L'Expresso du 17 septembre 2021

Le fait du jour

"Pour la France l'important est de poursuivre l'effort engagé de réformes ". Présentant le 16 septembre l'édition 2021 de Regards sur l'éducation, Mathias Cormann, secrétaire général de l'OCDE, invite le gouvernement français à persévérer dans ses réformes. Pour l'OCDE elles vont permettre de réduire les inégalités, qui restent le premier problème de l'école française. L'OCDE donne la priorité à la réforme du métier enseignant dans l'esprit du Grenelle de l'éducation.  Problème : les réformes suivies jusque là, y compris les dédoublements, n'ont  pas réduit les inégalités. Elles se sont aggravées selon le ministère lui-même. Autre problème : comment réformer le métier enseignant quand 90% d'entre eux sont contre les réformes de JM Blanquer ?

 

Lisez l'article...

 

La classe

"C'est un des enseignements majeurs du développement des CDI et autres tiers lieux, dans et en dehors de l'établissement scolaire. On peut aussi développer des compétences sans être dans une "forme scolaire" stricte", rappelle Bruno Devauchelle. Il revient sur l'intérêt porté aux tiers-lieux dans la société et même dans l'Ecole. "Il faut reconnaître qu'il y a d'autres chemins pour apprendre, à condition que, contrairement à l'école, il n'y ait pas un tel balisage des savoirs qu'ils ne pourraient pas se développer sans elle" Mais "la notion de Tiers Lieu, si floue soit-elle, ne doit pas orienter le débat sur des espaces physiques à statut particulier, mais bien sur des démarches qui peuvent "permettre d'apprendre autrement".

 

(...)

L'actualité de la semaine (du 10 au 17 septembre 2021)

Les annonces d'E. Macron

Direction d'école : Le projet d'E Macron va vite au risque de déraper

Le projet d'Emmanuel Macron pour les écoles de Marseille démarre sur les chapeaux de roues. Selon les syndicats, les directeurs d'école ont déjà reçu des demandes de projets à livrer dans un délai très court. Et l'idée présidentielle va peser sur la proposition de loi Rilhac, qui arrive devant l'Assemblée fin septembre. Le président de la République veut aller vite. Mais...
 
(...)

Pédagogie

Samia Langar : Islam et école en France

"Comment en sommes nous arrivés à mettre sur la même ligne un attentat terroriste et le comportement d'un enfant de 12 ans pendant une minute de silence ?" Samia Langar, , docteure en sciences de l’éducation et chargée d’enseignement et de recherche à l’université Lyon 2, consacre sa thèse à l'étude de la relation entre les jeunes musulmans français, leurs parents et l'institution scolaire. Avec un objectif : comprendre ce que veut dire le "retour à l'islam" d'une génération dont les parents demandaient une pleine citoyenneté française. Et une méthode : interroger les familles mais aussi les enseignants et chefs d'établissement dans la commune d'où était partie la Marche pour l'égalité : Vénissieux. Les entretiens avec les enseignants réévaluent la réalité de la contestation des disciplines et montre des enseignants soucieux de la réussite des élèves mais conscients de la réalité des territoires où vivent ces jeunes et où sont implantés leurs établissements. Pour elle, ce retour est surtout un recours...
 
(...)

Le fait du jour

Mal payés les professeurs français ? On le savait déjà et même le ministre de l'éducation nationale le reconnait. Mais ce que révèle la nouvelle édition de Regards sur l'éducation, une publication annuelle de l'OCDE, c'est à quel point l'éducation nationale sous paye ses professeurs comparativement aux autres pays de l'OCDE. Sur 33 systèmes éducatifs étudiés par l'OCDE, la France est au 22ème rang pour le coût salarial de ses enseignants. Aucun grand pays développé ne dépense aussi peu pour ses enseignants.

 

Lisez l'article...

 

Le fait du jour

C'est un marronnier de la droite de dire que l'Allemagne dépense beaucoup moins que la France pour l'éducation. Ou d'affirmer que la France dépense plus que la moyenne des pays de l'OCDE. Des affirmations qui ne veulent pas dire grand chose dès que l'on y regarde de plus près. La vérité c'est que la France dépense moins pour ses élèves que les pays comparables. Une réalité qui doit s'imposer dans le débat des présidentielles.

 

Lisez l'article...

 

Le fait du jour

Si la France fait partie des pays qui ont le moins fermé leurs écoles, elle a mené la même politique face aux conséquences scolaires de l'épidémie, estime l'OCDE. Autre particularité : la France fait partie des rares pays à n'avoir en réalité pas priorisé ses enseignants pour la vaccination. L'école française était pourtant dans les moins bien préparées à faire face à cette crise.

 

Lisez l'article...

 

La classe

C'est la 11ème rentrée des Concours carto qu'organise Olivier Godard. Et l passion est toujours là ! Professeur d'histoire-géographie à Gennes (Maine et Loire), Olivier Godard a créé un concours de cartographie local qui a pris maintenant une dimension nationale et même internationale. S'il est déjà trop tard pour s'inscrire à certains concours, trois sont encore ouverts et sont proposés de l'école au lycée et aussi aux adultes. L'amour de la carte c'est partout et tout le temps !

 

(...)
Le système

"Il est difficile de ne pas faire le lien entre cette annonce et la volonté ministérielle de parvenir à terme à instaurer un statut hiérarchique de la direction d'école pourtant largement rejeté par l'ensemble de la profession", écrit l'intersyndicale du primaire regroupant le Snuipp Fsu, FO, la Cgt, le Snalc et Sud, soit les 3 quarts des enseignants du premier degré. Ce qui est critiqué c'est l'annonce à Marseille du recrutement des professeurs des écoles par les directeurs d'école dans 50 écoles de la ville et éventuellement ailleurs comme l'a laissé entendre E  Macron. "En faisant une telle annonce contraire aux principes du service public et qui bouleverserait le fonctionnement de l'École Publique, le président de la République détourne l’attention des vrais enjeux pour les écoles marseillaises." Sur ces vrais enjeux le gouvernement et le ministère restent flous. On ne sait toujours pas quel sera le budget du projet marseillais et comment sera constituée la société d'économie mixte annoncée par E Macron. Le projet d'E Macron intervient alors que l'Assemblée doit revoir la proposition de loi Rilhac sur le statut des directeurs.

 

Le communiqué commun

Les annonces d'E Macron

 

 

Le système

Un décret et un arrêté sur l'épreuve de controle du bac pro ont été présentés le 15 septembre au CSE et ont obtenu des votes bien différents. Le projet de décret ouvre l’accès aux épreuves de rattrapage aux candidats ayant validé l’ensemble des épreuves professionnelles et non plus aux candidats ayant réussi la seule épreuve de pratique professionnelle. Le projet d’arrêté prévoit que l'épreuve de controle ne comporte que deux sous épreuves : maths physique ou eco droit ou eco gestion ou pse et français histoire-géo sous forme d'un oral. "Pour chaque sous-épreuve, le candidat est appelé à traiter un sujet tiré au sort, dans la discipline qu’il a choisie". Le candidat est déclaré admis si la moyenne générale, recalculée en intégrant les notes obtenues à l’oral de contrôle lorsqu’elles sont meilleures, est supérieure ou égale à 10 sur 20. L’actuel calcul qui fait intervenir note de l’épreuve de contrôle et moyenne générale incluant des épreuves professionnelles n’est pas repris. Le décret a obtenu 31 voix pour et 12 contre. Notamment le Sgen Cfdt craint que cela écarte 7 à 8000 candidats du bac. Par contre l'arrêté a obtenu 7 voix pour , 9 contre et 52 abstentions, ce qui n'est pas un score fameux... Depuis des années l'épreuve de contrôle est contestée.  Cela risque de durer... Découvrez les deux textes.

 

Le projet de décret

Le projet d'arrêté

 

 

 

 

Le système

"En ce mois de septembre, JeanMichel Blanquer va battre le record de longévité d’un ministre de l’Éducation nationale de la Cinquième République, détenu par Christian Fouchet, resté un peu plus de quatre ans et quatre mois en poste au gouvernement (du 28 novembre 1962 au 6 avril 1967). Mais on n’atteint pas encore les records des cinq « ministres de l’école » des deux Bonaparte",  écrit C Lelièvre sur The conversation. "La Cinquième République se distingue nettement de la Troisième République et de la Quatrième République par le fort pouvoir personnel permis au Chef de l’État. On ne devrait donc pas être surpris que les deux ministres de l’Éducation nationale qui ont duré le plus longtemps sous la Cinquième République aient été nommés et aient exercé leurs charges aux deux moments les plus « bonapartistes » : sous Charles de Gaulle et sous Emmanuel Macron". C Lelièvre ajoute une pique : "contrairement à Christian Fouchet, JeanMichel Blanquer n’a pas accédé au ministère de l’Intérieur au dernier remaniement ministériel ; et il va donc le dépasser en durée à la tête du ministère de l’Éducation nationale"...

 

L'article

 

 

Le système

"Le salaire des enseignants aura bien plus augmenté entre 2017 et 2022 qu’entre 2012 et 2017 quand il y avait un gouvernement que soutenait Madame Hidalgo", a déclaré JM Blanquer dans Le Parisien du 13 septembre. Yannick Trigance, secrétaire national éducation du PS lui répond. " La réalité encore, c’est que les accords PPCR (Parcours professionnels, carrières et rémunérations) conclus avec l’ensemble des forces syndicales – qu’est devenu le dialogue social sous le quinquennat Blanquer ? – , concernaient l’ensemble des enseignants et permettaient d’aller plus loin en revalorisant très sensiblement le salaire moyen des professeurs, au-delà de la moyenne OCDE", écrit-il. " En fin de carrière, ce PPCR portait le salaire des enseignants français au niveau les plus élevés de l’OCDE, comme l’Allemagne. Sur l'ensemble d'une carrière, un enseignant devait percevoir 23 000 € brut de plus qu'aujourd'hui, soit un effort total d'un milliard d'euros, dont près de 500 millions dès 2017 et 300 millions au titre de la hausse du point d'indice... La réalité toujours, c’est que contrairement à ce que font M. Blanquer et l’actuel gouvernement, les grandes augmentations précédentes avaient opté pour une programmation sur plusieurs années. Le PPCR, par exemple, engageait l'exécutif jusqu'en 2020. La réalité enfin, c’est que cette programmation mise en place jusqu’en 2017 sous l’action de Najat Vallaud-Belkacem, Monsieur Blanquer ne l’a pas poursuivie".

 

Sur le site du PS

 

 

Le système

En réponse à l'aggravation des écarts de niveau entre élèves suite à la pandémie et pour réduire le décrochage, le Luxembourg annonce que l'obligation scolaire est étendue de 16 à 18 ans. Le ministre de l'éducation a aussi annoncé l'extension de l'apprentissage du codage et la mise en place de cours de "digital science" au primaire à raison d'une heure hebdomadaire.

 

Sur Paperjam

 

 

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

La classe

On enseigne ce que l'on est. C'est un des enseignements tirés de l'étude menée par Clément Llena, Périne Isidore, Isabelle Joing, François Potdevin, Olivier Dieu et Alessandro Porrovecchio (université de Lille) publiée par la revue eJRIEPS n°4. Portant sur plus d'un millier d'élèves et une vingtaine de professeurs d'EPS, elle estime le niveau de bien être des élèves en le croisant avec les valeurs transmises dans le cour d'EPS. Le premier enseignement c'est que la majorité des élèves a une vision positive du cours d'EPS. Les facteurs explicatifs sont en premier lieu le professeur, ensuite l'établissement puis la classe, les trois à peu près à égalité. Si l'on s'intéresse à l'effet maitre, qui arrive en premier, celui ci est lié aux valeurs enseignées. "Les résultats montrent qu’en fonction du système de valeurs de l’enseignant le bien-être affectif de l’élève varie. Plus spécifiquement, les enseignants qui favorisent les valeurs de dépassement de soi et d’ouverture au changement dans le contexte général puis de dépassement de soi dans le contexte de l’EPS favorisent un plus haut niveau de bien-être affectif chez leurs élèves. De plus, les enseignants qui valorisent les valeurs de continuité en général ou en EPS favorisent un bas niveau de bien-être affectif chez les élèves". Et il y a quelque chose qui est perturbe le bien être des élèves c'est quand les valeurs enseignées ne sont pas en accord avec la pratique enseignante. "Les enseignants qui sont en discordance de valeurs, qui mettent en œuvre une hiérarchie de valeurs différentes de leurs priorités de valeurs dans leurs enseignements, amènent significativement un niveau plus bas de bien-être affectif pour leurs élèves". On enseigne finalement ce que l'on est...

 

L'étude

 

 

L'élève

L’Institut Giacometti consacre  une exposition aux  relations entre  Alberto Giacometti et l’art égyptien. C’est l’occasion d’apprécier un dialogue original, à travers les siècles, entre les créations emblématiques de cet artiste et des œuvres de l’Égypte antique prêtées exceptionnellement par le musée du Louvre. Des visites guidées et des ateliers créatifs sont proposés aux groupes scolaires. L’institut Giacometti fait portes ouvertes, les 18 et 19 septembre  à l’occasion des journées du patrimoine, et le 2 octobre pour la Nuit blanche.

 

(..)
Les disciplines

Comment transformer un thème aussi traditionnel et désincarné que Waterloo en expérience éducative ? Sophie Picardat y réussit en invitant les élèves de 1ère technologique à travailler à un récit. Et comme ils n'aiment pas trop les travaux d'écriture, le récit est collaboratif  grâce à un outil numérique. "Les élèves ont à étudier des documents afin de repérer pour chaque protagoniste (Napoléon, Louis XVIII, la coalition européenne), ce que la bataille représente pour chacun d’entre eux, après avoir expliqué ce que chacun faisait au cours du premier semestre 1815. La réponse des élèves est attendue sous la forme d’une production rédigée (par groupe de trois) à l’aide de Framapad. Au départ, chaque élève rédige une partie du travail (un acteur par élève). Puis, dans un deuxième temps, ils sont invités à modifier la production écrite des camarades de leur groupe, afin d’améliorer et de préciser la production commune".

 

Sur le site de Dijon

 

 

Les disciplines

Sur le site de Toulouse, un exemple de programmation annuelle puis de progression par type de compétence. "Pour chaque compétence, le tableau fait apparaitre la (les) séquence(s) durant laquelle (lesquelles) la compétence est travaillée, puis revue (remédiation ; approfondissement ; autonomie croissante dans l’acquisition/la maîtrise), et in fine évaluée".

 

Sur le site

 

La vidéo


 L'Edito

Il y a toujours du plaisir dans la rentrée. Plaisir de retrouver des collègues. Impatience de voir les élèves et de recommencer avec eux l'aventure d'une année scolaire. Mais cette année est marquée par un curieux cocktail d'usure et de patience. Usure d'une seconde année très difficile qui a marqué les corps et les esprits. Usure de s'adapter à une politique éducative qui n'est pas partagée par la grande majorité des enseignants. Usure d'attendre en vain une reconnaissance qui ne vient pas. Patience devant la perspective d'une année qui pourrait apporter  le changement aussi bien sur le plan sanitaire que professionnel.

 

Le spectre du covid est toujours là à cette rentrée. Avec un taux d'incidence moyen de 180, les enseignants rentrent avec une situation sanitaire très dégradée. Quand il sont partis en vacances, le taux d'incidence était à 24. Huit fois moins. Le taux moyen pour les écoliers est à 128, soit douze fois plus élevé que fin juin. Celui des collégiens et lycéens est à 240, soit 7 fois le niveau de fin juin. Encore s'agit-il de taux moyens. L'épidémie est plus violente encore...
 
(...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces