L'Expresso du 27 Mars 2007 

 Par François Jarraud

N'hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en cliquant sur le bouton "réagir à cet article" situé tout en bas de la page. 
Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s'être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !


Le fait du jour

Manifestation en faveur de la directrice de l'école Rampal
Manifestation du 27 mars 2007 àParis - Photo CP"Parce que les violences policières (chiens, lacrymo) provoquent la terreur des enfants et sèment la peur dans leurs familles ; parce qu'il faut affirmer que la force publique ne peut être la violence policière ; parce que le gouvernement s'est engagé à ce qu'il n'y ait pas de rafles et d'arrestations violentes à proximité de écoles en profitant lâchement du fait que les parents veulent assurer la scolarité de leurs enfants et qu'il dénonce ses propres engagements; parce que le recteur et l'inspecteur d'académie du premier degré ne protègent pas les fonctionnaires comme ils en ont le devoir dans l'exercice de leurs fonctions". L'indignation de cette institutrice interrogée sur sa participation à la manifestation de solidarité avec la directrice de l'école maternelle de la rue Rampal, tait palpable lundi 27 devant la Sorbonne.

A l'appel des syndicats enseignants, de Resf, de la Fcpe, de Sos racisme, 1000 à 3000  manifestants étaient réunis. Parmi eux, des élus de gauche du Conseil de Paris qui avait abrégé sa séance. Le Snes et le Snuipp dénoncent l'attitude du ministre. "Ce qui passe mal également, c'est que le ministère de l'Education ne se soit pas exprimé. L'Education nationale aurait pu demander qu'elle soit interrogée dans de meilleures conditions et intervenir pour rappeler qu'il ne doit pas y avoir d'arrestations de sans-papiers aux abords de l'école" a déclaré G. Moindrot (Snuipp) à l'AFP.Dépêche AFP


Editorial

Scolaris lave plus blanc
Une supercherie ne peut marcher que par ce qu'elle révèle de vérité. L'affaire Scolaris  n'échappe pas à la règle. Depuis quelques semaines, sous ce nom, circule un tract qui annonce la mise en place d'un système informatisé et biométrique de gestion et surtout de surveillance des élèves. Ce document, totalement faux, est tellement réussi et troublant qu'il a obligé le ministère à se fendre d'un communiqué pour alerter les enseignants.

Même si ses rédacteurs ont fait effort pour imiter le style ministériel ("Scolaris, un capital-réussite"), ce n'est pas tant le style que son contenu qui fait la force de cette supercherie.

Quand il annonce ironiquement la mise en place d'un partenariat entre l'établissement scolaire et un centre éducatif fermé et vante la création d'une milice interne appelée "conseil de sérénité", le document ne fait que caricaturer une soumission de l'éducation nationale à l'Intérieur que des circulaires précédentes ont attesté et que la récente actualité ne peut pas démentir.

Quand il annonce la création de "points Scool" en fonction du comportement des élèves, il fait clairement allusion aux dérives comportementalistes de la note de vie scolaire et à l'inquiétant  projet de loi sur la prévention de la délinquance déposé par le gouvernement.

Même le fait d'apprendre par tract publicitaire un projet pédagogique basé sur les TIC ne peut pas surprendre les enseignants. Ils ont vu se multiplier ces dernières années des opérations ministérielles plus publicitaires qu'efficaces. Ils ont vu des projets importants pour lesquels ils ne sont ni associés ni consultés. Les ENT, le B2i lycée, toutes ces injonctions ministérielles sont de bons exemples d'initiatives, sans doute justifiées, mais qui sont lancées par en haut sans accompagnement réel et sans engagement des communautés éducatives.
 
Hélas, la dernière vérité portée par ce document est ce qu'il porte de méfiance envers les Tice.  En cela il nous rappelle tout le chemin qui reste à parcourir en France pour l'intégration des Tice dans l'enseignement.

Alors finalement cette mauvaise farce fonctionne par ce qu'elle révèle des errances et des années perdues depuis 2002 en éducation.


Le système

Le meilleur système du monde… pour la moitié des élèves
La formule, qui fait allusion à l'échec des élèves qui redoublent, est de Christian Forestier dans un entretien accordé à Education & Devenir. L'ancien président du Haut Conseil de l'évaluation de l'école publie un ouvrage qui présente les principales études menées par le Hcéé, avant que la loi Fillon le fasse disparaître.

" Pour provoquer j’ai envie de dire que dès lors que les plus favorisés sont assurés de conserver une forme de monopole sur les filières les plus porteuses et que l’on peut faire comme si les orientations plus modestes offertes aux autres peuvent laisser croire à une certaine forme de démocratisation  toutes les conditions sont réunies pour que plus rien ne bouge. On ne sortira pas de cet état de panne sans un pilotage politique fort" ajoute C. Forestier.Entretien


Angleterre : la fin des tests ?
Faut-il moins de test pour plus d'apprentissage ? C'est la question ouvertement posée en Angleterre. L'ASCL (Association of School and College Leaders) estime que le système de tests actuel est juste "un indicateur des compétences en matière de test". L'Ascl estime que les enseignants passent trop de temps à préparer les élèves aux tests nationaux au détriment de l'instruction.

En Angleterre, tous les élèves de 11 et 14 ans passent des tests nationaux. Les résultats sont  publiés et influent sur le choix des familles. Ce système pourrait être remplacé par une sondage par échantillon. Trop de test tue le test ?Article BBC News


L'affaire Hodique agite Robien
" Gilles de Robien a pris connaissance avec stupeur de la situation de Madame Marie-Thérèse Hodique-Maillot, directrice d’école dans le Pas-de-Calais, qui avait été suspendue le 4 septembre 2001 alors que Monsieur Jack LANG était ministre de l’Education nationale et de la Culture. Madame Hodique-Maillot a fait l’objet d’une suspension qui n’aurait jamais dû dépasser quatre mois ni se traduire par une réduction de 50% de son traitement depuis. Saisi par l’avocat de Madame Hodique-Maillot en fin de semaine dernière, Gilles de Robien est scandalisé par cette injustice". Dans un communiqué, le ministre de l'éducation nationale met en cause son prédécesseur socialiste, Jack Lang.

En 2001 le mari de Mme Hodique avait été inculpé dans une des nombreuses affaires de pédophilie qui agitaient alors l'opinion. Mme Hodique avait été suspendue. L'affaire a fait l'objet d'une longue procédure qui s'est terminée le 23 février 2007, avec un non lieu pour M. Hodique. L'indignation de Robien est surprenante : depuis 2001, 4 ministres, dont Robien lui-même pendant 2 ans, ont suspendu Mme Hodique. La réglementation de l'éducation nationale qui veut qu'il y ait suspension dès qu'il y a plainte est d'ailleurs toujours en vigueur…

"Si le professeur doit sans aucun doute séduire, il ne saurait sans danger devenir séducteur. La relation de séduction est en effet nécessaire en bonne pédagogie; bien tempérée, elle est en effet structurante ; au-delà, l’abus narcissique et sexuel menace…Enfin, et peut-être surtout dans la situation présente, il faut lutter pour que l’écoute de la parole des enfants et les expertises soient améliorées en même temps que la présomption d’innocence soit effectivement reconnue". Dans un entretien accordé au Café en 2005, l'historien Claude Lelièvre montrait l'impact des procès de pédophilie sur l'Ecole. Après des années d'aveuglement, la circulaire Royal de 1997 a nettement renforcé la répression des actes pédophiles. Au-delà de Jack Lang, c'est sans doute Ségolène Royal et sa circulaire qui sont visés par Robien. Ca vole haut… Les profs, l'école et la sexualité : les risques du métier. Entretien avec Claude Lelièvre



L'élève

Troisième Rencontre des délégués d'élèves d'Ile-de-France
Jeudi 29 mars, à Paris, 300 délégués des lycées et collèges franciliens qui travaillent avec la Ligue de l'enseignement travailleront sur la lutte contre les discriminations. Ils pourront rencontrer des organisations agissant sur le terrain et expérimenter des outils de sensibilisation à la lutte contre les discriminations. Chacun partira avec une documentation.

Cet événement est un temps fort d'un programme de formation de délégués d'élèves conduit  par la Ligue de l'enseignement. Le programme


Les jeunes européens
" En 2005, plus de trois quarts des jeunes de l'UE27 âgés de 20 à 24 ans avaient achevé au moins le second cycle des études secondaires, pour un peu moins de 70% des personnes âgées entre 25 et 64 ans. Dans quatre États membres - la Slovaquie, la République tchèque, la Pologne et la Slovénie - plus de 90% des jeunes âgés entre 20 et 24 ans avaient terminé le second cycle des études secondaires, tandis qu'au Portugal et à Malte, cette proportion était d'environ 50%" annonce Eurostat.

L'organisme européen précise également que "près de trois jeunes sur quatre dans l'UE 25 utilisent Internet au moins une fois par semaine", soit un taux de 73% pour les 16-24 ans. Avec 71% la France n'a pas rattrapé son retard.Statistiques


La Seine Saint-Denis vote de nouvelles aides pour les jeunes
Le Conseil général de Seine Saint-Denis a adopté le 27 mars de nouvelles aides en direction des jeunes. Le département prendra en charge la moitié du prix de la carte de transports collectifs Imagine'R pour tous les collégiens, lycéens et étudiants domiciliés en Seine-Saint-Denis à partir de la rentrée 2007. 150 000 collégiens, lycéens et étudiants sont concernés. Aujourd'hui 82 000 utilisent la carte Imagine R.

Le département versera également une aide aux collégiens pour l'accès aux nouvelles technologies. Les familles recevront de 150 à 450 euros pour acheter un ordinateur ou se connecter à Internet.  Communiqué


Les Castors d'Ile-de-France le 2 avril
Lundi 2 avril, 6 classes lauréates du jeu-concours "Les castors d'Ile-de-France" joueront le sketch créé en classe sur le thème de l'eau. 27 065 élèves de Ce2, Cm1 et Cm2 de 204 écoles franciliennes ont participé à ce concours organisé par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France qui vise à sensibiliser les jeunes à la gestion durable de l'eau.  Les castors



La classe

ASSR : Bouchon à 500 mètres
Les collèges réussiront-ils à organiser l'Assr ? Dans quelques jours, l'ASSR (attestation de sécurité routière) devrait être proposée à 1,8 million d'élèves de 5ème (Assr 1) et 3ème (Assr 2). Pour les élèves c'est une étape importante puisque l'Assr est indispensable pour conduire un engin à moteur. Après quelques problèmes l'année dernière, le ministère diffuse en ce moment dans les établissements un nouveau logiciel (4 cédéroms) qui permet un passage individuel de l'épreuve avec tirage au sort aléatoire de 20 questions (dans une banque de 400) appuyées sur des extraits vidéos. Un logiciel qui a un seul défaut : pour fonctionner il a besoin d'un gros volume de bonne volonté professorale. Une denrée rare après les mesures Robien.

"Je n'ai jamais vu une installation aussi lourde !". Sur les listes de discussion des enseignants l'alerte est donnée depuis que les premiers professeurs de technologie ont été invités aux réunions techniques sur "test@ssr". Ils en reviennent avec un pensum électronique qui découragerait des bonnes volontés bien trempées. Outre la configuration du serveur, le logiciel nécessite une intervention sur chaque poste de travail. Mais le pire c'est les incompatibilités curieuses de test@ssr. Le logiciel refuse de tourner sur les navigateurs les plus récents. Il faut donc désinstaller Firefox 2 pour réinstaller la version 1,5. Idem pour Internet Explorer où la version 7 est interdite. Des changements qui impliquent aussi de changer les applications Java et Quicktime pour revenir à de plus anciennes… et de bloquer toute mise à jour intempestive.

Autrement dit le ministère attend des enseignants, et particulièrement des professeurs de technologie, qu'ils consacrent bénévolement un nombre important d'heures à l'installation du logiciel. Ce qui n'avait pas posé problème les années précédentes risque maintenant de devenir impossible. Les profs de technologie ont vu leur salaire amputé par le décret Robien sur les décharges et leur discipline menacée par le projet ministériel d'intégration des disciplines scientifiques. Dans certains bassins décision a été prise de ne pas utiliser le nouvel outil. Ailleurs des pétitions invitent le rectorat à accorder des moyens ou à se débrouiller tout seul…L'Assr (site ministériel)La FAQ du nouveau logiciel


Journée e-education64 à Anglet
Mercredi 28 mars on sera encore à l'école à Anglet. Mais ce sera une école nouvelle. Toute la journée des enseignants, des cadres éducatifs, des chercheurs témoigneront de leurs travaux.
Impossible de les citer tous ! Le programme est impressionnant. La spécialité locale c'est le mp3. Mais le mp3 intelligent et éducatif. Il est utilisa dans toutes les langues (l'espagnol mais aussi le basque, l'occitan…) par des enseignants soucieux de développer l'autonomie des élèves.
Il sera aussi question de plateforme numérique, de tableau interactif, de web radio. Une journée à ne pas manquer ! Le mouvement du 28 mars est lancé…Le programme



La recherche

Les contenus de l'enseignement secondaire dans le monde
" L’objectif général de cet ouvrage est de montrer en quoi la question des contenus de l’enseignement du second degré est absolument stratégique dans la plupart des pays du monde, même si elle est complexe, et qu’avoir l’illusion de croire qu’on peut se dispenser de la traiter peut au total être extrêmement coûteux et avoir des conséquences dommageables sur les élèves qui échoueront massivement". Roger-François Gauthier a raison de dire que la question des contenus a été escamotée, souvent par élitisme, lors de la démocratisation scolaire.

Or pour lui, l'absence de réflexion sur les contenus enseignés porte en germe l'échec scolaire. " Non seulement on n’a pas en général saisi l’occasion de l’ouverture pour reconsidérer les contenus, mais on a aussi refusé de reconsidérer le rapport entre ces nouveaux élèves et le savoir : ce rapport était étranger par définition à la connivence sur les contenus partagée par la plupart des élèves du secondaire traditionnel… Les élèves « nouveaux venus », eux, constatent qu’au jeu de la sélection ils souffrent de sérieux handicaps économiques, sociaux et culturels, et l’école, trop souvent, au lieu de chercher pour eux des nourritures intellectuelles adéquates, paraît renoncer à leur proposer autre chose que des savoirs fragmentaires, des apprentissages par cœur, et le simple accomplissement au jour le jour de leurs « tâches » d’élèves. Il y a souvent violence faite aux élèves les plus fragiles, de l’intérieur des contenus d’enseignement et à partir du type de rapport au savoir qu’on leur propose : pour beaucoup, l’ennui, l’échec, les absences de plus en plus fréquentes et au bout du compte le « décrochage »8 sans qualification, signent souvent définitivement l’échec scolaire, l’échec social et l’échec à vivre. ".

Alors faut-il abandonner les contenus, voire le savoir, la culture au profit d'une sous-culture où tout se vaudrait ? Ce n'est évidemment pas l'avis de R.-F. Gauthier. Bien au contraire il invite à associer compétences et savoirs. Mais il souhaite aussi "clarifier" les contenus et les refonder.  "Les approches interdisciplinaires ne doivent pas être considérées comme un supplément d’âme facultatif, mais comme indispensables à la réalisation du mandat éducatif… Ces approches pourront aller, chaque fois que c’est possible, jusqu’à des « intégrations » entre disciplines plus ou moins proches". Du coup le relativisme culturel de la moyenne pourrait être banni. "L’appel à la moyenne peut sembler bien anodin, alors qu’en neutralisant potentiellement chaque carence éventuelle par la vérification de la présence d’un acquis dans un domaine qui n’a rien à voir avec le premier, il remplace la scolarité par un jeu sophistiqué où l’important n’est pas d’acquérir telle compétence ou telle connaissance, mais une note abstraite, qui ne signifie rien en termes d’apprentissages".

Si l'ouvrage dérange, établit de nouvelles perspectives, c'est aussi que l'humanité doit faire face à un défi nouveau : pour la première fois la scolarisation longue devient la norme. Une opportunité pour repenser le secondaire.

Roger-François Gauthier, Les contenus de l'enseignement secondaire dans le monde : état des lieux et choix stratégiques, Unesco, 2006, 140 pages.Téléchargez l'ouvrage


Les disciplines

Primaire : Le maître qui laissait les enfants rêver
France 3 diffusera le 29 mars à 20h50 le film de Daniel Losset sur Célestin Freinet. Peu de pédagogues ont autant marqué l'Ecole que l'instituteur de Saint-Paul de Vence. Le film retrace sa vie, ses combats contre l'extrême-droite, ses recherches pour inventer une pédagogie nouvelle.Sur le film


Documentation : Evaluer l'information, une journée de la Fadben
" Si trouver de l’information est chose relativement aisée aujourd’hui, être capable de l’identifier et de l’évaluer est une opération bien plus complexe. Au cœur de l’activité documentaire, l’évaluation de l’information est un élément clé de toute formation à la maîtrise de l’information". L'Adbs et la Fadben organisent le 28 mars à Paris une journée qui montrera comment former les élèves.Le programme


SES : Brises arrive en seconde
"Brises Seconde est un site contenant des ressources variées destinées, comme son nom l’indique, aux élèves suivant l’option Sciences économiques et sociales en classe de seconde. Ces ressources sont aussi destinées aux enseignants qui encadrent ces élèves de manière à ce qu’ils puissent mettre en œuvre des dispositifs variés d’apprentissage, en particulier ceux recourant aux NTIC. Ce site peut être utilisé seul ou guidé par un enseignant". Voilà bien résumé l'objectif de ce manuel électronique alimenté par une trentaine de professeurs.

On y trouvera à terme, comme sur Brises Terminale, de cours et des exercices pour l'ensemble du programme. Pour le moment seule la partie 4 du programme officiel (la production dans l'entreprise) est disponible.Brises
Le CaféPour les derniers Expressos :
Expresso du 26 mars 2007
Expresso du 23 mars 2007
Expresso du 22 mars 2007
Expresso du 21 marsExpresso du 20 marsExpresso du 19 marsExpresso du 16 marsExpresso du 15 marsExpresso du 12 marsExpresso du 9 mars Expresso du 6 mars Expresso du 5 mars Expresso du 2 mars Expresso du 26 février Expresso du 21 février Expresso du 16 février Expresso du 15 févrie



Sur le site du Café
Sur le Web
Par fjarraud , le .
En direct du forum
FEI16 : Vanessa Deglaire : Quand l'anglais redonne confiance..
- J'aurais souhaité en savoir un peu plus sur votre séquence Road Trip. Combien de semaines a duré la séquence? Avez-vous travaillé en salle informatique avec les élèves? Merci.
Collège : Blanquer explique la rentrée aux principaux
- Blanquer invente donc le pilotage direct : il écrit directement aux chefs d'établissements, et pas S/C des Recteurs et DASEN (qui ne sont même pas en copie !). Et donc une lettre (quel pouvoir juridique de ce document?) qui ne fait que paraphraser le...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces