L'Expresso du 26 novembre 2021

Le fait du jour

Modifié à 11h10- Adieu les maths et les lettres. Une série d'arrêtés publiés au JO du 26 novembre fait connaitre le nombre de postes mis aux concours d'enseignants 2022. Cette année encore on constate deux évolutions. Le nombre de poste d'agrégés externes est stable. Par contre le nombre de postes mis aux concours de certifiés est à nouveau en chute. Cela touche surtout les disciplines indiquées.

 

(...)

Blanquer : L'heure du bilan

Le réquisitoire du Sénat sur la dégradation du métier enseignant

"En euros constants, les enseignants français ont perdu entre 15 et 25 % de rémunération au cours des 20 dernières années". Des salaires en chute de près de 20% en 20 ans, devenus nettement plus faibles que les salaires du privé. Un temps d'enseignement nettement supérieur à celui des pays voisins pour des salaires nettement plus bas. Des conditions de travail parmi les plus dégradées de tous les pays de l'OCDE. Tout cela est connu. Mais ce réquisitoire sans appel ne vient pas d'un syndicat enseignant. Il est tiré du rapport du Sénat sur le budget de l'Education nationale. Budget malgré tout adopté sans modification par la commission des...
 (...)

Le fait du jour

Pédagogie

Harcèlement : Le sociologue et le politique

"Le climat scolaire, c'est d'abord une affaire d'adultes". Au moment même où la commission de l'éducation de l'Assemblée nationale examinait la proposition de loi sur le harcèlement scolaire, Benjamin Moignard (Université de Cergy) en démontrait, sans le savoir, le peu d'intérêt. D'un coté , le député (Modem) Balanant crée un nouveau délit inscrit au Code pénal pour résoudre la question. De l'autre, Benjamin Moignard démontre que le harcèlement à...

(...)
 
  

Le fait du jour

Les classes du premier degré ne seront plus fermées dès le 1er cas de covid, a annoncé JM Blanquer le 25 novembre. L'Education nationale "ajuste" le protocole dans le premier degré en demandant aux parents de faire tester leur enfant avant son retour en classe dès le premier cas de covid. Ce nouveau dispositif vise à diminuer le nombre de classes fermées alors que l'épidémie explose. Il y a pourtant  bien des questions en suspens. La classe sera t-elle finalement fermée avant le retour des élèves avec leur résultat de test ? Est-il possible de ne rien changer dans le second degré ? Et deux questions redoutables restent en suspens. Qui vérifiera les attestations de test négatif alors que le conseil constitutionnel a cassé un amendement autorisant les écoles à avoir accès au statut virologique des élèves ? Que va t'il se passer dans les départements qui ont déjà des taux d'incidence très élevés dans le 1er et le 2d degré ? Car partout on reste officiellement au niveau 2.

 

(...)

Le fait du jour

"Incompréhensible". "Déraison". "Déni". "Pas à la hauteur". Les syndicats enseignants expriment à la foi leur surprise devant les mesures annoncées par JM Blanquer le 25 novembre et leur opposition. Une nouvelle fois le ministre semble faire peu de cas du risque du covid pour les personnels et les élèves et privilégier les parents et le maintien de l'activité économique. Florilège.

 

(...)

La classe

La bande des 6 a frappé. Eveline Charmeux, Alain Miossec, David Sire, Jean-Louis Briand, Laurent Carle et Simon, un IEN retraité mais anonyme, publient un ouvrage qui propose un autre modèle d'école. Une école pas seulement républicaine mais démocratique.  Le livre explique pourquoi et comment c'est possible et comment cette évolution de l'école est un préalable à la construction d'une société solidaire. Mais avant cela, les 6 se livrent à un démontage en règle des réformes de JM Blanquer dans le premier degré. Entretien avec Eveline Charmeux.

 

(...)

La classe

La persévérance est une qualité bien nécessaire aux élèves. Surtout depuis 18 mois, avec le covid qui vient déranger la marche rythmée de l'école. Surtout quand vous êtes élève en lycée professionnel et qu'il y a bien des raisons de décrocher des études. La persévérance c'est ce que Emilie Dumanoir, professeure au lycée professionnel Louis Modeste Leroy à Evreux, a fait découvrir à ses élèves de bac pro ASSP, avec le soutien de Nadège Bourigau, professeure documentaliste. Accompagnée de ces deux professeures , les élève ont mené à bien un projet sur le génocide des Tutsi au Rwanda contre vents et covid...

 

(...)

La classe

Alors que les médias se sont emparés du terme "meta" et qu'une des entreprises mondiales se renomme en Meta et lance le nom de "metaverse", il est nécessaire de repréciser la question du lien entre le réel et le virtuel. Chacun de nous prolonge désormais sa vie physique par une vie dite numérique. Mes amis, ma famille, mes informations, mes jeux, etc. chaque jour, en ligne j'utilise des services qui continuent ma vie en présence, ma vie physique. Les enfants, dès leur plus jeune âge, vivent cette expérience et en font l'ordinaire de leur quotidien. Parfois partagés entre le réel de l'école, de la famille et les moyens numériques auxquels ils accèdent ils tentent ainsi de construire leur représentation du monde. Désormais nous vivons dans une continuité entre présence, distance et virtuel. Pokémon, Fortnite et autres Second Life sont des témoins récents de cela. Eduquer aujourd'hui nécessite donc d'intégrer ces trois dimensions, auxquelles il faut ajouter le monde des "fausses nouvelles" (deep fake, fake news, etc.) qui vient percuter les trois autres et le brouiller

 

(...)

L'élève

Tout n’a pas été dit sur Picasso, l’artiste mythique du 20ème siècle. Le Musée de l’histoire de l’immigration montre un pan méconnu de sa vie: son statut d’étranger et ses démêlées avec l’État français. L’exposition s’appuie sur des archives, notes, et fiches administratives pour porter un autre regard sur la trajectoire et la vie du peintre, sur la création et la réception de son œuvre. Elle met en lumière les liens entre l’histoire politique et l’œuvre de l’artiste. L’exposition « Picasso l’étranger » est accessible à partir du cycle 3, en visite autonome et en visite guidée.

 

(..)

Le système

"La place de la lecture chez les élèves en dehors du temps scolaire constitue un sujet de réflexion tout aussi important. Les professeurs communiquent avec les familles sur le travail conduit en lecture, sur les actions menées en lien avec les acteurs de la chaîne du livre, mais aussi sur la lecture comme loisir, à la maison. Ils encouragent la lecture personnelle des élèves, en particulier le week-end et durant les vacances". Il y a de belles âmes rue de Grenelle qui rêvent à leur lointaine jeunesse privilégiée et écrivent de belles notes de service. S'agissant de "la lecture grande cause nationale", la note égrène les quelques dispositifs (petits champions de la lecture, si on lisait à voix haute, prix Goncourt des lycéens) sponsorisés et oriente les enseignants vers des pratiques (cercle de lecture, carnet de lecture, rencontres d'auteurs). On aurait pu attendre de vrais moyens pour faire entrer la lecture dans tous les foyers.

 

Au BO

Le bilan du programme national

 

Le système

"En 2017, les néobacheliers se répartissent inégalement dans les formations d’enseignement supérieur en fonction de leur niveau scolaire, de leur origine sociale et de leur genre... La moitié environ de la ségrégation scolaire et de la ségrégation sociale provient de la répartition des étudiants entre les grandes catégories de formations (licence, classes préparatoires, BTS, IUT, etc.), tandis que la ségrégation femmeshommes s’effectue davantage entre filières d’études au sein de chacune de ces catégories", écrit l'Insee dans la nouvelle livraison de France Portrait social. "Une grande partie de la ségrégation à l’entrée dans l’enseignement supérieur est déjà présente dans les vœux exprimés par les candidats, alors que les classements des candidats opérés par les formations n’y contribuent que faiblement. La mise en place de Parcoursup en 2018 a eu un fort impact sur les pratiques de classement des formations non sélectives (licences universitaires) : la part des mentions bien ou très bien est ainsi passée de 29 % à 59 % parmi les candidats les mieux classés. Cependant, les niveaux de ségrégation mesurés selon les trois dimensions étudiées sont globalement stables. Ce n’est que dans une minorité de licences en tension que les nouvelles règles de classement des candidats ont eu un impact, cellesci ne disposant pas d’une capacité d’accueil suffisante pour admettre tous ceux souhaitant s’y inscrire.

 

L'étude

 

 

Le système

Réuni en congrès à Poitiers, l'Unsa Education a admis deux nouveaux syndicats : le SEA et le Snptes. Le Syndicat de l'enseignement agricole revendique la seconde place chez les personnels de l'enseignement agricole public. Le Syndicat national des personnels titulaires et contractuels de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur, de la recherche et de la culture (SNPTES) représentait à l'origine des personnels techniques de l'enseignement supérieur. Il s'est peu à peu élargi à d'autres catégories de personnels. En 2018 il s'était affilé à la fédération autonome. En 2021 il rejoint les 23 syndicats de l'Unsa.

 

 

Le système

Matraqué en boucle sur les médias du groupe Bolloré, Eric Zemmour semble dominer le débat politique et imposer ses idées. C'est en partie vrai. Mais globalement faux, selon un sondage Ifop réalisé pour la Licra et publié ce matin. "Cette enquête met en exergue l’impasse électorale d’un « zemmourisme » qui capte d’un côté la demande d’ordre et d’autorité, mais se marginalise de l’autre par des positions ultra-clivantes et un conservatisme moral en total décalage avec un électorat de plus en plus progressiste sur les questions de société", écrit l'IFOP. Il y a pourtant des domaines où les thèmes zemmouriens obtiennet l'adhésion. Ainsi l'idée que "les français sont étrangers dans leur pays" est validée par 56% des français. L'idée que "l'islam met en péril l'identité de la France est partagée par 68% des français. La moitié des français croit dans la théorie du grand remplacement. Mais le sondage montre aussi que l'éventuel candidat Zemmour n'est pas suivi. Les Français sont très majoritairement pour les lois mémorielles (Gayssot à 85% Taubira à 77%). Ils ne sont "que" 17% à penser que les femmes sont là pour faire des enfants. Les opinions sur l'idée d'un ordre à renforcer n'obtiennent pas plus d'adhésions qu'ily a 10ans (par exemple les tribunaux ne sont pas assez sévère ou il faut rétablir la peine de mort). Le sondage se veut rassurant. Il montre que le clivage gauche droite est toujours là les idées de Zeemmour ayant profondément gagné la droite. Mais on voit surtout que des thèmes ouvertement racistes sont devenus majoritaires et une incroyable droitisation des esprits. Et E Zemmour bénéficie du soutien sans faille d'un très puissant groupe médiatique qui est en position d 'imposer son homme à l'Elysée.

 

 

Soyez le premier informé de votre établissement et recevez chaque matin le flash d'information du Café pédagogique, L'Expresso, dans votre boite à lettres gratuitement. Pour cela il suffit d'un clic. Vous pouvez aussi bénéficier des éditions disciplinaires ou pédagogiques du Café mensuel.

 

Pour s'abonner

 

 

Les disciplines

En élucidant un meurtre qui a eu lieu dans l’usine-internat de La Sauvagère dans la périphérie lyonnaise, les élèves vont pouvoir découvrir les aspects de « l’âge industriel. » Chaque suspect du crime permet à l’élève d’acquérir des connaissances concrètes sur un des aspects du programme concernant ce chapitre. Une évaluation des connaissances, au travers d’un jeu intégré, est faite à l’issue de la découverte de chaque suspect. Ainsi les élèves vont découvrir, le monde du patronat, le monde ouvrier, le fonctionnement d’une usine, l’immigration européenne, la modernisation des campagnes, la vie des ouvriers, les idéologies socialistes et communistes et la place de l’Eglise au travers du catholicisme social. Ce jeu, réalisé par Anne-Constance Gousseau, vient de Nouvelle Calédonie.

 

L ejeu

 

Les disciplines

Proposé par des géographes du CNRS, ce projet invite les enseignants et les élèves à produire des photographies de paysages et à les caractériser. "Le  concept  « HABITER »  fédère  l’ensemble  des  thèmes  abordés  dans  les  apprentissages géographiques. La manière dont nous percevons les lieux dans lesquels nous vivons à travers nos activités : se loger, se déplacer, se nourrir, se distraire, se cultiver, se soigner, apprendre, travailler, consommer, aménager, ... nous permet d’habiter pleinement notre territoire.  Les  photographies  de  paysage  constituent  des  représentations  de  nos  lieux  de  vie,  et  révèlent différentes  manières  d’habiter  nos  territoires.  La  rencontre  avec  les  paysages  que  j’habite,  en prenant des images numériques et / ou en découvrant les productions photographiques d'autres personnes, favorise pour chacun, chacune d’entre-nous l’appropriation des lieux de vie partagés. Elles permettent aussi de modifier nos regards, de rencontrer l’altérité." Un projet qui concerne la Franche Comté. Mais qui mérite d'être connu partout...

 

L eprojet

 

 

Les disciplines

Genre et économie. L'heure des comptes ? Le prochain Café Sciences Sociales organisé par l’APSES et ses régionales d’île-de-France se déroulera le 15 décembre 2021 de 18h30 à 20h00 au Café de la mairie (Paris 3e). Il accueillera Sibylle Gollac, sociologue, chargée de recherche au CNRS, autrice de "Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités", La Découverte, ainsi que Hélène Périvier, économiste à l’OFCE-Sciences Po, autrice de "L’économie féministe", Presses de Sciences Po.

 

Sur le site Apses

 

 

La vidéo


 L'Edito

"2021-2022 est une année où il faut savoir traverser le tunnel", écrivions nous à l'occasion de la rentrée. Drôle de tunnel. Les trains de réformes s'y succèdent et à chaque passage arrachent quelques mémorables pans de murailles laissant tomber les pierres. De puissants ouvriers ont entrepris d'en boucher les extrémités et d'éteindre la lumière. A ce rythme là le tunnel risque de se transformer  en voie sans issue.

 

Parfois on se trompe. On suit l'air du temps. Et on a tort. Au moment de la rentrée, il nous a semblé que l'image du tunnel reflétait l'état d'esprit des enseignants. Il s'agissait d'attendre, à l'aide des petites joies qu'apporte encore le travail, mai 2022 pour tourner la page. D'ici là l'Ecole semblait à l'abri du combat politicien. Macron semblait peu intéressé par la question scolaire. Quant à M. Le Pen...

 

On s'est bien trompé. Dès le 2 septembre (le lendemain de la publication du "tunnel" !), Emmanuel Macron annonçait un projet ultra libéral pour l'Ecole. Rien de moins que doter les écoles de super managers ayant le pouvoir de choisir les enseignants et de leur imposer un...
 (...)

 La semaine

 Vos ressources


Le système éducatif
La classe

Partenaires

Nos annonces