La médiatrice s’attaque au harcèlement dans l’Education nationale 

Déni, sous-estimation du risque, suppression à venir de la principale instance qui puissent aider les victimes, le rapport de la médiatrice de l’Education nationale, Catherine Becchetti Bizot ose soulever un sujet d’importance : le harcèlement des personnels dans l’Education nationale. Son rapport invite l’institution à clarifier le rôle des différents intervenants.

 

Déni

 

 « Je me suis sentie extrêmement en danger suite à cet entretien, la situation ne pouvant devenir qu’invivable au sein de l’établissement et chaque jour dans la classe. Je suis aujourd’hui sous traitement et traumatisé par ce qui s’est passé. Je ne connais ni les tenants ni les aboutissants, je ne sais qui a pris part aux conversations, ni les reproches qui me sont ou pourraient m’être adressés. La perspective d’être mis à mal, accusé et renvoyé alors que depuis trois ans mes états de service sont excellents est terrifiante. Le sentiment d’injustice et d’impuissance est terrible. Finir par cette situation est extrêmement violent, abandonner un métier que j’aime et que j’ai choisi après une reconversion professionnelle est terrible. Je méritais le soutien de ma direction, son écoute et sa confiance ». C’est un des témoignages remontés par la médiatrice de l’Education nationale, Catherine Becchetti Bizot dans son rapport annuel qui porte sur l’année 2019.

 

Les cas de harcèlement signalés à la médiatrice et son réseau de médiateurs académiques restent faibles : 62 en 2019, ce qui est quand même une belle hausse par rapport à une moyenne de 50 cas entre 2015 et 2019. Ce chiffre est surement très bas par rapport au nombre de situations réelles.

 

« Si le harcèlement subi par des élèves est un phénomène relativement connu et désormais bien cadré, celui qui touche les enseignants ainsi que les personnels administratifs, où se mêlent d’autres problématiques complexes, paraît moins bien appréhendé et n’est souvent évoqué que parce qu’il fait l’objet parfois de polémiques et d’événements médiatisés », explique la médiatrice. « Il semble que l’administration fasse encore preuve d’un empressement insuffisant pour reconnaître et prendre en compte les cas de harcèlement. Une forme de défiance et de déni existe parfois face à ces situations, voire envers ceux qui les évoquent ; c’est une attitude partagée par bon nombre de décideurs publics. Les médiateurs eux-mêmes font parfois preuve d’une grande réserve ou « frilosité » dans leur approche, alors même que ces situations requièrent, parfois dans l’urgence, une écoute et une attention toutes particulières ».

 

Ce déni se retrouve dans les cas particuliers exposés dans le rapport. « Il ressort des bilans quantitatifs et qualitatifs produits par le réseau des médiateurs académiques de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur – notamment des extractions faites à partir de la base de données Média de la médiation nationale sur ce thème – que les questions et saisines relatives aux RPS, et plus spécifiquement au harcèlement moral, demeurent bien présentes, en administration centrale comme en académie et dans les établissements scolaires et universitaires. Même si les saisines des médiateurs ne peuvent prétendre représenter dans son ensemble la situation du système éducatif, elles rejoignent les constats faits par les inspecteurs santé et sécurité du travail (ISST), avec lesquels la médiatrice a pu échanger à plusieurs reprises, et qui eux-mêmes sont saisis de manière croissante de ce type de situations ».

 

Recommandations

 

La médiatrice note par exemple que les documents uniques d’évaluation des risques professionnels (DUERP) sont rarement remplis alors qu’ils sont obligatoires. Les risques psycho-sociaux en général sont méconnus dans l’Education nationale. Quant au réseau de médecins de prévention il est « largement en deça de la réalité des besoins à couvrir ».

 

Aussi la première recommandation de la médiatrice concerne les DUERP : elle demande qu’ils soient réellement réalisés. Mais elle souhaite aussi « une évolution des modes de management des personnels… en encourageant le partage et l’équilibre des compétences entres collaborateurs et encadrants, sources de motivation commune ; en développant la culture du respect mutuel et de la bienveillance, avec une attention toute particulière à l’encadrement intermédiaire ».  

 

Elle pose aussi la question des CHSCT, en première ligne sur ces questions. « Il n’est pas certain que les CHSCT (académiques et/ou départementaux) aient les moyens d’être correctement informés des dossiers individuels de ce type au sein des EPLE et d’agir dans des délais utiles. Il conviendra donc de pallier les éventuelles insuffisances opérationnelles rencontrées, au regard notamment du calendrier annuel réglementaire des réunions de ces instances et de la nécessité d’intervenir parfois dans des délais plus brefs en particulier en matière de harcèlement ». La crise sanitaire a rappelé le rôle incontournable des CHSCT. Le rapport de la médiatrice le souligne lui aussi. Pourtant ces instances sont appelées à disparaitre suite à la loi de transformation de la fonction publique. On mesure à quel point ce serait une erreur.

 

La médiatrice recommande que les médiateurs académiques puissent saisir directement les recteurs des cas de harcèlement et que l’enquête administrative soit confiée aux inspecteurs  santé et sécurité au travail. Elle demande l’actualisation de la circulaire ministérielle de février  2007 sur le harcèlement.

 

Une question urgente depuis 2017

 

En posant la question du harcèlement professionnel en début de son rapport annuel, la médiatrice souligne indirectement une urgence. En février 2020, le Café pédagogique avait montré l’importance du harcèlement au sein de la plus grande direction du ministère, la Dgesco.

 

Le harcèlement est toujours lié au style de management. "Les chefs de bureau sont évalués sur ce qu'ils produisent, sur la production qu'ils obtiennent des agents par rapport aux commandes, mais ils ne sont jamais évalués sur les conditions dans lesquelles ils l'obtiennent", témoignait une élue CGT au CHSCT. Or le harcèlement se traduit aussi par des heures de travail extensibles, la suppression des pauses repas, la banalisation des dépassements d’horaire. C’est une façon de diriger un service qui semble « rentable », alors même qu’une bonne partie de l’énergie est mise à contrarier le service voisin ou ses propres agents.

 

Ce qui renforce ce caractère systémique, et que ne dit pas le rapport de la médiatrice, c’est l’impunité totale des harceleurs. Dans un compte-rendu de CHSCT, on voit que les faits ne sont pas contestés par l’administration. Le nom des harceleurs sort tout naturellement des lèvres du représentant de l’institution avant même d’être donné par les élus au CHSCT. Et quelques semaines plus tard, nous verrons que la personne en question voit ses attributions élargies.

 

Le rapport courageux de la médiatrice ne suffira sans doute pas à changer un mode de gestion qui semble bien en accord avec l’esprit qui souffle rue de Grenelle depuis 2017. Au moins montre t-il l’urgence à traiter cette question.

 

François Jarraud

 

Le rapport

Harcèlement à la Dgesco

 

 

  

Par fjarraud , le samedi 18 juillet 2020.

Commentaires

  • veronica4, le 19/07/2020 à 14:57

    Elle ne s'attaque à rien du tout, le ministère encourage le harcèlement des personnels.
    Exemple récent des plans Math Francais de Blanquer . Des dizaines de fiches RPS (risques psycho-sociaux) des conseillers pédagoqiques arrivées en CHSCT dans plusieurs départements. Réponse des Dasen et de Blanquer : RIEN,  travaillez 115 jours de plus et taisez-vous ! Les enseignants qui vont subir ces plans et les signaleront dans les DUER... et alors ? Rien du tout. Des  IEN "sécurité et travail" au rectorat en charge des DUER, PPMS... qui n'en ont rien à faire et justifient leur poste en demandant encore plus de papier pour aucun résultat ou même réaction.

  • emccarre, le 19/07/2020 à 11:16
    Tirer les signaux d'alarmes, pointer du doigt les dysfonctionnements est une chose. Déclencher un mouvement de réforme dans un système où le corporatisme et si puissant, reste un vœu pieux et illusoire.
    Lorsqu'un collègue en arrive à se suicider, usé par un système qui ignore l'humain; quelle est la réponse habituelle ?
    Fragilité psychologique, troubles médicaux et antécédents n'ayant rien à voir avec le drame. L'institution ne peut être remise en cause ni pointée du doigt.
    C'est peut-être pour cela qu'il y a si peu de saisine des médiateurs, on a vite fait de vous étiqueter inapte psychologiquement.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces