Le nouveau calendrier commencera bien le 31 août 

Il est des symboles qui comptent et d'autres qui ont compté. On saura bientôt à quelle catégorie appartient le 31 août. Car la rentrée des enseignants aura lieu un 31 août en 2015 et encore en 2016, selon le nouveau calendrier scolaire que la ministre dévoilera ce matin du 2 avril. Les enseignants et les élèves gagnent le Pont de l'Ascension. Un autre point d'achoppement est tranché par la ministre : le zonage. La France reste découpée en 3 zones pour satisfaire les flux touristiques. Et ces zones tiendront compte du nouveau découpage régional. Les autres changements sont minces. La règle des 36 semaines, elle aussi critiquée, est maintenue. "Pragmatique" pour la ministre, le calendrier ne devrait pas tarder à recevoir l'habituelle bordée de critiques.

 

" Le calendrier scolaire triennal que je propose se veut pragmatique" explique N Vallaud-Belkacem dans la présentation des calendriers scolaires 2015-2018. Elle en définit "les règles claires " : " Il s’efforce de respecter au mieux sur l’année l’alternance entre périodes de travail et périodes de repos pour les élèves afin de garantir leurs conditions de réussite. Il apporte des réponses à des difficultés bien identifiées par nos partenaires de la concertation sur le calendrier scolaire : impact négatif sur l’économie et sur l’emploi du calendrier des vacances de printemps mis en place en 2010 pour les zones de montagne ; hétérogénéité du traitement des jours qui suivent le congé de l’Ascension ; difficultés d’organisation dans l’année de temps de réflexion réunissant l’ensemble des enseignants.. Ce calendrier tire également les conclusions de la réforme territoriale pour éviter des incohérences dans les zones de vacances". Autrement dit c'est un calendrier interministériel qui est imposé, tant il est vrai que le temps scolaire rythme les vies bien au-delà des écoles.

 

La rentrée en août

 

En 2015 les enseignants rentreront le 31 août au lieu du 28 août. En 2016 la date du 31 août est maintenue. En 2017 la rentrée aura lieu le 1er septembre. La ministre franchit donc le Rubicon symbolique d'août malgré le dépot par le Snalc d'un préavis de grève  pour cette date. L'année reste étalée sur 36 semaines et donc la sortie aura lieu le 5 juillet (au lieu du2 juillet) en 2015 et le 8 juillet en 2016. En 2016, le vendredi 6 mai et le samedi 7 mai seront fériés. En 2017 ce sera les 26 et 27 mai. Cela tranche une situation très variable selon les endroits. Le nouveau calendrier prévoit que deux demi-journées prises hors des heures de cours pourront être mobilisées par les recteurs pour permettre des "temps de réflexion et de formation" , par exemple sur les réformes.

 

Des zones pour l'industrie du tourisme

 

Le nouveau calendrier tranche la question du zonage. Les parents de la Fcpe et de la Peep tout comme le Snuipp demandaient le passage à 2 zones pour mieux assurer le rythme 7 semaines travaillées, 2 semaines de repos et garantir un troisième trimestre normal. La ministre a préféré satisfaire l'association des maires de stations de montagne (ANMSM) et maintenir 3 semaines. " Les professionnels et élus de la montagne font valoir la sensibilité particulière de l’activité économique des zones de montagne – la zone Montagne concentre 30 %  des investissements touristiques nationaux - au positionnement des vacances de printemps. En particulier, il a été constaté, à partir de 2010, une forte diminution des journées skieurs des vacances de printemps qui s’explique notamment par le positionnement fin avril/début mai des vacances scolaires", écrit le ministère. Il a donc décidé de maintenir les 3 zones de façon à assurer les flux touristiques. " Le regroupement en trois zones a été réalisé sur la base des flux constatés sur les dernières années, saison par saison, à partir des zones de départ des vacanciers, en particulier à partir de l’enquête « Suivi de la demande touristique des Français » (SDT) réalisée par le ministère en charge des transports". Le ministère justifie le fait que les vacances de printemps soient avancées d’une semaine pour maintenir le rythme annuel classe/ congé. Mais on ne peut s'empêcher de penser que ce nouveau calendrier ajoute une semaine de neige, les stations fermant traditionnellement le 20 avril.

 

Le nouveau découpage régional

 

Du fait des 3 zones, l'alternance 7 semaines travaillées - 2 semaines de vacances n'est pas exactement respectées. Ainsi en 2017-18, la dernière partie de l'année durera de 9 à 11 semaines selon les zones. Mais elle comprendra 3 jours fériés.

 

Les nouvelles zones tiennent compte des nouvelles régions. La zone A comprend la nouvelle Aquitaine, la région Auvergne - Rhone Alpes, et la Bourgogne - Franche Comté. La région B correspond à la moitié nord de la France : Nord - Picardie, est, Bretagne, Pays de la Loire, Val-de Loire Centre. La zone C comprend l'Ile-de-France et le Midi - Languedoc. Ce découpage vise aussi à limiter les embouteillages, selon le ministère.

 

Le nouveau calendrier de 2015-2016 change peu par rapport à l'ancien. La rentrée est repoussée au 31 août. Celle des élèves a lieu le 1er septembre au lieu du 31 août. Les congés de printemps sont avancés d'une semaine. La sortie a lieu le 5 juillet au lieu du 2. En 2016-2017, la date de rentrée ne change pas la sortie est repoussée au 8 juillet pour compenser les deux jours du Pont de l'Ascension. Les vacances de printemps sont avancées d'une semaine. Des calendriers spéciaux seront établis pour la Corse et les départements et collectivités d'outre mer.

 

Le nouveau calendrier doit maintenant passer l'épreuve du Conseil supérieur de l'éducation. Ne respectant ni la tradition du 1er septembre, ni la règle des 7/2, il fera débat. La ministre a anticipé en rencontrant François Testu, chronopsychologue et membre de la commission Chatel sur les rythmes scolaires, le 2 avril. Pour les élèves un autre aménagement du temps scolaire ne passera pas inaperçu : la réforme du collège leur accorde 90 minutes de pause méridienne et un maximum d'heures de cours par jour.  

 

François Jarraud

 

Téléchargez les nouveaux calendriers

 

 

Par fjarraud , le jeudi 02 avril 2015.

Commentaires

  • Franck059, le 02/04/2015 à 16:52
    Peu d'enseignants sont opposés au changement.

    Mais le changement doit permettre d'évoluer et non pas occasionner une dégradation.

    Réformer pour réformer, cela n'a aucun intérêt.

    Inutile de réformer sans l'adhésion de la base, cela ne fonctionne pas. Imposer verticalement depuis le haut est néfaste.

    Je prouve qu'il s'agit bien d'une dégradation : les élèves auront entre 9 semaines mini et 11 semaines maxi sur la fin de l'année. C'est une ineptie.

    Or, de nombreux enseignants et de nombreux parents signalement que les 2 semaines aux vacances d'automne sont de trop. En ce début d'année, une seule suffit. Le bon sens serait de les écouter... mais non.

    Je me moque de savoir quand je commence. Je reste vigilant quant aux 36 semaines. Et si l'on me demande de faire plus, que l'on me rémunère davantage. Point barre.


  • Michel MATEAU, le 02/04/2015 à 15:33

    Le projet ne respecte pas la tradition du 1er septembre ?! Quelle horreur !
    Les 3 zones sont maintenues pour satisfaire l’industrie du tourisme selon vous mais la tradition du 1 septembre n’est-elle pas faite pour satisfaire les clients (enseignants) du tourisme ?

    « la réforme du collège leur accorde 90 minutes de pause méridienne et un maximum d'heures de cours par jour ». Que regrettez-vous exactement que les collégiens aient 90 minutes de pauses ou/et qu’ils aient trop d’heure de cours ?!  

    Sur un point en tout cas vous avez raison : la ronchonnade stérile, on peut en être sûr. Elle commence d'ailleurs avec cet article....

    • kassad, le 02/04/2015 à 15:30
      En fait je ne comprends pas que l'article du site continue de s'intituler comme cela puisque non, la rentrée des enseignants (dont je fais partie) n'aura pas lieu le 31 août sauf en 2015 et 2016 et c'est un lundi ! Il suffit pour cela de télécharger la pièce qui est jointe !

      Il y aurait bien sur beaucoup à dire sur cette ligne éditoriale, qui défend (très) souvent les positions les plus conservatrices, une envie d'allumer un feu peut-être ?

      Quels sont exactement les arguments de ceux qui ne veulent pas qu'on touche à "leur" (sic) mois d'aout ?
      Je suis enseignant, je ne suis absolument pas dogmatique quant à ce mois d’août et ne comprends pas cette position idéologique (tautologique serait plus appropriée... voire totologique ;-). C'est avec ce genre de posture que l'on se fait haïr quoique pour certains, c'est vrai, il suffit de dire le mot fonctionnaire pour les braquer.

      Tous les jours les collègues râlent (moi aussi ça m'arrive mais je me soigne), en ont marre, mais dès qu'un changement est proposé, ils le refusent. Difficile de râler dans ces cas là, non ?

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces