l'éducation prioritaire.

 

5 académies bien différentes

 

 Présenté devant la Commission des finances du Sénat le 10 décembre, le rapport de la Cour des comptes sur les académies ultra marines (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Réunion et Mayotte) pose effectivement des questions gênantes.

 

Cet ensemble de 5 départements peut en fait être divisé en 2 catégories. Martinique, Guadeloupe et La Réunion ont une population scolaire sur le déclin et par suite un encadrement enseignant supérieur aux besoins. Ce sont aussi des académies attractives pour le recrutement enseignant. A l'inverse la Guyane et Mayotte ont une population scolaire en explosion, peu francisée et  a du mal à recruter des enseignants. Dans ces deux académies un nombre important d'enfants n'est toujours pas scolarisé : 5000 au moins à Mayotte, 10 000 en Guyane. La proportion d’enfants qui n’a pas le français pour langue maternelle est estimée à 70 % en Guyane et serait plus importante encore à Mayotte. Le taux de PCS défavorisés est très élevé : 40% en moyenne en France et en Martinique, 46 en Guadeloupe, 60 à La Réunion, 67 en Guyane et 71 à Mayotte.

 

Les établissements scolaires ont des vécus très différents selon les départements. Dans les 3 départements des Antilles et La réunion, le nombre d'élèves par classe est au standard métropolitain. C'est très différent à Mayotte où, en plus, on pratique l'enseignement alterné : les élèves viennent soit le matin soit l'après midi ce qui génère un nombre d'élèves par établissement très important. Il y a encore d'autres particularités comme la difficulté des transports en Guyane alors que les internats sont très rares. C'est un facteur de décrochage quand il faut aller au collège.

 

L'Etat met des moyens dans ces départements : un peu plus de 4 milliards. Le cout moyen d'un élève des DROM est nettement plus élevé qu'en métropole : 3790€ pour le premier degré en métropole, 5270 en Guyane, 5500 en Guadeloupe, 5140 à La Réunion, 6300 en Martinique.

 

Les examens ne reflètent pas le niveau réel

 

Revenons au "Ca coûte cher et ça marche pas bien". Ce qui justifie ce cri du coeur ce sont les résultats aux évaluations. Officiellement les taux de réussite aux diplômes sont équivalents à ceux de métropole.  87% de réussite au brevet en métropole, 86 en Martinique, 82 en Guadeloupe et La Réunion, 75 en Guyane et un taux inconnu a Mayotte. Notons que le taux d'accès est de seulement 63% en Guyane et inconnu à Mayotte. Au bac général 91% de reçus en métropole, 89 à 92 dans les Antilles et La Réunion , 85 en Guyane et 73% à Mayotte. Mais à Mayotte un élève sur deux (60%) n'a pas accès au bac et 1/4 en Guyane contre environ 15% dans les autres DROM.

 

N'en déplaise à la Cour on a là un facteur pour expliquer le décalage avec les évaluations. Mais l'écart est tellement fort qu'il reste de l'inexpliqué. Parce qu'aux évaluation de CP 22% des enfants ont des difficultés de lecture en métropole et autant à La Réunion et en Martinique mais 41% en Guadeloupe, 47% en Guyane et 55% à Mayotte. En 6ème la maitrise du français est insuffisante pour 13% des collégiens français mais 21 à 29% dans les Antilles et La Réunion , 44% en Guyane et 75% (!) à Mayotte. On retrouve ces taux aux tests des Journées défense citoyenneté. Le taux d'illettrisme est de 51% à Mayotte par exemple. Parmi les recommandations de la Cour il y a la demande d'explications adressée à l'Education nationale sur ces écarts.

 

Prof bashing

 

"Il y a le Hors classe et le hors la classe". La formule, pas très gracieuse, est du président Louis Gautier de la Cour des Comptes. Si l'enseignement coûte si cher c'est, pour la Cour, à cause des enseignants.

 

Les enseignants des DROM bénéficient d'indemnités spéciales qui augmentent leur cout. Certains départements sont aussi entièrement en éducation prioritaire. La Cour estime qu'un certifié ayant 5 ans d'ancienneté perçoit net 49 000€ à Mayotte, 40 000 en Guyane soit nettement plus qu'en métropole (27 000€). De plus certaines académies attractives (Antilles Réunion) comptent un nombre très élevé d'enseignants en fin de carrière.

 

Les enseignants  coutent trop cher estime la Cour qui leur trouve aussi bien d'autres défauts. Ils sont "peu impliqués dans la formation". Surtout la Cour dénonce un nombre important de journées  d'enseignement perdues "à reconquérir" mais qu'elle ne peut estimer. "En sus des absences non remplacées des enseignants, d’autres facteurs spécifiques à l’outre-mer augmentent le nombre de jours d’enseignement perdus liés aux conditions climatiques et sanitaire et à l’adaptation du calendrier scolaire aux fêtes locales (le carnaval, par exemple, n’est pas sans effet dans les Antilles où il s’étend sur plus d’un mois). Les conflits sociaux ont également un impact significatif mais non objectivable car le ministère de l’éducation nationale n’établit pas de statistiques par académie. Cependant, les réactions de l’opinion publique, au premier rang desquelles celle des parents, témoignent du malaise et du mécontentement. Par ailleurs, les spécificités géographiques de ces territoires font qu’un mouvement social, qu’il soit propre à l’éducation nationale ou non, peut facilement bloquer les accès à un grand nombre d’établissements scolaires (les deux autres académies ultramarines ne sont pas épargnées par ces phénomènes). Au total, il est indéniable que l’élève scolarisé dans ces trois académies pourtant anciennes reçoit un nombre de jours d’enseignement inférieur à la moyenne des élèves de métropole". La Cour dit aussi que les chefs d'établissement sont laxistes dans l'attribution des autorisations d'absence, qu'il y a des habitudes de ne pas travailler le vendredi et/ou le mercredi après midi.

 

Dérèglementer

 

La solution proposée par la Cour c'est la déréglementation. "Les règles nationales de gestion des personnels, en particulier enseignants, prévalent sur les adaptations : hormis dans le premier degré à Mayotte, le recrutement des enseignants se fait selon les règles du droit commun et les mécanismes d’affectation en outre-mer ne permettent pas de pourvoir tous les postes. Le dialogue de ces académies avec le ministère ne fait pas une place suffisante aux spécificités locales : il reprend à l’identique les priorités ministérielles de facto difficilement applicables (les rythmes scolaires à Mayotte, par exemple), des difficultés localement très importantes (la question linguistique en Guyane) n’y sont pas traitées. L’éducation prioritaire, qui est massivement utilisée, ne semble plus l’outil approprié : outre les limites inhérentes à ce dispositif (déjà relevées par la Cour dans son évaluation de politique publique), la délimitation du périmètre et l’intensité de l’effort dans les Antilles et à La Réunion semblent davantage un produit de l’histoire qu’une adaptation réaliste au contexte".

 

La Cour demande une adaptation du dispositif éducatif variable selon les difficultés des académies. C'est ce que commence à faire le ministère avec le concours spécifique de Mayotte dans le premier degré. A partir de 2021 il y aura aussi un capes particulier à Mayotte et il y en aura peut etre aussi un en Guyane. Devant la Commission des finances du Sénat, E. Geffray, Dgesco, a évoqué un plan de préprofessionnalisation en Guyane (200 postes). En Guyane il est question de recruter des enseignants certifiés avec une titularisation plus longue.

 

"Les difficultés à pourvoir certaines compétences devraient pousser le ministère, comme il s’y emploie pour les concours dérogatoires d’enseignants à Mayotte aujourd’hui et en Guyane demain, à assouplir les règles de recrutement ; le niveau d’attractivité des académies devrait peser davantage dans l’octroi d’avantages spécifiques (financiers, évolution de carrière, autres) qu’il s’agisse de les limiter ou au contraire de les renforcer", estime la Cour.

 

Cela concerne en premier l'éducation prioritaire. On sait que la Cour a publié un rapport demandant une réforme de l'éducation prioritaire allant dans le sens de ce que prépare le ministre. Pour les DROM il invite à récupérer les moyens pour les utiliser autrement. "La même démarche modulée devrait concerner les dispositifs existants, surtout l’éducation prioritaire. Une révision en profondeur s’impose pour revoir l’allocation des moyens entre les cinq académies ultramarines, éviter d’appliquer uniformément la règle des heures de pondération qui consomme des heures précieuses sans effet prouvé, trouver des modalités d’action de terrain plus réalistes en donnant aux recteurs de nouvelles marges de manoeuvre pour affecter les moyens. Dans les deux académies où l’éducation prioritaire est omniprésente (Mayotte et Guyane), le ministère devrait redéployer les importants moyens qu’il distribue au titre de l’éducation prioritaire selon des procédures détachées d’une simple réplication des règles métropolitaines, aux mains des recteurs".

 

La Cour fait finalement 11 recommandations. Deux sont des demandes d'explication sur l'écart entre évaluations et examens et sur le nombre de jours perdus. La Cour demande aussi la révision du plan de remplacement peu efficace. Les autres invitent à une nouvelle gestion : "adapter l'éducation prioritaire aux réalités locales voire y substituer un dispositif spécifique"; intensifier l'adaptation des concours de recrutement.

 

François Jarraud

 

Le rapport

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 11 décembre 2020.

Commentaires

  • fovoir, le 12/12/2020 à 16:38
    Ben voyons !
    Une partie des enseignants qui partent Outre-mer le font aussi parce que les revenus sont plus attractifs que dans l'hexagone, remettre en cause les particularités salariales et fiscales serait tarir le recrutement en DOM et COM.
    De plus, cette charmante Cour des Comptes, avec sa culture livresque, ne sait pas les conditions souvent très difficiles dans lesquelles les enseignants travaillent, l'attractivité de la Guyane est au niveau de la violence quotidienne qui y sévit.
    Enseignants "Boucs émissaires", c'est bien dans la culture du ministère de l'EN, Samuel aurait pu en témoigner !!!!!!!
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces