Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

Une autre manière de travailler 

 

Propos recueillis par Julie Anne



Rappelez-vous : le Café a déjà été, à sa rencontre en janvier 2008 (mensuel n°89). Déjà à l'époque, elle nous avait parlé de ce projet expérimental d'un collège-lycée Freinet, à la Ciotat... Depuis, le projet a tellement bien mûri qu'avec l'appui du recteur d'Aix-Marseille, M. de Gaudemar, le CLEF (Collège-Lycée Expérimental Freinet) a vu le jour. En septembre 2008, Cathy est donc devenue professeur de Sciences de l’Information dans les classes du CLEF de la 6° à la terminale.



La principale particularité d'un dispositif Freinet est que plusieurs moments d’apprentissage se complètent et s’articulent entre eux et permettent de redonner du sens aux apprentissages définis par les programmes :

- les cours disciplinaires en classe entière (placés de préférence le matin)

- le travail individualisé ( 5 heures hebdomadaires placées l’après midi)

- les ateliers souvent transdisciplinaires (3 heures hebdomadaires le lundi après midi pour toutes les classes)

- les moments de vie scolaire (entretien 10mn 2fois par semaine ; conseil de coopérative 1 heure par semaine )

- Tous ces moments sont intimement liés puisqu’ils sont autant d’articulations autour des programmes dans chaque discipline.

 

Le Café a donc été demander à Cathy comment cela se passait au collège Jean Jaurès et au lycée Lumière à la Ciotat, et plus particulièrement la place de la Doc (au sens humain et matériel!).



Qu'est-ce qu'un établissement Freinet dans le secondaire ?

Ce sont 4 classes de collège (6° à la 3°) à pédagogie Freinet incluses dans un collège « traditionnel » (Jean Jaurès) et 3 classes de lycée (Seconde à la Terminale avec les 3 filières) à pédagogie Freinet incluses dans un lycée « traditionnel » (Lycée Auguste et Louis Lumière).

Les élèves ont des emplois du temps sans trou, plus chargés que les autres (en moyenne 2 heures de plus/semaine), avec des moments propres à la pédagogie Freinet : conseil de coopération , travail individualisé (TI) et ateliers. Ils respectent le règlement intérieur de chaque établissement. Ils participent à la vie de l’établissement : forte implication des élèves dans les options (audiovisuel, théâtre, sports..) et rouages (CVL, CA…) du lycée. Idem au collège (chorale, foyer socio…). Chaque classe Freinet a une salle attribuée. Les élèves sont 28 par classe en collège, et 34 en lycée.

Des présentations de travaux réussis d’élèves ont régulièrement lieu, entre pairs, trois lundi après-midi, puis aux parents et curieux deux fois par an (un samedi au collège et un samedi au lycée).

Nos élèves participent aux devoirs communs et examens blancs comme les autres ; ils passent les mêmes examens que les autres.

 

Le profil des élèves qui choisissent de s'inscrire en Freinet ?

Pour les premières promos, le CLEF attirait les enfants en souffrance scolaire (décrocheurs, dys, phobie scolaire, précoces…). Mais, avec le temps, cette tendance s’amenuise, donc on attire TOUS les enfants et surtout les parents de condition TRES modeste (dont beaucoup de familles monoparentales) qui veulent donner à leur enfant le moyen de s’en sortir PAR l’école.

 

Comment cela s'organise-t-il au sein du collège Jean Jaurès ?

Le plus naturellement possible au bout de 4 ans : la circulation des collégiens Freinet les après midis entre les salles de TI et le CDI ne pose plus problème !

 

Un petit bilan du dispositif après ces quelques années de fonctionnement ?

Le taux de présence des élèves est impressionnant. Leur implication dans la vie des établissements est forte. La prise de parole des élèves est elle aussi « impressionnante » ... entre guillemets, car c’est ce qui impressionne le plus les IPR et les IG qui rencontrent nos élèves : ils sont toujours épatés par la qualité des échanges qu'ils ont avec les enfants qui ont appris à s’exprimer face aux adultes même pour les plus timides… Je pense qu’ils sont dans un climat de CONFIANCE et de bienveillance en classe entre eux/nous face aux adultes. L'esprit critique des élèves est particulièrement développé : ce qui peut poser problème face à des consignes sans « sens » ! Par exemple, la classe de 3°, qui n’a pas cours de LV2 parce que la collègue est malade, a donc heure de permanence. Le surveillant leur demande de faire un travail : « raconter en espagnol vos vacances et que ce sera noté ». Un élève a démontré sur sa copie que ce travail n’avait pas de sens pour lui et avait juste permis au surveillant de les occuper et il voulait connaître les critères de notation. Autre exemple : un remplaçant de SVT qui commence son cours et est interrompu par un petit 6° qui veut savoir « quel est l’objectif du cours ? »

Résultats des premières promos, au bac de juin 2011, pour une promo homogène (enfants en difficultés pour la plupart : phobie scolaire, dys…) de 28 élèves , 24 ont été reçus (taux de réussite de 85,71% dont 90% pour la filière ES) avec des mentions et surtout avec l’obtention du choix d’orientation postbac. Au DNB de juin 2011, pour une promo homogène (idem qu’au lycée), 81,82% de réussite. Alors qu'on compte 71% de réussite au DNB pour l'ensemble du collège.

 

Comment en es-tu venue à devenir une profdoc en Freinet ?

Le projet CLEF m’est parvenu via deux amies, via deux canaux différents: Clémentine, chef d’établissement et Emmanuelle, bibliothécaire, me l’ont donné dans la même semaine en me disant «  je te verrai bien dans ce projet ! »…alors qu’elles ne se connaissent pas. J’étais en poste au CDI du collège Joliot Curie à Aubagne depuis 6 ans… et j’ai pris contact avec les 2 cofondateurs du CLEF (Marion Pontgelard et Jean Noel Manouba), puis j’ai participé aux réunions et formations… puis le projet a vu le jour en septembre 2008 grâce à l’appui de Monsieur de Gaudemar, recteur d’Aix Marseille. En pédagogie Freinet, la recherche documentaire est incontournable… par conséquent, ma place dans l’équipe coulait de source !

 

Comment est ton « nouveau » métier ? Ses spécificités par rapport à une profdoc classique ?

J’enseigne les sciences de l’information de la 6° à la 3° et je fais des ateliers (encadrement des projets d’élèves et expertise). Au lycée je fais des ateliers (la demande est souvent du domaine méthodologique et d’orientation) de la seconde à la terminale ; j’encadre les TPE de la Première. Je coordonne les projets culturels du CLEF, la liaison collège-lycée, équipe-parents… Je suis aussi responsable de la politique documentaire du CLEF. Et enfin je participe à l’évaluation des élèves : case « Sciences de l’Information » dans les bulletins.

 

Des outils/méthodes particuliers que tu utilises ?

Je pratique la pédagogie Freinet : coopération, tâtonnement expérimental, méthode naturelle. On est attaché à l’expression et à la communication (épanouissement), à la vie coopérative (dynamiques sociales) , au tâtonnement expérimental (construction des savoirs), au travail individualisé (rythme de travail et autonomie) et à une évaluation formatrice (responsabilité, projets personnels). Comme les outils n’existent pas en Pédagogie Freinet pour le secondaire, toute l’équipe a dû les créer : fiches pour le TI, nouveau bulletin… on est des accros de Google docs partagés !

L’équipe est suivie en Pédagogie Freinet par Nicolas GO (professeur universitaire Sciences de l’éducation et philosophie de Rennes), Marcel Thorel (formateur en pédagogie Freinet, expérience de Mons en Bareuil) et Xavier Nicquevert et Liliane Corre (formateurs en pédagogie Freinet dans la région) et par le GD13 de l’Icem. Au niveau de l’académie, un groupe d’IPR vient régulièrement. Au niveau international, l'équipe est suivie par le mouvement Freinet (Belgique et Suisse) et au Japon, par l’équipe du professeur Horiouchi de l’université de Tokyo .

 

Une journée-type ?

Je prends celle du mardi en semaine A

8h-10h cours de sciences de l’Info avec les 5°

10h-11  j’assiste au conseil de coopé des 4° avec leur PP

11h-12h je traite les dossiers en cours : en ce moment toutes les demandes d’inscriptions en 6° et seconde Freinet et j’organise pour chaque enfant 1 journée de stage avec 1 élève tuteur

entre midi-deux, 1 fois sur 2 : réunion avec l’équipe CLEF du collège

13h30-14h30 : cours de Sciences de l’info avec les 6°

14h30-15h30 : rencontre hebdomadaire avec la principale adjointe pour le lien équipe CLEF/ administration collège

15h30-16h30 : j’encadre en Travail Individualisé les élèves dys en difficulté

17h-18H : conseil hebdomadaires des profs du CLEF (collège Lycée) avec retours par chaque PP des conseils de coopé de chaque classe, problèmes d’organisation et gestions, échanges de pratiques, répartition des tâches…

 

Tes relations avec les collègues ? Avec les élèves ?

Avec mes collègues du CLEF aucun problème. Avec ceux du « traditionnel », il faut expliquer ce que fait une prof doc sans CDI et qui donne des cours…ensuite on mutualise en méthodologie ou on échange des projets… Pour les élèves, je suis une prof de sciences de l’info mais aussi la personne « gardienne du CLEF ». Quand j’étais au CDI, je faisais des cours mais je n’étais pas perçue autant que ça comme prof…

 

L'avenir du dispositif ? Et de ton poste ?

Chaque année, le groupe de pilotage du Rectorat décide si l’expérimentation continue ou pas, donc l’équipe comme les enfants ont appris à vivre avec : on attend… idem pour mon poste (je suis juste détachée de mon poste au collège Joliot-Curie)

 

Comment un prof doc « normal » peut s'inspirer de ta pratique ?

Un prof doc traditionnel peut s’appuyer sur mes pratiques professionnelles mises au point au CLEF… qui me servent face à des élèves de secondes traditionnelles que j’ai en Accompagnement Personnalisé chaque lundi au lycée lumière… et qui pourraient aider les collègues de discipline en charge des EDE et AP dans les lycées !

 

Un mot/message à faire passer pour finir ?

« … la maman ne gronde jamais son enfant parce qu’il a mal prononcé un mot ou parce qu’il est tombé lors de ses premiers pas. Elle sait, intuitivement, que l’enfant, par nature, fait tout son possible pour réussir car l’échec le déséquilibre ; s’il a fait une faute c’est qu’il n’a pas pu faire autrement ; notre rôle d’éducateur est semblable : non corriger mais aider à réussir et à dépasser les erreurs ».

 

Merci à Cathy, « gardienne du CLEF », d'avoir répondu aux questions du Café !



La précédente interview de Cathy Rigal (mensuel n°89)

http://www.cafepedagogique.net[...]/2008/89_CDI_InterviewCathyRigal.aspx

Pour plus d'infos sur le dispositif et la méthode Freinet : le site de l'ICEM

http://www.icem-pedagogie-freinet.org/



Sur le site du Café
Par Julieanne , le samedi 21 janvier 2012.

Partenaires

Nos annonces