L'Expresso du 21 février 2018

Le fait du jour

Le rapport de la Cour des Comtes  sur  l'évaluation de l'Education nationale "pour améliorer sa performance" appelle à une rupture complète avec la culture de l'institution scolaire. La Cour demande la mise en place de batteries de tests automatisés, pilotés par une nouvelle institution à créer , susceptible d'évaluer les performances du système éducatif, des élèves et des enseignants. Ce rapport peut devenir un levier puissant pour supprimer le Cnesco et, bien au delà, piloter de façon très hiérarchique et coercitive l'Ecole et les enseignants. Il importerait en France des modes d'évaluation américains qui n'ont apporté que désillusions.

(...)


Le fait du jour

Interrogé par la Commission de la culture et de l'Education de l'Assemblée nationale le 20 février, JM Blanquer a saisi l'occasion pour répondre indirectement aux nombreuses critiques portées sur son projet de lycée. N'hésitant pas à renverser les arguments, il a déclaré que les disciplines seraient mieux servies avec la réforme et qu'il y aurait moins d'inégalités. JM Blanquer s'est attaché à rassurer les professeurs de maths ou de SES sur les horaires disciplinaires. Il a aussi confirmé les bruits sur la disparition de l'écriture d'invention à l'épreuve de français.

 

(..)

Le fait du jour

"Notre premier devoir, c’est donc de stimuler l’esprit d’entreprise, l’initiative, dans tous les domaines. C’est d’abord le rôle de l’école. (…) Il est donc prévu, de la sixième à la terminale, un programme sur l’entreprenariat". Cinq ans après cette promesse de François Hollande force est de constater que l'éducation à l'entrepreneuriat piétine dans le système éducatif français. Dans la Revue française en sciences sociales n°140, Sylvain Starck , laboratoire interuniversitaire des sciences de l'éducation, analyse ce relatif échec. Il montre le rôle de différents acteurs dans sa timide entrée dans l'enseignement et les tentatives pour dépolitiser ce qui est apparu dès le début comme une question très politique.

(...)
L'élève

Comment figurer au cinéma le monde intérieur d’un garçon asocial en manque de mots et d’affection ? Pour son premier long métrage, Hlynur Palmason, plasticien et vidéaste d’origine islandaise, emprunte une voie originale. Son histoire étrange, entre comédie et tragédie, nous entraîne au cœur d’une mine de calcaire dans une vallée forestière perdue. Parmi les mineurs soumis à des conditions de travail inhumaines, nous suivons à la trace, de l’usine gigantesque recouverte de poussière à la forêt profonde aux grands arbres poudrés de neige, le déroutant Emil, insaisissable personnage, tour à tour  amoureux transi, pris dans une rivalité fraternelle et douloureuse, petit trafiquant aux agissements douteux, travailleur intermittent et rêveur impénitent. Peu à peu, nous tombons sous le charme émanant de « Winter Brothers », happés par ce paysage en noir et blanc au bord du monde. Et le drame social se meut en ‘catastrophe’ métaphysique portée par un drôle de héros misérable et taciturne, tel un Buster Keaton contemporain venu du froid nous confronter à l’absurdité de l’existence.

 

(...)
La classe

« Penser, est-ce dire non ? » Partant de cette citation attribuée à Pythagore, Pierre Rostaing, professeur de philosophie au lycée Champollion de Grenoble (38) propose à ses lycéens de philosopher autour du oui et du non dans un film de 40 min. Prix du jury au 10ème Forum des Enseignants Innovants, Pierre Rostaing concrétise un projet qui donne de l’assurance aux élèves et accomplit un cours de philosophie hors-les-murs. Entretien avec cet enseignant pour qui la philosophie « se réalise concrètement dans l’art de questionner et d’argumenter »

 

(...)
Le système

Le Journal officiel publie un décret qui revoir la procédure de redoublement au primaire comme dans le second degré. La nouvelle rédaction supprime le caractère exceptionnel du redoublement qui n'était possible qu'en cas de rupture des apprentissages depuis 2014.  Le CSE s'était prononcé contre. Mais pourquoi ce retour en arrière ?

 

(...)

Le système

Le J.O. du 21 février publie un décret modifiant l'organisation des conseils de classe pour permettre son adaptation à Parcoursup. Le  nouveau texte précise que " le chef d'établissement émet, après que le conseil de classe s'est prononcé, un avis sur chacun des vœux de poursuite d'études de l'élève dans l'enseignement supérieur".

 

Au JO

 

Le système

" Avec des enseignants en plus grand nombre, on aurait pu croire que les mouvements de carte scolaire susciteraient peu de difficultés. Pourtant sur le terrain de nombreux parents nous alertent sur des fermetures de classe, particulièrement en milieu rural et sur un manque d’enseignants dévolus à la scolarisation des moins de 3 ans", écrit la Fcpe. "Cette situation est intenable, elle pénalise des territoires déjà fragilisés pour lesquels l’école est synonyme de vie et d’attractivité".

 

(..)
Le système

Dans une lettre du 20 février adressée au ministre, le Se Unsa demande la création d'une indemnité d'examen pour les professeurs de lycée. " Pour les personnels enseignants, (les modifications du bac) auront pour conséquence un alourdissement important de la charge de travail en raison de la multiplication des épreuves en cours d’année dans le cycle terminal pour toutes les disciplines. Or, les épreuves en cours d’année (ECA, CCF, ECE) n’ouvrent actuellement droit à aucune indemnité. Quant aux épreuves terminales ouvrant droit à indemnité, avec la réforme, elles diminueront en nombre. Donc, les enseignants de lycée pourraient subir une baisse de rémunération. Il serait totalement inacceptable que la réforme du baccalauréat et du lycée, qui exigera un fort investissement professionnel des enseignants, se traduise concrètement pour eux par une perte de pouvoir d’achat. C’est pourquoi le SE-Unsa revendique pour tous les personnels concernés par la mise en place de ces épreuves en cours d’année la création d’une nouvelle indemnité d’examen".

 

Communqiué

 

 

Le système

Selon Le télégramme, ils étaient près de 500 lycéens à manifester le 19 février contre l'expulsion de deux de leurs camarades albanais du lycée Lesage. Les lycéens ont demandé le respect du droit à l'éducation.

 

Dans le télégramme

 

Du 22 février au 5 mars, L'Expresso est en vacances. Nous restons cependant actifs quotidiennement sur Twitter et prêts à réagir aux nouvelles importantes sur ce site. Nous suivrons par exemple la présentation du rapport sur l'enseignement professionnel le 22 février. Nous vous souhaitons de bonnes vacances !

 

 

La classe

" Réussir : ils en sont tous capables !" afficheront encore cette année les 11èmes Rencontres nationales du GFEN. Elles auront lieu le 26 mai à Ivry (94). " L’éducation peine à enrayer les inégalités qui lui préexistent voire les renforce, rompant avec sa promesse de justice et le principe d’égalité. Aucun éducateur (qu’il soit parent, enseignant ou accompagnateur) ne peut  s’en satisfaire", estime le Gfen. Quelles réponses apporter ? Ces 11èmes Rencontres croiseront ateliers, témoignages et interventions. Sont ainsi invités à intervenir Serge Boimare, psychologue clinicien, auteur de : L’enfant et la peur d’apprendre (Dunod, 1999) et Anne Barrère, sociologue, auteure de Au coeur des malaises enseignants. Ces Rencontres, soutenues par la ville d’Ivry-sur-Seine et par le Conseil Départemental du Val-de-Marne, sont organisées en partenariat avec l’Observatoire des Zones Prioritaires et le Café Pédagogique. On vous invite à vous y inscrire.

 

GFEN

Les 10èmes Rencontres

 

La classe

 Coordonné par Daniel Gostain, ce nouveau numéro du Nouvel Educateur propose à la fois des pistes de réflexion et des propositions. Ainsi Françoise Diuzet montre comment l'enseignant peut participer à lever les empêchements d'apprendre en proposant une autre vision de l'école. Laurent Ott élargit le propos en évoquant les empêchements d'être qui existe dans l'institution scolaire. Il appelle à des pratiques émancipatrices. Amandine Tuerlinckx semble lui répondre en évoquant les empêchements... à ouvrir une école Freinet. Eloïse Daguet lutte contre les "empêchements à être un enfant" . Catherine Foucher montre comment le plan de travail peut aider les élèves à entrer dans les tâches. Au final un numéro particulièrement riche coordonné par un spécialiste de la question sur un sujet pédagogique qu'il importe de faire connaitre.

Le Nouvel Educateur n°236

 

Découvrir le sommaire

 

La classe

Où en est l'innovation pédagogique ? Quelles nouvelles pratiques remarque t-on en classe ? Le Café mensuel de février rend compte du 10ème Forum des enseignants innovants. Le nuémro montre de nouvelles pratiques pédagogiques dans quasiment toutes les disciplines à coté des rubriques portant sur une actualité particulièrement riche.

 

Lisez l'article...

 

L'élève

Rechercher, centraliser, trier, organiser et valoriser toutes sortes de documents… les fonctions des documentalistes sont multiples. Vous rêvez de travailler dans ce secteur et d'exercer l'un de ces métiers ? Particulièrement dans le domaine de la culture et du patrimoine ? Céline Latil, responsable du centre de documentation du MAC VAL, répondra à toutes vos questions mercredi 7 mars (14h-15h). Commencez d’ores et déjà à lui soumettre vos interrogations.

 

Le tchat

 

Les disciplines

Comment l'école maternelle fait-elle face à l'éducation à la propreté ? Ghislain Leroy (Cerlis Espe de Paris) publie dans l'Italian journal of sociology of education (vol 9 n°3) un article passionnant sur l'évolution des normes hygiéniques dans l'école maternelle. Il montre qu'à l'obsession hygiéniste du début du 20ème siècle a succédé une forme de rejet de la question en ce début de siècle. " Dans le climat scolarisant de l'école maternelle contemporaine, tout semble parfois fait comme si les déjections, les traces des déjections, les lieux de ces déjections, le vécu subjectif qui leur est lié  n'existaient pas".

 

(..)
Les disciplines

"Le présent courrier a pour objet d’interroger la prétendue « scientificité » des pratiques d’enseignement aujourd’hui préconisées, notamment dans le domaine de la lecture, en montrant à quel point la définition des dispositifs d’enseignement jugés les plus efficaces se fait dans l’ignorance – ou le mépris ? – de tout ce que l’on sait des conditions fondant, de façon optimale, de réels apprentissages". Spécialiste de la lecture et de l'écriture, Bernard Devanne ne mâche pas ses mots. Sa lettre ouverte vise les choix du ministre, notamment son Conseil scientifique.  Il dénonce le caractère très prescriptif des injonctions ministérielles pour un apprentissage de la compréhension qui demande une autre approche.

 

(...)

Les disciplines

Comment les parents peuvent ils aider les apprentissages en lecture écriture faits à l'école ? Le Centre québécois pour la réussite éducative (CTREQ) propose des gestes concrets pour faciliter la réussite scolaire des enfants. Son dossier sur la lecture et l'écriture s'adresse aux parents à qui il propose des gestes simples. " Intégrez dans l’horaire de la semaine un moment de lecture en famille. Impliquez l’enfant ou l’adolescent dans les tâches quotidiennes pour qu’il ait conscience de l’importance de la lecture et de l’écriture dans différentes situations (liste d’épicerie, lecture du courrier, etc.)". Pour chaque geste il indique des pistes concrètes.

 

Le dossier

 

 

   
  

La vidéo


 L'Edito

L'année 2017 aura finalement été celle du détricotage des mesures adoptées depuis 2012. 2018 s'annonce comme une année qui posera les premiers jalons d'une réforme de fond appliquée à partir de 2019. Année charnière ce sera aussi une année de ruptures et donc une année difficile pour le ministre.

 

2017 une année efficace

 

Rarement ministre aura été aussi efficace. En 6 mois, JM Blanquer a réussi à détruire les plus importantes réformes introduites depuis 2012 et cela presque sans y toucher. Fin connaisseur d'une maison qu'il a co-dirigé en fait entre 2006 et 2012, il sait déclencher les forces internes qui sommeillent dans ce ministère. Sur les rythmes et le périscolaire, il use de la même force que Darcos en 2008 : le laisser faire.

 

Il peut faire confiance aux maires, tenus financièrement par la politique gouvernementale, pour se renier et aller dans le sens qu'il souhaite, le retour des 4 jours. Il peut, sans grande crainte d'être contredit par d'autres que par quelques chercheurs, ramener les grosses journées de classe et en même temps prétendre lutter contre la difficulté scolaire au primaire. Il peut aussi laisser les collèges, pris dans la concurrence entre établissements et dans les suites d'une réforme très médiocrement amenée,  recréer les filières ségrégatives au sein du "collège unique" tout en se proclamant le plus social des ministres.



(...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces