L'Expresso du 19 novembre 2018

Le fait du jour

Alors que le budget 2019 ne prévoit des créations de postes que dans les forces de sécurité et la Justice et en supprime en éducation, une étude de la London School of Economics rappelle que l'école réduit la criminalité. Elle explique quels mécanismes aboutissent à un résultat  observé et durable. Mieux elle calcule le rendement de chaque dollar mis dans l'éducation en ce domaine. L'éducation est bien un investissement, pas une dépense...

 

(...)

 
Le fait du jour

Quelques semaines après une initiative nationale du ministre qui avait fortement remonté nombre de professionnel•e•s de la maternelle, l'idée d'organiser une proposition alternative, forcément plus modeste, mais ne lâchant rien sur la qualité de la réflexion et du débat autour de la maternelle a germé. Le 17 novembre, les associations et syndicats sont passés à l'acte. Articulant conférences de fond et ateliers de pratiques, le Forum de la maternelle a tenu ses promesses en faisant échanger les professionnel•e•s, notamment enseignant•e•s et ATSEM, et en nourrissant leurs expériences des mots de la recherche. En ces temps où la prise de parole de ceux qui travaillent semble de plus en plus refoulée par celle et ceux qui entendent leur prescrire ce qu'il y a à faire, l'initiative a séduit ceux et surtout celles qui avaient fait le voyage.

 

(...)

  
La classe

« De quelles connaissances pensez-vous avoir besoin pour étudier cette œuvre de Maupassant ? Quelles activités pourrions-nous mener autour de cette nouvelle ? Quels extraits de Boule de Suif vous semblent intéressants à analyser ? …» : voici quelques-unes des questions posées par Céline Dunoyer à ses 2ndes du lycée Schuman à Charenton-le-Pont dans l’académie de Créteil. La séquence se construit à partir de leurs réponses et les élèves se lancent alors, en groupes, dans le travail sur l’œuvre : ils mènent les recherches nécessaires, étudient les textes choisis, réalisent des productions créatives, partagent leurs travaux à l’oral et en ligne. La séquence montre comment, en français aussi, on peut adopter une démarche de « classe inversée » ou de « classe accompagnée » : les élèves sont conduits à faire la classe, à concevoir la séquence et à se mettre à la tâche ; l’enseignante cesse de faire cours pour mener un précieux travail d’accompagnement. Eclairages sur les modalités, les difficultés et les intérêts du dispositif…

 

(...)

  
Le système

Les académies de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble ont signé le 15 novembre une convention avec le CNED prévoyant d'expérimenter un service de remplacement des enseignants. Le CNED offrira des séquences de cours en ligne de 50 minutes en maths et en français en 5ème, 4ème, 2de et 1ère. Les élèves seront encadrés par un assistant d'éducation formé par le Cned à cet accompagnement. Les rectorats pensent répondre ainsi au problème des remplacements de courte durée (moins de 15 jours). A son retour, l'enseignant disposera d'un rapport d'activité sur ce qu'ont fait ses classes. Le dispositif va être testé jusqu'à la fin de l'année scolaire dans des établissements pilotes de la grande région.

 

 

Le système

"S’il y a urgence à améliorer le fonctionnement pédagogique, éducatif et administratif de l’école ainsi que la reconnaissance et l’exercice de la fonction de direction d’école, cela ne peut passer ni par la création d’un statut hiérarchique à l’instar des chefs d’établissements du second degré ni par la réorganisation territoriale des structures", écrit le Snuipp en réponse à l'annonce d'un "nouveau statut" pour les directeurs d'école. Dans cette lettre du 16 novembre, le Snuipp prend position pour le maintien du statut actuel.

 

(...)

Le système

Passée discrètement au BO du 15 novembre, une convention confie à la direction interministérielle du numérique la transition entre le dispositif Sirhen de gestion de la paye et le post Sirhen. Pour la CGT, le ministère de l'Education nationale ne peut se débarrasser ainsi de ses responsabilités en matière de paye de ses agents.

 

(....)
Le système

Examiné lors du CSE du 15 novembre, un nouveau texte renforce le financement des CFA. La loi Pénicaud a mis en place un financement au contrat des CFA créant de ce fait une inégalité de traitement entre les gros CFA des grandes branches et les petites structures en région. En même temps la loi retire le financement aux régions. Elle ne sont donc plus à même de soutenir les petites structures. En réponse aux demandes régionales qui annonçaient la fermeture de près de 700 CFA, la loi Pénicaud a prévu une somme de 250 millions prélevés sur la taxe d'apprentissage pour l'aide régionale. Somme qui est vite apparue insuffisante. Un nouveau texte annonce une nouvelle aide, gérée par France Compétences, de 180 millions prélevés sur la taxe sur les produits pétroliers. La répartition se fera sur la base des dépenses des trois dernières années. Pour Jérôme Dammerey, co Secrétaire Général du Snuep Fsu, "la loi Pénicaud avec le financement au contrat met en concurrence les formations et les structures". Selon lui, des discussions ont déjà lieu pour bloquer le développement de certains CFA publics y compris en établissements à la demande des branches.

 

 

Le système

"Comment concilier gestion de masse et reconnaissance de compétences singulières ? Comment harmoniser cadre national et autonomie locale ? Comment prendre en compte les spécificités d’un « magistère » inscrit dans le projet de la Cité, les attentes d’une « profession » exercée dans le cadre d’un parcours personnel, les exigences d’un « métier » accompli au sein de successives équipes éducatives ?" L'AFAE, une association qui réunit des hauts cadres de l'éducation nationale, saisit le thème de la gestion des ressources humaines pour son colloque annuel qui aura lieu du 22 au 24 mars 2019 à Rouen. Alors que le ministre met en place une "gestion des R.H. de proximité", ce sont justement ces responsables qui ont à la mettre en place. "Au problème récurrent d’une gestion de masse peinant à faire place aux équipes et aux individus qui les composent se sont ajoutées les fractures territoriales et la diversification des parcours professionnels. Comment repenser le recrutement des personnels ? Comment assurer leur formation et notamment celle des enseignants? Comment articuler formations initiale et continue ? Comment fonder sur un dialogue régulier et confiant entre l’institution (exprimant ses besoins) et ses artisans (formulant leurs vœux) le déroulement d’une carrière qui doit inclure une mobilité concertée et raisonnable et ne peut ni ignorer pratique réflexive, évaluation et formation, ni renoncer à encourager et promouvoir, à accompagner et le cas échéant reconvertir ?", écrit l'AFAE.

 

Colloque

 

 

Le système

L'école Cours Julien est à 150 mètres des deux batiments qui se sont effondrés le 5 novembre. Selon 20 Minutes, des fissure sont déjà été constatées dans l'école et la cour a connu un premier affaissement en 2012. La direction de l'école et les parents demandent une expertise. En attendant, la cour de récréation est fermée.

 

Dans 20 minutes

 

 

Le système

Des lycéens de Péronne avaient refusé de lire un roman d'Akli Tadjer  au motif qu'il comportait des mots venus de l'arabe. Akli Tadjer a souhaité rencontrer ces jeunes. Selon Francebleu, les échanges ont été positifs. L'écrivain regrette le silence de JM Blanquer dans cette histoire : "J'ai trouvé le ministre hyper silencieux sur cette histoire".

 

Dans Francebleu

 

 

Politique ministérielle

Blanquer veut changer le statut des directeurs d'école

"Je présenterai une loi pour un changement du statut des directeurs d'école". Sur LCP le 12 novembre, le ministre de l'éducation nationale semble avoir tranché une question qui restait en suspens depuis son arrivée rue de Grenelle. Il entend mettre fin à une particularité française : celle d'écoles qui s'administrent en collectif dans un système éducatif partout ailleurs...

 

(...)

 

Lisez l'article...

 

Pédagogie

Quelles finalités pour les pédagogies alternatives ?

Peut-on parler d'essor des pédagogies alternatives ? Si le nombre de jeunes concernés reste faible, on assiste bien à une forte croissance des écoles privées hors contrat et aussi au développement de ces pédagogies dans l'école publique. Mais ces pédagogies sont loin de constituer un mouvement uni ou uniforme. Sous la houlette de Marie-Charlotte Allam et Sylvain Wagnon, la revue Tréma en présente une intéressante cartographie qui met aussi en évidence des finalités différentes et le rôle central joué par les Editions Actes Sud, celles de...

 

(...)

 

Lisez l'article...

 

La classe

" Les orientations et discours actuels qui insistent sur les besoins particuliers vous engagent parfois  sur la fausse piste qui consiste à essayer de « traiter » de manière individuelle des besoins très partagés par les élèves en REP+ et en REP, négligeant ce que les sciences de l’éducation, la sociologie, la sociolinguistique nous ont appris sur les vertus du collectif dans les apprentissages. Il faut donc bien distinguer ce qui différencie « évaluer les besoins de chacun » qui est utile pour votre compréhension de leurs besoins et développer une « dynamique de travail collective ajustée aux besoins des élèves» qui est indispensable pour s’appuyer sur tous les éléments d’une dynamique pédagogique. C’est dans le travail du groupe que les activités proposées répondent à la diversité des besoins de vos élèves", écrit Marc Bablet sur son blog. Reprenant les travaux d'un travail collectif "jamais validé au sein du ministère", il fait des propositions pour les CP à 12. Il met en évidence notamment les lacunes des évaluations nationales. " Le fait qu’elles soient très orientées, pour vous imposer des pratiques pédagogiques et didactiques, ne doit pas vous empêcher de penser par vous-mêmes et de choisir vos outils et perspectives de travail à partir de l’ensemble des informations dont vous disposez sur les niveaux de vos élèves".

 

Sur son blog

 

 

L'élève

Du 23 au 25 novembre, le salon de l’Onisep vous accompagne dans votre démarche d’orientation. Il vous invite à parcourir différents espaces afin de mieux connaître les formations, les métiers, les secteurs professionnels. Les psychologues de l'Education nationale, les représentants d'établissements de formation, de branches professionnelles se mobilisent pour vous écouter, vous conseiller, vous guider dans vos recherches. Vous avez accès à toutes les ressources de l’Onisep et de ses partenaires : sites internet, guides...

 

(...)

Les disciplines

Du cycle 1 au cycle 4, « Twittenrimes » se veut un projet d’écriture collaborative 2.0 via Twitter ou Edutwit. Les inscriptions sont ouvertes pour le nouvel épisode qui se déroulera du 7 janvier au 16 février 2019.  L’invitation à l’écriture est ainsi lancée : « Choisissez une œuvre d’art, une illustration, une photo d’artiste. Imaginez que vous faites partie de cette création, que vous êtes à l’intérieur et qu’elle devient vivante. Vous percevez le monde de cette création par vos sens, par vos émotions. Vous êtes dans le tableau ! A vous de coécrire avec votre classe binôme un texte poétique sur votre perception du monde qui vous entoure. »

 

Inscriptions

Le projet Twittenrimes

Dans le café

 

 

Les disciplines

Les  Chroniques lycéennes lancent leur 18ème édition. L’opération veut faire découvrir aux lycéen.nes les musiques actuelles : un CD comprenant une vingtaine de titres récents est adressé à chaque classe participante, les élèves rédigent des critiques des chansons, les chroniques les plus pertinentes sont publiées tout au long de l’année sur le site du projet. Diverse activités peuvent aussi être menées : études de textes, débats, recherches, ateliers d’écriture argumentative ou poétique, rencontres, blog … Les artistes 2018-2019 permettent d’aborder des styles et thèmes variés : Foé, Hollydays, Buridane, Bonbon Vodou, Dimoné, Gaël Faure, Clara Luciani, Angèle, Malik Djoudi, Ignatus, Aloïse Sauvage, Garance … Les inscriptions sont ouvertes pour de nouvelles bonnes vibrations pédagogiques.

 

Le site des Chroniques lycéennes

 

 

Les disciplines

Comment faire « toute sa place à la dimension historique qui permet de donner aux élèves des repères clairs et solides » ? Le projet de programme de français au lycée nous y appelle. La frise de séquence serait-elle une piste possible ? Au cours ou au terme de la séquence, les élèves réalisent leurs frises en plaçant sur une ligne de temps leurs lectures analytiques et cursives, des événements historiques liés, des mouvements littéraires ou des œuvres artistiques abordées. La frise, personnalisée et éventuellement illustrée, aide à s’approprier le travail mené, dans sa cohérence et sa chronologie. Sur le site de lettres de l’académie de Rouen, Michèle Delaporte explique la démarche conduite en ce sens au lycée Les Fontenelles à Louviers : ses élèves de 1ère en AP réalisent leurs frises à l’aide du site « Frise Chrono ». Des exemples sont aussi visibles sur le site i-voix de lycéen.nes de l’Iroise à Brest.

 

Démarche de la frise de séquence

Exemple par une lycéenne de Brest

 

La vidéo


 L'Edito

On pensait avoir vécu des réformes à un train d'enfer durant la première année du quinquennat. Pourtant il apparait qu'une nouvelle accélération s'impose sous nos yeux. Elle résulte d'un nouveau cap pris par le gouvernement depuis le mois de juin. La seconde année du quinquennat sera vraiment celle des réformes ou au moins des tentatives de grand changement. C'est vrai dans de nombreux domaines, dont l'éducation qui nous intéresse plus particulièrement.

 

Imposer le changement sans s'en donner l'air. Il semble que cela ait été le fil suivi par JM Blanquer tout au long de sa première année rue de Grenelle. Modèle du genre, la réforme des rythmes. Le ministre semble laisser le terrain  décider et obtient la suppression de la semaine de 4 jours et demi. Une contre réforme sans doute néfaste pour les élèves mais qui est bien accueillie chez les adultes, aussi bien enseignants que collectivités territoriales. Et qui permet de récupérer quasi immédiatement près de 500 millions.

 

Même opération pour le collège. En "assouplissant" les règles le ministre obtient le retour au statu quo ante. Et là aussi ce n'est pas pour déplaire aux enseignants. Car JM Blanquer sait ménager ses troupes. Quitte à se détourner les annonces présidentielles. Alors que le président veut un bac avec 4 épreuves, finalement son ministre impose un bac avec encore plus d'épreuves qu'avant. Cela permet de maintenir un ersatz de diplôme national, ce qui est (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces