Deux ans sans notes au lycée. Un bilan 

Peut-on abandonner les notes au lycée ? Une année d'examen ? Célia Guerrieri, une jeune professeure de lettres, fait le bilan de deux années d'expérimentation en première. "La note est devenue utilitaire pour une grande majorité d’élèves, et non pas le simple constat qu’elle devrait être pour permettre de progresser. Cette dimension utilitariste m’a semblé parfois aller de pair avec un désintérêt pour la matière", nous dit-elle. Mais, " évaluer par compétences ne fait pas de miracle"...

 

"Les notes et les classements sont toujours une erreur"(1) : quel constat, dans vos pratiques, vous a incitée à tenter l'expérience du sans-note ?

 

 Je suis TZR, et au fil des années et de mon expérience dans des établissements très différents, je me suis rendu compte de ce qui était, pour moi, un invariant : les notes étaient rarement ce qui permettaient aux élèves de progresser. Pour certains, c’était un jugement porté sur leur personne, leur intelligence ; pour d’autres, un moyen d’obtenir la moyenne qui leur garantirait le passage désiré ou la dernière console de jeu en récompense. De plus, alors même que l’évaluation doit leur permettre d’observer ce qu’ils maîtrisent et ce qu’ils doivent travailler, j’ai constaté dans mes classes que la note n’était pas pour eux un indicateur explicite par rapport à ce qu’ils savaient faire ou pas, mais simplement un indicateur pour savoir où ils se situaient par rapport au reste de la classe.

 

De très nombreux élèves ne produisaient leur devoir que pour la note qu’ils allaient obtenir et non pas pour connaître leurs acquis et leurs objectifs de travail. Pour un grand nombre d’entre eux, cela signifiait aussi répéter sans cesse les mêmes erreurs ; pour d’autres, passer en classe supérieure sans jamais avoir acquis les compétences nécessaires, tout simplement parce que, par un jeu stratégique, ils arrivaient à obtenir les notes qui suffisent. Est-ce que cela signifie que la note est une erreur comme le dit Freinet? Je pense que c’est surtout la façon dont les élèves la perçoivent et l’usage qu'ils en font: la note est devenue utilitaire pour une grande majorité d’élèves, et non pas le simple constat qu’elle devrait être pour permettre de progresser. Cette dimension utilitariste m’a semblé parfois aller de pair avec un désintérêt pour la matière: à partir du moment où seules les notes que je rends intéressent les élèves, pourquoi s’intéresser à ce que je dis, ce que j’essaie de leur faire découvrir, prendre le temps d’y réfléchir?  L’évaluation par compétences permet de les recentrer sur ce qu’ils savent faire, ce qu’ils veulent réussir, ce qu’ils se sentent capables d’essayer.

 

En citant plusieurs exemples concrets dans votre bilan, vous remarquez qu'un élément moteur de la motivation de l'élève est de cesser de noter l'activité pédagogique elle-même, et d'évaluer l'implication de cet élève dans l'activité : cela a-t-il prise sur ceux que l'on inclut trivialement dans le "ventre mou" de la classe ?

 

Evaluer par compétences ne fait pas de miracle: les très bons restent très bons, ceux qui ne veulent pas travailler continuent à ne pas travailler. Nous avons tous eu de ces élèves qui travaillaient mais qui n’y arrivaient pas. Par « ne pas y arriver », généralement on veut dire qu’au vu de la production rendue, on ne peut pas leur mettre la moyenne alors même que l’on voudrait récompenser leurs efforts. Grâce à l’évaluation par compétences, ce type d’élève ne reçoit plus une longue série de 8 ou de 9 mais voit, petit à petit, les croix dans les petites cases qui progressent, ce qui le pousse à continuer ses efforts. Vous créez un cercle vertueux.

 

Lorsqu’un des mes élèves, face à un devoir, panique, je lui dis: « Il n’y a pas de note, calme-toi et fais de ton mieux. » Cela les rassure, même s’ils ne se rendent pas compte à quel point « fais de ton mieux » est en réalité bien plus exigeant. Et, à quelques exceptions près, c’est ce qu’ils font: de leur mieux. L’évaluation par compétences permet de les recentrer sur ce qu’ils savent faire, ce qu’ils veulent réussir, ce qu’ils se sentent capables d’essayer, au lieu de se fixer un objectif complètement abstrait dont ils ne savent que très confusément comment l’atteindre: le fameux 10/20. Ils se concentrent sur des petites choses, et en accumulant les petites réussites, ils arrivent à progresser, même si ce n’est pas de beaucoup.

 

Les élèves s’impliquent également beaucoup plus dans la participation orale, les activités créatives ou collaboratives car ils ont quelque chose à apporter, même si ce n’est pas grand chose, et ils savent que j’en tiendrai compte. L’évaluation est finalement constante, dans toutes les situations et activités proposées en classe. Ainsi, chaque élève pourra trouver des entrées de progression qui lui sont propres pour atteindre un objectif commun.

 

Les élèves à profil, tels que les "dys-", tirent-ils profit de la classe sans-note ?

 

Depuis de nombreuses années, je veille à tenir compte de ces élèves à profil particuliers. Le « sans note » est arrivé plus tard dans ma pratique, mais cela m’a paru être un outil supplémentaire pour ces élèves. Grâce à l’évaluation par compétences, je peux tenir compte de l’oral d’un élève, ce qui est très important avec des dyslexiques ; je peux aussi donner des entrées de travail précises, ce qui est utile pour des élèves avec TDA(H) ; je vais considérablement soulager un élève qui a une phobie scolaire sans pour autant créer une « injustice » par rapport au reste de la classe.

 

Les savoir-agir ne demandent pas que l’on sache faire quelque chose en suivant un cheminement qui est toujours le même et fixé. Au contraire, cela demande de savoir utiliser une variété de moyens et d’attitudes. Les élèves à profil tirent donc parti de cela puisqu’ils vont suivre des cheminements qui leur sont propres, avec les outils qui leur conviennent, tout en cherchant à atteindre le même objectif de résolution des tâches que le reste de la classe. Mais c’est aussi une raison pour laquelle évaluer par compétences est complexe: vous avez besoin d’une grande souplesse et de beaucoup de réactivité en cours d’année pour pouvoir vous adapter aux élèves à profil qui sont en face de vous. Votre livret de compétences devient un cadre que vous modifiez, avec l’élève, sans perdre de vue vos objectifs d’enseignant.

 

« La massification de l'école n'offr[e] aucune garantie sur sa démocratisation » (2) : La classe sans note, selon vous, rend-elle ainsi l'enseignement des Lettres au lycée plus « démocratique » ?

 

Selon moi, évaluer par compétences est un outil qui doit s’inscrire dans un ensemble pédagogique. Arriver à préparer nos élèves à devenir les citoyens d’un monde qui change, irrémédiablement et très vite, qu’on le veuille ou non, ne peut pas reposer sur le simple fait d’enlever des notes. Mais dans un ensemble cohérent, cela y participe grandement. On peut éviter, ou tout du moins limiter, le décrochage de ceux qui arrivent en Seconde par le jeu des passages, en donnant toute sa place à l’idée de progression différenciée. En rendant les attentes précises et explicites et en diversifiant les situations d'évaluations, on peut également permettre à tous ceux qui percevaient le Français comme une discipline éthérée de progresser sur des compétences de lecture, de rédaction et de publication, de plus en plus essentielles. On peut aussi contourner la vision utilitariste de la matière et amener tous les élèves à s’impliquer, participer, parvenir à réfléchir par eux-mêmes. Enfin, dans une véritable évaluation par compétences, telle que Tardif l’envisage(3), l’autonomisation et la transdisciplinarité sont sans le moindre doute des atouts fondamentaux pour ces futurs citoyens.

 

Dans votre bilan, vous portez l'accent sur l'importance d'expliquer votre démarche en début d'année à vos élèves et à leurs parents. Avez-vous noté des résistances de leur part, ou au contraire, une relation de confiance a-t-elle pu s'instaurer ?

 

Les parents m’ont semblé être dans une attitude de curiosité polie. Certains étaient légitimement anxieux, mais l’échange permettait de les rassurer en attendant de voir ce qui se passerait au jour le jour. Une fois qu’ils ont pu constater que l’absence de note n’empêchait ni l’exigence disciplinaire ni les progrès, une relation de confiance s’est instaurée. Cela va sans doute paraître étonnant, mais les plus grandes résistances ne sont pas venues des parents mais des élèves. Voilà que je leur supprimais le seul et unique point de repère qu’ils connaissaient depuis l’école primaire! A cela s’ajoutait l’inquiétude: « va-t-elle mettre une note trimestrielle à la tête du client? »

 

Les deux années durant, cela m’a pris un trimestre d’explications patientes et rassurantes. En enlevant les notes, on bouleverse complètement ce qu’ils pensent savoir de l’école et ce qu’ils croient qu’on attend d'eux. La note est pour eux le seul moyen d’évaluer, alors même qu’ils ne savent pas vraiment ce qu’elle évalue et que, par ailleurs, pestant tant et plus sur les enseignants qui notent « trop large » ou « trop dur », ils savent qu’elle est parfois très relative. La relation de confiance a mis, pour chacune des deux années, un trimestre pour s’instaurer. La seconde année était tout de même plus facile grâce à mes anciens élèves qui pouvaient transmettre la façon dont ils avaient vécu leur année « sans note ».

 

L'évaluation par compétences a fait son entrée dans le secondaire depuis plusieurs années maintenant. Comment situez-vous le livret de compétences de la classe sans-note, dont vous proposez des exemples dans votre bilan, par rapport au Livret Personnel de Compétences ?

 

Le LPC propose une solution toute faite que l’enseignant doit faire sienne. Or, l’évaluation par compétences n’est en aucun cas une série de cases impersonnelles à cocher. Le livret est un outil qui intervient en aval d’une réflexion complexe qui élabore les savoir-agir que l’on estime nécessaires. Ces savoir-agir et les moyens d’y parvenir peuvent varier d’une académie à l’autre, d’un établissement à l’autre, d’une classe à l’autre. Créer mon propre livret m’a permis de proposer des items qui étaient le fruit d’une réflexion didactique et pédagogique fondée sur des enjeux locaux sans pour autant faire fi des programmes ou des attentes de l’examen.

 

La classe sans-note se doit de respecter un cadre réglementaire : les élèves ont-ils malgré tout une note sur leur bulletin trimestriel ? En outre, en Lettres, en classe de Première, il faut former les élèves aux Épreuves Anticipées de Français. La perspective du passage en classe supérieure, la constitution des dossiers d'Admission Post-Bac sont d'autres contraintes encore. La classe sans-note peut-elle se fondre dans ce moule ?

 

J’enseigne en lycée: la note est nécessaire pour les dossiers d’Admission Post-Bac. De plus, je n’ai pas mené cette expérience dans le cadre d’une équipe pédagogique entière, j’étais seule et il me fallait donc être en cohérence avec les pratiques de l'établissement. Pour cela, à chaque fin de trimestre, je prenais le livret complet des élèves pour établir une note trimestrielle prenant en compte tous les aspects que j’avais évalués : savoirs, savoir-faire, savoir-être, mais aussi progression. Etablir cette note n’a pas été simple puisque je n’avais aucun cadre de « traduction », qu’il me fallait être à la fois cohérente, juste et impartiale, et enfin que je devais prendre en compte de façon égale la participation orale, écrite, les productions individuelles en temps limité, les productions de groupe, les productions « créatives »...

 

C’est une approche holistique où vous rassemblez tous les fils pour constituer une tapisserie qui tente de donner une image de l’élève, dans sa globalité, à un moment de l’année. S’il suffisait d’attribuer tant de points à chaque item sur les livrets que j’ai réalisés, tout deviendrait plus simple. Mais dans ce cas, vous perdez la notion de progression, d’implication, de collaboration, tout ce qui relève de la différenciation… et vous revenez à la case départ en attribuant des points fixes. C’est aussi, je pense, la raison pour laquelle toute une réflexion en amont est nécessaire. Sinon, vous faites une feuille avec des petites cases à cocher sans jamais véritablement voir l’élève. Cette « traduction » en note est, je crois, la grande difficulté d’une évaluation par compétences, au sens où Tardif l’entend, dans le système tel qu’il existe actuellement, et sur laquelle je veux continuer à travailler.

 

Une classe sans-note peut-elle être mise en place par une équipe pédagogique entière ?

 

La transdisciplinarité est très présente dans les travaux de Tardif. De même, évaluer par compétences dans le cadre d’une équipe pédagogique complète permet de varier les situations d’apprentissages et d’évaluations, et cela participe aussi de la différenciation. Il me semble qu’une véritable évaluation par compétences ne peut en fait avoir lieu que dans le cadre d’une équipe pédagogique complète. Mais cela peut être complexe à mettre en œuvre, ne serait-ce que par le travail de formation ou d’auto-formation nécessaire pour chaque enseignant de l’équipe.

 

Pierre Estrate

 

Notes :

(1)       Célestin Freinet, Les invariants pédagogiques (1964), invariant no 19

(2)       "Je suis parti de l'idée que l'école de la République, dont la forme est restée jusqu'à présent classique, cherche à devenir l'école de la démocratie, et une école démocratique. Mais je conjecture que la démocratie ne s'est pas encore dotée de sa propre forme scolaire, la massification de l'école n'offrant aucune garantie sur sa démocratisation. " Henri Louis Go, Freinet à Vence. Vers une reconstruction de la forme scolaire, collection Paideia, PUR, 2007

(3)       Jacques Tardif, L’évaluation des compétences, Chenelière Education

 

Des références :

Le bilan sur le site de Celia Guerrieri

Jacques Tardif, L’évaluation des compétences, Chenelière Education.

Carol-Ann Tomlinson, Vivre la différenciation en classe, Chenelière Education

Britt-Mari Barth, Le Savoir en construction, Retz

Le blog d’Anne Andrist

Le blog de François Lamoureux

Le blog de Delphine Guichard

Le point sur Eduscol

 

Par fjarraud , le lundi 18 août 2014.

Commentaires

  • Viviane Micaud, le 18/08/2014 à 09:39
    Encore une expérience qui  marche par effet Hawthorne, par la compétence de l'enseignante à comprendre les attendus non formulés, et parce que les autres collègues mettent des notes qui permettent d'avoir une référence.
    L'évaluation doit aider à progresser, mais l'élève doit aussi pouvoir se situer. Pratiquement dans tous les  pays où on a tenté de supprimer les notes au collège, elles ont été remises.
    Il n'y a pas doute. La doctrine de la suppression des notes permet des expériences très intéressantes qui permettent de comprendre le sens de l'évaluation, ais ne peuvent en aucun cas être généralisées après la 5ième.
    Le cocooning des enfants jusqu'à 16 ans voulu par certains, qui ont comme fonds de commerce la vente d'une solution pédagogique a, rappelons-nous, des biais sociaux importants. Il y a ceux dont les parents connaissent les règles du jeu de la société et de l'orientation scolaire, et les autres... Il y a ceux qui subissent la pression du groupe de l'endroit où ils vivent et les autres.
    Le problème est que certains d'entre eux sont à l'intérieur même de l'éducation nationale. Je ne parle pas de cette enseignante qui fait avancer la connaissance sur le sujet et je n'ai aucun doute est très attentive à la progression des élèves. Je parle de ceux qui, à l'intérieur de l'éducation nationale, l'interprète cette expérimentation d'une manière qui ne correspond pas à ce qu'elle est.
    • laurentfillion, le 20/08/2014 à 09:39
      Affirmer que "dans tous les  pays où on a tenté de supprimer les notes au collège, elles ont été remises" est un raccourci bien rapide...
      Quant à comparer l'absence de notes à du cocooning, c'est une critique qu'on entend souvent de la part de collègues qui n'ont jamais essayé et c'est surtout complètement faux. L'évaluation par compétences/capacités est au contraire très exigeante pour les élèves.
      "Lélève doit aussi pouvoir se situer". certes mais se situer par rapport à quoi ? Se situer par rapport aux autres ? Est-ce utile en terme d'apprentissage ? Je ne le pense pas. Se situer par rapport aux apprentissages attendus ? Se situer par rapport à ses résultats précédents ? Là, l'évaluation sans notes est bien plus aptes à le faire
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces