L'Expresso du 23 novembre 2021 

Le fait du jour

Modifié 24/11 à 10h- "En euros constants, les enseignants français ont perdu entre 15 et 25 % de rémunération au cours des 20 dernières années". Des salaires en chute de près de 20% en 20 ans, devenus nettement plus faibles que les salaires du privé. Un temps d'enseignement nettement supérieur à celui des pays voisins pour des salaires nettement plus bas. Des conditions de travail parmi les plus dégradées de tous les pays de l'OCDE. Tout cela est connu. Mais ce réquisitoire sans appel ne vient pas d'un syndicat enseignant. Il est tiré du rapport du Sénat sur le budget de l'Education nationale. Budget malgré tout adopté sans modification par la commission des Finances du Sénat...

 

(...)

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

En 2020 la France a consacré 160 milliards à son système éducatif en recul de 3% par rapport à 2019 (165 milliards). Si la crise sanitaire explique en partie ce recul, il n'en reste pas moins que la dépense par élève recule nettement alors même que la France dépense nettement moins que les autres pays développés.

 

(..)

23/11/2021 à 07:01  |  (3 commentaires)
La classe

Président de l'APBG, l'association des professeurs de SVT, professeur en Vendée, David Boudeau prépare avec ses équipes les Journées nationales des 26 au 28 novembre. C'est l'occasion d 'un tour d'horizon sur la vie de l'association.

 

(...)

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

Selon Geodes (ministère de la Santé) le taux d'incidence des 0-9 ans arrive au niveau du pic du printemps 2021. L'épidémie de covid continue de progresser très rapidement en France. Le 22 novembre le taux d'incidence pour les scolaires (0 à 19 ans) était supérieur à 100 dans 37 départements. Plus grave : il était à la fois supérieur à 100 et supérieur au taux moyen départemental dans 26 départements. Dans ces départements ce sont les écoles qui sont le moteur de la contagion. Ainsi dans les Landes, le taux d'incidence est à 152 pour les 0-9 ans et 233 pour les 10-19 ans alors que le taux moyen du département est de 140. En Lot et Garonne les nombres sont respectivement de 145, 163 et 139. En Ardèche de 153, 217 et 107. En Corrèze de 184, 129 et 100. En Haute Corse de 214, 276 et 207. Le conseil scientifique Covid invite à "un renforcement du dépistage réactif à l'école" et globalement à "renforcer l'utilisation des tests de diagnostic le plus rapidement possible" dans la population. Or on sait que l'Education nationale a baissé la garde. Il y a eu seulement 140 000 tests dans les écoles la semaine dernière contre 200 000 fin octobre. Et la vaccination a disparu des établissements scolaires pile au moment où la campagne devrait redoubler...

 

Avis du Conseil scientifique

L eministère baisse la garde

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

Le rectorat a décidé de prolonger la fermeture des écoles et établissements scolaires en Guadeloupe le 23 novembre. "Compte tenu de la situation, l’accueil des élèves dans les écoles, collèges et lycées de la Guadeloupe continentale reste suspendu mardi 23 novembre. Les parents sont invités à garder leurs enfants à la maison. Les plans de continuité pédagogique sont activés. Les personnels du rectorat seront en télétravail afin d’assurer la continuité du service public", affiche le site du rectorat. L'insécurité et les nombreux blocages de route expliquent cette décision. Elle ne concerne pas les autres iles de l'académie (Saint Martin, Saint Barthélémy, La Désirade, Marie Galante et les Saintes).

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

"En abaissant au niveau 1 le protocole sanitaire dans les écoles et établissements scolaires d’une majorité de départements, le ministère a largement présupposé de la situation sanitaire au retour des vacances d’automne, alors que certains indicateurs étaient déjà alarmants", écrit le Snuipp Fsu dans un communiqué du 22 novembre. "Au-delà des consignes du protocole sanitaire, une stratégie nationale doit s’engager avec une campagne de dépistages massifs et le déploiement des 600 000 tests hebdomadaires maintes fois annoncés par le ministre mais jamais réalisés. Comme le Conseil scientifique, qui prône un dépistage hebdomadaire régulier, Vittoria Colizza met en avant les modèles de l’Inserm où “lorsqu'on teste de manière régulière à l'école, on réduit le nombre de jours de classe perdus en moyenne par élève ainsi que le nombre de cas”. L’équipement des écoles en capteurs de CO2 et en purificateurs d’air doit aussi s’accélérer, en aidant les collectivités qui en ont besoin." Selon le Snuipp le taux d'incidence national des 6-10 ans est supérieur au taux national  moyen.

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

C'était l'engagement n°5 du Grenelle de l'éducation : "développer une offre de prestations culturelles, sociales, sportives, touristiques et de loisir à destination de tous les personnels du ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports". JM Blanquer avait annoncé sa mise en place en novembre et lui a trouvé son nom : Préau. L'association a été crée en juin 2021 avec son siège au 110 rue de Grenelle. En octobre JM Blanquer a nommé à sa tête une inspectrice générale qui animait le Grenelle. Problème : un vari comité d'entreprise n'est pas une association. C'est une structure gérée par les représentants du personnel et il ne semble pas que ce soit ce modèle que souhaite encourager JM Blanquer.. Second problème plus important. Un comité d'entreprise fonctionne avec un pourcentage négocié de la masse salariale de l'entreprise. A l'Education nationale celle ci représente plus de 50 milliards. Et même si Préau n'en récoltait que 1%, ce qui est fort modeste, pour les enseignants cela changerait bien des choses. On est donc allé voir ce que dit le budget 2022 pour ce projet. Toutes les dépenses sociales du ministère se montent à 40 millions. Par comparaison le ministère des armées consacre 4 fois plus à l'aide sociale de ses agents. Au budget 2022 cette somme est augmenté de 5 millions. Voilà donc ce que peut espérer au maximum le fameux Préau.

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

On les savait taiseux. Mais avec leur nouvelle Charte de déontologie, publiée au JO du 21 novembre, les inspecteurs généraux vont être encore plus discrets. Car le rappel de leur devoir de "réserve" et de "loyauté" revient sans cesse dans ce texte assez court. "Lorsqu'un inspecteur général prend la parole en public dans le cadre de ses fonctions, il exprime des positions loyales à l'institution", précise l'article 3. L'article suivant dit la même chose. "Les rapports de l'IGÉSR sont exclusivement destinés à leurs commanditaires, lesquels ont seuls qualité pour en faire état et sont seuls juges de l'opportunité de leur diffusion. Les inspecteurs généraux ne rendent pas public le résultat de ces travaux si l'autorisation n'en a pas été donnée par le ou les ministres... Les inspecteurs généraux n'ont pas à rendre publics des documents administratifs ou des données statistiques en dehors des cas prévus par la loi et les règlements... Et on remet cela à l'article 6 (le texte n'en compte que 8 !). "Les membres de l'IGÉSR respectent strictement l'obligation personnelle de réserve qui s'applique à tout fonctionnaire et plus particulièrement à ceux dont la parole jouit d'un poids en rapport avec leur place au sein de l'encadrement supérieur de l'Etat."  Mais qui a bien pu rédiger cette charte ? Un indice : "En tant que hauts fonctionnaires, les inspecteurs généraux ont un devoir d'exemplarité en matière d'usage de la langue française et de respect de la terminologie officielle, dans leurs productions écrites comme dans leur expression orale..."

 

Au Jo

 

23/11/2021 à 07:01  |  (1 commentaire)

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
La classe

Le dernier colloque du Cnesco l'a montré : rien de plus dur que de légitimer aux yeux des enseignants une réforme. Alors comment les influencer ? Roland Goigoux, Juliette Renaud, et Isabelle Roux-Baron réfléchissent à cette question dans une publication des Presses universitaires de Louvain. Ils écartent l'idée qu'il suffirait de diffuser des expérimentations "efficaces" ou de transmettre des connaissances. Ilsne croient pas plus en la vertu de "l'accompagnement". Ils invitent à concevoir des outils avec les enseignants en passant par la co-conception d'un outil à la fois didactique et ergonomique. "En France comme ailleurs, ceux qui pilotent les systèmes éducatifs se trompent s’ils croient : qu’il suffit de communiquer les connaissances scientifiques aux enseignants pour qu’ils modifient leurs pratiques en conséquence ; qu’on peut imposer aux enseignants (et espérer qu’ils appliquent fidèlement) des dispositifs qui ont fait la preuve d’une certaine efficacité dans des situations expérimentales ; qu’une innovation ne peut être correctement diffusée et utilisée que si elle est soutenue par une formation ad hoc ou un accompagnement individuel. Les solutions que nous préconisons reposent sur d’autres types de collaborations entre décideurs, chercheurs, formateurs et enseignants. Elles supposent : d’accorder confiance et considération au travail des enseignants, de prendre appui sur leurs savoirs d’expérience ;  de miser sur la conception et la diffusion d’outils ou scénarios didactiques innovants pour influencer les pratiques des enseignants et leur permettre d’acquérir de nouvelles connaissances sur les apprentissages ;  de considérer l’activité de conception d’outils comme une activité scientifique à part entière associant étroitement chercheurs et enseignants dès le début du processus jusqu’aux phases d’essaimage".

 

Su rle site

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
La classe

Maître de conférences à l'Université de Picardie Jules Verne, spécialiste des mouvements syndicaux et politiques de l'éducation, Ismaïl Ferhat lance une enquête auprès des enseignants qui a pour objet de connaitre les raisons et les caractéristiques des mouvements "pasdevagues" et "stylosrouges". Le questionnaire est anonyme et prend peu de temps. Il invite les professeurs du 1er et du 2d degré à participer à cette enquête nationale.

 

Le questionnaire

I Ferhat : Les gauches et l'école

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
L'élève

La Cité des sciences et de l’industrie propose aux familles et aux jeunes en individuel, des stages de sciences, pendant les vacances de Noël. Il y en a pour tous les goûts. Leur durée varie d’une demi-journée à 2 jours. Deux thématiques sont prévues pour les familles avec enfants à partir de 8 ans : initiation à l’astronomie et fabrication d’huiles essentielles. Les jeunes, répartis par tranche d’âge, à partir de 6 ans, ont une vingtaine  de choix possibles, avec des thèmes très variés, certains insolites : une journée électrique, le laboratoire des couleurs, les défis des créateurs recycleurs, entraînement spatial, construis ton instrument de musique, en direct des volcans...  Il est indispensable de s’inscrire.  

 

Les stages de sciences

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Mercredi 24 novembre, Olivier Longuet présente le jeu du calisson (voir l'article du Fil des maths) en direct lors d'un "mercredi de l'Apmep". Vous pouvez suivre à distance cette présentation.

 

Les mercredis

Sur Olivier Longuet

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Les sorciers de Salem, le site du Laboratoire de Mathématiques Raphaël Salem (CNRS, Université de Rouen Normandie), propose de nombreuses activités mathématiques autour des suites de Fibonacci : tours de cartes, nombre d'or au coeur des fleurs, etc.

 

Le site

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Cette brochure "synthétise les productions des professeurs du groupe de réflexion sur l’enseignement des mathématiques au cycle 4 de l’académie de Créteil durant l’année 2017/2018. L’objectif général que s’était fixé le groupe était de concevoir et d’expérimenter diverses activités favorisant la motivation des élèves et permettant d’améliorer leurs acquis en mathématiques".

 

La brochure

 

 

23/11/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mardi 23 novembre 2021.

Partenaires

Nos annonces