L'Expresso du 21 novembre 2018

Le fait du jour

"Le mot qui est au coeur de toutes les politiques publiques que nous menons et qui est devenu notre devise est l'école de la confiance". Intervenant lors du colloque du Mouvement contre la constante macabre (MCLCM), Jean-Michel Blanquer a disserté sur la confiance qu'il exige des acteurs de l'école. Alors que le MCLCM recommande l'évaluation  par contrat de confiance, JM Blanquer a longuement parlé des évaluations de CP CE1 et de l'avenir du Cnesco, sans oublier sa récente prestation télévisée...

 

(..)

Le fait du jour

La première association de parents d'élèves n'a plus de direction. Selon des informations confirmées par l'ancien président de la Fcpe, Raymond Artis, le bureau national de la FCPE a démissionné le 18 novembre en bloc. R. Artis a été mis en minorité au conseil d'administration national de la Fcpe et en a  tiré les conclusions. Selon les statuts il continue à expédier les affaires courantes jusqu'à l'élection d'un nouveau président.

 

(...)

La classe

Du 12 au 24 novembre, c’est la « quinzaine de l’école maternelle » ! Cet événement organisé par l’Association Générale des Enseignants des Écoles et classes Maternelles publiques (AGEEM) en est à sa dixième édition. La quinzaine des maternelles, c’est quinze jours de mise à l’honneur de cette école, spécifiquement française. C’est donner à voir l’école maternelle aux différents partenaires de celle-ci par le biais de projets pédagogiques, rencontres, échanges. C’est l’occasion d’ouvrir en grand les portes de l’école aux enfants, aux parents, aux associations, aux élus… Pour l’occasion, nous nous sommes invités au café des parents organisé par l’une des membres actives de l’association, Valérie Amour, enseignante de Toute Petite Section à l’école primaire Théophile Gautier à Brienne le Château dans l'Aube.

 

(...)

Le système

Vitrine du numérique éducatif avec ses 111 "lycées 4.0", la région Grand Est (les académies de Reims, Nancy-Metz et Strasbourg) essuie les plâtres d'un nouvel ENT. Selon les syndicats le passage au nouvel espace numérique de travail (ENT) se passe mal, voire est vécu comme "une régression" avec par exemple le retour aux anciens logiciels de vie scolaire. Interrogés, eux aussi, par le Café pédagogique, la région et l'éditeur de l'ENT préfèrent parler du projet exceptionnel d'un ENT pour toute une grande région...

 

(...)
L'élève

Fils d’exilés, ancien éducateur, l’humoriste, enfant de Canal+, acteur et réalisateur de « Mauvaises Herbes », n’est pas du genre à oublier d’où il vient. Après « Nous trois ou rien » en 2014, évocation tragi-comique du départ de sa famille fuyant l’Iran au moment de l’instauration du pouvoir islamique, Kheiron n’abandonne pas la veine autobiographique avec cette fable sociale centrée sur la ‘réinsertion’ joyeuse de jeunes en rupture. Véritable homme-orchestre, le cinéaste en herbe cumule les fonctions : auteur d’un script inventif, interprète doué, il réunit devant sa caméra une bande d’acteurs novices et embarque dans l’aventure deux comédiens confirmés, Catherine Deneuve et André Dussollier, immédiatement séduits par la générosité de l’entreprise. En dépit de maladresses et d’invraisemblances, « Mauvaises Herbes » se révèle comme un conte malicieux et déjanté, entre tendresse et gravité, bourré d’humour, débordant de vitalité à l’image de ses jeunes héros cabossés qui ne demandent qu’à aimer la vie. Sous le masque des bons sentiments, le chemin original que leur offre le magicien Kheiron met du baume au cœur.

 

(...)

Le système

A qui profitera la réforme du lycée ? Un premier sondage, auprès de 700 lycéens, réalisé par L'Etudiant, montre que 62% prendrait les spécialités maths. Viendraient ensuite physique chimie (43%), histoire-géo-géopolitique-sciences politiques (32%) et SVT (32%). A première vue les lycéens tentent de reconstruire les anciennes filières où la série S accueillait la moitié des lycéens généraux devant la série ES avec un tiers. Mais la question des maths reste centrale.

 

(...)

Le système

Il aura fallu 5 jours de grève et l'union de tous les syndicats pour que le rectorat cède. Mais c'est chose faite. La grève menée depuis 5 jours par les enseignants de Guyane s'achève sur un constat de réussite. Selon l'intersyndicale Fsu, Sgen Cfdt, Snetaa, Steg Utg, Sud, Unsa, les enseignants ont obtenu des postes  et la mise en place de groupes de travail. Le recteur s'est engagé à proposer au ministre la création de 186 postes dans le premier degré et 69 dans le second à la rentrée 2019. S'ajouteraient 25 postes administratifs. Le rectorat s'engage aussi sur la formation des emplois précaires en vue des concours. Des groupes de travail seront constitués sur les affectations la formation, le recalibrage des besoins. Les enseignants ont aussi obtenu le retrait d'une circulaire qui les transformait en policiers : ils devaient exiger les papiers d'identité et carte de séjour des élèves pour toute sortie scolaire.

 

(...)

Le système

Le rectorat de La réunion a décidé de fermer toutes les écoles et tous les établissements le 21 novembre. De nombreuses communes avaient anticipé cette décision depuis lundi et de nombreux établissements étaient restés vides. Cette mesure s'est imposée devant le blocage de l'ile par le mouvement local des gilets jaunes. Le préfet a du décréter un couvre feu sur une partie de l'ile et faire venir d'importants renforts des forces de l'ordre face à une situation très tendue.

 

 

Le système

Belle unanimité au Sénat. Le 20 novembre, le Sénat a adopté en première lecture la proposition de loi déposée par C  Morin-Desailly sur l'exposition précoce des enfants  aux écrans par 333 voix sur 335. Elle prévoit un message d'avertissement sur les dangers des écrans pour le développement des enfants de moins de 3 ans sur les emballages des jeux et outils numériques et dans les messages publicitaires de ces équipements.

 

Dossier législatif

La loi adoptée en commission

 

Le système

"Ce conseil mène une évaluation des politiques scolaires indépendante du temps politique. Nous, acteurs de l’école, voulons témoigner du besoin de cet espace d’échanges, soucieux de nos questionnements de terrain et enrichi par la recherche. Nous appelons à ce que le travail engagé par le Cnesco soit poursuivi et amplifié". Une pétition en faveur du maintien du Cnesco et pour une évaluation indépendante de l'Ecole est lancée.

 

(...)

Le système

Selon France 3, à Vaulx en Velin, les enseignants du collège Henri Barbusse ont occupé leur collège pour trouver un toit à une famille de trois enfants qui dort dans la rue. Ils demandent qu'un logement de fonction, vide et chauffé, soit mis à sa disposition. Originaire de Martinique, la famille est dirigée par une mère seule qui a un emploi mais pas de logement.

 

Sur france 3

 

 

La classe

Selon le dernier Bulletin da la CFEM, la traduction sur le terrain du rapport Villani Torossian est difficile faute de moyens.  C'ets le cas notamment des laboratoires de maths. "Il s’agit d’une part d’expliquer l’esprit des mesures, et d’encourager les personnels dans leurs actions, mais surtout de convaincre les responsables académiques de l’intérêt d’une nouvelle idée de la formation continue : celle de la formation avec les pairs, dans une relation « de confiance », sur du temps suffisamment long pour avoir de réels effets, et avec des relations  institutionnalisées avec des référents (des chercheurs pour le secondaire)... Mais tout cela sans moyens supplémentaires conséquents, même si quelques crédits devraient être débloqués par le MESR pour la participation des chercheurs et peut-être pour la mise en place de la formation des référents de circonscription. Pour 1500 équivalents plein temps nécessaires à terme pour les référents de circonscription, quelques 500 personnes ont été nommées sur des temps partiels, avec des profils très différents, qu’il va falloir former pendant 24 journées sur deux ans", écrit le Bulletin.

 

Le Bulletin

 

 

La classe

"Si tous les enseignants se voient confrontés à un travail complexe – impossible ?! –, en milieux dits « difficiles », mais également en contextes plus « ordinaires », les difficultés peuvent être vécues dans leur quotidien comme inconfortables, pénibles voire insupportables, mais aussi comme une caractéristique du métier, une ressource, un défi. Dès lors, que faire ?" L'AEEPS organise le 24 novembre à Bobigny une journée sur "Enseigner l'EPS en banlieues". "La Journée Jean Zoro 2018 cherchera à stimuler les réflexions et les débats sur les difficultés dans le travail enseignant. Pour ce faire, nous avons demandé à chaque intervenant de proposer des pistes visant à accroître le pouvoir d'agir des professeurs d'EPS, dans la réalité de leurs classes, l'ordinaire de leur établissement, sur la base de difficultés que nous avons retenues comme particulièrement saillantes".

 

Programme

 

 

Les disciplines

Ce récit a pour point de départ un livre, "Mat et Ma Tic et compagnie" (Daniel Gostain, Bayard jeunesse), qui raconte les aventures de deux enfants, Mat et Ma, à la rencontre de peuples étranges qui ont chacun un rapport singulier aux mathématiques. Il a été proposé récemment aux élèves de plusieurs classes de devenir des Graphitiks, des Problématiks, des Narratiks, des Quotitiks, des Poétiks ou des Observatiks, noms des peuples du livre. Et voici le vécu d'une classe qui a expérimenté cette proposition.

 

(...)

Les disciplines

L'académie de Poitiers propose une proposition de programmation sur l'enseignement de l'anglais du CP au CM2. Parler en continu, réagir et comprendre, lire, pour tous ces objectifs un tableau donne des exemples annualisés de formulations et connaissances. N'y cherchez plus les cycles : ils ont disparu...

 

La programmation

 

 

Les disciplines

Signalé sur Classe Tice, ce calendrier de l'avent permet de mettre en place des défis du jour ou des animations quotidiennes facilement. Ou encore de revoir des règles. Sur fond de calendrier, vous affectez à chaque journée une animation ou une tache.

 

Le calendrier

 

La vidéo


 L'Edito

On pensait avoir vécu des réformes à un train d'enfer durant la première année du quinquennat. Pourtant il apparait qu'une nouvelle accélération s'impose sous nos yeux. Elle résulte d'un nouveau cap pris par le gouvernement depuis le mois de juin. La seconde année du quinquennat sera vraiment celle des réformes ou au moins des tentatives de grand changement. C'est vrai dans de nombreux domaines, dont l'éducation qui nous intéresse plus particulièrement.

 

Imposer le changement sans s'en donner l'air. Il semble que cela ait été le fil suivi par JM Blanquer tout au long de sa première année rue de Grenelle. Modèle du genre, la réforme des rythmes. Le ministre semble laisser le terrain  décider et obtient la suppression de la semaine de 4 jours et demi. Une contre réforme sans doute néfaste pour les élèves mais qui est bien accueillie chez les adultes, aussi bien enseignants que collectivités territoriales. Et qui permet de récupérer quasi immédiatement près de 500 millions.

 

Même opération pour le collège. En "assouplissant" les règles le ministre obtient le retour au statu quo ante. Et là aussi ce n'est pas pour déplaire aux enseignants. Car JM Blanquer sait ménager ses troupes. Quitte à se détourner les annonces présidentielles. Alors que le président veut un bac avec 4 épreuves, finalement son ministre impose un bac avec encore plus d'épreuves qu'avant. Cela permet de maintenir un ersatz de diplôme national, ce qui est (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces