L'Expresso du 16 mai 2022

Le fait du jour

La publication de nouveaux résultats des épreuves d'admissibilité aux concours de recrutement des enseignants montre l'extension de la crise dans le premier degré et dans l'enseignement professionnel. Ce sont donc tous les secteurs de l'éducation nationale qui sont touché par une crise sans précédent. La rentrée est bien compromise. Les syndicats demandent des mesures d'urgence.

 

(...)

Le fait du jour

Du 9 au 13 mai, le Snes Fsu a tenu son congrès national à Montpellier en pleine période d'alternance politique. Dans cet entretien, Sophie Vénetitay, secrétaire générale du premier syndicat du 2d degré, fait le point sur les attentes de son syndicat et aussi sur le bilan des 5 années Blanquer.

 

(...)

La classe

Retisser les liens entre les élèves et les médias traditionnels : un objectif citoyen que l’Ecole doit se donner et que le numérique peut favoriser ? Professeur de français au collège André Boulloche à Bart dans le Doubs, Benjamin Aubry agit en ce sens avec ses 4èmes. Les élèves découvrent le genre journalistique qu’est la revue de presse, s’emparent ensuite de journaux divers pour réaliser les leurs, en créent enfin des versions vidéos sur tablettes numériques. Bien des compétences sont ainsi travaillées : s’informer de manière autonome, sélectionner, croiser les sources pour vérifier, hiérarchiser, confronter les points de vue pour construire sa propre opinion … Les tablettes permettent alors d’outiller les élèves dans leur relation au monde pour apprendre à construire une pensée composite et nuancée.

 

(...)

Le système

Les enseignants n'auront que quelques jours pour faire connaitre leurs remarques sur le nouveau programme de maths de 1ère de l'enseignement scientifique. Publié le 12 mai, la consultation est ouverte du 13 au 26 mai. Elle se déroule alors que les conditions matérielles de la mise en place du programme, notamment la détermination des élèves qui le suivront, ne sont pas clairement indiquées. Déjà des critiques se font entendre. Le Snes Fus déplore le guidage pédagogique très serré des enseignants qui montre le peu de cas qui est fait à la liberté pédagogique. Le programme semble fait uniquement pour les élèves ne suivant pas l'enseignement de spécilaité. Il est très proche du programme de 1ère technologique. "Il n’est pas du tout certain qu’un tel programme fasse un pont efficace vers l’option Mathématiques Complémentaires de Terminale et certainement pas vers des poursuites d’études réussies, surtout en 1h30 : il en aborde certains points, mais le volume horaire et les modalités d’enseignement – à géométrie variable – rendent difficile une maîtrise suffisante des notions abordées en Première pour assurer un raccord réussi avec l’option de Terminale", écrit le Snes. "Ce programme constitue une rustine de plus dans une réforme qui n’est toujours pas stabilisée, et ne répond pas aux problèmes de fond de la réforme que sont sa logique de renoncement à suivre des enseignements ; la fragmentation permanente des parcours des élèves ; l’insuffisance des moyens mis en œuvre et le renoncement à investir dans une culture commune". Quant à l'APMEP, association des professeurs d emaths, elle estime le programme "ne correspond à aucune réalité du lycée général : ni du coté des élèves de 2de qui pensaient ne plus faire de maths, ni avec l'horaire prévu". Cette publication en catastrophe, alors que le ministère avait annoncé que le nouveau ministre prendrait la décision d'introduire ou pas cet enseignement à la rentrée, ressemble fortement à un coup de pied del'âne d'un ministre sur le départ...

 

Le programme

l'avis du Snes Fsu

 

Le système

Il n'y avait pas besoin de cela. Une large intersyndicale des esneignants de l'AEFE a déjà déposé un préavis de grève pour le 19 mai en réaction à la remise en cause de leur statut. Mais voilà qu'un décret "scélérat" modifie le taux de cotisation de certains enseignants. Selon le Snes il ne concerne que "détachés directs" en contrat local EFE et non aux détachés auprès de l'opérateur public AEFE. Pour ceux là le taux de cotisation retraite passe de 10 à 28% !

 

Le décret

L'analyse du Snes

Le préavis de grève

 

Le système

On nous avait pourtant promis, au ministère, que tout avait été testé en situation réelle... A nouveau tout était prêt. A nouveau, le système de numérisation des copies des épreuves de spécialité est tombé en panne. Selon le Snpden Unsa, syndicat de personnels de direction, "après une première remontée - parfois chaotique - des copies des épreuves de mercredi, les remontées de jeudi ont été dès 19h00 impossibles. SANTORIN s’est interrompu plusieurs heures".  Las de ces incidents, le Snpden demande des actes et non plus des promesses. "La charge de travail impulsée par cet incident doit être prise en compte par un délai de remontées adapté et allongé. Le SNPDEN-UNSA demande que soient transmises rapidement, des informations claires et précises ainsi qu’une communication partagée auprès de l’ensemble des personnels de direction".

 

 

Le système

Selon Le Progrès, une professeure de gestion est décédée en plein cours le 13 mai au lycée professionnel Fernand-Forest à Saint-Priest. Agée de 64 ans, elle enseignait toujours. Une cellule psychologique doit être déployée dans l'établissement. Mais ce décès renvoie aussi au débat sur le report de l'âge de la retraite.

 

Dans Le progrès

 

JM Blanquer

Au revoir, JM Blanquer ?

Alors que le président de la République tarde à publier la composition de son nouveau gouvernement, deux faits encadrent le devenir de JM Blanquer. Lui-même publie un bilan élogieux des 5 années de son ministère. Il le fait au moment même où la hausse du SMIC amène le salaire de départ des enseignants à son point historiquement le plus bas : 1.1 fois le smic. Malgré la communication ministérielle, le maintien de JM Blanquer rue de Grenelle semble impossible. Mais deux réalités cadrent le nouveau mandat ministériel. Quel que soit...

(...)

 

Lisez l'article...

 

Pédagogie

Teddy Mayeko : Enseigner en classe relais : patience, solidarité et inventivité

Comment les enseignants des classes relais abordent-ils leur métier ? Teddy Mayeko, maitre de conférences en sciences de l’éducation et de la formation à l’université de Cergy-Paris (CYU), conduit des recherches sur les classes relais. Il revient dans cet article sur le travail mené par l’équipe d'un collège de Beauchamp (95). Il présente brièvement la façon dont les enseignants abordent leur métier et les qualités qui fondent leur posture face aux élèves. A ce...

(...)

 

Lisez l'article...

 

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

 

La classe

Avec ce numéro de Dialogue (n°184), le GFEN clôt la réflexion sur les 100 ans de l'Education nouvelle. En pleine crise sociale, politique et internationale , le numéro interroge le rôle de l'éducation dans l'à venir de la planète. La réflexion se déroule en passant par les disciplines (la géographie, l'histoire, la philosophie...) mais aussi par des contributions militantes. Le GFEN sème ainsi ses graines d'espoir dans les valeurs qu'il porte comme le "tous capables".

 

Dialogue, n°194

 

 

La classe

Le sport scolaire peut-il permettre au plus grand nombre d’enfants et de jeunes, filles et garçons, de vivre des rencontres compétitives sportives et / ou artistiques de qualité ? Le sport scolaire, originalité française, vit-il actuellement une crise ? Le sport scolaire est-il une simple copie du sport fédéral ou permet-il dans ses formes de rencontres, de compétitions, d’épreuves de faire vivre aux élèves des tranches de vie sportive ? Le Snep Fsu organise le 18 mai à 18h30 une "soirée de l'EPS" avec la participation d'O Girault (UNSS), N François, M Peltier, J Lafontan (Contrepied), I Ebling et A Steineur.

 

Le programme

 

 

L'élève

 Voilà un album plein de fraicheur et de tendresse pour les petits de 2 ou 3 ans. Petite Panthère montre une maman belle comme la nuit et forte comme un arbre. On apprend aussi dans cet album à nommer les sens et les parties du corps qui les perçoivent. L'album propose de belles illustrations à déplier.

 

Chiara Raineri, Petite panthère, Rue du monde éditeur, ISBN 978-2-35504-696-4, 16e

 

Les disciplines

A quelques semaines de la fin de l’année scolaire, Eduscol publie une directive sur la question de grammaire à l’épreuve anticipée orale de français : notions à éviter, formulation de la question, attentes. Sont proposés 5 exemples commentés sur les œuvres 2021-2022 : les candidat.es auront la mauvaise surprise de découvrir que dans le champ des questions posées ou réponses attendues figurent la subordonnée relative (au programme d’une année de 2nde 2020-2021 abîmée par la crise pandémique), « le sens de l’asyndète », une subordonnée « hypothétique » qui «  renvoie à l’irréel », une «  locution pronominale » … Questions : quelle est la valeur officielle de ces recommandations ? comment expliquer qu’elles soient à ce point tardives ? pourquoi une telle contradiction entre bienveillance affichée et technicisme jargonneux ? peut-on espérer que les programmes soient un jour soumis à l’« expérience utilisateur » (des élèves et des enseignant.es) plutôt que conçus dans l’entre soi des « experts » (lesquels ?) ? à quoi sert cette question de grammaire à l’EAF ? quelle est la finalité du français au lycée ?

 

La « directive »

 

 

Les disciplines

« Dès l’aube, à l’horizon, c’est là qu’ils retentissent / Les échos des mitrailles, poussant les cris perçants / De la mère aux larmes d’acier, tenant sur ses cuisses / Son fils ensanglanté, pillé, aux doigts tremblants. » A Margency dans le Val d'Oise, Joseph Saladin a conduit ses 2ndes à écrire des poèmes pour l’Ukraine : 14 vers minimum avec choix personnel de la versification, du thème (le malheur des familles, la grandeur d'une ville qui résiste, l'injustice de la guerre …), du registre (pathétique, polémique …), de la mise en valeur visuelle. Les élèves se sont inspiré.es de poèmes de Rimbaud ou d’Agrippa d'Aubigné abordés dans une séquence sur « Poésie et Guerre ». Les productions sont ensuite exposées au CDI. Le travail sur la poésie engagée vient ici joliment favoriser l’engagement des élèves eux-mêmes : dans l’écriture et dans le monde.

 

 

 

Les disciplines

Focalisation, analepse, sommaire … : peut-on revitaliser les notions et outils d’analyse de la narratologie, longtemps centrale dans l’enseignement du français ? Une équipe de l’Université de Lausanne veut interroger les enseignant•es sur leurs représentations et pratiques. Le constat est sévère : les enseignant•es soit « continuent de recycler des outils datés, souvent mal définis ou dont la valeur interprétative est discutable », soit « tournent le dos à l’outillage théorique au profit d’un rapport plus intuitif aux œuvres et l’on passe alors des dérives de l’applicationnisme aux dangers d’une approche purement empirique ». L’enquête nourrira une recherche susceptible de réconcilier narratologie et didactique : il s’agira de « montrer qu’aucune des notions aujourd’hui enseignées ne fait l’objet d’un consensus critique et que des alternatives ou des compléments existent pour chacune d’entre elles » ; il s’agira aussi «  de faire évoluer l’outillage narratologique en le pensant au plus près des usages scolaires et des finalités actuelles des études littéraires », en particulier pour « mieux articuler l’analyse textuelle avec les expériences éthiques et esthétiques des lecteurs ou des lectrices ».

 

Présentation du projet de recherche

Questionnaire en ligne

 

 

La vidéo


 L'Edito

"2021-2022 est une année où il faut savoir traverser le tunnel", écrivions nous à l'occasion de la rentrée. Drôle de tunnel. Les trains de réformes s'y succèdent et à chaque passage arrachent quelques mémorables pans de murailles laissant tomber les pierres. De puissants ouvriers ont entrepris d'en boucher les extrémités et d'éteindre la lumière. A ce rythme là le tunnel risque de se transformer  en voie sans issue.

 

Parfois on se trompe. On suit l'air du temps. Et on a tort. Au moment de la rentrée, il nous a semblé que l'image du tunnel reflétait l'état d'esprit des enseignants. Il s'agissait d'attendre, à l'aide des petites joies qu'apporte encore le travail, mai 2022 pour tourner la page. D'ici là l'Ecole semblait à l'abri du combat politicien. Macron semblait peu intéressé par la question scolaire. Quant à M. Le Pen...

 

On s'est bien trompé. Dès le 2 septembre (le lendemain de la publication du "tunnel" !), Emmanuel Macron annonçait un projet ultra libéral pour l'Ecole. Rien de moins que doter les écoles de super managers ayant le pouvoir de choisir les enseignants et de leur imposer un...
 (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces