Adresse Email :
Mot de Passe :
Mot de passe oublié? Pas encore inscrit?
 
Cyber-Langues 2015 > Messages > Conférence - L'app-smashing : une approche incontournable pour réussir son déploiement de tablettes

 Messages

Conférence - L'app-smashing : une approche incontournable pour réussir son déploiement de tablettes
Jürgen Wagner est chargé de mission pour le elearning et la didactique des médias au Landesinstitut für Pädagogik und Medien / Saarbrücken, la mission TICE de la Sarre.
Jürgen nous présente dans sa conférence le concept de l’appsmashing. Le "app-smashing" est une tendance pédagogique récente d’origine nord-américaine qui se répand de plus en plus dans la didactique des médias et influe sur les conditions de déploiement des flottes de tablettes de plus en plus nombreuses. Cette approche vise à privilégier le iPad, particulièrement répandu aux Etats-Unis, comme outil de création plutôt que comme outil de consommation.
Les "fondateurs" de cette "école" favorisent l’utilisation d’une poignée d’applications "génériques" qui peuvent servir pendant toute l’année scolaire dans l’enseignement de n’importe quelle matière et refusent la devise du "There’s an app for that ! " qui mène à une chasse aux papillons infructueuse dans le demi-millions d’apps disponibles dans le iTunes store et qui rend les appareils ingérables ; L’équipe de EdTechTeachers est pionnière et a lancé le ‘Appsmashing’ à travers son ‘thinktank’.
Joe Dale, en Angleterre, est également un expert en la matière, de la même façon que Mélanie Auriel et Laurent Carlier en France, Jürgen Wagner en Allemagne.
Partant d’une analyse des erreurs commises lors de bon nombre de déploiements, les EdTechTeachers ont tiré les bonnes conclusions et prouvé que leur approche est bien plus qu’une simple "tendance". Leurs "fêtes d’apprentissage" (payantes)! font fureur dans toutes les grandes métropoles de Etats-Unis.
Parmi les erreurs : il n’y a pas une « app » par matière ou par fonctionnalité, mais il faut surtout se contenter de peu d’applications pour ne pas être contre-productif. Lors de leurs formations ils apprennent aux stagiaires à se servir surtout de la caméra de l'iPad ("photo roll"), d’une app pour écrire, d’une app pour annoter des photos, d’une autre pour créer des enregistrements audio ou vidéo, d’une autre pour la simulation d’un TBI. L’essentiel est que l’élève puisse produire du contenu avec un outil, que ce soit l’iPad ou un crayon, une feuille, etc… Une poignée d’apps suffit alors largement pour permettre aux élèves de "visualiser" leur apprentissage en créant des "produits" basés sur la découverte d’un "workflow" qui enchaîne plusieurs applications dont les unes comblent d’éventuels déficits des autres.
Le grand public utilise l’iPad en tant que consommateurs, alors qu’il s’agit pour les élèves de devenir des producteurs.
Le principe du appsmashing est simple : on crée au moins deux contenus différents sur sa tablette, que l’on assemble ensuite (prendre une photo, puis l’annoter avec l’app’Skitch’) , pour ensuite, par exemple la charger dans ‘Tellagami’ , puis la publier sur YouTube (et/ou l’intégrer à son blog/sa plateforme). C’est quand l’élève devient créateur lui-même, que l’on atteint le niveau le plus élevé de l’échelle SAMR (Taxonomie d’apprentissage).
Pour plus de renseignements, l’on pourra se tourner avec intérêt vers les publications de Jürgen et les Globinaires en ligne du LPM de la Sarre (ou leurs enregistrements).
Les numéros 1/4 2015 et 2/4 2015 de la revue allemande L.A. Multimedia contient l’article de Jürgen "Kreative Nutzung ist gefragt - Optimierung des iPad-Potentials durch Appsmashing".
Vous trouverez également une collection de liens réalisée par Jürgen sous http://appsmashing.de et l’actualité des langues dans l’Infolettre : http://v.gd/lpmnlfs.
Site web personnel : http://globinars.blogspot.de/

Commentaires

Aucun commentaire sur ce message.