Le Lycée expérimental de Saint-Nazaire fête ses 30 ans 

30 ans c'est l'âge de la maturité. Le lycée expérimental de Saint-Nazaire, crée en 1982, a survécu à bien des alternances politiques. Cette longévité est due à la réussite de son modèle. Vincent Levrault nous explique pourquoi.

 

 En 1982, après l'élection de François Miterrand un certains nombres "d'utopies scolaires" ont vu le jour à l'initiative notamment de Gabriel Cohn-Bendit et André Daniel avec la permission du ministre de l'époque Alain Savary. En 30 ans le lycée expérimental de Saint Nazaire a changé d’équipe éducative, mais porte toujours l’héritage d’une pensée et d’une culture politique revendiquant la liberté et l’émancipation.

 

Cet anniversaire est placé sous le thème de la Résistance. Cette thématique proposée par l’équipe éducative s’imposait du fait de l’organisation de l’établissement s’appuyant sur la co-gestion depuis 30 ans. L’égalité de pouvoir entre les membres de l’équipe éducative et les élèves apparaît comme une forme de résistance dans le système éducatif français.

 

A l’occasion de cet anniversaire deux des initiateurs, Gabriel Cohn-Bendit et André Daniel, sont invités pour inaugurer les débats samedi 12 mai 2012.  Plusieurs tables rondes et ateliers sont proposés dans la journée  par les élèves et les membres de l'équipe éducatives, autour des thèmes de l'évaluation, de l'alternative éducative à l’école, de l'écriture, du rôle des médias, du rapport au temps  avec notamment les interventions de Charlotte Nordmann, Angélique Del Rey, Miguel Benasayag, Claude Beaunis, et Joël Kérouanton.

 Discours d'ouverture, des résistances d'hier aux combats d'aujourd'hui 

Suite à une lettre ouverte au ministre Savary rédigée par Gabriel Cohn-Bendit en 1981, le lycée expérimental de Saint Nazaire est créé. Les institutions et le mode de fonctionnement de cette structure sont négociés entre les membres de l’équipe éducative et les élèves. L’école s’invente, se construit avec les élèves donnant lieu à des institutions potentiellement mouvantes. Dans le climat d'espoir qui fait suite à l'élection de François Mitterrand trois autres établissements ouvrent leur porte en septembre 1982 (CEPMO à Oléron, CLE à Hérouville, LAP à Paris). Ces quatre établissements ont comme points communs, l’absence de hiérarchie administrative dans l’établissement, l’autonomie des équipes et la place centrale accordée aux élèves au nom de leur émancipation. André Daniel, en utilisant quelques jolies formules, du type « faut-il dynamiter l’école ou la dynamiser ? » revendique le Droit à l’insurrection contre l’insupportable et pour le meilleur. Pour lui, la créativité à l’école doit être continuelle, pour cela les institutions doivent être mouvantes.

 Comment penser une autre école? 

Les co-gestionnaires du lycée XP expliquent leur mode de fonctionnement basé sur le choix et la liberté d'apprendre : à Saint-Nazaire, pas d’organisation par classe ou par filière, pas nécessairement d’objectif « baccalauréat », mais plutôt une organisation basée sur l’envie d’apprendre autour d’ateliers abordant des  « thèmes » pendant une dizaine de jours ; chacun choisit librement les ateliers auquel il souhaite participer. Cette structure s'appuie sur la libre fréquentation des ateliers, mais pas forcément du lieu. Les élèves prennent part à l’ensemble des tâches, des décisions, du choix des ateliers pédagogiques proposés, à l'entretien des locaux ou encore aux orientations budgétaires.  Le pouvoir est partagé entre les personnes fréquentant le lieu (élèves, enseignants), cependant les membres de l'équipe éducative disposent d’une minorité de blocage.

 Miguel Benassayag, philosophe, psychanalyste, révolutionnaire argentin guévariste, revient sur les expériences d’éducation alternative. L’école discipline, socialise, elle formate le citoyen d’après une norme concrète. L’école civilise l’individu, elle discipline les corps. Cette fonction de civilisation représente près de 80% des fonctions de l’école. Le reste, les 20% restant, correspond aux apprentissages. Ces apprentissages peuvent s’effectuer dans un autre cadre que celui que l’école traditionnel impose. Pour ce philosophe le cadre actuel des apprentissages est celui imposée par l’économie néo-libérale. Le terrorisme « économiciste » s’exerce fortement contre les jeunes rendant les savoirs nécessairement « utiles ». Les expériences alternatives apparaissent un moyen d’interroger la discipline de l’école.  

Angélique Del Rey, philosophe, s’intéresse aux évaluations à l’école. L’école permet de capitaliser des compétences. Elle fait référence dans son développement au concept de capital humain (concept développé notamment par l’économiste Gary Becker). « L’école capitaliste » enseigne des savoirs utilitaristes valorisés sur le marché du travail. Il y a ainsi un rapport marchand au savoir qui s’oppose directement à un rapport culturel au savoir. Nous devons chercher à offrir des rapports différents au savoir. L’école place les élèves dans un rapport de concurrence, de classement, développant notamment une lutte des places exacerbée. La concurrence tend à s’intensifier à l’école. L’école trie, hiérarchise, exclue. L’évaluation par compétence apparaît comme une conception néo-libérale où l’élève est perçu comme une surface lisse. Les compétences que l’école cherche à faire acquérir aux élèves sont celles définis par l’OCDE visant directement des objectifs de croissance et pas des objectifs d’émancipation individuelle et collective.

 

Les lycées auto-gérés apparaissent comme de véritable paradoxe tant l’école depuis 30 ans s’est transformée en véritable petite entreprise, tant dans la transmission des savoirs (relation marchande, utilitariste au savoir) que dans la gestion du personnel.

 

Les 4 lycées expérimentaux ont aujourd’hui 30 ans, ces établissements permettent de repenser le concept « d’autonomie » dans l’éducation nationale qui est trop souvent pensée comme celle des chefs d’établissements, là où l’autonomie confiée directement aux équipes éducatives et aux élèves permet de ré-enchanter la relation éducative.

 Vincent Levrault

Par fjarraud , le jeudi 24 mai 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces