L'Expresso du 18 novembre 2021 

Le fait du jour

« Vous êtes nuls ! », « Je ne sais pas quoi faire de toi ! », « Tu ne comprends pas ce que je dis ». Selon la CGT de l'administration centrale du ministère de l'Education nationale, ce sont des propos répétés de ce type, proférés par un chef de bureau, qui ont poussé une employée de la Direction des ressources humaines à se suicider début octobre. Un suicide tenu secret et qui arrive en CHSCT en ce moment. Le harcèlement ce n'est pas qu'une histoire d'élèves. C'est un problème constant à la "centrale", l'administration qui est au coeur du ministère de l'éducation nationale. Malgré les signalements faits par les syndicats cela continue. "C'est de pire en pire" nous confie une responsable syndicale.

 

(...)

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

"Aucune méta-analyse ne révèle qu'un programme miracle règlerait 80% des cas de harcèlement". A la veille de la Journée de lutte contre le harcèlement scolaire, Eric Debarbieux craint des déceptions. Ancien délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire nommé par Vincent Peillon, Eric Debarbieux a présidé le conseil scientifique des Etats généraux de la sécurité à l'école, nommé par Luc Chatel. Il a aussi été à la tête des 4 premières conférences mondiales sur la violence à l'école. Il rappelle dans cet entretien quelques idées fortes : il n'y a pas de méthode miracle, lutter contre le harcèlement engage toute la communauté éducative et pas seulement les élèves, la violence en milieu scolaire renvoie à celle de la société. La violence des débats de la présidentielle peuvent toucher les cours de récréation...

 

Lisez l'article...

 

 

18/11/2021 à 12:34  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Les professeurs ne vont pas bien. L'enquête réalisée par réalisé par le Réseau Education et Solidarité et la Fondation MGEN montre que la moitié  des enseignants a des idées noires et se plaint d'une mauvaise qualité de vie. Un tiers a vécu une situation de violence dans l'année. Presque tous jugent leur métier dévalorisé dans la société. Et seulement un professeur sur dix pense pouvoir compter sur sa hiérarchie face aux difficultés. C'est bien le métier qui est malade.

 

(...)

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Après deux journées assez sévères sur la difficulté de légitimer les réformes éducatives, la troisième journée de la conférence de comparaisons internationales du Cnesco a été celle des Success Stories. Au Chili, en Belgique des exemples de réformes abouties car acceptées et légitimées ont été donnés. Avec une affirmation : la légitimation est indispensable y compris aux yeux des enseignants. Des expériences transposables ?

 

(...)

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
La classe

L’Académie des technologies vient de publier un rapport sur l’enseignement de la technologie au collège. Elle fait des constats sur la situation de cet enseignement et propose des pistes d’amélioration pour « revaloriser un domaine d’études trop souvent négligé, et pour redonner aux jeunes - en particulier aux jeunes femmes - de l’attrait à la technologie et à ses filières de formation ». Avec certains partis pris polémiques ? Lecture du rapport par Sébastien Canet, professeur de technologie au lycée Livet à Nantes…

 

(...)

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
La classe

Le problème sans doute le plus redouté par les professeurs, de l’école maternelle au lycée, est celui des élèves qui présentent des comportements très perturbateurs. Cela n’a rien d’étonnant, car l’irruption d’un comportement très perturbateur dans une classe met en péril le modèle didactique de notre système scolaire fondé sur la transmission collective des savoirs et la docilité assumée des élèves dans l’espace-temps de la classe. Ces comportements constituent une violence symbolique, psychologique et parfois physique pour les enseignants. Laisser les professeurs sans ressources face à ce problème est contraire à l’esprit d’une école qui se veut pleinement inclusive, car c’est nier la réalité de bien des élèves et c’est pousser les professeurs à se protéger par des réactions d’exclusion et de rejet.

 

(...)

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le système

" Décolonialisme, islamo-gauchisme, communautarisme, promotion du transgenrisme : au nom de la diversité et de son corollaire pédagogique, l'inclusion, les idéologies ont pénétré le temple scolaire avec la complicité d'une partie du corps enseignant et par le biais des outils pédagogiques". Les accusations du Figaro Magazine du 12 novembre jetaient les enseignants en pature à l'opinion publique. La participation de S Ayada, présidente du Conseil supérieur des programmes, donnait au dossier une reconnaissance officielle. Manquait la réfutation ou la confirmation de JM BLanquer. Jusque là le ministre s'était gardé de dire mot. Mais il a du répondre à une question de la sénatrice socialiste L. Rossignol le 17 novembre. "L'école transmet des valeurs.. au titre des principes de la république : liberté, égalité, fraternité et on a beaucoup insisté sur la laïcité. Bien entendu la lutte contre le racisme, l'homophobie sont intégrantes de la liberté, l'égalité et la fraternité", a déclaré JM BLanquer. "Mais il est exact que notre société est traversée par des courants venus de l'extérieur et ceux-ci ont de l'influence dans certains cercles. Et ce n'est pas sans influence sur ce qui se passe dans l'école. Ce serait une erreur de ne pas le voir". Tout en affirmant ne pas avoir lu l'article, JM Blanquer vient de confirmer son accord avec le dossier du Figaro Magazine. Rien de surprenant : S Ayada n'aurait pas participé au dossier sans l'accord du ministre. Le dossier reprend les thèmes chers à JM Blanquer : dénonciation de l'islamogauchisme et du décolonialisme, volonté de controler les éditeurs scolaires pour imposer des manuels officiels. "Le dossier de N Cherigui et J Weintraub mène tout droit rue de Grenelle", écrivions nous le 15 novembre. C'est confirmé.

 

Sur le Figaro Magazine

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le système

"A la suite des propos du ministre de l’Education nationale sur la «culture woke» qui aurait gangréné le monde de l’éducation, et les menaces qu'il a énoncées à l'égard  d'une partie des personnels qui, selon lui, ne respecteraient pas les valeurs de la République ; après les propos de la ministre de l’Enseignement supérieur sur «l’islamo gauchisme» à l’Université, le dossier du Figaro Magazine a sonné, pour nombre d’enseignantes et enseignants de France comme une nouvelle remise en cause de leur professionnalité", écrit Benoît Teste, secrétaire général de la Fsu, dans une lettre envoyée à E. Macron. " La lutte contre le racisme, contre les stéréotypes de genre, sexistes et LGBTI phobes ne serait-elle plus un objectif de l’éducation mais, dans un curieux retournement de valeurs, une faute ?... Pas un membre du gouvernement ne s’est ému que toute une profession soit publiquement salie et désignée à la vindicte de celles et ceux qui, aujourd’hui, se cherchent des ennemis. Qu’en est-il du devoir de protection de personnels accusés publiquement de pervertir la société ?.. Jamais nous n’accepterons qu’un amalgame soit fait entre l’éducation dans le cadre de valeurs telles que l’antiracisme ou l’inclusion des personnes LGBTI et la manipulation des esprits.

 

La lettre

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le système

Neuf mouvements pédagogiques , dont le GFEN, l'ICEM Freinet, Aggiornamento, >Lettres vives, SVT Egalité, les Cahiers de pédagogie radicale, signent une réponse au dossier du Figaro Magazine. "Au court terme des échéances électorales et des discours caricaturaux répond le temps long de l'éducation. Nous en appelons dès lors à ce que l'école soit protégée de ces attaques. Nous adressons notre plus entière solidarité aux collègues et collectifs nommément visés dans le dossier du Figaro Magazine. Sans faire fi de notre diversité, nous exprimons avec force et clarté notre attachement au service public d'éducation nationale. Puissions-nous collectivement trouver le courage nécessaire à la continuation de notre métier car nos élèves, nos enfants, en ont besoin et se tiennent fort heureusement loin du monde ténébreux dessiné par le Figaro Magazine."

 

La déclaration

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le système

Après la manifestation la grève. Le 12 octobre des enseignants affectés à l'administration centrale du ministère manifestaient devant le cabinet de JM Blanquer. Leur objectif : garder le statut d'affecté qui garantit leur poste et est plus avantageux pour leur carrière. Le ministère veut leur imposer un statut de détaché par application d'une note de service de novembre 2019. Le sydnicat FO de la "centrale" appelle les enseignants de 'ladministration centrale à faire grève le 23 novembre pour défendre ce statut. " On nous promet des détachements « à vie », ce qui est contraire aux textes réglementaires. La pérennité de nos détachements serait inscrite dans les lignes directrices de gestion (LDG). Mais ces LDG peuvent être modifiées à tout moment par l’administration comme le prouvent les velléités d’y introduire les nouvelles dispositions nous concernant, et n’ont donc elles-mêmes rien de pérenne. En outre, ces soi-disant engagements interviennent à quelques mois d’une échéance électorale qui s’accompagnera nécessairement de remaniements importants au niveau du ministère", relève FO. La CGT et le Snptes n'appellent pas.

 

Sur la manifestation

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Le système

Pris à parti par un député LREM de l'Indre et par JM Blanquer pour avoir introduit le mot "iel" dans le Dico en ligne Le Robert, les éditions du Robert, sous la plume de Charles Bimberet, répondent. "Depuis quelques mois, les documentalistes du Robert ont constaté un usage croissant du mot « iel ». La fréquence d’usage d’un mot est étudiée à travers l’analyse statistique de vastes corpus de textes, issus de sources variées. C’est cette veille constante qui nous permet de repérer l’émergence de nouveaux mots, locutions, sens, etc. Le mot « iel » a été discuté début octobre en comité de rédaction Le Robert, au cours duquel il a été décidé de l’intégrer dans notre dictionnaire en ligne : si son usage est encore relativement faible (ce que nous avons souligné dans l’article en faisant précéder la définition de la marque « rare »), il est en forte croissance depuis quelques mois. De surcroît, le sens du mot « iel » ne se comprend pas à sa seule lecture – dans le jargon des lexicographes, on dit qu’il n’est pas « transparent » –, et il nous est apparu utile de préciser son sens pour celles et ceux qui le croisent, qu'ils souhaitent l’employer ou au contraire… le rejeter." La langue appartient à tous...

 

Communqiué

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
L'élève

" Le défaut de prise en charge des troubles de santé mentale et les manquements aux droits qui en découlent constituent une entrave au bon développement de l’enfant et à son intérêt supérieur, que deux années de vagues épidémiques ont contribué à aggraver", écrit la Défenseure des droits qui publie un rapport sur la santé mentale des enfants. Elle "appelle à prendre la pleine mesure de l’enjeu décisif que représente la bonne santé mentale des enfants et à agir urgemment pour sortir des approches fragmentaires et strictement sanitaires.  Elle souhaite que la santé mentale soit appréhendée dans sa globalité, conformément à l’approche retenue par l’OMS, en lien avec la santé physique et avec l’environnement dans lequel évolue l’enfant, comme l’environnement familial et scolaire, les relations affectives, les conditions de vie, les réseaux sociaux, etc... la Défenseure des droits et le Défenseur des enfants demandent au gouvernement de considérer la santé mentale des enfants comme une priorité des politiques publiques et formulent 29 recommandations à destination des pouvoirs publics dans lesquelles ils soulignent, par exemple, l’urgence à agir pour développer des dispositifs d’accueil des jeunes enfants, l’accompagnement à la parentalité, les moyens accordés au réseau de la PMI sur le territoire, et la formation aux droits contre le harcèlement scolaire".

 

Le rapport

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Yann Stephan, professeur au collège A Frank de La Verpillière, propose une séqeunce de 4ème sur la découverte de New York. A partir de documents multimédias les élèves doivent inviter oralement un interlocuteur à visiter New York.

 

Sur le site de Grenoble

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Lexique, encourager la lecture, capsules vidéo, jouer, évaluer, préparer l'oral... Le site académique de Nice  propose une sitographie mise à jour pour les professeurs d'espagnol.

 

La sitographie

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Les disciplines

C'ets à la réalisation d'un recueil de poésies et à la réalisation d'un photomontage que nous invitent Liliane Ballesté et Laura Navarro à travers une visite de la place des femmes dans le surréalisme.

 

Sur le site de Versailles

 

 

18/11/2021 à 06:57  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le jeudi 18 novembre 2021.

Partenaires

Nos annonces