L'Expresso du 01 juin 2021 

Le fait du jour

Coup dur pour le ministère dans une vieille affaire qui a escaladé toute la hiérarchie des tribunaux depuis 2018. Une décision du Conseil d'Etat rendue le 19 mai 2021 annule une partie de l'arrêté fixant les règles d'accès des agrégés à la classe exceptionnelle. C'est déjà un gros problème pour le ministère. Mais les raisons de l'annulation pourraient aussi concerner tous les autres enseignants de la classe exceptionnelle. Le ministère va devoir rédiger de nouveaux arrêtés sur les critères d'accès à la classe exceptionnelle.

 

(..)

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Comment les adolescents articulent-ils l'Ecole et les loisirs extrascolaires ? Dans Education et Sociétés (n°45), Anne Barrère (Cercil) et Camille Noûs (pseudonyme collectif du Laboratoire Cogitamus) osent le parallèle éducation scolaire  et éducation buissonnière. A force de se recroqueviller sur le travail et l'utilitarisme du diplôme, l'Ecole a déserté l'éducation vraie, celle qui fait grandir et épanouir les hommes. L'Ecole joue l'individualisme et c'est finalement la sphère des loisirs qui socialise. Une réflexion à poursuivre alors que Parcoursup crache ses résultats...

 

(...)

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
La classe

Comment partager les enjeux d’une mission scientifique en classe ? En invitant les membres de l’équipage ! Corinne Le Doaré, professeure de SVT au lycée Jean Moulin de Châteaulin (29) évoque le milieu polaire arctique avec ses collégiens et lycéens via la mission scientifique Unu Mondo. « L’expédition est partie le 29 juin 2020 à la rencontre des personnes dont la vie quotidienne est affectée par le changement climatique ». Des drones pour survoler les baleines à l’impact du trafic maritime autour de l’Islande, les skippers polaires ont expliqué aux élèves les enjeux actuels du changement climatique. L’enseignante compte désormais lancer un échange Erasmus avec des lycéens islandais.

 

(...)

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Le système

"Rien n’est réglé", estime le Snes Fsu après la réunion du CSE du 27 mai sur les examens. "Personnels et élèves sont dans une impasse du fait de la gestion inconséquente par le ministre de la question des examens. Sans réponse rapide de Jean-Michel Blanquer, la session 2021 sera encore marquée par la désorganisation, les ruptures d’égalité et une forme de mépris pour le travail des correcteurs et des élèves, décidément la marque de fabrique de ce ministre". Le syndicat a déposé un préavis de grève et demande la neutralisation du grand oral et la possibilité de corriger les copies sur papier.

 

(...)

01/06/2021 à 06:09  |  (2 commentaires)
Le système

Cinq syndicats, Fsu, FO, CGT, Sud et Cnt, demandent une dotation complémentaire pour les 1er et 2d degrés et appellent à la grève le 1er juin. Ils demandent dans le 1er degré " l’annulation des fermetures de classes prévues, les ouvertures de classe et la création des postes nécessaires pour qu’aucune classe ne soit à plus de 25 élèves, la création de postes de remplaçants en nombre suffisant, le retour de la concertation REP+" et dans le 2nd degré : "une augmentation de la dotation départementale d’au moins 10% pour la rentrée 2021".

 

Communiqué

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Le système

" Les discours sur les parents des quartiers ne tiennent plus : Nous sommes là  pour nos enfants. Nous ne sacrifierons pas leur avenir". Les mères du Petit Bard Pergola, un quartier défavorisé de Montpellier, marchent le 1er juin contre les inégalités éducatives. "Echec scolaire programmé de la maternelle au lycée… Redoublement en CP alors que les classes sont à 15… Soutien scolaire municipal laïque, une dizaine d'enfants concernés pour un groupe scolaire de 700 enfants ... Quel Programme de réussite éducative pour nos enfants ???", écrivent les parents. "Parce que nous aimons nos enfants et voulons le meilleur pour eux, On Marche Pour Nos Enfants pour rappeler à toutes ces institutions que nous ne sommes pas démissionnaires et que nous ne les laisserons pas abandonnés nos enfants dans la spirale de l'échec et de la désespérance". La marche part du Petit Bard vers la mairie de Montpellier. En mars 2017 les parents du Petit Bard avaient organisé des Etats Généraux de l’éducation dans les quartiers populaires, renouvelé s en 2018 et 2019.

 

Les Etats généraux de 2017

En 2018 au ministère

Les Etats généraux de 2019

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Le système

Samuel Rouzet, inspecteur d'académie-inspecteur pédagogique régional,  est nommé directeur académique adjoint des services de l'éducation nationale de l'Oise, annonce le JO du 1er juin.

 

Au JO

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Le système

" En 2018, en France métropolitaine, la moitié de la population a un niveau de vie inférieur à 1 771 euros par mois, un niveau légèrement plus élevé que celui de 2008 en euros constants. Le niveau de vie plafond des 10 % les plus modestes reste lui inférieur à celui de 2008, du fait de la baisse du revenu avant redistribution ; cette baisse est ellemême liée à la hausse du nombre de chômeurs chez les plus modestes. À l’inverse, les revenus avant redistribution des plus aisés ont augmenté", annonce l'Insee qui publie un nuémro d'Insee Références sur les revenus et patrimoines. " En 2018, 14,8 % des personnes habitant en logement ordinaire vivent audessous du seuil de pauvreté en France métropolitaine, soit 9,3 millions de personnes... En prenant en compte des populations habituellement non comptabilisées (communautés, sansabri, habitations mobiles, étudiants non cohabitants), environ 10 millions de personnes seraient sous le seuil de pauvreté en France métropolitaine...Les inégalités de niveau de vie et la pauvreté sont beaucoup plus élevées en ÎledeFrance (notamment à Paris) et dans les DOM, et plus généralement dans les communes denses, notamment les communescentres". Pour l'INsee, " Les inégalités de niveau de vie, le taux de pauvreté et l’intensité de la pauvreté sont relativement faibles en France par rapport à la majorité des pays de l’OCDE".

 

Etude iNsee

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Le système

Régions de France publie une étude sur l'impact économique de la crise sur les régions. Il apparait que dans 267 zones d'emploi sur 321, la crise sanitaire a eu des effets négatifs. Quatre secteurs fournissent la moitié des destructions d'emploi : la restauration, l'hébergement, l'intérim et les activités sportives et de loisirs. "Au final l'impact de cette crise... a peu de points communs avec le choc subi en 2008-2009".

 

L'étude

 

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. éous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
La classe

Une des responsabilités de l'école démocratique est, outre le fait d'admettre en son sein tous les enfants, de leur permettre de réussir. Or si le phénomène de « massification » n'a cessé de se développer dans les dernières décennies, jusqu'à concerner, pour le second degré, la quasi-totalité d'une classe d'âge, les réussites y sont très différentes selon les milieux sociaux d'origine et les mêmes diplômes obtenus ne garantissent pas des trajectoires scolaires et sociales d'égale valeur. L'idée s'impose assez vite que, plus connivents avec les normes scolaires, certains élèves et groupes d'élèves y jouent davantage « sur leur terrain » et n'y connaissent pas les conflits paralysants de ceux qui ne s'y sentent pas à leur place", écrit Patrick Rayou dans Carnets rouges n°22. "Les normes scolaires suscitent de fait deux types de conflits qu'il importe de ne pas confondre. Le premier résulte d'une manière de faire apprendre et d'apprendre qui n'est pas celle d'autres milieux de socialisation. Installer ce conflit, l'aider à se développer puis se résoudre fait partie de la mission centrale de l'école qui est de faciliter l'entrée dans la culture. Cet accès est plus difficile pour les enfants dont les normes de socialisation familiale sont les plus éloignées de celles que promeut l'institution scolaire. Le risque est grand d'un « effet Matthieu » qui consiste à y donner plus à ceux qui ont déjà plus. Il est aggravé par les évolutions curriculaires contemporaines qui rapprochent des normes de l'enseignement supérieur traditionnellement réservé aux élites sociales, éloignent de la culture de l'école primaire, « école du peuple »... Pour éviter que ce conflit central n'en suscite un deuxième en transformant les inégalités sociales en inégalités scolaires et réciproquement, deux solutions sont généralement proposées. La première est de regarder les catégories sociales défavorisées comme privées de normes scolaires intangibles et, dans un souci de justice, de leur donner ce qui leur manquerait. De telles politiques de compensation ont montré leurs limites car elles érigent en idéal ce qui caractérise les classes qui maîtrisent l'école. La deuxième, plus complexe, mais vraisemblablement plus féconde, est de considérer que l' « enculturation » est un rapport entre des êtres singuliers et la culture humaine déposée au long de l'histoire et que c'est dans cette tension qu'ils deviennent humains".

 

Dans Carnets rouges N°22

 

Carnets rouges

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
La classe

Si l'EPS , selon plusieurs études, est très appréciée des élèves, ce n'est pas de tous, soulignent Silvio Maltagliati, Aïna Chalabaev et Philippe Sarrazin  (Université Grenoble Alpes) dans The Conversation. " Les filles semblent plus nombreuses que les garçons à exprimer un avis critique vis-à-vis de l’EPS et y éprouvent moins d’intérêt. Il en découle un engagement moindre dans les séances d’EPS et un taux de dispense au baccalauréat toujours deux fois supérieur à celui des garçons. Ce malaise peut en partie s’expliquer par les stéréotypes pro-masculins souvent véhiculés par les activités sportives pratiquées en EPS. Il peut aussi résulter de l’appréhension liée au regard de l’autre sur son apparence physique, crainte plus souvent ressentie par les filles. Par ailleurs, au cours de la scolarité, on observe une progressive diminution du plaisir perçue chez les élèves en EPS." Selon eux, " il semble qu’in fine ce soit l’enseignant qui puisse « faire la différence » dans la relation progressivement construite par l’élève avec l’EPS. En particulier, des modèles contemporains de la motivation, comme la théorie de l’autodétermination, permettent d’identifier des styles pédagogiques propices à la construction d’une relation de plaisir avec l’EPS."

 

Dans The Conversation

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
L'élève

Le Fab Lab a rouvert. Il est organisé en pôles machines accessibles sur réservation.  Des formations sont proposées pour acquérir les compétences nécessaires afin d’être autonomes sur les machines.  De nouveaux ateliers de culture numérique  sont aussi programmés en juin.  Ces ateliers d’initiation à des logiciels de création numérique durent deux heures et sont accessibles à partir de 15 ans. Quatre thématiques sont proposées : « Traitement d’image avec GIMP » pour ceux qui souhaitent retoucher leurs photos, « Dessin vectoriel avec inkscape » pour ceux qui souhaitent concevoir en 2D, dessiner en vectoriel, « Création musicale avec LMMS » pour les adeptes de la musique assistée par ordinateur, et «  Montage vidéo avec openshot » pour les passionnés de l’image, du montage. Pour participer aux ateliers, il est nécessaire de réserver.

 

L’accès au Fab Lab

Les ateliers de culture numérique

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Les disciplines

"On redémontre la très simple propriété des produits en croix", annoncent les célèbres "Du Du", Arnaud et Julien Durand, deux enseignants de mathématiques. Leurs vidéos développent el thème des produits en croix. A vos fractions !

 

Sur leur site

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Les disciplines

" Suite aux deux années scolaires perturbées par la crise sanitaire, nous pensons qu'il faut adapter les programmes de physique chimie pour les deux années à venir. L'association souhaite recueillir l'avis des collègues de physique chimie sur ces adaptations". L'UDPPC, association des professeurs de physique chimie, a consulté les enseignants en leur demandant des suppressions / allègements et/ou transferts en fin d'année pour les programmes de terminales. " Il nous semble donc essentiel de penser et d’anticiper la question de l’adaptation des programmes. Les résultats de l’enquête donnent des indications précieuses pour mener un tel travail. De plus, afin de préparer sereinement la prochaine rentrée scolaire, les aménagements retenus devraient être rapidement annoncés" estime l'UdPPC qui présente les aménagements demandés de la 2de à la terminale en séries générale et technologiques.

 

Les résultats

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Les disciplines

Serge Petit interviendra deux fois le 2 juin dans le cadre des "mercredis de l'Apmep". A 14 heures : Enseigner le nombre en maternelle : Quelles pistes les définitions mathématiques ouvrent-elles pour sa "construction" en maternelle ? Quelle place donner à la suite des noms de nombres dans les premiers apprentissages ? Quels apprentissages langagiers ? Puis à 17 heures : Enseigner les nombres entiers naturels en Cycle 1 : Décompositions additives, comptage-dénombrement : pourquoi ? comment ? Résolution de problèmes : quels problèmes, pourquoi, comment ? Quels apprentissages langagiers ?

 

Les mercredis

 

 

01/06/2021 à 06:09  |  (1 commentaire)
Par fjarraud , le mardi 01 juin 2021.

Partenaires

Nos annonces