Adresse Email :
Mot de Passe :
Mot de passe oublié? Pas encore inscrit?
 
LUDOVIA 2011 > Messages > L'ent premier degré : cet objet magique en construction
L'ent premier degré : cet objet magique en construction

Le thème de l’ent au premier degré a le mérite d’entrainer des questions de fond : gouvernance, formation, implication des différents acteurs de l’éducation dans et hors l’école. La première table ronde de Ludovia associant des représentants du Ministère de l’Education Nationale, des collectivités territoriales et des enseignants s’est fait l’écho de ce profond questionnement, peu dans les interventions mais surtout dans les tweets rédigés dans l’assistance et ailleurs.

Les ent se déploient dans le secondaire mais peu dans le primaire. Echelon manquant dans le continuum souhaité par les institutionnels, l’outillage du primaire devient une priorité. La faiblesse de ce déploiement tient en grande partie à deux éléments : le morcellement territorial et l’absence de correspondant Tice au sein des écoles.

Jean-Loup Burtin de la DGESCO rappelle que le contexte est favorable. Le plan de développement des usages du numérique fait une place importante au premier degré. Un groupe national de travail a été mis en place pour observer les expérimentations se déroulant dans plusieurs académies. L’expérimentation inclut un volet territorial. Le choix du juste périmètre est déterminant pour la réussite du déploiement avec un lien direct avec la collectivité territoriale correspondant. Secteur de collège, intercommunalité, département : quel territoire choisir pour favoriser à la fois une mutualisation, un accompagnement et une passerelle avec le collège. La continuité avec le second degré apparait aussi comme une nécessité. L’ent du primaire doit il être différent ou calquer les fonctionnalités du secondaire ? Le public interrogé par voie de boîtier électronique répond non à 60%.

Plusieurs solutions techniques ont été retenues pour l’experimentation. Parmi elles, Itop et Icognito. Leurs représentants témoignent lors de la table ronde sur les premiers enseignements à exploiter. La gestion des usagers constitue un frein pour la mise en place de l’ent. Sans personnel dédié entièrement aux Tice dans l’école, la saisie peut sembler fastidieuse. Pour le représentant d’Itop, l’échelon territorial le plus adapté est celui de l’intercommunalité, du syndicat mixte. Les projets isolés sont souvent portés par un projet pédagogique fort mais posent le problème du suivi et de la maintenance. Pour qu’il fonctionne, l’ent doit s’inscrire dans une stratégie plus vaste incluant formation et accompagnement des équipes.

Christophe Portenart pour d’Orléans et Anne-Marie Gros pour Toulouse ont présenté les expérimentations menées dans leurs académies. A Toulouse, la mise en œuvre débutera à la rentrée dans 48 écoles intégrant 5491 élèves. Les écoles sont souvent déjà intégrées dans le plan écoles numériques rurales. Les collectivités locales ont été associées à la réflexion préalable. Des présentations d’ent leur ont été proposées pour concrétiser un concept auquel elles ne sont pas toujours familiarisées. Trois solutions différentes ont été choisies assorties d’un système d’authentification et de filtrage pour protéger l’accès des élèves mineurs.

Pour Christophe Portenart, il est difficile de se détacher du second degré car les ent sont en passe d’être généralisés dans les collèges et les lycées. Dans le premier degré, l’utilisation de l’ent est encore plutôt artisanale, peu accompagnée. Les profils des personnels d’encadrement sont variables, le type de gouvernance aussi. Le rôle des collectivités territoriales,  les statuts de l’école et de la formation, la formation sont quelques uns des points critiques relevés.

 

L’ent dans le primaire concerne aussi la maternelle. Teddy Garcia utilise l’ent avec ses élèves pour partager des documents, mettre en ligne les activités réalisées et ainsi informer les parents, correspondre avec une classe espagnole. Dans cette utilisation, l’ent est un outil d’ouverture à la fois vers les parents et pour les enfants. Le son et l’image sont utilisés pour présenter les travaux avec l’enregistrement de chansons par exemple. Les parents peuvent suivre ce que leurs enfants font, à condition d’avoir un ordinateur connecté à la maison. La visio conférence sert de support aux échanges avec la classe espagnole. Autre usage : l’ent permet de partager avec un IME pour un enfant en inclusion scolaire.

 

L’ent favorise une ouverture de l’école sur son environnement. En Midi-Pyrénées ; les animateurs de cyberbases accompagnent les enseignants pour la mise en place de projets incluant les Tice notamment les Ent. L’enseignant peut venir à la cyberbase avec ses élèves et l’animateur peut intervenir dans la classe. Laurence Barthe, de l’Ardes, agence chargée d’impulser les suages du numérique en Midi-Pyrénées, ouvre dans son intervention les portes de l’ent. Elle constate que les tic sont déjà très présentes dans les écoles de sa région. Plus de la moitié des cyberbases travaillent en partenariat avec elles sur des projets ponctuels ou sur la durée et sur des thèmes liés par exemple à l’environnement ou à la citoyenneté. Pour elle, la communauté éducative, incluant les parents est prête mais ressent un besoin d’accompagnement et de maturation.

 

Mme Luciani-Boyer, élue de Saint Maur des Fossés et représentante de l’Association des Maires de France exprime les besoins des collectivités territoriales qui vont au-delà des murs de l’école. Inclure les parents dans la réflexion revêt une importance particulière en favorisant leur implication citoyenne. Un parent impliqué dans l’école est souvent par la suite un parent actif dans la vie de sa ville. La question économique est aussi soulevée : l’équipement est à la charge de la commune. Faire de l’ent un espace numérique de partage et d’information qui partirait de l’école pour essaimer vers le périscolaire et au-delà offrirait à cet investissement un retour plus large. L’élue appelle aussi à la mutualisation des pratiques, des outils, des expérimentations. Autant d’ent que de communes ? Le résultat de l’équation parait absurde au regard des énergies et des financements qu’il induit. Au-delà du raisonnement économique, c’est une véritable co-construction qui est souhaitée, co-construction associant tous les acteurs de l’école et même de l’éducation.

 

Les usages et les attendus de l’ent dépassent l’ent, d’autres outils pourraient les porter, plus ouverts, plus faciles à utiliser, réseaux sociaux, portails et autres outils de communication et de mutualisation. L’ent est devenu un objet magique recueillant des besoins de niveaux différents : changer la pédagogie, développer l’usage des Tice, partager, dialoguer, ouvrir l’école. La table ronde montre un chose : on passe par l'outil pour mettre en place l'école du XXI e siècle, un outil sous forme de panacée universelle, à défaut de réformer les structures.

Commentaires

Aucun commentaire sur ce message.