Réforme du programme de français : Ce que les professeurs en disent... 

« Je souhaite progresser avec vous vers ce qui sera le concept clé de l’éducation au cours des cinq années à venir : celui d’ « école de la confiance ». J’inscrirai cette action dans un temps long qui est celui de l’éducation. Nous y parviendrons par une confiance réciproque de l’institution et de ses personnels et par une confiance de tous les acteurs les uns vis-à-vis des autres. » (Jean-Michel Blanquer, Lettre aux enseignants, 6 juillet 2017) La confiance, vraiment ? Dans l’Express du 13 septembre 2017, le même Jean-Michel Blanquer fait de nouvelles annonces : nouveaux programmes de français fondés sur la chronologie des courants et des œuvres, suppression de la notion de prédicat, interdiction du téléphone portable au collège… Les réactions de beaucoup de collègues interrogés oscillent entre consternation et colère. Rapide synthèse de propos qu’on peut résumer à une question : pourquoi tant de haine ?

 

Pourquoi tant de haine envers le français ? Cette matière, depuis des décennies, tente de se réinventer peu à peu, ce que saluent beaucoup d’enseignant.e.s. Pour que l’enseignement de la langue cesse d’être un apprentissage formaliste de la grammaire et devienne une pratique de classe, réelle et formatrice, à l’oral comme à l’écrit. Pour que l’enseignement de la littérature cesse de faire de celle-ci un simple objet scolaire, sous forme d’un parcours chronologique dans une histoire littéraire officielle (qui participe à sa façon, rappellent certains, du « roman national »). Pour que la littérature, qu’elle soit d’hier ou d’aujourd’hui, patrimoniale ou contemporaine, retrouve ainsi du sens à l’Ecole en devenant une expérience, authentique, diversifiée, réflexive, du monde, de soi, des autres.

 

Pourquoi tant de haine envers « les acteurs » de l’Ecole ? Envers tous ceux et toutes celles qui, quelles que soient leurs tâches (enseignement, formation, recherche, inspection …), participent depuis des années à la vitalité de la discipline. « Notre expertise de professeurs de lettres est-elle moindre que celle d’un ancien directeur d’école commerciale ? », interroge un collègue, outré. N’est-ce pas en particulier mépriser les enseignant.e.s, fait remarquer un autre, que de leur demander de changer les contenus un an seulement après la mise en place de nouveaux programmes, dont la plupart ont adhéré à l’esprit, même s’ils en ont parfois contesté tel ou tel détail ou les modalités de mise en œuvre ? Qu’en est-il de ce « temps long » que le Ministre évoquait dans sa lettre de juillet ? Des professeur.e.s de lycée renchérissent : ils espéraient que notre discipline continue à être « en marche » et que cette marche, collectivement travaillée, débouche sur une rénovation des programmes de français en seconde et en première. Patatras ?

 

Pourquoi tant de haine envers la modernité ? Au sujet des smartphones, certains collègues rappellent la loi au Ministre de l’éducation, en l’occurrence un article du Code de l’éducation en vigueur depuis juillet 2010 qui en proscrit déjà l’usage : « Dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, l'utilisation durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur, par un élève, d'un téléphone mobile est interdite ». Selon Jean-Michel Blanquer, « en Conseil des ministres, nous déposons nos portables dans les casiers avant de nous réunir. » Certes, mais « comparaison n’est pas raison », objecte une professeure : l’Ecole n’est pas l’Elysée, la classe n’est pas la chambre d’enregistrement de projets élaborés à l’avance, mais un espace d’apprentissage, de construction et d’échange. Dans cette perspective, est-il souligné par plusieurs, le « téléphone intelligent », ou « ordiphone », peut être un outil de travail très précieux (recherche internet, écriture partagée, travail sur l’image ou sur l’oral …). Le démontrent de nombreuses expériences AVEC (« Apportez Votre Equipement personnel de Communication ») actuellement en cours en France et ailleurs, y compris avec le soutien de l’administration. C’est qu’en la matière aussi, éduquer, ce n’est pas forcément interdire, c’est surtout apprendre : apprendre des usages nouveaux et créatifs de l’outil, en développer l’utilisation la plus adaptée et réfléchie possible, faire alors de la classe une véritable Ecole de l’attention et du discernement.

 

Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut

 

Les déclarations de Jean-Michel Blanquer

La lettre de juillet 2017 de Jean-Michel Blanquer

Le Code de l’éducation sur les téléphones portables

Sur le prédicat

Sur les nouveaux programmes de français

Sur l’usage pédagogique des smartphones

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 14 septembre 2017.

Commentaires

  • Marguerite V, le 17/09/2017 à 12:46
    En tant que professeur de français en lycée, je suis plus que circonspecte face à un tel article, qui ne reflète pas du tout les échanges que je peux avoir avec des collègues sur mon lieu de travail et sur le net. Je m'interroge donc : quels professeurs le Café Pédagogique représente-t-il ? "Beaucoup de collègues interrogés..." "Des professeurs de lycée..." C'est assez facile. Je peux moi aussi écrire : "des gens m'ont dit que..."
    Je m'interroge aussi sur certains sous-entendus de cet article, qui me semblent tout à fait obscurs. Il y aurait donc une "histoire littéraire officielle" ? Officialisée par qui ? Et quel rapport avec le "roman national" ? Que voulez-vous dire Jean-Michel Le Baut ? Êtes-vous en train d'avancer qu'enseigner la littérature de manière chronologique impose que l'on passe sous silence une certaine littérature afin d'enjoliver notre histoire esthétique, artistique, littéraire ? Je serais curieuse de savoir qui vous accusez d'expurger ainsi notre littérature, à moins que vous ne laissiez entendre que le simple fait de la présenter de manière chronologique constitue une "recréation" en vue d'une instrumentalisation de la littérature. Cela ne me semble pas très cohérent. Ce serait même plutôt l'enseignement thématique qui offrirait la possibilité, ou plutôt le risque de "tordre" les textes pour les faire entrer artificiellement dans une démonstration. En ce qui me concerne, je suis intimement persuadée des bienfaits d'un enseignement chronologique de la littérature. Cela fait quelques années que je traite le programme selon une progression chronologique et que j'ai limité au maximum les corpus thématiques diachroniques. Depuis que je procède ainsi, les élèves comprennent mieux chacun des textes étudiés. Ils ont une idée plus juste de la manière dont la pensée, l'art et les modes de vie ont évolué jusqu'à aujourd'hui. Ils cessent d'avancer des ânerie laissant entendre que Montaigne et Rousseau auraient été de grands amis.  J'ai hâte que cet enseignement chronologique puisse enfin être généralisé.
  • thais8026, le 14/09/2017 à 14:41
    La littérature d'hier n'existe déjà presque plus en classe. Cet argument est faux. Les élèves sont, pour une grande partie, incapable de lire du Pascal, du Montaigne ou du Montesquieu et je ne parle de Ronsard. On en ait à faire réécrire "le club des cinq" de la bibliothèque rose car l'ancienne version est trop compliquée pour les enfants.
    Je ne sais pas si la chrono fonctionne mais une chose est sure la méthode par thème ne fonctionne pas plus puisque les enfant n'aime pas plus la littérature qu'avant.

    • cavalli, le 14/09/2017 à 18:42
      Les élèves sont, pour une grande partie, incapable de lire du Pascal, du Montaigne ou du Montesquieu et je ne parle de Ronsard.
      ça  c'est le boulot du prof de français ,c'est justement l'objet du français

        On en ait à faire réécrire     humm...
      • AdamAAA, le 18/09/2017 à 21:51
        cavalli est un troll son propos est sans intérêt.

        Merci de ne pas répondre à ses provocations qui n'engagent que lui et ne reflètent pas l'avis de l'ensemble du corps enseignant.
  • cavalli, le 14/09/2017 à 11:09
    Vous ne comprenez rien à rien ; on lit les mêmes croyances que d'habitude

    Cette matière, depuis des décennies, tente de se réinventer peu à peu      ah bon pourquoi ?

     Pour que l’enseignement de la littérature cesse de faire de celle-ci un simple objet scolaire    grosse erreur , bien au contraire elle doit demeurer une fin , l'intérêt premier de la littérature est la littérature ; juste après ,c'est là que commence le pédagogisme ; d'où la situation actuelle pré-barbarisante


    etc etc
    • AdamAAA, le 18/09/2017 à 21:52
      cavalli est un troll son propos est sans intérêt.

      Merci de ne pas répondre à ses provocations qui n'engagent que lui et ne reflètent pas l'avis de l'ensemble du corps enseignant.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide
- De : monique O Publié : jeudi 14 septembre 2017 08:05 Objet : E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide Savez-vous que dans les écoles , les évaluations diagnostiques cp ne sont pas nouvelles! Dans certaines...
Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée
- Monsieur Brissiaud, j'ai été très sensibilisée à votre pédagogie des mathématiques en IUFM, il y a 20 ans. Après avoir testé de nombreuses choses (dont Ermel), j'utilise depuis 3 ans votre fichier J'apprends les Maths en CE1 et CE2. Et mes...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces