L'Expresso du 24 septembre 2018

Le fait du jour

Est-il normal que les évaluations nationales de Cp et Ce1 soient hébergées à l'étranger sur un serveur d'une entreprise du GAFAM célèbre par sa capacité à exploiter les données ? La question a été posée sur Twitter le 22 septembre par une enseignante référente pour les usages du numérique (ERUN), un corps qui s'estime oublié par l'Education nationale. Alors que les réseaux sociaux bruissent des critiques énervées des professeurs des écoles qui ont commencé à faire passer les évaluations nationales de Cp et Ce1, la nouvelle est de nature à leur porter un nouveau coup. Un enseignant peut-il contribuer à la fuite des données personnelles de ses élèves vers Amazon ?

(...)
  

Moodle est une plateforme en ligne qui permet aux enseignant.es de proposer aux élèves ressources et activités pédagogiques diverses. On recense actuellement dans le monde plus de 100 000 sites et plus de 130 millions de personnes utilisant cet espace de formation, en particulier dans de nombreux établissements et universités françaises. Peut-on faire de l’E.N.T. Moodle autre chose qu’un simple Espace Numérique de Transmission des cours ? Comment en faire un réel espace de collaboration et de création ? Un bel exemple en est donné par Wendolin Bach, professeur de lettres au collège Louis Pasteur de Strasbourg. « Elèves créateurs », ses troisièmes se sont emparé.es de l’outil et de ses riches possibilités pour s’approprier des textes littéraires, travailler thèmes et notions, accompagner une sortie au musée, écrire des poèmes sur le thème du silence, réaliser une anthologie de leurs productions. Eclairages et conseils…

 

(...)

  
Le système

"La ségrégation sociale entre collèges est nettement amplifiée par les choix des familles, notamment vers l’enseignement privé", écrit l'Insee dans une étude publiée le 21 septembre.  "La ségrégation sociale observée dans les collèges reflète en partie la ségrégation résidentielle : dans les grandes villes, du fait de l’application de la carte scolaire, les profils sociaux des collèges publics sont très différenciés, car les caractéristiques sociales des quartiers correspondant à leur secteur de recrutement le sont également. Néanmoins, les choix des familles amplifient nettement la ségrégation sociale entre élèves à l’entrée en 6e : dans les villes de Paris, Bordeaux et Clermont-Ferrand étudiées ici, cette ségrégation serait entre un tiers et moitié moins élevée si les élèves étaient scolarisés dans le collège public de leur quartier", explique l'Insee. "Ce surcroît de ségrégation s’explique pour l’essentiel par le choix de certaines familles en faveur de l’enseignement privé : la composition sociale des élèves scolarisés dans un collège privé se distingue fortement de celle des élèves de leur quartier qui restent dans un collège public. Le choix d’un collège public en dehors du secteur assigné par la carte scolaire n’accroît la ségrégation entre les établissements scolaires que de façon marginale : si les élèves concernés ont une origine sociale qui se distingue parfois de celle de leur secteur, ils côtoient in fine dans leur collège des camarades de milieux sociaux variés."

 

Insee Première

 

Le système

Alors que le ministère annonce 1800 ou 1900 créations de postes dans le premier degré, le Snuipp Fsu dénonce une "fausse dotation". " Le ministre annonce environ 1 900 créations de postes dans le premier degré avec pour ambition de terminer le dédoublement des CP et CE1 en REP et REP+. Ces créations ne suffiront pas à y parvenir puisqu’il aurait fallu prévoir 4 000 postes supplémentaires", explique le Snuipp. "Comme la baisse démographique ne permettra pas de compenser les manques, et on ne pourra éviter la suppression des « Plus de maîtres que de classes» encore existants, la fermeture de nombreuses classes ou l'insuffisance de postes d’enseignants spécialisés".

 

Sur son site

Notre analyse de ce budget

 

Le système

"Au deuxième trimestre 2018, l’indice de traitement brut - grille indiciaire (ITB-GI) est stable. L’indice de chacune des catégories A, B et C est stable puisqu’aucune mesure les concernant n’est intervenue au cours du trimestre", explique un document du ministère des comptes publics. IL détaille : "dix décrets statutaires ont été publiés au cours du deuxième trimestre 2018, dont six concernant l’évolution indiciaire des fonctionnaires civils. Ces six décrets, tous liés au protocole relatif aux parcours professionnels, aux carrières et aux rémunérations de la fonction publique (PPCR), rétroagissent sur le traitement à partir du premier trimestre 2017. Les modifications concernent des populations trop faibles pour avoir un impact sur les indices agrégés. Ces décrets concernent uniquement la catégorie A : inspecteurs des affaires maritimes ; psychologues de la protection judiciaire de la jeunesse ; et directeurs des services de greffe judiciaire. Les effectifs concernés représentent moins de 0,2 % des fonctionnaires de catégorie A". Ce qui n'est aps stable c'est l'inflation qui dépasse nettement l'évolution salariale à partir de 2017...

 

Document Ministère de l'action et des comptes publics

 

 

Le système

Plusieurs syndicats de l'enseignement appellent à la grève le 9 octobre. C'est le cas du Snalc qui a déposé un préavis pour que les enseignants puisent " manifester publiquement leur refus des mesures concernant l’Éducation nationale". Dans plusieurs départements des syndicats locaux appellent en commun. C'est el cas par exemple à Lille pour la Fsu et le Snes.

 

A Lille

 

Le système

" Si le SE-Unsa partage la nécessité d’une parole forte de l’Éducation nationale à l’échelon régional, il refuse la formule 13 régions = 13 académies comme seule évolution possible", affirme le 20 septembre le Se -Unsa. " Chaque territoire doit pouvoir concevoir son projet dans le dialogue et la transparence et garantir l’accès de tous à une offre éducative de qualité ;  une continuité cohérente de formation de la maternelle au post-bac ; le maintien des périmètres actuels d’affectation et de mutation des personnels enseignants, d’éducation et psychologues de l’Éducation nationale ; la proximité de personnels avec leurs administrations gestionnaires et leurs instances représentatives.

 

Communiqué

 

 

Le système

A Peypin dans les Bouches du Rhône, le conseil d'école avait décidé de supprimer la fête de Noël devant les protestations de certains parents en raison du caractère religieux de la fête. L'académie a décidé de la rétablir et avec elle les chants traditionnels...

 

Dans Sud Ouest

 

Le budget 2019

Les postes, le budget 2019 et les annonces de JM Blanquer

Finalement ce ne sera pas 1400 mais 2600 postes qui seront supprimés dans le second degré en 2019 a annoncé le ministère le 19 septembre. Ce quasi doublement en 24 heures n'est pas très surprenant : nous avions souligné un problème le 17 septembre. Il montre que le budget 2019 s'avère délicat à boucler. Malgré une augmentation de son budget vantée par JM Blanquer, le ministre devrait perdre les moyens d'une politique réelle de transformation de l'Ecole en 2019. Il aura du mal à faire face à la hausse inexorable des dépenses de son...

 

(...)

 

Lisez l'article...

 

Pédagogie

Mathieu Ichou : Les enfants d'immigrés à l'école

Comment se construisent les inégalités scolaires qui touchent les enfants immigrés ? Alors qu'un enfant sur 4 en France a au moins un parent immigré, et que l'école façonne largement l'avenir professionnel des jeunes, interroger ces inégalités et la construction de la différence est une priorité. C'est aussi un moyen efficace d'interroger les stéréotypes, voir les peurs. Parce que Mathieu Ichou, dans "Les enfants d'immigrés à l'école" (PUF), observe en finesse les différences entre les groupes ethniques et à l'intérieur de ces groupes. Il reconstitue les parcours de ces jeunes et montre l'importance du capital social et culturel acquis avant l'immigration, comme celui de la famille et de la fratrie. Au terme de ce travail de sociologue...

 

(....)

 

Lisez l'article...

 

La classe

"Très vite, les équipes seront appelées à se prononcer sur l’offre de spécialités de chaque lycée, et, bientôt, il faudra établir les « menus » accessibles aux élèves, c’est-à-dire les trinômes et les binômes proposés dans chaque établissement... Ce document est une réflexion collective sur la future place de la spécialité SES. Il s’agit de proposer à l’ensemble des collègues un éclairage sur les possibilités de binômes et trinômes de spécialités incluant les SES". L'Apses, l'association des professeurs de SES, diffuse un argumentaire pour défendre la place de cette discipline dans le futur lycée. Pour cela, l'association exploite les attendus officiels de l'enseignement supérieur. Le document invite à associer SES et maths, ou SES et histoire-géo ou encore SES et physique chimie.

 

(...)

La classe

"Dans plus de 6000 collèges et lycées de France, des manifestations sportives et ludiques sont organisées pour inciter à la pratique sportive et faire découvrir les nombreux sports qui peuvent être pratiqués à l’UNSS", annonce l'UNSS. Le 26 septembre, la Journée du sport scolaire mobilisera aussi des écoliers avec l'Usep.

 

La Journée nationale

 

L'élève

" La part des bacheliers 2008 ayant atteint ou dépassé un niveau bac + 5 atteint 32 %. Elle est supérieure de 6 points à celles des bacheliers 2002", établit une nouvelle Note du ministère de l'enseignement supérieur. "Parallèlement, la proportion de bacheliers entrés dans le supérieur et sortis sans diplôme est restée stable à environ 20 %". Mais "ces résultats masquent de fortes disparités entre types ou séries de baccalauréat, ou encore selon le niveau scolaire à la sortie du lycée et selon l’origine sociale". La Note établit que "15 % des bacheliers généraux entrés dans le supérieur en sortent non diplômés, mais 28 % des bacheliers technologiques et 50 % des bacheliers professionnels. Plus d’un enfant de cadres sur deux sort de l’enseignement supérieur diplômé d’un bac + 5 ou plus contre seulement 13 % des enfants d’ouvriers". La Note suit des parcours types par type d'enseignement suéprieur et par parcours des étudiants. Ainsi elle montre que "la filière d’entrée détermine largement le niveau de diplôme atteint à la sortie du supérieur" et particulièrement l'écart entre deux filières courtes : les STS et les IUT. "Près de la moitié des entrants en IUT sortent diplômés à un niveau au moins égal à bac + 5 : c’est quatre fois plus que ceux poursuivant en STS". Elle établit aussi l'écart entre les filières du lycée : " La probabilité d’avoir un diplôme de l’enseignement supérieur pour les bacheliers de la filière littéraire n’est pas significativement différente de celle des bacheliers technologiques".

 

La Note

 

 

L'élève

Le/la psychomotricien/ne s’adresse à tous les publics présentant des troubles psychomoteurs pour des actions de dépistage, de diagnostic, de prévention, d'accompagnement et de rééducation. Ce professionnel du paramédical peut intervenir en tant qu'indépendant ou dans différentes structures telles que des instituts spécialisés, des centres hospitaliers, des centres de rééducation et de réadaptation et bien d'autres encore (SESSAD, PMI, hôpital de Jour...). L'Onisep vous propose de découvrir ce métier et ses formations lors d'un tchat avec deux pyschomotriciennes le 3 octobre à 14 heures. Elles répondront en direct à vos questions. Vous pouvez dès maintenant poser vos questions.

 

Le tchat

 

 

Les disciplines

Le 1er texte de la littérature mondiale a été écrit au 13ème siècle avant Jésus-Christ par une poétesse de Mésopotamie, Mme de La Fayette a inventé le roman psychologique, Colette a écrit la 1ère autofiction : où l’enseigne-t-on ? L’histoire littéraire officielle, écrite par les hommes, et les programmes scolaires, qui en déclinent le « roman national », accordent bien peu de place aux autrices. Pour combattre cette discrimination parait l’ouvrage « Des femmes en littérature, 100 textes d’écrivaines à étudier en classe ». De la 6ème à la 3ème, pour chaque thème du programme de français, sont proposés des extraits variés, enrichis d’un appareil critique et pédagogique. Avec les mêmes enjeux, essentiels, le projet web  « George - Le deuxième texte » construit en ligne une base de textes pour « donner plus de visibilité aux autrices dans les programmes scolaires, afin que les jeunes puissent s’identifier à des figures fortes, sans distinction de genre. » Le 23 septembre 2018 à Brest, un atelier collaboratif a ainsi invité à transcrire sur Wikisource des livres désormais libres de droits écrits par Marie Lenéru, dramaturge et diariste brestoise injustement oubliée.

 

Présentation du manuel en ligne

Le site George Le 2ème texte

L’atelier Marie Lenéru

 

 

Les disciplines

En Charente, au lycée Emile Roux à Confolens, les premières de Géraldine Wasmer ont travaillé par la créativité sur le thème des « créateurs et créatures ». Parallèlement à leurs lectures (Mary Shelley, Villiers de l’Isle Adam …), ils ont joué aux « savants fous » en imaginant leurs propres créatures. Chaque groupe a réalisé le carnet de l’inventeur pour retracer la conception et la réalisation de son projet démiurgique en y incluant esquisses, éléments de recherches « scientifiques », mesures, images de systèmes, de machinerie, graphiques, échantillons... Chaque groupe a aussi présenté le projet à l’oral pour éclairer les enjeux de « cette expérience « prométhéenne ».

 

Présentation en ligne

 

 

Les disciplines

Au collège Daniel Argote à Orthez, les 5èmes ont participé à un Enseignement Pratique Interdisciplinaire autour de bandes dessinées retraçant la vie de Gaston Fébus, figure importante de la guerre de cent ans. Au programme : lectures, recherches, rencontres, sorties et activités créatives. Les élèves ont ainsi produit un livret numérique original : un roman-photo réalisé avec une application fond vert pour tablettes et présentant un récit enchâssé de la bande dessinée étudiée. Sur son site, Marie Soulié propose un tutoriel pour éclairer les modalités de ce travail réalisé avec Keynote.

 

Le livret numérique

Sur le site de Marie Soulié

Un tutoriel

Marie Soulié dans Le Café

 

 

La vidéo


 L'Edito

On pensait avoir vécu des réformes à un train d'enfer durant la première année du quinquennat. Pourtant il apparait qu'une nouvelle accélération s'impose sous nos yeux. Elle résulte d'un nouveau cap pris par le gouvernement depuis le mois de juin. La seconde année du quinquennat sera vraiment celle des réformes ou au moins des tentatives de grand changement. C'est vrai dans de nombreux domaines, dont l'éducation qui nous intéresse plus particulièrement.

 

Imposer le changement sans s'en donner l'air. Il semble que cela ait été le fil suivi par JM Blanquer tout au long de sa première année rue de Grenelle. Modèle du genre, la réforme des rythmes. Le ministre semble laisser le terrain  décider et obtient la suppression de la semaine de 4 jours et demi. Une contre réforme sans doute néfaste pour les élèves mais qui est bien accueillie chez les adultes, aussi bien enseignants que collectivités territoriales. Et qui permet de récupérer quasi immédiatement près de 500 millions.

 

Même opération pour le collège. En "assouplissant" les règles le ministre obtient le retour au statu quo ante. Et là aussi ce n'est pas pour déplaire aux enseignants. Car JM Blanquer sait ménager ses troupes. Quitte à se détourner les annonces présidentielles. Alors que le président veut un bac avec 4 épreuves, finalement son ministre impose un bac avec encore plus d'épreuves qu'avant. Cela permet de maintenir un ersatz de diplôme national, ce qui est (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces