L'Expresso du 17 octobre 2018

Le fait du jour

"Un consensus se dégage en faveur du maintien d'une politique d'éducation prioritaire ambitieuse, visant à accorder un traitement différencié aux écoles et établissements qui concentrent les difficultés". Dans un nouveau rapport, la Cour des comptes ne remet pas en cause la nécessité d'une politique d'éducation prioritaire. Mais elle en bouleverse les règles. La Cour met fin à la labellisation en proposant un nouveau mode de distribution des moyens qui seront plus concentrés. Elle souhaite davantage d'autonomie pour les chefs d'établissement des réseaux qui deviendraient des écoles du socle, regroupant sous l'autorité du principal écoles et collège. Celui ci aurait une large autonomie dans l'usage des moyens et pourrait recruter sur profil ses enseignants. Le rapport vient finalement en appui à la politique impulsée par JM Blanquer à travers la mission Mathiot - Azema.

 

(...)

 

 

Le fait du jour

Pour le président de l'OZP, une association d'acteurs de l'Education prioritaire, le rapport de la Cour des comptes ne remet pas en cause la labellisation existante. Il le juge globalement positif.

 

Etes vous d'accord avec le bilan qui est fait dans le rapport sur l'éducation prioritaire ?

 

 Je trouve que la tonalité générale du rapport est plus nuancée que le rapport précédent de la Cour des comptes. On pouvait craindre un rapport liquidateur. Or le rapport place d'emblée l'Education prioritaire (EP) dans son contexte, celui d'une dégradation de la condition sociale des familles.


(....)

La classe

« J’ai toujours voulu être enseignante. Lorsque j’étais petite, je demandais à mes petites sœurs d’être mes élèves durant les grandes vacances, et je préparais déjà des séances du haut de mes 12 ans ! » Gabrielle Kouassi a 23 ans. Oui, 23 ans ! Lauréate du concours de professeur des écoles en 2017, elle est titulaire cette année dans l’académie de Versailles. Son année de formation, elle la passe dans une école élémentaire de Saint-Prix, dans le Val d’Oise. C’est l’occasion pour elle d’expérimenter.  Alors, durant cette année de stage, elle a tâtonné et tenté de mettre en œuvre des méthodes qui lui semblent incontournables pour aider au mieux les élèves, tels que le travail en atelier, la différenciation au plus près du niveau de chacun ou encore le flexible seating.  « Je suis persuadée que ce n’est pas en restant assis sur une chaise de 8h30 à 16h30, en ne faisant qu’exécuter des tâches que l’on apprend efficacement.  Il faut déconstruire cette idée ancrée depuis toujours et réfléchir à comment apprendre efficacement en prenant en compte les besoins physiologiques des enfants. Un enfant a besoin de bouger, d’être motivé pour entrer dans les apprentissages, d’avoir un environnement adapté pour qu’il puisse s’épanouir. La classe est un endroit où il passe une grande partie de l’année, à nous donc de l’adapter au plus près de ses besoins ».

 

(...)

La classe

Le récit que je fais ici d'un moment jubilatoire, vécu tout récemment, vient d'une conviction : il faudrait qu'un jour on casse ce fonctionnement de l'école en groupes fermés d'élèves ayant le même âge, vivant les mêmes histoires scolaires et empêchés de partager leurs différences intérieures, venant des mêmes environnements trop souvent ghettoïsés,  et qu'on le remplace par un apprentissage fondé sur  l'échange des différences.

 

(...)

L'élève

Réjouissons-nous ! Alain Cavalier filme en homme libre et nous offre ce bonheur rare en partage. Depuis longtemps, le réalisateur (et auteur de grandes œuvres comme « Le Combat dans l’ile », 1962, « Thérèse », 1986, ou « Pater », 2011) s’affranchit de plus en plus des contraintes de l’industrie et s’éloigne des règles dominantes de la fiction classique. A la faveur des évolutions techniques (caméra vidéo puis numérique), il prend l’habitude de filmer chaque jour ou presque, au fil des rencontres, des amitiés et des affections, à l’affût d’autres vies que la sienne. Peu à peu, caméra à la main et regard en éveil, les images accumulées constituent la mémoire vive de sa propre histoire. Un journal très personnel à partir duquel Alain Cavalier, renouant avec une démarche initiée en 1990 (« 24 Portraits » puis « Vies » en 2000) compose ces « Six Portraits XL ». Léon, le cordonnier sur le départ à la retraite, Guillaume, le boulanger pâtissier à l’ouverture d’un nouveau commerce, mais aussi Jacquotte et Daniel ou Philippe et Bernard, également filmés par la caméra infiniment attentive, devant le regard fraternel du filmeur, nous livrent une part intime de leur relation à l’existence, tout en crevant l’écran au même titre que des héros de fiction. Alain Cavalier démontre, ici encore, sa croyance dans le pouvoir du cinéma. Il regarde des hommes vivre, les aime sans tricher et nous donne accès à la beauté du monde.

 

(...)

Le système

Jean-Michel Blanquer est reconduit le 16 octobre ministre de l'éducation nationale. Son ministère englobe officiellement la jeunesse, sans changement réel de son territoire. Deux changements pour lui avec ce renouvellement gouvernemental. Contrairement à la campagne menée dans les médias par ses amis il n'a pas obtenu d'extension réelle de son domaine, par exemple vers le supérieur. Il remonte dans l'ordre protocolaire où il passe de la 11ème à la 9ème place, ce qui constitue une promotion modeste. Surtout il est encombré d'un secrétaire d'Etat, Gabriel Attal, qui est un fidèle du président et qui aura en charge la jeunesse et le SNU. G Attal, député LREM, célèbre par sa communication contre les grévistes de la SNCF ou étudiants, renforce le coté conservateur de ce ministère. C'est lui qui va gérer le SNU dont le coût pourrait atteindre 3 milliards à trouver dans le budget de JM Blanquer. Lors de l'accueil de G Attal rue de Grenelle, JM BLanquer a parlé "d'un grand progrès pour aller de l'avant". Il a même parlé de "nouvelle donne", reprenant une expression qui a porté des espoirs historiques.  On souhaite bonne chance à G Attal pour se faire une place auprès d'un ministre qui ne semble dialoguer avec pertsonne.

 

 

Le système

Les écoles et établissements scolaires de l'ouest du département rouvrent le 17 octobre annonce le rectorat de Montpellier. Cela concerne les lycées et collèges des communes de Lycées et collèges publics et privés sous contrat des communes de Castelnaudary, Bram, Limoux,  Chalabre, Couiza et Quillan. Pour les écoles une trentaine de communes sont concernées. Ailleurs les établissements et écoles sont toujours fermés. Les transports scolaires ne sont assurés que pour ces établissements.

 

La liste des communes

 

Le système

Les intempéries qui ont touché le département de l’Aude ont fait plusieurs victimes et causé des dégâts considérables ainsi que des milliers de sinistrés. L’union Solidarité Laïque lance un appel à dons d’urgence pour apporter soutien et réconfort aux enfants du département. Les dons serviront à financer des kits de loisirs, du petit matériel sportif et créatif et à assurer des activités périscolaires.

 

Soutenez l'appel

 

 

Le système

L'association OZP, qui réunit des acteurs de l'éducation prioritaire, a été reçue le 15 octobre par la mission Azema Mathiot, en charge d'un rapport sur la réforme de l'éducation prioritaire. " Marc Douaire a renouvelé la demande d’une évaluation de la politique d’éducation prioritaire pour la période 2014-2019 et a insisté sur la nécessité de traiter à part ce dispositif sans l’amalgamer avec les problèmes réels de la ruralité ou des DOM qui relèvent d’une autre problématique", affirme l'OZP. "Dans le même souci de préserver sa spécificité au dispositif, l’OZP s’est toujours opposé à un élargissement de la carte aux lycées ou à tous les établissements accueillant un public populaire. Par ailleurs, l’OZP défend, mais comme complément au dispositif, l’idée d’une allocation progressive des moyens selon des critères sociaux bien définis". La lettre de mission  données à A Azema et P Mathiot prévoit la fin de l'opposition entre être dans un réseau et ne pas y être. "L’OZP a insisté également sur la priorité à accorder à la formation des enseignants dans la continuité de l’action actuelle du Centre Alain Savary, sur le rôle des fonctions intermédiaires (coordonnateurs, référents, formateurs EP), sur l’émergence ces années-ci de collectifs professionnels dans des réseaux, sur le rôle indispensable du référentiel comme outil de pilotage à tous les niveaux..."

 

Sur le site OZP

 

Le système

Soulignons l'exploit. Emberlificoté dans ses problèmes internes, le CSP vient de libérer 5 programmes de lycée sur une bonne quarantaine, notamment ceux de LCA et de Santé et social. En même temps S Ayada publie une nouvelle diatribe contre la publication par le Snes et des associations professionnelles de projets de programmes. L'ambiance et l'élégance sont toujours au rendez vous du CSP...

 

Sur son site

 

 

Le système

Selon le Snuipp 75, 60 écoles seront fermées le 18 octobre du fait de la grève lancée par le Snuipp 75 pour obtenir le passage à la semaine de 4 jours. Le syndicat annonce 45% de grévistes.

 

Sur son site

 

 

Le système

C'est à une "cyclaction" qu'invite le Snep Fsu de la nouvelle Aquitaine le 21 octobre. " Les professeurs d’EPS du SNEP-Fsu s’élanceront des rectorats de Poitiers, Limoges et Bordeaux, pour une randonnée cycliste, la Cycl’Action SNEP, qui les conduira à Angoulême, devant la DSDEN, à la Cité administrative près du Champ de Mars. En convergeant en vélo depuis chacun des 3 rectorats (Poitiers, Limoges et Bordeaux) vers Angoulême, ville centrale de la région Nouvelle-Aquitaine, soit environ 150 km, les professeurs d’EPS souhaitent donner corps à leur opposition à cette nouvelle réforme territoriale."

 

Sur le site du Snep

 

La classe

L'OZP, une association qui réunit de nombreux acteurs de l'éducation prioritaire, organise le 7 novembre à Paris une Rencontre avec son conseil scientifique. Anne Armand, Marc Bablet, Jean-Yves Rochex, Jean-Michel Zakhartchouk évoqueront l'avenir de l'éducation prioritaire au regard de la mission Mathiot Azema et du rapport de la Cour des comptes.

 

Sur le site OZP

 

 

La classe

L'animal inconnu, l'animal familier, l'animal humanisé : ces trois axes sont proposés aux professeurs des écoles dans le cadre d'une nouvelle édition du concours organisé par le Snuipp Fsu, la BNF, la ligue de l'enseignement, le Café pédagogique et de nombreux éditeurs de littérature de jeunesse. Les classes peuvent dorénavant s'inscrire. Le plus beau projet pédagogique gagnera un séjour en classe de découverte , transport compris. Les autres des tablettes, des livres...

 

Lisez l'article...

 

 

L'élève

"Aujourd’hui, près d’un enfant sur sept, en moyenne, vit dans la pauvreté dans les pays de l’OCDE, et les enfants courent souvent un plus grand risque de sombrer dans la pauvreté que d’autres groupes de population. Les taux sont particulièrement élevés au Chili, en Espagne, aux États-Unis, en Israël et en Turquie, où plus d’un enfant sur cinq vit en situation de pauvreté monétaire. C’est presque sept fois plus qu’au Danemark", annonce l'OCDE dans une nouvelle publication qui sort pour la Journée mondiale du refus de la misère.

(....)

Les disciplines

" Une boîte à savoirs, en école maternelle, se définit comme un dispositif pédagogique favorisant la relation école/famille avec l’enfant comme acteur intermédiaire. Elle contient des jeux, des objets, des photographies, des schémas, des livres, etc. Tous les supports qui peuvent éclairer le savoir étudié. Enfin, il y a toujours la liste du contenu qui est présente et sa notice d’utilisation. Ces coffres à savoirs sont élaborés en classe. C’est bien l’enfant qui est au coeur du dispositif en tant qu’initiateur du contenu de la boîte lors de sa construction et en position d’expert quand il en présente ensuite le contenu à sa famille". Porposée par le groupe départemental de Haute Marne, la boite à savoirs permet d'établir une relation de confiance réciproque avec toutes les familles et de rendre compréhensibles et lisibles les apprentissages qui sont menés en maternelle. "Construire un lien intellectuel avec l’école oblige précisément l’enseignant à s’engager sur deux voies indispensables. L’une se centrant sur la construction du sens que pourraient donner les élèves dans les situations d’apprentissage, et sur la place donnée à l’élève pour se construire comme sujet dans le groupe classe. L’autre donnant à voir en explicitant aux parents les démarches employées et les acquisitions dans les différents apprentissages", explique le groupe.

 

La boite à savoirs

 

 

Les disciplines

"Pour accéder à la consigne transmise au sein d’un regroupement collectif, l’enfant doit être capable de se mobiliser sur commande pour écouter l’enseignant quand il le demande; comprendre le sens du langage scolaire très exotique pour beaucoup; maîtriser la communication collective pour suivre l’adulte qui parle au loin, à tous, du travail, de certains;  être capable de concentration pour intégrer la suite de consignes sans se perdre ou déranger. Pas exactement les caractéristiques d’un enfant de 3, 4 ans", écrit C Lemoine sur son blog. Alors comment faire pour passer les consignes ? Elle propose une ouverture progressive des ateliers.

 

Sur son site

 

 

Les disciplines

Proposées par Charivari, des centaines de cartes pour des ateliers Cm1 Cm2 sur la grammaire, la conjugaison, le calcul, la numération. A télécharger avec le mode d'emploi.

 

Sur son site

 

 

La vidéo


 L'Edito

On pensait avoir vécu des réformes à un train d'enfer durant la première année du quinquennat. Pourtant il apparait qu'une nouvelle accélération s'impose sous nos yeux. Elle résulte d'un nouveau cap pris par le gouvernement depuis le mois de juin. La seconde année du quinquennat sera vraiment celle des réformes ou au moins des tentatives de grand changement. C'est vrai dans de nombreux domaines, dont l'éducation qui nous intéresse plus particulièrement.

 

Imposer le changement sans s'en donner l'air. Il semble que cela ait été le fil suivi par JM Blanquer tout au long de sa première année rue de Grenelle. Modèle du genre, la réforme des rythmes. Le ministre semble laisser le terrain  décider et obtient la suppression de la semaine de 4 jours et demi. Une contre réforme sans doute néfaste pour les élèves mais qui est bien accueillie chez les adultes, aussi bien enseignants que collectivités territoriales. Et qui permet de récupérer quasi immédiatement près de 500 millions.

 

Même opération pour le collège. En "assouplissant" les règles le ministre obtient le retour au statu quo ante. Et là aussi ce n'est pas pour déplaire aux enseignants. Car JM Blanquer sait ménager ses troupes. Quitte à se détourner les annonces présidentielles. Alors que le président veut un bac avec 4 épreuves, finalement son ministre impose un bac avec encore plus d'épreuves qu'avant. Cela permet de maintenir un ersatz de diplôme national, ce qui est (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces