L'Expresso du 22 septembre 2014

Le fait du jour

"Il est important que l'éducation nationale soit présente dans cette ambition collective".  A l'issue de la "Journée de mobilisation", le 19 septembre, François Hollande a détaillé la feuille de route de l'Education nationale en faveur de l'apprentissage. Pour le chef de l'Etat la mobilisation de l'Education nationale est importante pour accroitre le nombre d'apprentis. Mais elle l'est aussi symboliquement pour marquer une évolution des relations école - entreprise. Or, si les grandes fédérations syndicales ont généralement bien accueilli le cap donné par le président, ce n'est pas le cas des principaux syndicats de l'enseignement professionnel. Le cap présidentiel pourrait bien rencontré la tempête.

(..)

Alors que la loi d'orientation sur l'Ecole  a fait de la scolarisation des enfants de moins de trois ans un de ses objectifs majeurs, un rapport de l'Inspection générale montre que celle-ci marque le pas. En effet, la scolarisation des moins de trois ans nécessite des moyens matériels importants, du personnel spécialement formés, une bonne coordination entre l'Education nationale, ses partenaires et les parents. Toutes ces conditions sont difficiles à réunir. Le rapport montre aussi que l'Education nationale s'adresse trop peu aux parents qui ont le plus besoin de cette scolarisation, ceux des quartiers populaires.

(..)

Le numérique développe chez les jeunes l’habitude et le goût d’écrire : internet ne serait-il pas le lieu où transformer ces appétences en compétences d’écriture ? C’est le pari des « twictées » de Fabien Hobart, conseiller pédagogique ASH Nord en Seine-et-Marne, et de Régis Forgione, professeur à l’école élémentaire la Chapelle de Freyming-Merlebach. Ils ont adapté sur Twitter le principe de la dictée négociée : des défis orthographiques sont organisés entre classes francophones en ligne sur le réseau, les élèves utilisent aussi Twitter pour transmettre les justifications en 140 caractères et fixer ainsi les connaissances. Le dispositif invite à une pratique authentique, donc motivante, de la langue ainsi qu’à une réflexion partagée sur celle-ci : «  le réseau social donne toute sa raison sociale à l'orthographe, qui est à la fois outil et objet d'apprentissage », « le format en 140 caractères est particulièrement rassurant et permet à l'élève d'exercer une vigilance orthographique lors de la rédaction et de la révision ». Le dispositif, original et stimulant, paraît aisément transférable, dans bien des niveaux et bien des domaines…

(..)

L’autorité n'est pas à restaurer, ni à évacuer, pas plus qu'elle n'est à réinventer : elle est à assumer, simplement… Les temps ne sont plus à reléguer l’autorité au rang de piètre erreur pédagogique. Elle a acquis aux yeux des nouveaux enseignants un statut de compétence professionnelle.  En l’occurrence, Marie Beretti consacre sa thèse à la construction de cette autorité assumée…  Marie Beretti a d'abord été professeure des écoles, avant de se tourner vers la recherche en éducation. Elle enseigne actuellement à l'Université Jean Monnet à Saint-Etienne, où elle termine sa thèse de sciences de l'éducation, sur la question de la relation d'autorité à l'école.

(..)
Le système

"Alors que de nombreux stagiaires remplissent déjà la condition de diplôme nécessaire à leur titularisation ou en sont dispensés, des Espé cultivent une pression injustifiée et exigent la validation partielle ou totale du nouveau master MEEF", écrivait le 19 septembre Christian Chevalier, secrétaire général du Se Unsa, à la ministre. La réponse vient de tomber dans un courrier du 17 septembre du cabinet ministériel au secrétaire général du Snuipp.  Dans ce courrier, le directeur de cabinet estime que ces stagiaires " n’ont pas besoin d’obtenir un autre master pour être titularisés." et que " déjà titulaires d’un master (ils) n’ont pas à accomplir toutes les formations du master des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF)".

 

Lettre du cabinet

Le système

Marseille c'est la mer, les fonds marins, les collines, faune et flore, géologie et mémoire des glacières, des charbonniers, de Marcel Pagnol. Les parcs et jardins, les fermes pédagogiques, les jardins ouvriers et les jardins de cités. Des acteurs culturels dans toutes disciplines : musique : art lyrique, opéra, opérette, classique,  contemporaine, rap et slam, musique du monde etc., théâtre, danses,  littérature, avec des talents reconnus internationalement, arts de la rue, cirque. Des scientifiques toujours prêts à partager. Des sportifs dans toutes les disciplines. Une histoire à partager, des celtes et grecs aux périodes récentes. La ville et son évolution, son patrimoine industriel, ses monuments, ses équipements, musées, le MUCEM, la maison de la Méditerranée, la cité des Arts de la Rue. Et surtout une population diverse et qui a tant de choses à partager.

(...)
Le système

Selon une étude officielle américaine, 51% des enseignants qui ont quitté lemétier en 2012 estiment qu'ils gèrent mieux leur travail dans leur nouvel  emploi. 53% pensent que leurs conditions de travail se sont améliorées. En 2011-2012, 8% des enseignants américains ont quitté le métier d'enseignant.

 

L'étude

Quitter l'enseignement : le dossier Seconde carrière

La classe

Le musée de l’Orangerie propose deux dates de formations ouvertes aux enseignants  du primaire et du secondaire : Le mercredi 1er octobre de 14h15 à 16h pour la présentation de la nouvelle exposition « Emile Bernard », et le mercredi 15 octobre de 14h15 à 16h pour la présentation des collections du musée, ainsi que des ressources pédagogiques. Il est nécessaire de s’inscrire, pour participer à ces offres.

(..)
La classe

" Le rapport au numérique est donc tout sauf un rapport « simple » et, dans ce domaine, « l’évidence » est mauvaise conseillère. Il serait particulièrement naïf – et grave – de penser que la « consultation critique » relève d’une attitude spontanée. La consultation critique n’est possible que, d’une part, si elle fait fond sur des acquisitions préalables transmises par un professeur dans un rapport pédagogique exigeant, et, d’autre part, si elle se développe à travers ce qu’il faut bien appeler une « intention » de savoir, d’aller « au plus près du plus juste » de ce qu’il est possible de savoir. Or, cette « intention » est précisément ce qui vectorise l’acte pédagogique", explique Philippe Meirieu sur le site Vents contraires.

 

L'article

L'élève

Selon Ipsos, 52% des français jugent que le correcteur orthographique est la solution la plus efficace pour ne plus faire de fautes. Les éditions Le Robert, propose en essai gratuit durant 30 jours son correcteur "Le Robert correcteur". Le correcteur ne se limite pas à corriger il fournit la règle qui justifie la correction et permet donc de progresser.

 

Essayez le correcteur gratuitement

L'élève

Le Snuipp détaille les nouveaux textes sur le projet personnalisé de scolarisation (PPS) adoptés au CSE du 18 septembre. Un nouveau décret va notamment définir les dispenses d'enseignement et établir un nouveau PPS type.

 

L'analyse

Les disciplines

Retrouvez tous les lundis L'Hebdo Lettres

 

Et si un projet d’écriture commun donnait vie au cycle CM2 / 6ème ?  C’est le chemin tracé par le projet « Ecrire la ville », mené à Bagneux par les CM2 de Sandrine Cornet à l’école Henri Wallon et les 6èmes de Marie Le Maout au Collège Joliot-Curie, mené à Sèvres par les CM2 de Delphine Bourdy à l’école Gambetta B et par les 6èmes de François Porta au Collège de Sèvres. La correspondance entre les différents acteurs du projet se fait par messagerie électronique ou via des fichiers en ligne partagés. L’expérience, animée par les écrivains Pierre Ménard et Cécile Portier, permet par la créativité et le numérique de développer des compétences d’écriture, par les mots et les images de s’approprier un espace citadin partagé. Par exemple à travers une étonnante déambulation urbaine sur le mode d’un cadavre exquis…

 

Le blog du projet « Ecrire la ville »

Le cadavre exquis urbain « Miroir de la ville »

 

Les disciplines

Retrouvez tous les lundis L'Hebdo Lettres

 

Le 17ème printemps des poètes se déroulera du 7 au 22 mars 2015 sur le thème « l’insurrection poétique ». La poésie, explique Jean-Pierre Siméon, « manifeste dans la cité une objection radicale et obstinée à tout ce qui diminue l'homme » : elle « invite à prendre feu ». Le comédien Jacques Bonnaffé sera le parrain de l’événement qui mettra en avant les œuvres de Luc Bérimont et des poètes de l'Ecole de Rochefort. La « réClame poétique »  covie chacun à collecter et diffuser de très courts poèmes (aphorismes, citations, haïkus) sous diverses formes d’affichage et d’accrochage dans l’espace public, « de façon simple, légère et éphémère ». L’association propose aux enseignants, bibliothécaires ou médiateurs culturels des formations diverses et des idées d’actions.

 

Le site du Printemps des poètes

Le projet RéClame poétique

Le printemps 2014 dans le Café

 

Les disciplines

Favoriser la lecture et les échanges autour de la littérature auprès des collégiens et lycéens, c’est le défi Babelio relancé pour l’année 2014-2015. Sur le réseau littéraire Babelio, les classes intéressées sont invitées à construire une bibliothèque virtuelle, rédiger des critiques, partager des citations, créer des quiz ou des listes de lecture, échanger avec les autres classes participantes… De John Green à Siobhan Vivian, une liste de 40 titres est proposée. Une quarantaine d’établissements sont d’ores et déjà inscrits.

 

Le site du projet

Présentation en vidéo

La vidéo


 L'Edito

Dans un courrier daté du 19 septembre, le recteur de Versailles informe Farida Belghoul, une enseignante qui est à la tête du mouvement de la Journée du retrait de l'école (JRE), qu'il engage des poursuites disciplinaires contre elle. S'il semble incompatible de travailler pour l'Education nationale et en même temps à sa perte, l'initiative rectorale pose une question plus large : celle du devoir de réserve des fonctionnaires. Une victoire du rectorat pourrait bien alors devenir à la fois une victoire pour l'Ecole et une défaite pour beaucoup d'enseignants.

 

Dans son courrier, le recteur de Versailles justifie l'engagement  de la procédure par "le manquement au devoir de réserve et de loyauté incombant aux fonctionnaires par la tenue de propos déplacés tenus à l'encontre de la ministre, par l'incitation des parents à retirer leur enfant de l'école une journée par mois en méconnaissance de l'obligation d'assiduité des élèves". Il se base sur la loi Le Pors du 13 juillet 1983.

 

Qu'en est -il du devoir de réserve ?

 

Celle-ci garantit dans son article 6 la liberté d'opinion des fonctionnaires et  n'inclut justement pas le fameux devoir de réserve. La loi se borne à détailler la procédure disciplinaire. Le devoir de réserve est défini non par la loi mais par la jurisprudence.

(..)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces