L'Expresso du 26 janvier 2022

Le fait du jour

Sans le dire, le gouvernement a bien changé de politique sanitaire. C'est ce qui ressort de la première réunion tripartite entre les syndicats, le ministère et le ministère de la Santé. Le président du Haut conseil de la santé publique estime qu'il n'est plus possible d'arrêter l'épidémie avec Omicron et qu'il faut apprendre à vivre avec. L'allègement du protocole annoncé pour le 2 février et celui qui a eu lieu à la rentrée s'expliquent par cette nouvelle politique qui, jusque là, avait été tue. Une nouvelle version du protocole inscrit le passe vaccinal dans la vie des élèves et traite des autotests des personnels.

 

(...)

Le fait du jour

"Je crois qu'il est urgent de revenir à une instruction civique classique où on n'est pas en lutte contre tous les maux de la société". Entendue le 25 janvier par la Mission d'information sur la culture citoyenne du Sénat, Souâd Aayada, présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP) a dessiné les grandes lignes d'une réforme de l'enseignement moral et civique (EMC) au collège. Ce retour à une instruction civique, une appellation qui a disparu en 1985, c'est  pour S. Ayada le retour des connaissances contre le débat. Elle critique aussi les thèmes actuels du programme comme la diversité des appartenances ou la mise en tension des valeurs républicaine ou encore une laïcité identifiée à la liberté de conscience. Ce programme réactionnaire a peu de chance de voir le jour à la fois à cause du calendrier et du coût d'un tel changement.

 

(...)

La classe

" La Discussion à Visée Philosophique (DVP) a une visée politique. Elle contribue à l’éducation à la citoyenneté réflexive". Michel Tozzi, philosophe et professeur honoraire de sciences de l’éducation, revient, dans " Débattre à partir des mythes. À l’école et ailleurs" (Chronique sociale), sur la mise en place de la DVP en classe et son rôle dans la formation intellectuelle des enfants.

 

(...)

L'élève

A l’heure où les paroles et les pratiques politiques dominantes décrédibilisent souvent la chose publique et démonétisent l’exercice du pouvoir, Thomas Kruithof, cinéaste exigeant et observateur attentif, réussit un thriller social centré sur un sujet casse-cou, peu attractif : la bataille de la maire (et de son chef de cabinet) d’une cité francilienne pour financer la rénovation d’un quartier insalubre miné par le surendettement, les exactions des marchands de sommeil et l’exaspération de ses habitants. Après une plongée glaçante dans le monde de l’espionnage avec « La Mécanique de l’ombre »[2016], le réalisateur s’attèle à ce projet en apparence beaucoup plus terre-à-terre. Son ambition : mettre en scène le courage politique  dans ses contradictions à l’échelon local sur le terrain. Rencontres avec des élus, échanges avec des associations, déplacements répétés auprès des habitants de plusieurs banlieues déshéritées, trois ans d’écriture d’un script documenté avec Jean-Baptiste  Delafon, scénariste et coauteur de la série ‘Baron noir’ nourrissent « Les Promesses ». Une fiction sous tension, saisissante de vérité, tournée à Clichy-sous-Bois, associant finement acteurs non professionnels, jeunes pousses et comédiens chevronnés, dont Isabelle Huppert et Reda Kateb dans les rôles titres.

 

(...)

Le système

" La tentation est grande de voir dans le « wokisme » un coupable idéal : il permet même à certains de « faire d’une pierre deux coups » : s’exonérer de la moindre responsabilité dans la montée des crispations identitaires et y participer en toute bonne conscience. Considéré comme seul responsable de nos enkystements et de nos intolérances, le complot « woke » confère une identité à bon compte à celles et ceux qui le combattent… et leur permet de faire ainsi, à leur tour, ce que, précisément, ils lui reprochent : exclure les « excluants »", écrit Philippe Meirieu sur son blog. " En nous alertant sur la souffrance vécue par les opprimés, il nous permet de prendre en compte leur expérience et d’élargir notre humanité au-delà de nos complicités claniques. En nous invitant à comprendre et à déconstruire les rapports de domination, il nous aide à dépasser la vision trop répandue d’une émancipation fondée sur la possibilité donnée à quelques dominés de devenir, à leur tour, des dominants. À ce titre, il y a dans le « wokisme » quelque chose de profondément progressiste, au sens le plus fort de ce terme : qui nous fait progresser en humanité, agrandir le cercle des « humains de plein droit »." Mais, pour P Meirieu, "on ne peut, en aucun cas, se prétendre authentiquement humaniste et progressiste quand on réduit un sujet à ses origines, son âge, son sexe ou son genre, son orientation sexuelle ou quoi que ce soit d’autre. Car, l’essentialisme a une histoire que nous connaissons bien..."

 

Sur son blog

 

Le système

"Les enseignants du primaire pourront-ils dénouer le double piège dans lequel ils risquent d'être pris : la problématique du « travailler plus pour gagner plus » (qui ne peut les concerner que tout à fait à la marge) et celui, récurrent, d'être ''voués à se dévouer'' en bons petits soldats, en vénérés « hussards noirs de la République » ?", interroge C Lelièvre sur son blog. Il rappelle qu'E Macron veut lier revalorisation à évolution du métier . Et Qu'en 1870 déjà les instituteurs français gagnaient moitié moins que les allemands..

 

Sur son blog

 

 

Le système

Les trois objectifs fixés pour le Service national universel (SNU) ont-ils une chance d'être atteints ? Il s'agit, rappelle l'INJEP quipublie une étude bilan sur la mise en place du SNU, du "renforcement de la cohésion nationale par l’expérience de la mixité sociale et territoriale au sein d’une même classe d’âge", du "développement d’une culture de l’engagement" et de "l’accompagnement de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes". Or ce que montre l'étude des jeunes volontaires c'est qu'ils ont "un profil spécifique". Loin d'être ce brassage de jeunes de milieux différents, les jeunes du SNU sont pour 78% scolarisés en lycée général et technologique, "les filières professionnelles étant fortement sous représentées". Les enfants de corps en uniforme sont sur représentés : 37% déclarent avoir un parent qui a travaillé dans un de ces corps. Seulement 4% résident dans un quartier de la politique de la ville, soit deux fois moins que la moyenne nationale (8%). Ils apprécient les "rites républicains" c'est à dire le lever des couleurs...

 

L'étude

 

Le système

L'unsa ne participe pas à la grève du  27 janvier. Mais il envisage de rejoindre le mouvement pus tard, fait savoir L Escure son secrétaire général. "Avec la fin, désormais crédible, de la crise sanitaire aiguë, le moment est venu de construire une expression plus large des revendications sociales et salariales. L’UNSA considère que ce moment social va se cristalliser dans les prochains mois, avant comme après les élections présidentielles et législatives. L’UNSA a donc décidé de répondre favorablement à l’invitation de l’intersyndicale interprofessionnelle du vendredi 28 janvier pour discuter de cette priorité. Le bureau national de l’UNSA du 2 février échangera et décidera de la meilleure stratégie pour l’action des prochains mois."

 

Communiqué

 

 

Le système

Les chefs d'établissement auront accès à des formations en ligne contre le racisme. Cette décision est prise alors que seulement 7% des chefs d'établissement appartiennent à une minorité ethnique. La principale organisation professionnelle des personnels de direction souligne qu'elle est très concernée par ce manque de diversité ethnique. C'est ce que révèle le Guardian. Car ce sursaut se produit en Angleterre. Dans l'éducation nationale les stages antiracistes sont critiqués par le ministre...

 

Dans le Guardian

 

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

La classe

"Ce numéro interroge le dispositif dit de classe inversée, dont se réclame un nombre croissant d’enseignants, et que l'institution centrale comme la noosphère pédagogique contribue souvent à promouvoir", écrit le réseau Reseida dans un nouveau numéro de Recherches en éducation (n°46). "Le numéro cherche à étudier le succès de cette innovation polymorphe dans un contexte de difficultés du système éducatif, traversé par ce qui est souvent identifié comme une crise de la profession enseignante... Parmi les articles, un exemple : Céline allard et Aline Robert étudie les classes inversées en maths. "Les intentions des enseignants inverseurs... sont sans doute légitimes. Ces enseignants cherchent à soutenir les élèves fragiles qui n’écoutent pas le cours en classe, ou n’ouvrent pas leur cahier et n’apprennent donc jamais leur cours... Ces explications données en classe ne peuvent cependant porter que sur une partie de ce qui est dans le cours, la partie la plus pratique. L’enseignant perd sûrement un peu d’exposition de théorie, d’éléments plus généraux mais il gagne sur la participation d’élèves qui auraient décroché... Autrement dit, notamment pour des élèves défavorisés, entre une réduction qui permet l’écoute à court terme et une réduction qui empêche d’aller plus loin à moyen terme, où sont les limites ? La question n’est pas spécifique à ce dispositif mais y est reposée avec force…"

 

La revue

 

 

La classe

"Cette carte rend visible des enseignant.e.s et acteurs (associations, chercheurs, collectivités) qui pratiquent ou accompagnent des séances de classe dehors et les lieux où ils vont." Le site "classe dehors" cartographie ces enseignants pour les inciter à se rencontrer et travailler en commun.

 

La carte

 

 

Les disciplines

 La fabrication d'un trèfle à 4 feuilles en pâte à sel c'est toute une aventure ! Le site Maternailes montre comment en faire une séquence vraiment éducative. "Les élèves racontent comment fabriquer un trèfle à quatre feuilles en pâte à sel à partir de photos prises durant l’atelier précédent. Nous créons un document multimédia sur tablette avec ebook créator. Nous échangeons au sein du groupe à chaque nouvelle photo sur ce que nous pouvons dire."

 

Sur Maternailes

 

 

Les disciplines

Un petit jeu très simple et sympa, proposé par La classe du lama, pour apprendre à ajouter ou à soustraire. Il s'agit d'aider la grenouille à traverser l'écran. Une nouvelle application de Maxime Becquet.

 

Sur le site

 

 

Les disciplines

Un jeu bien connu qui apprend à avancer ou reculer son pion et donc à ajouter ou soustraire. C'est très bien réalisé avec des cases surprises.

 

Le jeu

 

 

La vidéo


 L'Edito

"2021-2022 est une année où il faut savoir traverser le tunnel", écrivions nous à l'occasion de la rentrée. Drôle de tunnel. Les trains de réformes s'y succèdent et à chaque passage arrachent quelques mémorables pans de murailles laissant tomber les pierres. De puissants ouvriers ont entrepris d'en boucher les extrémités et d'éteindre la lumière. A ce rythme là le tunnel risque de se transformer  en voie sans issue.

 

Parfois on se trompe. On suit l'air du temps. Et on a tort. Au moment de la rentrée, il nous a semblé que l'image du tunnel reflétait l'état d'esprit des enseignants. Il s'agissait d'attendre, à l'aide des petites joies qu'apporte encore le travail, mai 2022 pour tourner la page. D'ici là l'Ecole semblait à l'abri du combat politicien. Macron semblait peu intéressé par la question scolaire. Quant à M. Le Pen...

 

On s'est bien trompé. Dès le 2 septembre (le lendemain de la publication du "tunnel" !), Emmanuel Macron annonçait un projet ultra libéral pour l'Ecole. Rien de moins que doter les écoles de super managers ayant le pouvoir de choisir les enseignants et de leur imposer un...
 (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces