L'Expresso du 03 décembre 2021 

Le fait du jour

Pourquoi les filles sont-elles moins bonnes en maths ? Pourquoi les enfants des milieux populaires réussissent moins bien en sciences que les plus favorisés ? Clémence Perronnet, sociologue, maitresse de conférences, ne s'est pas bornée à lire les statistiques. Elle a interrogé des enfants de milieu populaire et leurs familles pour comprendre comment les inégalités en sciences se créent. Elle montre aussi quand elles apparaissent à travers un malentendu sur les sciences entretenu entre le primaire et le second degré. Un livre qui concerne toute l'Ecole.

 

(...)

03/12/2021 à 07:19  |  (2 commentaires)

La Cour des Comptes et les absences des enseignants

La Cour règle le compte des professeurs

Que faire pour améliorer les remplacements de courte durée dans le second degré ? Tout casser, répond la Cour des Comptes dans un nouveau rapport. Il suffit de revenir sur les obligations réglementaires de service en commençant par annualiser les services d'enseignement. Puis installer la bivalence, supprimer les accords PPCR et faire évaluer les enseignants par les chefs d'établissement pour qu'ils se plient aux besoins des établissements. Aurait-on pour autant résolu tous les problèmes quand on sait que la moitié des absences non remplacées viennent de demandes institutionnelles (jury, examens , formations etc.) et l'autre... du manque de remplaçants ? Sans doute pas. Mais ce missile lancé en début de...
 (...)

03/12/2021 à 15:33  |  (0 commentaire)

Pédagogie

Eveline Charmeux : Pour que la démocratie entre à l'école

La bande des 6 a frappé. Eveline Charmeux, Alain Miossec, David Sire, Jean-Louis Briand, Laurent Carle et Simon, un IEN retraité mais anonyme, publient un ouvrage qui propose un autre modèle d'école. Une école pas seulement républicaine mais démocratique.  Le livre explique pourquoi et comment c'est possible et comment cette évolution de l'école est un préalable à la construction d'une société solidaire. Mais avant cela, les 6 se livrent à un démontage en règle des réformes de JM Blanquer dans le premier degré. Entretien avec...
 (...)

03/12/2021 à 15:33  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Ce soir, à Lyon, sept écoles mettront à l’abri 26 enfants Sans Domicile Fixe scolarisés à Lyon. Les membres du collectif « Jamais sans toit » sont au taquet depuis la rentrée scolaire. En tout, ce sont dix-sept écoles qui sont mobilisées à Lyon, Villeurbanne, Vénissieux et Vaulx-en-Velin. Dix écoles ont servi d’hébergement d’urgence et ont accueillies 47 enfants et leurs parents. Aujourd’hui, 171 enfants de 74 familles sont dénombrés SDF dans la métropole Lyonnaise. À Lyon seulement, ce sont 34 familles et 72 enfants qui sont concernés.

 

(...)

03/12/2021 à 07:19  |  (1 commentaire)
La classe

"En classe il m'apporte l'autonomie des élèves".  Professeur d'histoire-géographie au collège G. Huet de Vouvray (37), Matthieu Bourdin a réalisé un jeu sur la ville de Tours au Moyen-Age. Equilibrant partie ludique et apports scolaires, le jeu enseigne aussi le travail autonome aux élèves. Il sera bientôt présenté dans le Mooc HG8. Entretien.

 

(...)

03/12/2021 à 07:19  |  (1 commentaire)
La classe

Que veut dire équiper un établissement ? Dès les débuts de l'informatique en milieu scolaire, la question de l'équipement a été le premier pilier des politiques publiques et la première préoccupation des acteurs de l'éducation. Des 10 000 micro-ordinateurs de 1979 au plan hollande de 2015 ou encore le récent Socle Numérique des écoles élémentaires (SNEE - 2021), le matériel est au coeur du déploiement du numérique en contexte éducatif. L'apparition d'un "socle numérique", idée issue des constats de fracture lors de la crise sanitaire, démontre, si besoin était, que l'équipement reste une question centrale dans toutes les politiques numériques. Si la question du numérique à l'école est d'abord une question pédagogique (insérée dans une question sociale et sociétale plus large), elle n'est rien sans un matériel (et les infrastructures nécessaires) qui permettrait de répondre à des besoins éducatifs à défauts de besoins scolaires.

 

(...)
03/12/2021 à 07:04  |  (0 commentaire)
L'élève

Le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme consacre au photographe, Patrick Zachmann, une grande exposition. Près de 300 œuvres datant des années 1970 à 2015 montrent sa longue réflexion  sur les juifs en France et dans le monde, et sur les émigrés aussi : elles  révèlent ses préoccupations humanistes sur les questions universelles de l’exil, de la disparition et de l’oubli.  L’exposition est accessible à partir de la 3ème en visite libre ou en visite guidée. Un copieux dossier pédagogique est à  la disposition des professeurs pour préparer la visite et la poursuivre en classe.

 

(...)

03/12/2021 à 07:02  |  (0 commentaire)
Le système

"Le Président de la République a décidé de convoquer un nouveau Conseil de défense et de sécurité sur la crise sanitaire pour voir s'il y a lieu de prendre des mesures complémentaires dès lundi en fin de matinée". Cette annonce de Jean Castex, le 2 décembre, à Angoulême, clôt la partie de son discours consacrée à l'école. Juste avant, le premier ministre dit : "Je vous rappelle aussi que nous avons fait évoluer le protocole à l'Éducation nationale. Les chiffres que j'ai en montrent l'illustration puisque hier 6 154 classes étaient fermées, c'est-à-dire 1,16 % de toutes les classes, contre 9 500 vendredi dernier. 9 456 très précisément et 8 850 lundi. Donc, cela diminue. Néanmoins, la situation est ce que vous savez et en conséquence..." Le satisfecit ministériel montre que l'objectif du nouveau protocole était bien de faire baisser les fermetures de classe, pas le taux d'incidence dans les écoles. Celui-ci continue à monter en flèche au primaire, où il dépasse les plafonds des 3 dernières vagues, et au collège, où il atteint le plafond de la 3ème vague et dépasse les deux autres. La presse médicale s'interroge sur la politique gouvernementale. "Le gouvernement laisse t-il filer l'épidémie à l'école" , s'interroge la revue Caducée. Elle relève qu'il ne suit ni les avis de l'académie des sciences ni ceux du Haut Conseil de Santé publique. Finalement Caducée se demande si le gouvernement ne suit pas la théorie de l'immunité naturelle défendue par la Société française de pédiatrie. Une théorie qui expose les enfants au risque du covid long. "Laisser filer l'épidémie à l'école est-il éthique ?" demande Caducée.

 

Dans Caducée

 

 

03/12/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

"Mes vacances sont finies. Dans sa sagesse, @acbesancon a estimé qu’il n’y avait pas matière à me poursuivre et me réintègre donc dans ma fonction, et je l’en remercie". Jean-Christophe Peton a annoncé sur Twitter sa réintégration. Professeur au lycée professionnel du bois de Mouchard, il était suspendu depuis le 22 octobre. Le rectorat lui reprochait d'avoir utilisé un outil professionnel (Pronote) pour un message personnel. "Il ne nous appartient pas de le commenter. L'ENT n'est pas fait pour faire de la propagande", nous avait dit la rectorat. C'est quand même la teneur du message, S Paty n'a pas été soutenu par la hiérarchie, qui semblait bien avoir entrainé ces poursuites. Le 2 décembre, JC Porte avait obtenu le soutien de la Cgt, du Snes Fsu, du Snuep Fsu, de Sud et du Snalc. Le rectorat a classé l'affaire.

 

Sur cette affaire

 

 

03/12/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

"Le français, la morale, le calcul », tel était, pour Jules Ferry, le socle d'une école républicaine permettant à tous de s'élever par le travail, la motivation et le mérite. Le déclin de ces valeurs à partir des années 1960 ne pouvait qu'ébranler les fondements mêmes de notre école. Jean-Michel Blanquer a défendu une école qui apprend à « lire, écrire, compter » et renoué avec la pratique des circulaires. Pourtant, les résultats de nos élèves baissent inexorablement, même pour les meilleurs. Les comparaisons européennes et mondiales sont accablantes. La responsabilité est certes partagée, mais c'est M. Blanquer qui est aux responsabilités, et sur une durée sans précédent depuis Victor Duruy". Soutien de Valérie Pécresse, Max Brisson a manifesté la volonté des Républicains de se démarquer de la politique de JM Blanquer, qu'ils ont pourtant beaucoup soutenu. Le 1er décembre, au Sénat, lors d'un débat sur l'école, il plaide pour "la rupture". "Les demi-mesures sont insuffisantes pour soigner une école qui requiert une politique de franche rupture. Manque de moyens, une fois de plus ? J'ai l'intime conviction que seule la rupture avec une école qui a abaissé la parole du maître permettra de sortir de cette spirale infernale... Ils attendent d'être soutenus. Or quand leur autorité est contestée, on les enfonce. Pour une fois, faisons leur confiance : donnons des espaces de liberté aux praticiens de terrain que sont les professeurs, les principaux, les proviseurs". La liberté des uns c'est celle des autres ?

 

 

03/12/2021 à 07:01  |  (1 commentaire)
Le système

L'Apses, association qui réunit la moitié des professeurs de SES, publie une intéressante étude sur les effets de la réforme du lycée sur les sciences économiques et sociales. D'un coté la réforme a rendu l'enseignement de SES obligatoire en seconde ce qui se traduit par une hausse du nombre d'élèves aussi en cycle terminal. Au total il y a 18% d'élèves en plus qui font des SES. D'autre part le nombre de postes a été réduit avec 223 postes supprimés (-4%). "Cette baisse du nombre d’enseignant·e·s, alors même que le nombre d’élèves suivant un enseignement de SES a augmenté de 20%, se traduit par une dégradation des conditions de travail des élèves et des enseignant·e·s", écrit l'Apses. "Alors qu’en 2018-2019, un·e enseignant·e de SES du public avait en charge en moyenne 125 élèves suivant un enseignement de SES, en 2020-2021 il ou elle doit assurer le suivi d’en moyenne 158 élèves, soit une augmentation de 26,4%. Chaque enseignant·e de SES a ainsi, depuis la réforme, pris en charge en moyenne une classe en plus". Sauf que comme les divisions ont été revues, en fait les professeurs de SES suivent en moyenne 12 classes, un record.

 

La note d'information de l'Apses

 

 

03/12/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
Le système

Le bac va t-il changer tous les jeudis au fil des B.O. ? Le BO du 2 décembre annonce de nouvelles "précisions" cette fois sur les évaluations ponctuelles. On note 4 changements importants. D'abord la définition des évaluations ponctuelles des spécialités innovation technologique (STI2D) et sciences de gestion et numérique (série STMG). Ensuite "    Dans les quatre notes de service relatives aux évaluations ponctuelles en histoire-géographie, langues vivantes A et B, enseignement scientifique dans la voie générale et mathématiques dans la voie technologique, les dispositions de l'introduction relatives à la session 2022 sont remplacées par la phrase suivante : « Concernant la session 2022 de l'examen, les candidats individuels sont évalués à la fin de l'année 2021-2022 sur le programme du cycle terminal dans l'enseignement concerné". Enfin dans la note de service relatives aux évaluations ponctuelles en enseignement scientifique, en première, un nouveau texte remplace l'ancien : "« En fin d'année de première, l'évaluation est constituée de trois exercices portant chacun sur un thème différent choisi parmi les quatre thèmes du programme. Le candidat choisit de traiter deux des trois exercices proposés. » La suite au prochain numéro...

 

Au BO

 

 

03/12/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

03/12/2021 à 07:01  |  (0 commentaire)
La classe

Cette grande journée d'art collectif intéresse au premier lieu les scolaires qui y trouvent l'occasion d'une action artistique emmenant toute la communauté scolaire. La Grande Lessive® du 24 mars 2022 a pour invitation « Ombre(s) portée(s) » au singulier ou au pluriel afin de laisser à chacun le soin d’expérimenter maintes situations pour créer ou représenter des ombres de ce type. Uniques ou multiples, les ombres portées témoignent d’une présence, mais aussi d’une absence. L’ombre portée est visible, son origine pas toujours. Un cadrage peut dérober l’objet, la personne, le végétal, etc. qui s’interpose entre la source lumineuse et un support quelconque. Du mystère et de l’étrangeté en résultent. En conséquence, une ombre portée d’apparence anodine possède parfois une origine complexe et inattendue, quand une plus alarmante provient d’un objet banal et inoffensif. Perceptions, émotions et interprétations appellent à comprendre ce qui se passe en réalité !

 

Le programme

 

03/12/2021 à 07:00  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Les cafés virtuels de l'APHG sont un très grand succès. Ils permettent à des enseignants de toute la France de dialoguer avec les meilleurs spécialistes, historiens ou géographes. Le programme est très riche. Ainsi en décembre, l'APHG vous invite le 6 décembre à un café sur les archives en ligne de Yad Vashem avec E Moscowitz, puis à un café sur "amour, mariage et sexualité sous le nazisme" avec E Mallander. Le lendemain J Cadiot parle de son livre "Propriété et socialisme sous Staline". Le 8 J Cassaigneau parle de Théodoric 1er. Le 13 D Garci (INRAP) parle du livre "Les Gaulois à l'oeil nu". Le 15 il est question du Brennus au staden avec R Pech. Et le 17 décembre L Joly parle de ses deux derniers livres : Dénoncer les Juifs et L'Etat contre les Juifs.

 

Le programme

Sur les cafés virtuels

 

03/12/2021 à 07:00  |  (0 commentaire)
Les disciplines

" Au cœur de l’Atlantique Sud et presque sous l’équateur, Ascension est une minuscule île volcanique de 88 km2. Britannique depuis 1815, elle a été valorisée du fait de sa position par une succession de cycles géostratégiques : lutte contre la traite, lutte sous-marine, guerre froide... Territoire de la Couronne rattaché au British Overseas Territory of St-Helena, c’est une île fermée et interdite. Ce territoire est en effet un condensé anglo-saxon de hautes technologies spatiales, électroniques et militaires (BBC, base GPS, NASA, US Space Force...), telle sa puissante station d’écoute du réseau d’espionnage des télécommunications Échelon. Ses installations symbolisent la puissance du lien transatlantique arrimant Londres à Washington. L’isolement, le désert et la marginalité peuvent donc être des atouts majeurs pour l’insertion d’un territoire dans la mondialisation". Géoimage fait découvrir tout cela dans un remarquable dossier.

 

Le dossier

 

03/12/2021 à 07:00  |  (0 commentaire)
Les disciplines

" Si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, la population de la France augmenterait jusqu’en 2044 pour atteindre 69,3 millions d’habitants. Elle diminuerait ensuite, pour s’établir à 68,1 millions d’habitants en 2070, soit 700 000 de plus qu’en 2021", écrit l'Insee. "D’ici à 2070, la pyramide des âges serait largement modifiée. Le nombre de personnes de 60 à 74 ans resterait stable, celui des 75 ans ou plus devrait croître de 5,7 millions, tandis que celui des moins de 60 ans diminuerait de 5,0 millions."

 

Insee Première

 

 

03/12/2021 à 07:05  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le vendredi 03 décembre 2021.

Partenaires

Nos annonces