L'Expresso du 19 septembre 2014

Le fait du jour

"J'ai fait le choix de la jeunesse". S'exprimant devant la presse le 18 septembre, le président de la République a consacré une partie de son discours préliminaire à l'éducation et à la confirmation d'un plan numérique. Que savons-nous de ce plan ? Comment pourra-t-il être généralisé à tous els collèges ? Le point sur ce que l'on sait.

(...)

Vous avez deux journées pour découvrir des lieux habituellement fermés, originaux voire insolites. Les journées du Patrimoine sont de retour samedi 20 et dimanche 21 septembre. Les plus beaux sites sont ouverts. Plus de 23 0000 animations  sont réparties dans 18 000 lieux publics et privés. Le jeune public est très attendu, de nombreuses activités lui sont particulièrement réservées. Suivez le guide pour des sorties insolites !

(..)

Le rêve de tout rationaliste est peut-être l'explication logique du monde et de son fonctionnement. Le rêve de tout informaticien est peut-être d'avoir un monde binaire stable, parfait et sans bug. Le rêve de tout enseignant est peut-être d'avoir une classe d'élèves homogène  et une année sans surprise. Or chacune de ces trois catégories se trouve constamment, ou au moins souvent, confrontée à des phénomènes qui n'entrent pas dans le cadre du rêve qu'ils font. L'arrivée du monde digital a peut-être permis à ces trois-là de se rejoindre dans le même rêve de penser qu'enfin les choses se stabiliseraient. Or les faits sont têtus: non le monde qui nous entoure n'est pas (encore ?) rationalisable, numérisable, ordonnable, scolarisable...

(...)
Le système

"Tout jeune sortant du système éducatif sans diplôme bénéficie d'une durée complémentaire de formation qualifiante qu'il peut utiliser dans des conditions fixées par décret. Cette durée complémentaire de formation qualifiante peut consister en un droit au retour en formation initiale sous statut scolaire". La loi d'orientation sur l'éducation a fixé pour la première fois cet objectif d'un droit opposable permettant aux jeunes sans diplôme de plus de 16 ans et moins de 25 ans de revenir en formation initiale s'ils le souhaitent. C'est sur ce principe qu'a travaillé le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) le 18 septembre, sur le décret annoncé par la loi.

(...)
Le système

Le CSE du 18 septembre a été informé du calendrier que N Vallaud-Belkacem a présenté à l'Assemblée le 17 septembre. La consultation sur le socle commun aura lieu dans les écoles et les collèges du 22 septembre au 12 octobre. A cette occasion, une demi journée sera banalisée pour que les enseignants puissent émettre un avis. Une circulaire publiée au BO du 18 septembre a aussi augmenté les temps de réunion syndicale. Tout enseignant pourra prendre une heure pour participer à une réunion d'information syndicale sur les élections professionnelles. Le droit de réunion syndicale est étendu à 3 demi journées par an au primaire. Le même BO présente sur 23 pages la réglementation et le calendrier sur les élections professionnelles de cet automne.

(..)
Le système

" Il est possible de faire réussir ensemble, au sein d’un même établissement, au sein d’une même classe, des élèves de niveaux scolaires différents. Il est d’ailleurs urgent pour la gauche de faire des propositions concrètes à ce niveau afin de répondre à l’influence grandissante du « déterminisme »". Maya Akkari, Jean-Pierre Obin et Caroline Veltcheff publient une nouvelle note sur l'éducation dans el cadre de Terra Nova, un thinktank proche du parti socialiste. Une note précédente était principalement tournée vers les réforme structurelles.

 

(..)
Le système

"Si la situation doit évoluer, il faut que l’institution propose des alternatives au redoublement". Dans une tribune, Valérie Sipahimalani, secrétaire générale adjointe du Snes, annonce que le syndicat pourrait se rallier à la suppression du redoublement proposée par le ministère au CSE cet été. Mais à condition que des alternatives soient mises en place. Ce qui implique que "les économies réalisées doivent être injectées dans la formation continue des enseignants et dans les dispositifs alternatifs". Le Snes invite les enseignants à participer à la conférence de consensus organisée par le CNESCO. Déjà une centaine d'établissements y participent.

(...)
Le système

Alors qu'une conférence nationale sur l'apprentissage se réunit au plus haut niveau le 19 septembre, l'Association des régions de France, acteur principal du plan de développement de l'apprentissage, fait connaitre ses propositions. Certaines concernent l'Ecole.

(...)
La classe

L'évaluation bienveillante, avec la suppression des notes, peut-elle changer le collège ? "Aujourd'hui, notre système d'évaluation souligne les lacunes et les échecs des élèves, ce qui peut être très décourageant pour certains" a déclaré Benoît Hamon (Le Parisien juin 2014). Depuis quelques années, plusieurs établissements expérimentent les classes sans notes. A cette rentrée, c'est le cas de mon collège, Montgolfier (Paris 3ème). Vous retrouverez régulièrement le récit de cette expérience dans Le Café pédagogique.

(..)

"Parmi les sortants de l’enseignement supérieur en 2010, seuls les ingénieurs, les docteurs et les diplômés de la santé et du social sont épargnés par la progression du chômage. Pour tous les autres, la situation après trois ans de vie active s’est aggravée entre 2007 et 2013. Les 369 000 jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2010, soit 3 % de plus qu’en 2004, sont pourtant plus diplômés que leurs prédécesseurs", note le Céreq qui publie un "Bref" sur l'accès à l'emploi des diplômés du supérieur. "La hausse du niveau de formation n'empêche pas celle du chômage" estime le Céreq. La rémunération de départ de ces diplômés est également en baisse (-30 €) par rapport à la génération 2004.

(...)
La recherche

Pour l'Afinef, qui regroupe les entreprises du secteur de la e education et de la e formation, il s'agit de soutenir le plan numérique du président de la République. L'Afinef organise le 8 octobre à Paris des "Assises de l'éducation et de la formation numériques" qui accorderont une large place aux institutionnels. La directrice du numérique, C Becchetti Bizot y parelera du plan e-educ.

 

Le programme

 

Les disciplines

Retrouvez tous les vendredis L'Hebdo Sciences Humaines - EPS

 

 « Onfray de la géographie » pour Libération, Christophe Guilluy « sans attache universitaire, ni prof, ni CNRS, [qui] n’a jamais passé sa thèse » mais a travaillé pour Pif Gadget et prêté sa plume au Monde, passé de chez Arlette Laguiller à la gauche désabusée, « se revendiquant de la gauche réac », « homme seul » qui « a rencontré Sarkozy » (toujours Libé en portrait 2012). Notre géographe de nulle part se lance dans la sociologie politique et la géographie des classes populaires avec "La France périphérique" (Flammarion). Les médias, plus moutonniers que jamais, se copient jusqu’à l’accroche : « Le livre qui fait peur à la gauche ». Soit ! Les géographes patentées Cécile Gintrac et Sarah Mekdjian (Espaces et sociétés, n° 156, 2014) ont fait un sort à ces divisions entre immigrés et « petits Blancs » qui appartiennent, selon elles, à une vision ethnicisée de la France.

(..)
Les disciplines

Retrouvez tous les vendredis L'Hebdo Sciences Humaines - EPS

 

Aussitôt la rentrée des enseignants et des élèves passée, c’est au tour de l’UNSS de lancer son année scolaire à travers la Journée Nationale du Sport Scolaire. Au programme : convivialité… et réflexions autour de ses enjeux.

 

(..)
Les disciplines

Retrouvez tous les vendredis L'Hebdo Sciences Humaines - EPS

 

Mappemonde consacre son numéro 113 à la géographie scolaire. Disons le, pour tout professeur d'histoire géographie, c'est un numéro à lire. La revue propose des analyses poussées des pratiques cartographique sou d'analyses d'images du primaire au lycée. Elle montre comment la dimension citoyenne de la géographie est prise en charge dans l'enseignement scolaire. C'est aussi à une réflexion sur les compétences et su rles didactiques de la géographie que nous invite ce numéro.

 

Mappemonde 113

Les disciplines

Retrouvez tous les vendredis L'Hebdo Sciences Humaines - EPS

 

Très critique sur les nouveaux programmes et les nouvelles épreuves de SES au bac, l'Apses, qui regroupe les professeurs de SES, évalue négativement la première session du nouveau bac.

(...)
Les disciplines

Voici une base de données qui peut être très utile en ces temps de Centenaire : Europeana 1914-1918 – histoires inédites et histoires officielles de la Première Guerre mondiale. « Europeana 1914-1918 rassemble des documents issus de 3 grands projets européens se rapportant à la Première Guerre mondiale. La base donne ainsi accès à un vaste corpus documentaire varié où des collections de bibliothèques nationales côtoient des documents personnels et intimes ainsi que d’importantes archives filmiques. Cela offre « une perspective unique sur la Première Guerre mondiale, la présentant depuis chaque côté des lignes de combat et sous des angles d’approches de tous horizons ».

 

Le site

La vidéo


 L'Edito

Le numéro spécial de rentrée de la Revue « Sciences humaines » (n° 263) propose un dossier sur le thème « Éduquer au XXIème ». Ce dernier se conclut par un article de Sylvain Marcelli présentant « Huit idées pour réinventer l’école » (1). L’auteur nous prévient qu’il s’agit là, d’ailleurs, plutôt d’ « innovations » que d’ « expérimentations » au sens strict, dans la mesure où c’est bien leur caractère inventif plutôt que l’évaluation de leurs effets positifs sur les progrès des élèves et la cohérence de l’école qui est mise en avant (2)…

 

Loin de moi, pourtant, de suspecter a priori les innovateurs. Je fais, tout au contraire, partie de ceux qui s’agacent particulièrement de voir ces innovateurs faire l’objet d’une sorte de quête inquisitoriale de « résultats » alors qu’à côté, les pratiques ordinaires se reproduisent à l’identique dans une bienveillante indifférence. Étrangement, l’innovateur est bien souvent sommé de faire la preuve qu’il est le meilleur et que sa réussite est incontestable, tandis que la répétition des modèles traditionnels échappe généralement à toute interrogation… Pour autant, les innovateurs ne peuvent se réfugier derrière la « nouveauté » de leurs propositions pour échapper à une réflexion pédagogique sur les enjeux de leurs activités. D’abord parce que – c’est une banalité qu’il ne faut pas hésiter à rappeler – la nouveauté n’est pas nécessairement un progrès ; ensuite, parce qu’elle doit être référée à des finalités identifiées et assumées pour ne pas basculer dans la jouissance du bricolage empirique ; enfin, parce qu’elle n’exonère personne, bien au contraire, d’une réflexion approfondie sur les conditions de sa mise en œuvre et de son bon usage. C’est pourquoi les pédagogues doivent regarder les innovations et les innovateurs avec un regard, tout à la fois, solidaire et critique : solidaire parce qu’il n’est jamais facile de ramer à contre-courant, critique parce que rien ne dessert plus ceux que l’on estime que la complaisance à leur égard… C’est ce double regard que je vais tenter d’avoir ici, à titre de modeste exemple, sur les deux premières innovations évoquées dans l’article de Sylvain Marcelli : « transformer l’espace de la classe » et « remplacer le cours magistral par la classe inversée ». (3)

(...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces