Francette Popineau : Le pré recrutement contre le manque de professeurs 

"On pose la question de l'attractivité du métier enseignant". Comment faire face à la crise du recrutement dans l'enseignement primaire ? Si le Snuipp Fsu soulève la question le 11 octobre c'est que la rentrée a vu un taux record de postes non pourvus et un recours massif aux contractuels dans le premier degré. Une situation que Francette Popineau, co-secrétaire générale  du Snuipp, souhaite voir redressée. Pour cela le syndicat appelle à des prérecrutements massifs et au déplacement du concours en L3.

 

Un recours massif aux contractuels

 

Avec 569 postes non pourvus à l'issue des épreuves des concours du premier degré, la crise de recrutement s'est nettement aggravée en 2017.  Cette fois 5 académies n'ont pas réussi à recruter un nombre d'enseignants correspondant aux postes mis aux concours. A Créteil il manque 453 postes. Mais Versailles voit aussi 92 postes non pourvus. Et on manque aussi d'enseignants en Guyane (-19), à Caen et à Toulouse.

 

Et comme il faut bien mettre des enseignants dans les classes, les rectorats ont décidé de faire appel à des contractuels, une situation qui n'existait, il y a quelques années,  que dans le second degré. En 2017 avec 569 postes non pourvus,  un millier de départs en retraite supplémentaires inattendus et les dédoublements de Cp en Rep+, le recours aux contractuels a été massif.

 

En plus des 919 professeurs recrutés sur les listes complémentaires des concours, dans 35 départements les recteurs ont fait appel aux contractuels avec 2079 embauches. Du jamais vu ! Le Snuipp parle de "politique de précarisation des personnels".

 

Une baisse du nombre de candidats aux concours

 

 

 


Comment expliquer une telle crise du recrutement ? Deux chiffres illustrent sa profondeur. Il y a eu à peu près le même nombre de postes proposés au concours externe des PE en 2005 et 2017 (environ 11 000). Mais en 2005 55 709 candidats ont participé au concours. En 2017 seulement 29 010. Le ratio du nombre de présents aux concours par rapport au nombre de postes n'a cessé de baisser depuis 2012 passant de 6 candidats pour un poste à moins de 3 pour un. Autrement dit le métier de professeur des écoles attire beaucoup moins de candidats qu'il y a 10 ans. La crise est structurelle et non anecdotique.

 

L'effet masterisation

 

Pour le Snuipp, la crise résulte de trois facteurs. D'abord la hausse du niveau de recrutement, de la licence au master, réduit forcément le nombre de candidats potentiels. Pour relever le défi du recrutement, il faudrait aller chercher de nouveaux candidats qui normalement ne feraient pas d'études aussi longues. Pour cela, le Snuipp demande de véritables prérecrutements qui n'existent pas aujourd'hui. Enfin il faut aussi améliorer le métier et notamment l'entrée dans le métier.

 

Le syndicat envisage d'agir sur plusieurs leviers pour inverser la tendance. D'abord il souhaite que le ministère arrête le mouvement de yoyo avec les postes. Il faut une planification longue du recrutement. Alterner des phases de réduction et de hausse des postes mis aux concours éloigne les étudiants.

 

Pour le pré recrutement

 

Le Snuipp propose d'instaurer le concours au niveau licence (L3) au lieu de la fin de master 1. Cela permettrait d'avoir deux années de formation professionnelle comme stagiaire, avec un temps en classe ne dépassant pas un tiers temps. Cela améliorerait les conditions d'entrée dans le métier avec un meilleur sentiment de compétence de nouveaux enseignants.

 

Le syndicat milite aussi pour un pré recrutement à partir de L1. Ces pré recrutements devraient être rémunérés et sans condition de service. Pour le Snuipp cela devrait aussi répondre à la question de la démocratisation du recrutement des PE. Les nouveaux PE sont plus élevés socialement avec la masterisation. Les travaux de G Farges (IREDU) ont montré que la tendance était déjà là avant la masterisation. Or, pour F Popineau, "il n'est pas bon que les enseignants soient éloignés socialement de leurs élèves". Valentin Ripp, responsables des débutants au snuipp 93, souligne le fait que Créteil, en crise majeure de recrutement, dispose d'un fort potentiel de jeunes susceptibles de faire des études longues si on les aide.

 

L'accueil dans le métier serait meilleur et prolongé après l'année de titularisation par un tutorat sur les deux premières années avec une entrée progressive en classe, tiers temps puis mi temps . Cela devrait aussi diminuer le nombre de démissions.

 

Une crise globale du management

 

Mais la crise du recrutement ne frappe pas que la France. On la trouve dans tous les pays développés. Partout la hausse des exigences dans le recrutement et dans l'exercice du métier d'enseignant, les nouvelles formes de leur gestion avec le New Public Management, se heurtent à la pénurie.

 

En effet, cette politique met l'accent sur la formation des enseignants comme élément clé de l'amélioration des système éducatifs en lien avec leur encadrement plus étroit. Or plus on élève le niveau de formation et d'exigence plus on donne aux étudiants d'opportunités pour travailler dans un autre secteur, souvent mieux rémunéré. On fabrique ainsi la pénurie.

 

Cette situation avait été très bien analysée par  Florence Lefresne et Robert Rakocevic (Depp). Selon eux, 71% des enseignants hollandais travaillent dans des établissements dont le chef d'établissement déclare manquer d'enseignants qualifiés et 22% des enseignants de maths déclarent ne pas avoir été formés à cet enseignement. En Angleterre c'est respectivement 46 et 6%. En France, où le système dominant est encore traditionnel c'est 32 et 4.

 

Acceptation de la crise ?

 

Car le paradoxe de  la masterisation c'est, qu'en France comme ailleurs, au final on est obligé de recruter massivement des enseignants moins formés que ceux qui étaient recrutés au niveau licence. En France on a recours aux contractuels. En Suède on a largement eu recours à des enseignants immigrés et à des professeurs du secondaire pour enseigner au primaire. En Angleterre on a cherché à attirer des étudiants en leur donnant des primes importantes par exemple en maths. Au final on a rendu le métier moins attractif et moins satisfaisant pour les enseignants. Et dans de nombreux pays cette politique s'accompagne de démissions massives.

 

Revenons en France. L'enjeu immédiat pour le ministre français c'est son programme de dédoublements de CP et Ce1 en éducation prioritaire. JM Blanquer a encore besoin de 9500 postes pour tenir la promesse d'E Macron. Pense-t-il cela possible ? En tous cas, la loi de finances ne fixe plus de date limite pour l'application de cette réforme dont l'avenir s'obscurcit. Le nombre de stagiaires et de postes aux concours est revu à la baisse dans le premier degré dès 2018. Le ministre aurait-il fait sien la crise du recrutement ?

 

François Jarraud

 

Documents Snuipp

L'échec du New Public Management

Embourgeoisement des enseignants

Sur les démissions d'enseignants

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 12 octobre 2017.

Commentaires

  • Chris41, le 14/10/2017 à 10:36
    Le débat est biaisé. Réduire les enseignants à leur obligation de service devant élèves est ridicule. Les missions et les charges sont bien plus larges.

    Par ailleurs, il serait temps que nous formions des étudiants aux métiers de l'enseignement bien avant une inscription au concours. Ce n'est pas une fois qu'ils sont stagiaires et donc devant des élèves, en responsabilité, qu'il faut s'en préoccuper. Dans ce contexte déplacer le concours en fin de licence n'apporte rien.

    Une intégration de "modules" dès la licence et plus encore en master avec des "stages" en établissement me paraît plus pertinent. Par voie de conséquence les concours doivent plus être orientés vers la vérification de maîtrise de compétences professionnelles qu'une enième validation d'acquisition de connaissances disciplinaires...

     L'avantage de cette formule étant de permettre à un étudiant de se faire une idée plus précise de la réalité professionnelle beaucoup plus tôt, de surcroît sans la "pression" de la validation (titularisation et master 2).
  • pignolo, le 12/10/2017 à 18:06
    Les jeunes ne sont pas abrutis. Ils le vivent au quotidien, notre système éducatif. Et nul doute que ceux de l'académie de Créteil le vivent encore plus intensément. Et les jeunes que je fréquente en Terminale, ils ne veulent déjà pas faire prof, sauf une fraction infime.

    Croire qu'un pré-recrutement va aider le recrutement, c'est se fourvoyer de manière monumentale. C'est quoi le but ? Recruter benoîtement ? Eh bien commençons par recruter tous les candidats au concours, alors. Ou alors oublions les concours, puisqu'on y est, et sélectionnons des candidats au niveau master, quel que soit le master.

    Des facteurs limitants j'en connais (et je vais en oublier !) :
    - l'éloignement géographique (mais on manque d'instits aussi, hein) ;
    - les conditions de travail (que dit l'OCDE au sujet de la discipline en France ? eh bien que nous sommes à la rue) ;
    - l'image du métier ;
    - le salaire (euh je sais pas, c'est normal qu'une instit après plus de 10 ans de carrière touche 1800 € nets ?).

    • Jean Maurice, le 12/10/2017 à 18:19
      Les gens s'en fichent bien de notre salaire. Ce qui compte c'est leur coller des jours de carences à toutes ces feignasses! Car le monde est si parfait qu'aujourd'hui plus personne n'a envie de faire un métier de glandeur. C'est dégradant. Les gens, les vrais (ceux du privé, de la classe ouvrière, de l'artisanat...),  sont tous des gros bosseurs, qui ne sauraient s'abaisser à exercer des professions oisives et surpayées. Du coup, on n'arrive plus à recruter des enseignants. La société l'a clairement compris, une fois qu'on aura complètement assaini l'EN en supprimant tout ces avantages énormes dont bénéficient les profs, on pourra enfin trouver des candidats au recrutement.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces