Semaine scolaire : tous perdants ? 

Reuter ICEM108 heures.

C’est le volume annuel dégagé par la suppression du samedi matin. A quoi servira-t-il ? La réponse devrait être trouvée dans les deux mois à venir, si on en croit la déclaration d’intention signée entre le ministère, le SNUipp et le SGEN.

Le ministère affiche sa volonté : renforcer les moyens destinés aux 15% des élèves les plus en difficulté, pour diviser par trois le nombre d’élèves en échec…
Comment ? en s’organisant localement, en s’appuyant sur la « liberté pédagogique, l’autonomie, la responsabilité des équipes, l’évaluation des élèves ». On parle de « plus de maîtres que de classes », mais surtout, une fois de plus, d’évaluation. Des élèves, mais aussi des enseignants. Reprenant un discours désormais tracé au cordeau, le ministre tient aux enseignants un langage simple : une fois les difficultés des élèves évaluées, au CE1 et au CM2, utilisez les méthodes que vous voulez, mais faites les progresser : on vous évaluera là-dessus.
Que les causes de l’échec soient largement sociales, que les écoles aient besoin de l’appui de RASED, le ministre n’en parle pas. Repérez, remédiez, évaluez, le tryptique de la modernité ?

Mais pourra-t-on sortir « par le haut » ? Les personnels, dont beaucoup osent dire que leur principale préoccupation est de « travailler moins », tant certains aspects du métier leur pèsent, sont-ils prêts à jouer un « gagnant-gagnant » : moins d’heures de classe, mais plus pour les enfants qui ont le plus besoin de l’Ecole ?
Une fois de plus, on serait plus optimiste si on sentait les hiérarchies intermédiaires en capacité d’impulser, de donner confiance, de coordonner, de tracer la route. Là où cela existe, nul doute qu’on trouvera des équipes prêtes à « jouer le jeu ». Après tout, est-il incompatible de préparer une grève du 20 novembre, qui s’annonce très forte, et de réfléchir à des solutions concrètes pour aider ceux qui sont dans les classes, des deux côtés du bureau… ?


Sur le site du Café
Sur le Web
Par ppicard3 , le jeudi 15 novembre 2007.

Partenaires

Nos annonces