L'Expresso du 18 janvier 2019

Le fait du jour

Alors que la réforme de la formation des enseignants sera un des grands chantiers de 2019, la capacité des nouveaux enseignants à agir face aux élèves défavorisés doit sans doute être une priorité de la nouvelle formation. Mais qu'en est-il actuellement ? Dans la revue Education et socialisation n°50, Claire Benveniste (doctorante Escol) interroge les enseignants stagiaires. Elle montre des lacunes dans la formation surtout dans les dimensions sociales et sociologiques des apprentissages. C'est bien un déficit en sciences de l'éducation que pointe l'auteure.

 

(...)

Réformes

Lycées : Que sait-on des dotations horaires de 2019 ?

Alors que les lycées amorcent une première mobilisation le 17 janvier à l'appel d'une assez large intersyndicale (Fsu, Fo, Cgt, Sud), que sait-on de certain sur l'impact des réformes du lycée général et technologique et de la voie professionnelle ? S'il semble encore un peu tôt pour définir dans chaque établissement le nombre de postes supprimés, il est déjà certain qu'aux 2650 postes supprimés par le ministère pourrait s'ajouter un volume variable d'heures supplémentaires aboutissant aussi à des suppressions. Et que les suppressions porteront ...
(...)

Pédagogie

Revue de Sèvres : Les grands pédagogues : éloge ou eulogie ?

Confucius, Ferry, Dewey, Averroes, Piaget, Freire, Aristote... Où faut-il classer les grands pédagogues ? C'est la question posée par le numéro 79 de la Revue internationale d'éducation de Sèvres qui se consacre aux "Figures de l'éducation dans le monde". Alors que les systèmes éducatifs se mondialisent et s'uniformisent, alors que de nouvelles disciplines imposent leur vision de l'enseignement, comme les neurosciences ou les analyses des data, quel peut être l'avenir de ces penseurs et des systèmes éducatifs qu'ils ont contribué à faire apparaitre ? A ...

(...)
La classe

Comment préparer les élèves à l'épreuve orale du bac ? En les mettant devant un micro. C'est ce que vivent les élèves de STI2D de Florent Rousseau. En préparant leur émission sur un sujet historique et en assumant sa diffusion, ils acquièrent une pratique de l'oral dans un contexte d'exposé tout en renforçant leurs compétences en histoire...

 

(...)

La classe

Les échanges entre enseignants, entre élèves, entre adultes même, à propos de  l'informatique et du numérique sont parfois surprenants et loin de la réalité. Le développement rapide de l'informatique et la généralisation du numérique ont provoqué des changements dans la société, le travail, les relations interpersonnelles etc. Mais à côté de ces changements bien réels, il est un espace dans lequel ces changements sont d'abord imaginaires : c'est celui que chacun de nous se construit bien au-delà de ses connaissances et qui concourt à l'élaboration des représentations sociales. Que ce soit la publicité, les messages des concepteurs, les propos des spécialistes pro et anti, on retrouve de manière récurrente un imaginaire peuplé de dieux et de monstres qu'il est nécessaire de mettre en question. Les élèves, les parents, les éducateurs, les enseignants, les adultes sont tous porteurs de représentations sociales qui prennent d'autant plus de force qu'ils croisent l'imaginaire et parfois même les mythes comme jadis Philippe Breton l'avait montré dans son livre "A l'image de l'homme, Du Golem aux créatures virtuelles" (Seuil, 1995).

 

(...)

L'élève

Comment fabrique-t-on un jeu vidéo ? L’exposition « Behind the Game » de la Gaité Lyrique répond à la question. Elle  invite le public dans les coulisses du studio d’ Assassin’s Creed, via un parcours immersif et interactif expliquant toutes les étapes nécessaires à l’élaboration d’une telle expérience de jeu.  « Behind the Game » dévoile les processus créatifs qui combinent sciences, art et technologie, à travers un parcours didactique et ludique adapté à tous les publics. L’exposition propose une immersion dans le jeu, par d’étonnants dispositifs interactifs. Autour de l’exposition, la Gaité Lyrique organise des rencontres-métiers où  des spécialistes du jeu vidéo  viennent faire découvrir leur métier, et en débattre avec les participants. Les professeurs peuvent organiser des sorties scolaires qui  se réservent auprès du service chargé des relations avec le public. 

 

(...)
Le système

" Partout où on a de la difficulté scolaire, il faut mettre moins d'élèves par classe. C'est pour cela qu'on a cet objectif de douze (élèves). Et on va progressivement chercher à le généraliser parce que mon objectif, c'est qu'on puisse arriver, dans toutes les classes de France, à avoir en CP-CE1 - qui sont les moments où on apprend à lire, écrire, compter et se comporter - très peu d'élèves par classe, parce que c'est là qu'on va voir ceux qui ont des vraies difficultés et où on corrige des inégalités familiales". Selon Les Echos, dans son long échange avec des maires le 15 janvier, Emmanuel Macron a lancé l'idée d'un dédoublement généralisé des CP et CE1. "Bonne idée mais expliquez nous comment vous faites " , répond le Snuipp dans un communiqué. " Le dédoublement des CP et CE1 en REP et REP+ a déjà nécessité 13 000 postes selon les propres chiffres du ministère. Il faudrait donc en trouver autour de 52 000 de plus pour pouvoir réaliser une telle mesure. Quand on met ces chiffres en regard des 50 000 suppressions de postes projetés dans la Fonction publique d’État, dont on peut estimer que la moitié serait faite à l’Éducation nationale, on est en droit de s’interroger." Pour le Snuipp, ces propos relèvent de la communication politique.

 

Les Echos

Le Snuipp

 

Le système

Alors que les 6 syndicats du premier degré ont demandé l'abandon de l'évaluation de mi CP, JM BLanquer répond dans un courrier du 16 janvier en mettant en avant leur dimension scientifique. "Ces évaluations ont été conçues avec l'appui de chercheurs de haut niveau... L'engagement de scientifiques éminents au sein du conseil scientifique me semble de nature à dissiper les inquiétudes", écrit-il. C'est sur ce terrain que lui répond le Snuipp avec un entretien avec Roland Goigoux, un spécialiste très reconnu par les enseignants. "Tous les tests portent sur le code sauf un sur la syntaxe de phrase", explique R Goigoux. "La maitrise du déchiffrage est la seule préoccupation du conseil scientifique ,même si les évaluations internationales montrent qu'à 10 ans les élèves français rencontrent des difficultés en compréhension et non en déchiffrage... Un danger guette les maitres. Que tout le temps d'enseignement  soit consacré à l'étude du code au détriment du travail sur l'écriture..., l'étude de la langue, le vocabulaire, la compréhension".

 

Sur le site du Snuipp

 

Le système

L'intersyndicale du second degré a organisé le 17 janvier des heures d'information syndicale dans la plupart des établissements. Certains lycée sont marqué leur opposition à la réforme de façon plus déterminée. L'action la plus originale est venue du lycée V Hugo de Besançon. Les professeurs principaux ont démissionné collectivement de leur charge "pour ne pas cautionner la réforme du lycée", explique la radio locale Plein Air. A Gaillac, Nanterre et Douarnenez, un collectif a organisé une "nuit du lycée" avec occupation des locaux. Le collectif dénonce la réduction du bac à un diplôme local et les choix précoces des élèves. A Rethel, au LP Verlaine, les professeurs ont fait grève contre la suppression de la filière GA. Au lycée maritime de Bastia, ce sont les élèves qui ont manifesté contre la réforme du lycée professionnel.  A Lille des enseignants ont manifesté devant leur lycée contrela réforme et les classes à 35 élèves. A Sotteville les Rouen, même situation pour protester contre la suppression de la filière littéraire : le lycée n'a reçu que 5 spécialités. Etc.

 

(...)

Le système

Des collectifs locaux prennent souvent la plume pour toucher JM Blanquer et le font savoir. C'est le cas d'enseignants du collège Rep+ Rouault de Pris 19ème. " Ce n'est pas l'Ecole de la confiance qui se dessine ainsi, mais l'Ecole du baîllon", écrivent-ils. " C'est avec stupéfaction, abattement, tristesse et colère que nous avons pris connaissance de l'article suivant du projet de loi dite « Ecole de la Confiance »... Comment pourrons nous préparer nos élèves à détecter les fake news s'il nous est impossible d'exprimer ouvertement les différents sens se cachant derrière les éléments de langages qui, depuis quelques années, remplacent bien souvent une information argumentée ? Comment pourrons nous débattre pour améliorer l'Ecole si nous devons nous cantonner à reproduire la Doxa ministérielle ?"  Dans le Bas Rhin, les mouvements pédagogiques (Gfen, Cemea, Icem, ATD, Occe) et des syndicats (Snuipp, Se Unsa, Cgt, Fo, Sgen) ainsi que les parents Peep et Fcpe, publient un communiqué dénonçant les tentatives d'imposer une pédagogie officielle. "Nous pensons qu'il n'est pas concevable de prendre nos élèves pour des sujets de laboratoire que nous pourrions tester indéfiniment. Nous refusons cette logique élitiste qui nous impose d'utiliser des évaluations qui nous mettront en concurrence. Nous nous opposons à l'introduction d'officines privées au sein de  nos institutions publiques (terme visant Agir pour l'Ecole)". Le communiqué dénonce aussi "ces réformes qui vont à l'encontre des besoins que nous identifions dans les classes", un conseil scientifique totalement axé sur les sciences cognitives, le guide orange.

 

 

Le système

Selon le Journal officiel du 17 janvier, Raphaël Muller, directeur adjoint du cabinet de JM Blanquer, est nommé à la Cour des comptes. R Muller était entré au cabinet de X Darcos en 2008. Il a fait partie du cabinet de Luc Chatel quand JM Blanquer était directeur de l'enseignement scolaire. En 2017, celui-ci le rappelle au ministère et le nomme directeur adjoint de son cabinet. Un mouvement qui pourrait annoncer un prochain remaniement ministériel.

 

Au JO

 

 

Le système

Le service national universel sera expérimenté dans 13 départements annonce le ministère de l'éducation nationale. 2000 à 3000 jeunes, tous volontaires, participeront à cette phase en juin prochain. Ils bénéficieront d'un bilan de santé , d'une évaluation des apprentissages fondamentaux et d'un bilan de compétences. Le SNU est déjà très critiqué par les organisations de jeunesse. Ainsi Louis Boyard (UNL) a salué cette annonce en soulignant que "pendant que les jeunes se voient fermer les portes des universités faute de place, le gouvernement investit 3 milliards pour faire chanter les jeunes sous les drapeaux".

 

Le système

" La mobilisation des « stylos rouges » fait émerger une profonde colère des enseignantes et enseignants de l’Éducation nationale et de l’Agriculture. Sept organisations syndicales de l’enseignement privé représentant ces personnels, attentives à cette colère, ont décidé, par ce communiqué commun, de réaffirmer les revendications qu’elles portent, pour certaines, depuis de nombreuses années", écrivent la Fep Cfdt, le Snesc Cftc, la Cgt, le Snfoep, le Spelc, Sundep et la Cgc. Tous sont pour "La revalorisation immédiate des salaires ; le refus d’une deuxième heure supplémentaire imposée ; une amélioration des conditions de travail : baisse du nombre des élèves par classe..., l’arrêt des réformes en cours etc.

 

Le communqiué

 

 

La classe

L’association « Inversons la classe! », qui a reçu l’agrément national d’association éducative complémentaire de l’enseignement public, organise pour la quatrième année consécutive une semaine de la classe inversée dans toute la France (CLISE 2019) du 28 janvier au 3 février 2019.

 

Des manifestations de plusieurs types sont proposées , notamment des classes ouvertes : les enseignants ouvrant leur classe ; des ateliers et des réunions informelles de partage d’expérience ; des journées de séminaires académiques dans les académies qui l’ont souhaité.

 

L’action phare de l’événement est de proposer aux enseignants « d’ouvrir leur classe » en permettant à des collègues de venir observer ce qui s’y déroule pendant une heure de cours afin d’échanger et d’interagir avec bienveillance.

 

Ouvrir sa classe est simple et l’association “inversons la classe” propose des conseils sur la marche à suivre. Depuis sa création en 2016, plus de 400 enseignants ont ouvert leur porte à tous ceux qui souhaitent partager et discuter sur leur pratique.

 

Toutes les informations

La Clise près de chez vous ?

 

 

L'élève

"Cette boîte à outils comporte des fiches qui permettent aux élèves d’élaborer et d’affiner leur projet d’orientation scolaire et professionnel. Les fiches pourront être exploitées pendant les heures d’accompagnement au choix de l’orientation ou d’accompagnement personnalisé. Elles constituent une préparation aux moments clés de l’orientation (entretien personnalisé d’orientation, conseils de classe, semaines de l’orientation, forums, journées portes ouvertes...) et facilitent les échanges avec les élèves". La "boite à outils" de l'Onisep permet aux élèves de 2de de découvrir les voies de formation, à ceux de première de faire le point sur leurs gouts et compétences et de construire leur projet. Les professeurs principaux disposent avec cette boite à outils de fiches pratiques qui peuvent être conservées dans Folios.

 

La boite à outils

 

 

L'élève

Les Compagnons du Devoir donnent rendez-vous du 18 au 20 janvier aux jeunes qui souhaitent trouver leur voie grâce à une formation originale et un métier concret. 44 maisons ouvriront leurs portes dans toute la France. A l'occasion de ces journées portes ouvertes, collégiens, lycéens et étudiants en quête d'orientation pourront découvrir les 31 métiers et les parcours de formation proposés par les Compagnons du Devoir au travers d'ateliers, rencontres avec des formateurs, des apprentis et des entreprises.  La formation via l'alternance favorise l'acquisition des savoir-faire par la pratique en situation professionnelle et permet de développer très tôt son expérience professionnelle.

 

Les JPO

 

 

Les disciplines

Catherine Chadefaud, Claire Desaint et Nicole Fouché analysent dans Education et formations (n°98) la place réelle qui est donnée aux femmes dans les programmes et les manuels d'histoire en France au collège. " Lorsque les instructions sont formelles, un effort de représentation des femmes est poursuivi. Lorsqu’elles sont inexistantes ou réduites à des voeux, les équipes des manuels ne prennent aucune initiative pour remédier à cette carence des programmes", notent-elles. " Dans ces manuels, les acteurs de l’histoire sont des hommes, qu’il s’agisse des guerres, de la construction de l’Europe, de la vie sociale, politique et économique. Tout se passe entre frères amis ou ennemis. Les femmes apparaissent en pointillé, surtout confinées dans des rôles traditionnels, lorsqu’on veut bien leur accorder un rôle. Un chapitre à part leur est consacré en quatrième, sous la contrainte des programmes, mais il ne répond pas aux exigences d’une histoire mixte transversale et intégrée à tous les domaines de l’histoire."Des pans des programmes – de l’Antiquité au début du XXIe siècle – ne tiennent pas compte des résultats de la recherche nationale et internationale qui s’évertue avec succès à dévoiler la présence les femmes dans l’histoire".  


(...)
Les disciplines

Fruit des contributions de plus de 6000 personnes, Chronas est un atlas historiques interactif encyclopédique couvrant l'histoire mondiale. Dans une énorme frise chronologique il donne accès à des milliers de faits historiques , de lieux et de personnages. La richesse de cet outil collaboratif est étonnante .

 

Chronas

 

 

Les disciplines

Existe-t-il une « France des marges » ? Est-elle homogène ou plurielle ? Et d’abord, qu’est-ce qu’être en marge ? Le site Inegalites.fr publie un entretien avec Samuel Depraz, géographe à l’Université de Lyon. Pour lui, " les personnes en marge peuvent être partout, en ville comme à la campagne, en outre-mer comme dans les stations balnéaires touristiques ou dans les villes anciennement industrielles. La pauvreté monétaire est concentrée aux deux tiers dans les grands pôles urbains. Les marges sont de toute façon observables en permanence, à côté des centres. Elles en sont le miroir nécessaire en ce qu’elles nous permettent d’avoir un regard critique sur la norme sociale, sur la manière dont on produit l’espace, dont on l’organise et dont on produit ou entretient parfois, de façon plus ou moins consciente, des inégalités".

 

Sur inégalités

 

 

  

La vidéo


 L'Edito

Quel lien entre le ministre de l'Education nationale, les mouvements lycéens et celui des gilets jaunes ? En apparence aucun. En réalité, la conjonction existe déjà sur le terrain. Surtout, le ministre de l'Education nationale doit faire face à la même opposition que le gouvernement tout entier : celle qui résulte d'une politique qui augmente les inégalités sociales et territoriales.

 

Un mouvement lycéen qui puise dans le même terreau que les gilets jaunes

 

 En politique avisé, Jean-Michel Blanquer n'a pas manqué de communiquer sur le mouvement des gilets jaunes. Sur Twitter , il dit le 1er décembre : "Nous sommes à l'écoute d'un mouvement qui manifeste des détresses ancrées depuis des années dans notre pays. Nous agirons pour la justice sociale. Mais nous n'accepterons jamais la violence. Celle d'aujourd'hui est ignoble... Nous la combattrons".

 

Une déclaration apparemment équilibrée. Et JM Blanquer a des arguments à faire valoir , notamment sur le plan social. Depuis 2017, son ministère est l'alibi social du gouvernement grâce aux dédoublements des classes de CP et CE1 en Rep et Rep+, une mesure sans aucun doute social. Même si son financement se fait au détriment du second degré, des autres classes et des écoles de milieu rural.



(..)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces