L'Expresso du 01 juillet 2022 

Les épreuves de sciences et d'histoire-géo ont lieu aujourd'hui. En voici les sujets. Un discours d'E Macron sert de support au sujet d'EMC du brevet série professionnelle. En histoire, le sujet concerne l'euro. Et en géographie, on demande aux candidats un développement construit sur l'aménagement du territoire.  En série générale, les candidats ont travaillé en géographie sur la coopération en Europe  en géographie et sur les guerres totales (développement construit) en histoire. Après une fuite, ces sujets de secours ont été utilisés. En sciences, les candidats ont planché sur les récifs coralliens en SVT. Un exercice de programmation fait partie du sujet de technologie. Cet exercice est critiqué car des élèves ont été privés de cours de technologie faute d'enseignants. En série professionnelle les  sujets concernent SVT et physique chimie.

 

Histoire géo série générale

Histoire-géo série professionnelle

Sciences série générale

Sciences série professionnelle

 

 

 

01/07/2022 à 10:03  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

La première circulaire de rentrée de Pap Ndiaye est parue. Le ministre maintient les orientations pédagogiques de JM Blanquer. Il y ajoute la feuille de route donnée par Emmanuel Macron, notamment les fameuses concertations dans les établissements avec les parents et les "partenaires". Mais il y associe ses propres préoccupations comme la mixité sociale, ou le bien être des élèves. Finalement chaque niveau (école, collège, lycée) est concerné. Et l'Ecole de Pap Ndiaye évolue dans une continuité déconcertante.

 

(...)

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le fait du jour

Où en est la pensée ministérielle sur le numérique éducatif ? La Direction du numérique éducatif (DNE) du ministère de l'éducation nationale organise aujourd'hui à Paris un colloque pour définir une "stratégie numérique" couvrant tout le second quinquennat. Pour élaborer sa "doctrine", la DNE a lancé une consultation dont le compte rendu est dressé dans un "Bilan de la consultation" que le Café pédagogique s'est procuré. En émergent des questions (la maintenance, l'accès aux logiciels, leur labellisation, la captation des travaux des enseignants...) bien anciennes. Sur le numérique éducatif la DNE fait du sur place. Mais elle le fait avec une haute conception du rôle de l'Etat dans la société numérique...

 

(...)

01/07/2022 à 06:41  |  (1 commentaire)

Crise du recrutement

Ces enseignantes qui claquent la porte de l'enseignement...

Elles partent. Elles osent partir. Elles quittent l’éducation nationale. Maylis Turlay, enseignante depuis huit ans dans l’académie de Paris, après avoir été danseuse dans une première vie professionnelle. Amélie Suet, professeure des écoles depuis neuf ans – dont trois en Allemagne. Margot Lopez, enseignante depuis 6 dans l'académie de Versailles, pour qui l’enseignement est « une vocation et vraiment une passion, je ne me vois pas faire autre chose depuis mes huit ans ». Quand leurs anciens et anciennes collègues reprendront le chemin de l’école, en septembre prochain, Maylis sera responsable éditorial et contenus. Margot...
 (...)

01/07/2022 à 10:03  |  (0 commentaire)

Pédagogie

Hugues Draelants : La politique des preuves en éducation

Depuis 5 ans en France, beaucoup plus dans les pays anglo-saxons, l'"evidence based", les politiques basées sur les preuves, dominent les politiques éducatives. Avec arrogance, elles ont pris le pouvoir souvent contre l'expérience des enseignants. Hugues Draelants (Université de Louvain) analyse le phénomène dans un nouvel ouvrage (L'évidence des faits, PUF). Il montre que les "preuves" reposent sur des ignorances volontaires. Il invite à la prise en compte des savoirs tirés de l'expérience. Il montre aussi que ces politiques minent la confiance entre le citoyen et les politiques. L'ouvrage d'Hugues Draelants et Sonia Revaz est important. Sa publication montre que le débat éclot dans la société. En France il arrive à un...
 (...)

01/07/2022 à 10:03  |  (0 commentaire)
La classe

"La question est de savoir si les personnels de direction ne sont qu'un instrument de plus ou s'ils peuvent être des acteurs réellement influents dans le domaine du numérique, pas seulement pour la pédagogie, mais plus largement pour le fonctionnement du système scolaire". Officiellement le discours politique c'est de donner aux chefs d'établissement de la liberté, particulièrement pour les adaptations pédagogiques. Bruno Devauchelle montre qu'en fait ils sont pris entre des jeux d'acteurs, avec un ministère qui n'actualise même plus ses textes...

 

(...)

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

Les nouveaux résultats des concours de recrutement montrent une extension de la crise à de nouvelles disciplines. En lettres modernes le déficit en postes est historique. Dans l'enseignement professionnel on passe aussi un cap. Il parait de plus en plus impossible d'avoir un enseignant dans chaque classe à la rentrée sans diminuer l'offre éducative.

 

(...)

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

"J'ai dit chiche ! Mais c'est vous qui construisez le projet". Rien ne semble plus éloigné qu'un défilé de mode et un cours d'EMC. Pourtant Jean-François Dreyer, professeur d'histoire-géo au lycée Malherbe de Caen, a fait plus que réunir les deux. Partant du projet de défilé de mode, il a entrainé ses élèves de première technologique à la découverte de la Fast Fashion et d'une entreprise locale d'insertion sociale. Mieux encore, le défilé a été un révélateur et un outil pour dépasser les tensions dans l'établissement. Parce que l'EMC cela sert aussi à réparer l'estime de soi des élèves...

 

(...)

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
L'élève

Mercredi 14 septembre, la Cité des sciences et de l’industrie vous invite à un atelier autour de l’exposition «Evolutions industrielles », une exposition pour réfléchir à l’industrie et à son impact sur la planète. Elle pose la question de l’ambivalence de l’industrie et propose de regarder sa dimension bénéfique autant que sa dimension inquiétante voire menaçante. Entouré d’installations artistiques, et didactiques, de vidéos, de films, le public vit des expériences sensibles et émotionnelles, sonores et visuelles,  surprenantes, qui lui permettent de comprendre les changements  actuels en les confrontant à ceux d’hier. Un parcours en sept temps forts invite tout un chacun à s’interroger sur cette ambivalence industrielle. Un dossier pédagogique d’une cinquantaine de pages est à la disposition des professeurs du second degré.

 

(..)

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

Les épreuves du brevet ont commencé ce matin par la dictée et le sujet de grammaire et compréhension. En série générale, les élèves ont travaillé sur un texte de 8 lignes tiré d'une fable d'Esope. En grammaire et compréhension la base est une fable de La Fontaine. En rédaction, les candidats du professionnel ont travaillé sur deux sujets dont celui-ci : " Le père de Fanny est passionné par les fleurs. Comme lui, vous avez une passion qui remplit votre vie. L’un de vos proches ne comprend pas le temps que vous y consacrez. Vous lui expliquez pourquoi il est important d’avoir une passion dans la vie." En général : " La littérature et les oeuvres artistiques peuvent-elles nous aider à réfléchir sur notre propre comportement ? Vous répondrez à cette question dans un développement organisé, en vous appuyant sur des exemples pris dans les oeuvres littéraires et artistiques que vous connaissez". L'épreuve de maths a suivi dans l'après midi. Et elle a fait réagir des enseignants. En effet, deux exercices ressemblent beaucoup à un exercice publié dans un manuel Sesamath.  Retrouvez tous les sujets de cette première journée du brevet.

 

(...)

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

La commission de la culture et de l'éducation de l'Assemblée examine tous les projets de loi qui sont proposés en ce doamine. Elle joue un rôle important dans la rédaction de la loi. Sa composition est arrêtée. Elle compte 71 membres. Agnès Firmin Le Bodo (Horizons) a été élue présidente. Ancienne maire adjointe à la sécurité du Havre, ancienne députée LR, elle est connue pour des propositions de loi dans le domaine de la santé. On compte 4 vice présidents dont Geraldine Bannier (Modem) et Fabienne Colboc (Renaissance) pour la majorité. Sarah Legrain de LFI et Maxime Minot (LR) sont aussi vide présidnets. Parmi les secrétaires , tous de la majorité ou LR, on compte Beatrice Descamps qui , comme G Bannier, s'était investie dans les questions d'éducation dans l'assemblée précédente. La commission comporte d'autres personnalités connues dans le monde de l'éducation. C'est le cas de Paul Vannier, responsable de l'éducation lors de la campagne de LFI. Rodrigo Arenas, ancien président de la FCPe y représente aussi LFI. Aurore Bergé, Céline Calvez Cécile Rilhac se sont investies dans les réformes menées par JM Blanquer. La commission compte aussi des élus du RN. On note Roger Chudeau, ancien conseiller de Robien puis de Fillon à Matignon et ancien directeur de l'encadrement sous X Darcos. Enfin on note un absent. Bruno Studer, ancien président de cette commission, bien que réélu, n'en fait plus partie.

 

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Le système

"Face à la dispersion des voix", "face aux syndicats de cogestion", 4 syndicats de l'enseignement agricole, le Snetap Fsu, la Cgt agri, le Snu Itam Fsu et Sud territoires, ont décidé de faire liste commune lors des élections professionnelles de décembre. Ils entendent ainsi mieux défendre le service public et partager une conception unitaire du syndicalisme.

 

La liste commune

 

 

01/07/2022 à 06:41  |  (1 commentaire)
Le système

Le secrétaire général de l'enseignement catholique a rencontré le 14 juin Pap Ndiaye. Il a porté les revendications de l'enseignement catholique en ce qui concerne la prise en charge de la restauration scolaire par des aides publiques, un nouveau régime de taxe foncière pour ses établissements et l'égalisation des grilles des suppléants. L'enseignement catholique souhaite aussi faire bouger les lignes dans des domaines qui concernent aussi le public. Ainsi il demande que des chefs d'établissement puissent être directeur d'école, ce qui relance le dossier de "l'école du socle". Il y a un autre domaine où l'intervention de l'enseignement catholique pourrait avoir d'importantes conséquences, particulièrement en période de crise de recrutement. L'enseignement catholique "souhaite que l’enseignement à distance puisse être rémunéré autrement que par des heures supplémentaires qui alourdissent trop la charge des enseignants. Pour cela, il propose de créer des établissements virtuels qui porteraient la part distancielle de leur obligation de service". Le directeur de cabinet de Pap Ndiaye avait créé, comme recteur, des postes d'enseignants à distance dans son académie pour suppléer le manque d'enseignants. Depuis la crise du recrutement s'est aggravée. Voilà donc une demande qui pourrait rapidement aboutir.

 

Compte rendu

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
La classe

La Depp, division des études du ministère de l'éducation nationale, publie deux notes sur l'insertion professionnelle des lycéens professionnels et des apprentis. La parution concomitante invite à la comparaison. Coté lycéens professionnels, 24 mois après leur sortie, 56% sont en emploi, soit nettement plus que la génération précédente.  Ce taux varie selon le niveau de diplôme, les plus diplômés ayant un taux plus élevé. Coté apprentis, le taux d'insertion atteint 72% et il est équivalent quelque soit le diplôme. Avantage donc à l'apprentissage ? Ce n'est pas l'avis de Sigrid Gérardin, co secrétaire générale du Snuep Fsu. "Il faut remarquer d'abord qu'on est face à des publics bien différents. On compte 180 000 bacheliers professionnels par an dont 160 000 en statut scolaire et 10 000 en apprentissage. La comparaison ne peut pas se faire", nous dit-elle, "d'autant que les lycéens sont beaucoup plus jeunes que les apprentis". S Gérardin avance d'autres arguments en faveur du lycée professionnel. "Dès que la situation économique va mieux le taux d'insertion augmente et il a augmenté beaucoup plus vite (+15%) pour les lycéens que les apprentis (6%). Plus on a de diplôme mieux on s'insère. Cela devrait faire réfléchir le gouvernement qui veut en finir avec l'hégémonie des diplômes et veut les remplacer par des compétences". S Gérardin souligne l'importance des ruptures de contrat des jeunes en apprentissage. "Les entreprises choisissent les apprentis et pourtant on a 40% de rupture de contrat de travail. Dans les lycées professionnels on ne choisit pas les jeunes et on a 13% de taux de décrochage, ce qui est trop mais nettement moins que chez les apprentis". Elle note aussi la baisse du taux d'embauche dans l'entreprise des apprentis (19% contre 25%). "Cela montre que les entreprises utilisent les aides en faveur de l'apprentissage comme une aubaine".

 

L'insertion des lycéens

L'insertion des apprentis

 

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

C'est un intéressant transfert qui est proposé par Antoine Cavelier. Il propose d'utiliser Mesurim, un logiciel conçu pour les SVT, pour réaliser facilement des croquis paysagers. Le logiciel permet de passer facilement de la photo au croquis.

 

Mesurim

 

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Comment enseigner plus facilement des périodes complexes ? Séverine Leydier propose d'utiliser Genially pou faire réaliser une frise chronologique interactive aux collégiens de 3ème.

 

La séqeunce

 

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Les disciplines

"Depuis plus d’un siècle, l’extrême-droite agite la peur de l’invasion  : celle des Italiens et des Allemands avant 1914, des Polonais et des Yougoslaves avant 1939, des Maghrébins puis de tous les Africains, récemment. Cette panique a pris depuis peu la forme d’une «  théorie  » du «  grand remplacement  ». On verra ici que de «  théorie  », il n’y en a guère, ni de «  grand remplacement  » d’ailleurs. Mais une fable efficace, fausse, imagée, travaillant la peur, et dont il faut comprendre la cause. A l’approche de l’élection présidentielle, ce fatras idéologique sert de justification à d’inquiétantes menaces politiques  : remigration, dénaturalisation, musellement des médias, interdiction de prénoms non catholiques, suppression des corps intermédiaires accusés d’encourager ce prétendu «  remplacement  »" Hervé Le Bras, démographe et historien, démonte cette "théorie". L'immigration et l'étranger occupent en France une place plus modeste que chez nos voisins.

 

Hervé Le Bras, Il n'y a pas de grand remplacement, Grasset éditeur, ISBN 9782246831044

, 14€

 

 

01/07/2022 à 06:41  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le vendredi 01 juillet 2022.

Partenaires

Nos annonces