Les épreuves particulières des PLP débutants 

Les difficultés à l'entrée dans le métier des enseignants débutants sont bien connues. De bons auteurs ont relevé la confrontation au réel du métier, qu'il s'agisse des doutes liés aux premiers cours, de la découverte des élèves réels ou des difficultés à gérer la classe. Mais les professeurs de lycée professionnel (PLP) font face à des défis particuliers. C'est ce que montre une étude  réalisée par Christophe Auvray (Snetaa FO) et Michaël Huchette (université  Sorbonne Paris Nord) publiée dans Recherche & formation n°95.

 

Un choc particulier lié à la découverte des élèves

 

Christophe Auvray et Michaël Huchette ont interrogé une centaine de PLP débutants , des professeurs stagiaires, sur les difficulté rencontrées dans le métier. Les réponses mettent en évidence des problématiques particulières aux PLP et des différences entre les PLP d'enseignement général et des disciplines professionnelles.

 

" Concernant le choc de la confrontation aux élèves, les enseignants débutants en lycée professionnel expriment non seulement une difficulté liée à une simple découverte des élèves, mais aussi un choc violent, fait du cumul de la confrontation à un milieu socioculturel différent du leur et à des besoins éducatifs « particuliers » (difficultés cognitives, handicaps, élèves allophones…)", écrivent les auteurs. "Ce choc est d’autant plus fort qu’il est concomitant, pour les PLP débutants d’âge avancé, avec la découverte (a) d’un métier en rupture avec un métier précédent, (b) d’un milieu scolaire très différent de son vécu d’élève, (c) d’un territoire inconnu".

 

Le cas des secondes carrières

 

Les auteurs introduisent le cas spécifique des PLP qui entament une seconde carrière, une catégorie particulièrement nombreuse chez les PLP. "L’épreuve de la triple condition d’adulte-étudiant-stagiaire, que notre enquête révèle aussi, présente des similitudes avec la tension liée à la posture déjà mise en évidence pour des enseignants de collège et de lycée d’enseignement général et technologique. Mais nous avons montré que celle-ci est exacerbée par la condition d’adulte d’âge avancé, bien installé dans une vie sociale et familiale, qui caractérise un grand nombre des professeurs de lycée professionnel débutants. À ces tensions s’ajoute le stress lié à l’éloignement géographique de la famille sur les plans affectifs, organisationnels et financiers, situation fréquente pour les professeurs des spécialités professionnelles, à petit effectif à l’échelle nationale. Cette épreuve nous semble à ce titre spécifique de l’entrée dans le métier d’enseignant en lycée professionnel". L'article donne en exemple des PLP stagiaires qui doivent rembourser le crédit de leur maison, tout en louant un meublé sur leur lieu d'affectation et en dépensant beaucoup d'argent en train pour ne pas rompre avec leur famille.

 

Les problèmes particuliers aux PLP d'enseignement général

 

Il y a aussi une différence entre les PLP selon la famille de disciplines. " Nous confirmons une difficulté propre aux PLP des disciplines générales, chargés d’enseigner plusieurs disciplines. Elle porte sur le manque de maîtrise d’une partie des savoirs à enseigner auxquels ils n’étaient pas préalablement formés. Cette difficulté est aussi dominante pour les enseignants de biotechnologies, les professeurs stagiaires de cette discipline étant souvent chargés d’enseigner la matière « prévention-santé-environnement »... Ce manque de maîtrise des savoirs à enseigner se traduit concrètement par un surcroît de travail pour préparer les cours. Une autre difficulté spécifique aux enseignants des spécialités professionnelles porte sur l’appropriation des pédagogies de l’enseignement professionnel : « périodes de formation en milieu professionnel », travail à l’atelier, contrôle en cours de formation, démarche par les compétences, etc.".

 

Pour les auteurs ces difficultés propres aux PLP sont un défi pour la formation. Outre "l'adoucissement" de l'entrée dans le métier par "une progressivité dans la socialisation au métier", ils interrogent le continuum entre formation initiale et formation continue. Pour eux "un travail spécifique est aussi nécessaire sur le thème du public des élèves de lycée professionnel, incluant les élèves à besoins éducatifs particuliers, et sur la manière de les accompagner dans leurs apprentissages. Il conviendrait également que l’on prenne davantage en compte les conditions de vie des PLP stagiaires, en particulier ceux des disciplines à petit flux, souvent obligés de mettre entre parenthèses leur vie familiale parce qu’ils sont contraints de se former loin de leur foyer".

 

François Jarraud

Recherche & Formation, n°95

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 23 juin 2022.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces