Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

- Le débat sur le foulard islamique 

Un appel pour le foulard
"Ce foulard recouvre des réalités diverses, et nous avons des appréciations diverses, voire divergentes, de sa signification ; mais nous sommes tous d'accord pour estimer que, dans tous les cas (que le foulard soit imposé aux jeunes filles ou qu'il résulte d'un choix), l'exclusion est la pire des solutions. Nous ne sommes pas des "partisans du voile " ; nous sommes simplement partisans d'une école laïque qui ouvre à l'émancipation de tous, et non à l'exclusion... Dans tous les cas, c'est en l'accueillant à l'école laïque qu'on peut l'aider à s'émanciper, en lui donnant les moyens de son autonomie, et c'est en la renvoyant qu'on la condamne à l'oppression". Cet appel intervient après une déclaration du président de la République souhaitant une loi sur la laïcité. Il est signé par une centaine d'intellectuels et de militants, parmi lesquels Etienne Balibar, Christian Baudelot, Stéphane Beaud, Monique Chemillier-Gendreau, Jean-Luc Einaudi, Philippe Frémeaux, Laurent Mucchielli, Gérard Noiriel, Alain Touraine, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet.
http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3224--321187-,00.html
http://www.liberation.fr/page.php?Article=111734

Contre le foulard
" Les partisans du port du foulard oublient que celui-ci est moins le signe d'une appartenance religieuse que le symbole d'un rejet de l'altérité qui va à l'encontre du principe de mixité et d'égalité propre à l'école républicaine... Le fameux hidjab auquel tiennent tant les signataires de l'Appel du 20 mai porte en lui la trace d'une emprise corporelle qui a de fortes chances d'enfermer les élèves musulmanes dans un redoutable clivage identitaire. Studieuses à l'école, tout en étant silencieusement reliées par leur voile à un dieu intérieur fanatisé, qui entrave leur liberté de jugement, elles risquent de demeurer étrangères au contenu principiel du savoir qu'on leur enseigne et de n'en retenir que les aspects utilitaires ou techniques : quelque chose comme une science sans conscience". Elisabeth Roudinesco, psychanalyste, dans Libération du 27 mai, fonde ainsi le refus du foulard à l'école.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=113573

Partenaires

Nos annonces