A quoi sert le brevet ? 

Quel est ce diplôme où les inégalités sociales sont particulièrement fortes ? Où l'évaluation ménage des logiques radicalement opposées sans que cela soit clairement géré ? Où la moitié des élèves peuvent être déclarés très faibles sans que cela influe sur leur résultat final ? C'est le diplôme national du brevet. Les derniers résultats, publiés par la Depp, sonnent le glas d'un examen qui n'a que trop duré.

 

 A première vue le brevet c'est le lieu de la réussite. " En 2013, 85 % des candidats au diplôme national du brevet (DNB) ont réussi l’examen. Les meilleurs résultats sont obtenus par les candidats de la série générale. Ils sont 86 % à obtenir leur diplôme contre 75 % dans la série professionnelle", affirme l'étude de la Depp, la division des études du ministère. Cette première singularité signe déjà les inégalités sociales dans cet examen puisque l'on compte 55% d'enfants de milieu populaire en série professionnelle contre 33% dans la série générale.

 

Car une des caractéristiques du brevet c'est bien les inégalités sociales. "La quasi-totalité des enfants issus d’un milieu très favorisé obtient le brevet (95,6 %)",écrit la Depp. "En revanche, le taux de réussite est inférieur de 20 points parmi les candidats issus de milieu défavorisé. La proportion de candidats obtenant une mention « Très bien » ou « Bien » varie également fortement selon l’origine sociale des candidats : un candidat sur deux issu d’un milieu très favorisé obtient l’une ou l’autre de ces deux mentions. C’est le cas d’un candidat sur quatre pour ceux d’origine sociale moyenne et d’un candidat sur sept pour ceux issus d’un milieu défavorisé".

 

Mais la vraie signature du brevet c'est l'absurdité de ses modes d'évaluation. Pour obtenir le brevet il faut à la fois valider le socle commun et obtenir une moyenne générale de 10 à des épreuves en contrôle continu et en évaluation finale. Selon la Depp, 91% des élèves valident le socle. La Depp s'est bien gardée d'aller voir dans quelles conditions cette évaluation se fait. A cette évaluation par les compétences, le ministère a ajouté une évaluation traditionnelle elle-même composée d'une épreuve finale et d'un contrôle continu. Cerise sur le gateau, il n'y a pas d'accord entre ces deux évaluations. La moitié des candidats ont des résultats inférieurs à la moyenne en français et en maths à l'évaluation finale. En série professionnelle, 73 % des candidats ont une note inférieure à 10/20 en mathématiques, alors qu’ils sont 49 % dans la série générale. En français, l’écart est moins marqué : 41 % des candidats de la série professionnelle et 39 % des candidats de la série générale ont une note inférieure à 10/20. Comme le note la Depp, " 43 % des élèves reçus à l’examen, qui ont donc validé le socle, ont moins de 10/20 à l’épreuve de mathématiques (7 % obtiennent même moins de 5/20). De même, 31 % des élèves admis obtiennent moins de 10/20 à l’épreuve de français".

 

On se demande alors dans cet enchevêtrement d'évaluations, laquelle est crédible et où est la logique. Comment le même candidat peut-il être faible en math en fin d'année et avoir la moyenne sur l'année ? Comment des candidats n'ayant pas la moyenne sur les matières fondamentales peuvent-ils valider le socle de compétences ? Les résultats mêmes du brevet démontrent qu'il n'évalue pas grand chose. Le temps de l'enterrement n'est-il pas arrivé ?

 

François Jarraud

 

Les résultats du brevet


Par fjarraud , le mercredi 26 mars 2014.

Commentaires

  • Franck059, le 26/03/2014 à 17:15
    "Les résultats mêmes du brevet démontrent qu'il n'évalue pas grand chose."
    Rectificatif personnel : ce sont les soi-disant "compétences" du socle qui n'évaluent pas grand chose et, partant, le brevet non plus puisque celui-ci inclut maintenant lesdites compétences. 
    "Peut-être  pour répondre à une demande sociale inhérente à des parents nostalgiques de leur diplômes passés ou à cet incroyable dogme de l'indispensable nécessité d'imposer un examen à la fin d'un cycle scolaire." Parfaitement clairvoyant ! Et les parents sont des électeurs bien plus nombreux que les enseignants, et c'est sans compter les élèves qui sont eux aussi très attachés à ce diplôme, tout simplement parce qu'il est très facile de l'obtenir, facile de décrocher une mention. L'école des fans dans toute sa splendeur : tout le monde est content, enfin, parents comme élèves, ainsi que les journalistes même pas étonnés des scores quasi soviétiques :c'est l'essentiel. Les profs que nous sommes et qui voyons tout de l'intérieur même du système ne sommes que des empêcheurs de tourner en rond mais nous comptons pour epsilon.
  • nprognon, le 26/03/2014 à 16:45
    Cela fait des années que sonne le glas d'un examen pédagogiquement inutile et déconnecté de la trajectoire des élèves, en ce sens que son obtention ou non n'a aucune incidence sur l'orientation des élèves. Il est une illustration de la surcharge administrative à laquelle les équipes pédagogiques sont confrontées chaque année. De plus, il ne fournit aucune donnée objective sur la réalité du niveau de l'élève vu que la majorité d'entre eux peut l'obtenir via le contrôle continu et des évaluations tronquées au cours de l'année scolaire de troisième. On aurait pu penser que l'adoption du socle commun allait, enfin, mettre à bas cette absurdité mais non cela n'a été qu'un rajout supplémentaire. Alors pourquoi le conserver ? Peut-être  pour répondre à une demande sociale inhérente à des parents nostalgiques de leur diplômes passés ou à cet incroyable dogme de l'indispensable nécessité d'imposer un examen à la fin d'un cycle scolaire. Quoiqu'il en soit et d'un point de vue plus pragmatique, à l'heure où les salaires des enseignants sont bloqués, le statut précarisé et le système en question, il ne serait pas inutile de consacrer les fonds de l'Education nationale à autre chose qu'à un examen d'un autre âge et coûteux. Et lorsque cette réflexion de fond aura été menée, il sera possible de s'interroger sur le sens du baccalauréat tel qu'il existe aujourd'hui.
  • Viviane Micaud, le 26/03/2014 à 10:33
    Je me suis demandé à quoi sert le brevet ? Quel rôle faudrait-il lui donner pour qu'il ait une utilité ? Je n'ai pas trouvé. 
    Honnêtement, je pense qu'on peut le supprimer. Je serai favorable d'un examen de formation continue qui serait équivalent au brevet pour ceux qui veulent reprendre des études et qui ont besoin auparavant de récupérer leurs bases.

    Ce n'est pas le cas du bac qui lui permet de valider un niveau. Un jeune qui a une mention très bien au bac d'un lycée du 94 est jugé comme ayant les mêmes capacités qu'un élève qui est scolarisé à Henri IV à Paris.
    Le bac a un rôle de référence.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces