L’expo de la semaine : « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida » 

L’Institut du monde arabe rend hommage aux plus grandes artistes femmes de la musique et du cinéma arabes du 20ème siècle avec une exposition qui célèbre à la fois leur histoire et leur héritage contemporain. « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida » se veut un fabuleux voyage au cœur des vies et de l’art de ces chanteuses et actrices de légende, mais  également une exploration des changements profonds qu’elles ont portés. A travers le portrait de ces femmes, ce sont aussi les enjeux politiques et sociétaux que développe l’exposition. Un atelier est proposé aux scolaires, et un copieux dossier pédagogique est à la disposition des enseignants.

 

Une exposition immersive

 

Qui sont ces figures emblématiques féminines,  qui furent les voix et les visages du monde arabe, des années 1920 aux années 1970 ?  L’exposition célèbre ces divas aux carrières exceptionnelles   à travers un parcours abondamment rempli de chansons, de photos d’époque souvent inédites, d’extrait de films et de concerts, d’affiches de cinéma, d’interviews, d’objets personnels, de robes de scène scintillantes. Les décors reconstitués et les projections ressuscitent les innombrables cabarets que comptait le Caire et rappellent que l’Égypte était alors le quatrième producteur mondial de cinéma au monde.

 

Un voyage en 4 actes

 

La première partie de l’exposition rend hommage aux pionnières du mouvement féministe égyptien et arabe et à toutes les actrices et chanteuses qui ont transformé et impulsé, entre 1920 et 1940,  la vie artistique arabe, du cinéma à la chanson, de la danse au music-hall et au cabaret. Ces femmes artistes ont su défier la domination masculine sur la scène musicale et le divertissement et s’imposer dans les secteurs émergents des industries du disque et du cinéma. C’est grâce à ces pionnières des années 1920, que les grandes divas des années 1940-1970 ont pu exister et susciter de tels engouements, en incarnant chacune de façon spécifique, l’idée d’une culture arabe commune.

 

Le second moment de l’exposition est consacré aux voix d’or de la chanson arabe. La figure de la diva émerge dans ce contexte de transformations culturelles, technologiques, et médiatiques.  Quatre chanteuses sont particulièrement célébrées : Oum Kalthoum, Warda al-Djazaïria, Asmahan et Fayrouz.  Elles viennent d’horizon différent et ont des parcours singuliers. Avant-gardistes, rebelles pour certaines, mais toutes déterminées, elles se sont imposées par leur intelligence scénique et leur capacité à incarner les aspirations de nations entières.

 

La troisième section de l’exposition est consacrée à l’âge d’or des stars de Hollywood sur le Nil. Entre la fin des années 1930 et le début des années 1970, l’Égypte devient le quatrième producteur mondial de films. L’industrie cinématographique égyptienne connaît son âge d’or et domine le marché du cinéma arabe, avec des productions diffusées dans tous les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Le Caire devient Hollywood sur Nil ou « Nilwood ». Cette section met en valeur  ces productions, en insistant particulièrement sur les comédies musicales, et la personnalité de Dalida.

 

La dernière étape du parcours présente les regards d’artistes d’aujourd’hui sur ces femmes légendaires, avant-gardistes, émancipées, visionnaires, dont l’héritage est une profonde source d’inspiration pour toute une nouvelle génération de musiciens, plasticiens, photographes ou cinéastes.

 

Autour de l’exposition

 

L’institut du monde arabe propose des visites guidées de l’exposition le week end, et un atelier de création, « Fais ta divas », le samedi,  réservé aux familles avec enfants à partir de 6 ans.

 

Le dossier pédagogique

 

Un dossier pédagogique de 39 pages est à la disposition des enseignants. Il explore en quatre chapitres l’exposition : « Le Caire des années 20 et les pionnières », « Les voix d’or », « Musique et cinéma : des actrices qui connaissent la chanson », « Les icônes contemporaines du monde arabe ».  Le dossier présente la carrière  artistique de ces femmes légendaires, tout en la situant  dans le contexte historique et politique de l’époque, et en mettant en lumière leur place dans la construction d’une identité arabe transnationale. Derrière l’histoire de ces divas, le dossier détaille l’histoire politique, sociale et intellectuelle. Des textes de synthèse permettent d’avoir une vue d’ensemble des problématiques. Des focus sur des objets exposés sont proposés, assortis de questionnements d’élèves. Le contenu doit être  adapté au niveau des élèves. Les liens avec les programmes scolaires sont précisés. En annexe, les professeurs ont à leur disposition un glossaire des musiques arabes et des propositions d’activités pédagogiques à mener en classe, particulièrement en mathématiques pour le cycle 3 et les 1eres en enseignement de spécialité. 

 

L’offre pédagogique

 

Des visites guidées sont proposées aux élèves à partir de 8 ans, avec une conférencière du musée, qui s’adapte au niveau des participants. Le  livret jeune, « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida », est distribué à chacun des élèves qui visite l’exposition. Ce livret contient une sélection de treize chansons des divas arabes du 20ème siècle, traduites en français, pour permettre au lecteur non arabophone de saisir le sens des paroles. Le service des Actions éducatives  de l’IMA  propose aussi aux jeunes, un atelier « Rythme et chants de divas » : la séance commence par la visite de l’exposition, puis  les  participants découvrent la richesse des instruments de musique arabe, qui leur sont présentés (oud, nay, qanoun…) et chantent ensemble les plus célèbres refrains en jouant sur des percussions ( daf, târ, derbouka…). Les activités pédagogiques se réservent par mail à groupes@imarabe.org

 

Béatrice Flammang

 

L’exposition « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida »

Les offres pédagogiques

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 21 mai 2021.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces