L'Expresso du 25 juin 2018

" Dans quelle mesure les productions des différents foyers de l’Art nouveau remettent-elles en cause les conceptions et les pratiques artistiques héritées du passé ?" C'est le sujet d'histoire des arts , du moins la dissertation, donnée aux candidats du bac L. Les sujets de danse, théâtre, arts plastiques, musique sont aussi disponibles. Les candidats pouvaient aussi passer les épreuves de langues anciennes avec , en latin un extrait du Satiricon de Petrone. En série S le sujet de spécialité SVT a porté sur la formation des chaines de montagne, l'impact de l'éclairage nocturne sur la reproduction des plantes à fleurs et le diabète. En ST2S le sujet de BEP est là aussi.

(...)

Geoffroy (!) pour payer ses études de droit livre des repas à domicile sous statut d'auto entrepreneur. Quelles différences avec un contrat de salarié ? C'est la sujet de droit tombé en stmg. En économie les candidats travaillent sur un sujet classique sur le chômage. En STL et STI2D, l'épreuve de spécialité de physique chimie porte sur les énergies nouvelles. Retrouvez aussi le sujet de physique chimie de STD2A et de STL bio.

 

STMG éco droit

STL STI2D physique

STD2A physique

STL bio physique

 

Tous les sujets du bac

 

Le fait du jour

Présentés bien différemment des autres, nettement plus légers, les programmes pour l'école et le collège en maths semblent copiés - collés des programmes de 2015. En apparence rien n'a changé. Une anomalie que Rémi Brissaud éclaire : si les nouveaux programmes ne changent guère c'est que le changement est ailleurs, dans les "repères pour les mathématiques" que le ministère a aussi publiés déjà pour les CP. Pour R Brissiaud, ce document signe la fin des cycles et alourdit sérieusement les contenus en CP.

 

(...)

La classe

« Ce tableau vous est proposé en audiodescription par les 4èmes du collège Vauguyon au Mans. » Leur professeur de français, Jean-François Gaulon, les a en effet amené.es à réaliser des audiodescriptions picturales : des enregistrements audio décrivant ou racontant des tableaux à destination de personnes malvoyantes. Ce travail original permet de s’approprier, en les partageant, des connaissances en histoire de l’art et en histoire littéraire, par exemple autour du fantastique, du romantisme ou du naturalisme. Les élèves doivent chercher et analyser, écrire et dire, enregistrer et monter leurs créations, développant aussi autonomie, compétences collaboratives et même engagement citoyen. Et si on donnait sens au travail de l’oral en lui donnant un vrai destinataire ?

 

(...)

Le système

Pourquoi ne pas installer votre classe isolée au pied d'un HLM ? Cette perspective ne vous est pas venue à l'idée. Mais elle est imaginée par le ministère. Localtis rend compte de la signature le 21 juin d'un accord entre Les entreprises sociales pour l'habitat , la fédération des sociétés HLM, et le ministère de l'éducation nationale pour trouver des locaux pour les classes de Cp et Ce1 de l'éducation prioritaire dédoublées. "Nous avons des locaux en pied d’immeubles, nous sommes prêts à les déployer, en partenariat avec les villes. Il ne s’agit pas seulement d’accompagner une politique gouvernementale, l’école est un sujet dans l’occupation des quartiers", a déclaré Valérie Fournier, présidente des ESH. Et pour que ce soit plus clair, le protocole signé avec le ministère précise que " les ESH s’engagent à "appuyer l’Etat dans sa recherche de locaux pour accueillir les nouvelles classes dédoublées en proposant des locaux en pied d’immeubles, là où les opportunités seront identifiées par chaque ESH en lien avec les rectorats dans chaque académie, en fonction des besoins", affirme Localtis. Pas besoin d'école, pour les enfants des quartiers populaires. Autant leur mettre l'école à la maison...

 

Article Caisse des dépots

 

Le système

" Il y a d'ailleurs quelque chose de très  violent et de méprisant à l'égard des profs dans le calendrier de telles annonces de changements de programmes, au moment où les enseignants sont occupés par des tâches diverses et/ou épuisés par l'année passée : école de la malveillance ?" La publication de nouveaux programmes pour l'école et le collège dans 4 disciplines commence à agiter les salles de classe. Tous les enseignants sont loin d'en être informés. Beaucoup parmi ceux qui le sont accueillent mal de nouveaux textes qui ne deviendront officiels que le 12 juillet pour application à la prochaine rentrée.  

 

(...)
Le système

Alors que de nombreux enseignants avaient reçu leur avis de promotion dans la hors classe, le ministère a ordonné aux rectorats d'annuler les tableaux d'avancement et de tout reprendre à zéro. Les enseignants du second degré devront attendre une mise à jour des dossiers informatiques des rectorats pour pouvoir accéder à la hors classe, sans garantie pour ceux qui avaient été promus de retrouver leur avancement.

 

(...)

Le système

" Le gouvernement a présenté exactement le même projet que le 25 mai dernier, visant à supprimer les CAP et donc le droit des personnels à être défendus", déclare la Fsu à la sortie de la réunion du vendredi 22 juin. "Toutes les organisations syndicales ont de nouveau dénoncé ce projet. La FSU a réaffirmé avec force que ce projet mettrait en place une usine à gaz préjudiciable aux droits des personnels comme au bon fonctionnement des services publics. La FSU demande une nouvelle fois et solennellement au gouvernement de revenir sur son projet. La réunion prévue à la mi-juillet ne doit pas être conclusive : la FSU exige la poursuite des discussions sur d'autres base permettant d'améliorer réellement le fonctionnement du paritarisme, des CAP et des CHSCT". Le Conseil des ministres du 12 juin a décidé la fin du paritarisme. La Fsu appelle les enseignants " à signer et à faire massivement signer la pétition".

 

La pétition

Le conseil du 12 juin

Le gouvernement veut mettre fin au paritarisme

 

Le système

 Intervenant sur Europe 1 le 22 juin, le ministre de l'éducation nationale n'a pas hésité à dire qu'il allait réduire les vacances d'été. Et à mentionner le peu de cas qu'il ferait des enseignants. "Interrogé sur le faible nombre de jours des élèves français, JM Blanquer répond :"le problème ce n'est pas le rythme hebdomadaire mais le rythme annuel. C'est le sujet des vacances... On n'a pas diminué le temps de travail des élèves en nombre d'heures. Mais il y a un sujet sur les vacances scolaires. On va devoir le poser. Au cours du quinquennat on va y regarder".

 

"Si on commençait par ce sujet c'est la certitude d'échouer sur les autres réformes", explique JM Blanquer au journaliste. "A cause des enseignants ?", interroge celui-ci. "Non , le sujet ce n'est pas les enseignants. Le sujet c'est les élèves", répond JM Blanquer...

 

Sur Europe 1

 

 

Le système

Doublement touché par deux réformes phares du gouvernement, la réforme du lycée et celle de la formation professionnelle, l'enseignement agricole engage le bras de fer. Trois syndicats, le Snetap Fsu, Sud et la Cgt appellent au blocage de centres de correction dans tout le pays. "Parce que je n'accepte pas que le projet de réforme du bac condamne à moyen  terme les filières générale et technologique dans les lycées agricoles (absence de choix en matière de spécialités scientifiques en classe de terminale, sciences agronomiques et approche territoriale reléguées au rang d'option, absence de lisibilité du projet de réforme STAV); parce que je ne conçois pas la formation professionnelle et l'apprentissage comme un marché  livré aux appétits d'officines privées au détriment des CFA publics et de lycées agricoles...; parce que je refuse la dégradation annoncée des conditions de rentrée 2018 et la perspective de suppressions d'emplois pour le budget 2019 (projets d'ouvertures de classes condamnés, gels de classes et regroupements de sections forcées, options facultatives sacrifiées, rejets d'élèves imposés).., je rejoins le mouvement de refus ds convocation aux examens", affirme un tract syndical.

 

Cataclysme dans l'enseignement agricole

En 2009 déjà

Et en 2008

 

Le système

 "Les modalités d’accès à la hors-classe pour 2018 suscitent de nombreuses interrogations et de la colère parmi les enseignantes et enseignants des écoles", écrivent le Snuipp Fsu, la Cgt, le Se-Unsa et le Sgen Cfdt dans une lettre adressée au ministre le 22 juin. "Les avis basés sur des rapports d’inspection plus ou moins anciens, comme sur une connaissance plus ou moins réelle des enseignantes et enseignants, engendrent de profonds sentiments d’injustice voire de mépris lorsque l’investissement quotidien n’est pas reconnu... D’autre part, à ce sentiment d’injustice peut s’en ajouter un autre dans les départements où, en cas de départage de barème, c’est l’ancienneté dans le corps qui est prise en compte et non l’ancienneté de l’ensemble de la carrière d'enseignante et enseignant des écoles désavantageant ainsi en particulier celles et ceux qui ont été institutrices et instituteurs". Les syndicats demandent l'augmentation des flux de promotions et la prise en compte de la totalité de la carrière.

 

La lettre

 

Fonction publique

Négociation salariale : Le gouvernement poursuit le gel des salaires

" Le gouvernement n’a pas saisi l’occasion du rendez-vous salarial pour revaloriser les salaires des agent-es publics. Ainsi, il n’honore pas la promesse de campagne faite par Emmanuel Macron « d’améliorer le pouvoir d’achat de tous les salariés », puisqu’il laisse de côté plus de cinq millions d’agent-es de la Fonction publique !", annonce la Fsu à l'issue du (...)

 

Lisez l'article...

 

Pédagogie

Le Café Mensuel 182 : L'accélération

" On pensait avoir vécu des réformes à un train d'enfer durant la première année du quinquennat. Pourtant il apparaît que la seconde année sera vraiment celle des réformes ou au moins des tentatives de grand changement." La nouvelle édition du Café mensuel fait cet aller retour entre les multiples réformes lancées par le pouvoir et la beauté des pédagogies (...)

 

Lisez l'article...

 

La classe

Un élève de plus par classe ce n'est rien ? Alors que la rentrée 2018 s'avère difficile dans le second degré avec davantage d'élèves et moins d'enseignants, le Snes Fsu entreprend de quantifier ce que veut dire avoir des classes plus chargées. Selon le calcul du Snes, un élève en plus par classe c'est 16 heures de travail en plus par an.

 

Alerte effectifs

 

 

L'élève

"Peut-on perdre une proposition qu’on a déjà acceptée ? Le délai pour accepter une proposition d’admission (ou y renoncer) est de combien de temps ? Bonjour, je n'ai reçu uniquement que des propositions en attente. Je dois attendre qu'une place se libère, c'est bien ça ? J'ai reçu plusieurs propositions d’admission. Mon choix sera définitif ?" Alors que Parcoursup entre ne phase complémentaire, l'Onisep organise le 27 juin, de 14 à 15h30 un tchat sur cette nouvelle étape. Vous pouvez poser dès maintenant vos questions. Mercredi 27 des conseillères du CIO de Paris répondront à vos questions en direct sur la plateforme Onisep.

 

Sur Onisep

 

L'élève

Alors que la phase normale d'affectation des lycéens se termine, moins de la moitié (348 000) a accepté une proposition de Parcoursup. 53 000 jeunes ont définitivement quitté la plateforme. Les autres, soit 410 000 ne vont plus se voir proposer que les places restant disponibles à partir du 26 juin, date de réouverture de Parcoursup, dans le cadre de la "phase complémentaire".  Pour autant dans cette phase ils continueront à être en concurrence avec les élèves des meilleurs lycées puisque les candidats ayant accepté  une proposition peuvent déposer des voeux ! L'écrémage dure jusqu'au dernier moment. Il y aura bien des places pour tout le monde mais surement pas des places acceptables. La pression des délais de réponse se renforce tout au long de l'été. Si vous recevez une proposition le 1er août, par exemple, vous n'avez que jusqu'au 3 août pour y répondre. Sinon tant pis pour vous !

 

 

Les disciplines

Valoriser les élèves plutôt que les dénigrer ? En cette période de correction de copies et d’oraux du bac, Françoise Cahen, professeure de français à Alfortville, relance sa collecte des « antiperles ». Invitation lancée à travers un mur padlet : « Vous corrigez le bac? Je vous invite à participer à la Saison 2 des #antiperles. Non, les lycéens d'aujourd'hui n'ont pas le QI d'une huître ! Relevons les éclairs de génie de nos élèves sur cette page collaborative ! En 10 jours elle doit se remplir. » D’ores et déjà à découvrir : des extraits de poèmes de premières STMG …

 

En ligne

 

Les disciplines

Le numérique peut-il rendre plus facile et plus efficace la correction de copies ? Sur son blog, Marie Soulié, professeure des lettres à Orthez, montre comment utiliser des tablettes : envoi  de copies par Airdrop, ouverture en PDF, repérage des erreurs, utilisation de tampons, enregistrement d’un bilan audio, projection et compte rendu. Sur le site de l’académie de Caen, Hervé Belloc, professeur de lettres à Mortagne-au-Perche, explique comment utiliser la vidéo pour la correction : il remplace les annotations et appréciations écrites par un commentaire filmé de la copie de l’élève (son + image), puis met la vidéo à disposition pour chaque élève sur l’ENT. Avantages selon l’enseignant : commentaire plus exhaustif, individualisation plus poussée, implication de l’élève, possibilités offerte de pauses et de répétitions, disponibilité du professeur pendant le visionnage.

 

En français au collège

En français au lycée

En philo avec François Jourde

 

Les disciplines

Rendre compte de sa lecture par un abécédaire : c’est la proposition lancée à ses élèves de 5ème par Eve Laborie, professeure de lettres au collège Lucie et Raymond Aubrac à Paris. Sur le site académique, elle éclaire les modalités de travail et d’évaluation pour mener à bien cette écriture de la réception. Intérêts : favoriser l’autonomie et l’engagement du lecteur, son imagination et sa créativité, le « sensibiliser  à une approche symbolique de l'œuvre fictionnelle » …

 

En ligne

 

 

La vidéo


 L'Edito

Moins d'un an après l'arrivée au ministère de JM Blanquer, un tournant vient d'être pris. Après des mois d'opinion semble-t-il très favorable, le ministre semble ne récolter que de l'opposition chez les professionnels de l'éducation comme le montrent pas moins de trois études récentes. L'état de grâce qui a suivi l'élection présidentielle et les premières mesures, semble terminé. L'ascension politique de JM Blanquer continue. Mais son programme éducatif se heurte à une opposition à la fois large et déterminée. Pour JM Blanquer, les temps difficiles rue de Grenelle arrivent alors que l'oasis de la rue de Varenne est encore loin.

 

Blanquer premier ministrable ?

 

Chouchou de l'Elysée, populaire auprès des Français, l'arrivée en politique de JM Blanquer ressemble à une success story. Largement soutenu par toute une partie de la presse de droite, qui a multiplié les couvertures à son profit, le ministre de l'éducation semble avoir réussi là où d'autres se seraient cassés les dents. Un sans faute auprès des enseignants, des Français et des politiques de son camp.

 

JM Blanquer sait flatter l'opinion publique en reprenant les thèmes les plus éculés. Retour à l'autorité en interdisant les portables au collège, même si, quand on regarde de près on est très loin d'un véritable changement. Même clin d'œil sur le (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces