Le mensuel Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

La chronique de Lyonel Kaufmann : Histoire du devoir de mémoire et enseignement de l’histoire, une interview de Sébastien Ledoux 

Dans un article récent paru sur le site du Comité de Vigilance face aux Usages Publics de l’Histoire (CVUHV), Sébastien Ledoux présente son projet d’écrire aujourd’hui une histoire du devoir de mémoire[1]. Pour cette chronique du Café pédagogique, il répond à quelques questions sur les aspects scolaires de l’écriture du devoir de mémoire.

Le travail de Sébastien Ledoux ne peut qu’intéresser les enseignants d’histoire. En effet, la demande du devoir de mémoire sature l’espace scolaire ou les attentes du politique à l’égard de cet enseignement. Je remercie Sébastien Ledoux d’éclairer ainsi la Fabrique de l’enseignement de l’histoire.

 

1° Quelle place prend et quel rôle joue, dans votre travail sur l'écriture du «devoir de mémoire», les programmes et l'enseignement de l'histoire à l'école ?

Une place très importante. Ma recherche sur l'histoire du "devoir de mémoire" avait d'ailleurs commencé par ce biais-là, il y a 6 ans, en analysant l'évolution des programmes, et en menant une enquête auprès d'enseignants du primaire et du secondaire. L'institution scolaire a joué un rôle essentiel dans l'adhésion au devoir de mémoire dans les années 1980-1990, comme dans les  controverses que la notion a pu susciter dans les années 2000. L'école a donc été à la fois un miroir et un acteur de l'évolution des pratiques et des représentations sociales concernant notre rapport au passé. J'ai ainsi pu évoquer à travers ce prisme la construction d'un nouveau roman national autour des valeurs des Droits de l'homme et de la notion de justice restauratrice face aux crimes du passé, à partir des années 1980 et dont l'enseignement de la Shoah, comme on le sait, a constitué une sorte de paradigme. En promouvant l'adhésion à des valeurs communes par l'intermédiaire d'un devoir de mémoire censé pacifier et/ou construire le corps social et national, l'enseignement de l'histoire n'a fait que jouer le rôle qui lui est assigné depuis la IIIe République. Ce n'est donc pas tant dans la fonction sociale de l'enseignement de l'histoire que dans le contenu des savoirs et des représentations du passé que l'irruption du devoir de mémoire a reflété un changement.

 

2° Dans quelle mesure, «devoir de mémoire» et histoire entrent-ils en confrontation, s'opposent-ils dans les programmes et l'enseignement de l'histoire à l'école? Y a-t-il à l'œuvre des exemples de mémoires opposées? Quelles questions et problèmes cela pose-t-il à l'enseignement de l'histoire ?

Je dirai au préalable que les oppositions "mémoire/histoire" ou plus récemment "devoir de mémoire/devoir d'histoire" sont devenues aujourd'hui des formules assez commodes qui ont imprégné le champ scolaire, des cabinets ministériels aux enseignants, en passant par les inspecteurs, et qui occultent une réalité souvent plus complexe et ambivalente. Ces formules ont avant tout servi à nous donner une intelligibilité des situations afin de répondre à des enjeux sociaux et didactiques. Le devoir de mémoire a ainsi été perçu comme une libération salutaire de l'inconscient collectif national (complicité de Vichy dans le génocide des Juifs)), puis comme une intrusion du politique dans les programmes et les manifestations commémoratives (loi du 23 février 2005, lettre de Guy Môquet, parrainage des enfants juifs exterminés par les élèves de CM2). 

En fait, les usages du devoir de mémoire à l'école révèle l'ambivalence constitutive du métier de professeur d'histoire, identique à "l'ambivalence constitutive" du métier d'historien (Jacques Revel) : celui-ci doit à la fois transmettre des connaissances du passé tout en instituant avec ses élèves un rapport spécifique au passé à partir de notre présent et de notre futur. On peut donc, me semble-t-il, faire un très bon cours d'histoire en étant animé par un devoir de mémoire. Il peut y avoir opposition entre les deux quand l'injonction de la transmission d'un passé, ainsi formulée, s'élabore dans un acte plus ou moins conscient de bons sentiments ou de bonne conscience venant soulager pour l'enseignant une culpabilité collective diffuse, qui n'est d'ailleurs pas forcément ressenti par les élèves au départ. En revanche, l'approche de l'histoire par les lieux de mémoire, les mémoriaux, les témoins, n'est pas à bannir en tant que tel bien évidemment. Cette approche nécessite cependant une méthodologie rigoureuse de la part du professeur d'histoire qui a parfois tendance à se dessaisir de sa fonction face à des autorités narratives jugées plus opérantes pour les élèves. Or, un témoin en classe, un lieu de mémoire, reste des sources à confronter, contextualiser et mettre en perspective pour les élèves, ce qui ne retire en rien leur efficacité pédagogique, au contraire. Ces sources ne peuvent donc tenir lieu de cours d'histoire.

L'enseignement des questions d'histoire corrélée au devoir de mémoire (Shoah, fait colonial/décolonisation, esclavage) implique ainsi, de la part de l'enseignant, de s'adosser à un savoir disciplinaire solide ainsi qu'à une méthodologie des sources. Le nouveau programme d'histoire de collège, concernant l'étude des sociétés africaines et des traites et de l'esclavage est actuellement le lieu de conflits de mémoires. Ce nouveau programme qui contextualise pourtant les traites transatlantiques dans une histoire globale et pas seulement dans une histoire de reconnaissance (voir l'article 2 de la loi Taubira de 1998), est devenu le symbole pour certains de la fin de l'histoire de France et donc de l'abandon de tout récit national censé créer un sentiment d'appartenance à la Nation. Les pressions et même les intimidations auprès d'acteurs du ministère de l’Éducation nationale démontrent que ces conflits mémoriels font surgir des enjeux identitaires s'exprimant parfois violemment.

 

3° Comment articulez-vous la démarche des Lieux de mémoire de Pierre Nora, la construction d'un récit national et le devoir de mémoire? Dans le champ scientifique et à l'école.

Les historiens sont des acteurs sociaux qui s'appliquent à faire de l'histoire, mais qui vivent toujours dans le désir plus ou moins secret de « faire l'histoire ». La démarche des Lieux de mémoire de Pierre Nora est née de la préoccupation d'un homme qui devient hanté par le morcellement, voire le délitement d'une mémoire nationale au cours des années 1970 et du besoin de la voir se reconstituer à travers un projet scientifique.  Au vu du succès de l'entreprise et de la formule éponyme, force est de constater que ce sentiment était partagé par bien d'autres que lui. Il y a donc bien là une question liée à un devoir de mémoire s'articulant tant au niveau individuel et collectif: ne pas perdre la trace d’un passé qui ferait notre identité narrative. Ce souci nait dans le même temps d'un changement de régime d'historicité au cours de ses années qui fait de l'avenir non plus la promesse d'un progrès irrémédiable mais la protection d'un monde soumis au règne temporel du "durable". Face à cette évolution, le passé est devenu un lieu de conservation, voire parfois un lieu-refuge de l'entre-soi validant une autochtonie à protéger des "menaces extérieures" et qui peut prendre des formes inquiétantes, comme on l'observe actuellement avec Casali, Deutsch et autres.

 

4° Selon vous, quel est l'impact de la montée du primat du compassionnel et des traumas de l'histoire dans notre société, à l'exemple de la Première Guerre mondiale, sur les programmes et l'enseignement de l'histoire ?

C'est une tendance lourde de notre société et dont le regard porté vers tel ou tel évènement du passé n'est que le produit. La question du passé est devenue une question d'ordre individuel relié à des qualifications morales et curatives concernant la dignité humaine et le traumatisme. Dans les années 1980, un statut social de la victime s’élabore à travers une qualification officielle et une réparation. Cette qualification passe par la reconnaissance du trauma passé. De fait, l'enseignement de l'histoire a constitué un dispositif validant rétroactivement ce nouveau statut social pour les victimes des crimes du passé. Au-delà de ce vocabulaire de la santé sur fond d'éthique morale, il me semble fondamental dans l'enseignement de l'histoire de ne pas éluder pour autant les mobilisations collectives et les conflictualités sociales et politiques qui sont bien souvent au cœur des processus historiques. Il y a, par exemple, bien eu des Justes en France qui ont, à titre individuel, sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, mais une partie notable d'entre eux l'ont fait au sein des mouvements collectifs de la Résistance sans lesquels leurs actions de sauvetage auraient été vaines.

5° Concernant la Première guerre mondiale, les commémorations du centenaire démarrent. Vont-elles accentuer ce primat du compassionnel ou une inflexion est-elle, selon vous, perceptible? Que peut-on espérer ou craindre de ces commémorations relativement au «devoir de mémoire» ? Que conseilleriez-vous à l'enseignant d'histoire devant enseigner la Première Guerre mondiale dans ce contexte des commémorations du centenaire ?

Les commémorations sont des temps de remémoration collective. La Première Guerre mondiale connait depuis une vingtaine d'années un regain d'intérêt en constituant à la fois un nouveau patrimoine national à conserver et un événement qui suscite un sentiment d'injustice et de compassion à l'égard de la souffrance vécue par les combattants.  On peut donc penser que ce centenaire va cristalliser cette évolution. Dans le même temps, les acteurs des politiques du passé veulent imprimer leur trace sur l'histoire. La commémoration est devenue un événement incontournable de l'agenda du politique, et la communication, comme on le sait, est fondée sur l’annonce d’une nouveauté. La controverse actuelle autour du choix du 14 juillet comme date commémorative en est l'écho direct. Il restera à l'enseignant d'histoire la charge d'exercer son métier en assumant sereinement son ambivalence en toute liberté pédagogique: transmettre un événement du passé à partir des questions du présent.

 

Dans le prolongement de cet interview, la prochaine chronique s’intéressera aux matériaux que l’on peut trouver sur le web et dédiés aux commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale.

Lyonel Kaufmann, Professeur formateur,

Didactique de l’Histoire, Haute école pédagogique du canton de Vaud, Lausanne (Suisse)

 

Notes

[1] Enjeux d’une écriture historienne du devoir de mémoire (1) par Sébastien Ledoux :

http://cvuh.blogspot.ca/2013/04/enjeux-dune-ecriture-historienne-du.html

Sébastien Ledoux termine actuellement une thèse sur L’histoire du “devoir de mémoire? à Paris 1 (Centre dhistoire sociale du XXe siècle). Il a déjà publié Le « devoir de mémoire » à l’école. Essai d’écriture d’un nouveau roman national, Sarrebruck, Études universitaires européennes, 2011, et de nombreux articles sur le sujet :

http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/spip.php?article265 

 

Sur le site du Café
Sur le Web
Par jeanpierremeyniac , le samedi 27 avril 2013.
En direct du forum
La Seconde Guerre mondiale au prisme de l’histoire officielle?
- Publié : lundi 22 mars 2010 18:38Objet : La Seconde Guerre mondiale au prisme de l’histoire officielle?Bon, j'ai lu l'article un peu rapidement certes, mais... je n'ai pas compris ce que vous reprochiez au téléfilm "La Rafle" et...
Le Forum "Histoire"

Partenaires

Nos annonces