Refondation : Syndicats et élus demandent le calendrier...  

Diversement apprécié par les syndicats, le discours de François Hollande ouvre la voie à la construction de la refondation. Pour les syndicats la première urgence est d'établir un calendrier des négociations. C'est aussi ce que veulent les élus des communes touristiques. Mais est-ce le même ?

 

" Le ministre de l’Education Nationale doit préciser les objets de la négociation, la méthode et le calendrier", demande Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU. "Il revient au ministre de fixer un calendrier pour bâtir la loi d'orientation et de programmation. Ce calendrier doit permettre de traiter des urgences pour l a préparation de la rentrée 2013", semble répondre Laurent Escure pour l'Unsa Education. Opposés sur bien des points,  et particulièrement sur l'appréciation portée sur le rapport de la concertation, les deux organisations sont impatientes de se retrouver à la table des négociations.

 

La Fsu semble satisfaite de la priorité donnée au primaire mais assez hostile aux propositions concernant le secondaire. " Le rapport de la concertation dégage des questions centrales (refondation de la formation des enseignants, évolutions des pratiques pédagogiques, nécessité du travail collectif, rupture avec le socle Fillon…) où l’on retrouve parfois des propositions de la FSU mais il affiche aussi des préconisations fondées sur de pseudo consensus et majoritairement refusés par les personnels concernés ( enseignements au collège, réforme des lycées, du service public d’orientation, rapport enseignement professionnel – apprentissage, orientation de santé)", écrit Bernadette Groison.

 

Les propositions d'échanges de service entre école et collège rencontrent une franche hostilité au Snes. " En affirmant, sans jamais en apporter la moindre preuve, que « pour gérer l’hétérogénéité scolaire, le collège unique doit assumer la continuité avec l’école primaire », les rapporteurs justifient leurs propositions d’échanges de services entre enseignants du premier et du second degré, d’enseignement par « champs disciplinaires », ouvrant ainsi la voie au retour de la bivalence au collège et à l’installation de « réseaux du socle », même si l’expression n’est pas utilisée". Le Snes relève aussi le risque de diminution des horaires quand la règle des 5 heures de cours maximum par jour sera appliquée. "La limitation du nombre d’heures de cours au collège se traduirait par une diminution des horaires disciplinaires. Cela risque de renvoyer aux familles le contenu de ce qui ne sera plus fait en classe, aggravant ainsi les inégalités".

 

Le Sgen semble répondre directement. " Le Sgen-CFDT se félicite de l’ébauche d’une école du socle commun par la priorité affirmée au primaire, l’organisation d’un continuum école collège avec des propositions intéressantes comme la notion de champs disciplinaires ou les échanges de service entre 1er et second degré. Mais, si la réaffirmation claire du socle commun est positive, le Sgen-CFDT n’est pas favorable à la nouvelle dénomination trouvée, qui se place trop dans une logique programmatique, dans le seul but de ménager certaines organisations syndicales".... Le syndicat critique malgré tout certains aspects du rapport. " Les recommandations sur la gouvernance, centrées sur la relation avec les collectivités territoriales, mais abordant peu le niveau des établissements et la question des hiérarchies intermédiaires sont trop limitées." A l'Unsa Education, L Escure salue positivement le discours de F Hollande où il retrouve "un très grand nombre de propositions contenues dans le rapport de la concertation. Les mesures annoncées relèvent de la "réparation".  Le syndicat serait surement plus réservé sur la régionalisation annoncée par F Hollande mais il ne l'écrit pas.

 

Du coté des élus...

 

Les problèmes de calendrier intéressent aussi les élus des zones touristiques. L'association des maires des stations de montagne a immédiatement réagi au discours de F Hollande en se félicitant du passage à 4,5 jours le mercredi matin "une proposition, qui permet 2 jours pleins de repos en fin de semaine, compromis entre des rythmes scolaires adaptés aux élèves, les tendances sociétales et la préservation de l’activité touristique". L'association défend le zonage en 3 zones "avec pour l’hiver, une amplitude de 4 semaines et pour le printemps, une programmation plus tôt en avril". Là aussi il en va du remplissage des stations. A chacun son calendrier...

 

François Jarraud

 

Par fjarraud , le mercredi 10 octobre 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces