L’EXPRESSO Imprimer  |  Télécharger nous suivre sur Twitter nous suivre sur Facebook

L'Expresso du 2 Avril 2007 

 Par François Jarraud


N'hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en cliquant sur le bouton "réagir à cet article" situé tout en bas de la page. 
Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s'être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !


Le fait du jour

Le dossier Bac Brevet
1809. Le bac ne date pas d'hier et vous voilà confronté à des épreuves traditionnelles du système éducatif français. C'est dire que le respect du rituel des épreuves, la compréhension fine des savoir-faire jouent pour beaucoup dans la réussite. Bac et brevet évaluent davantage votre préparation que votre intelligence ou même vos connaissances. Il faut aussi savoir où on en est réellement par rapport aux exigences de l'examen.

Ce dossier apporte des pistes pour réviser, s'évaluer, s'entraîner aux épreuves du bac et du brevet. Il vous conduit vers des ressources soigneusement évaluées et sélectionnées par l'équipe de professeurs du Café pédagogique. Il apporte aussi des éléments de réflexion sur l'évolution d bac et du brevet. La note de vie scolaire est-elle efficace ? Le bac est-il bradé ? Que devient-on après le bac ?Le dossierLe dossier en pdfL'affichette pour la salle des profs


Editorial

L'Ecole confrontée à l'offensive conservatrice
"On peut « s’étonner » de l’absence de réaction, voire de condamnation de la part des autorités de l’éducation nationale (réactions qui avaient eu lieu après l’initiative des préfets en direction des chefs d’établissement il y a douze ans)". Dans L'Humanité du 29 mars, l'inspecteur Raymond Ouzoulias s'étonne du silence du ministre de l'éducation nationale après l'arrestation de la directrice d'école de la rue Rampal. Rappelons que celle-ci s'était interposée lors de l'arrestation devant son école du grand-père sans papier d'un de ses élèves.

Il a beau jeu de rappeler des faits précédents et de trouver qu'ils commencent à faire sens. L'affaire de la rue Rampal a été précédée des sanctions prises, puis annulées sous la pression, contre un chercheur, puis un inspecteur qui avaient osé  s'exprimer sur un texte ministériel. De "Garfield" sanctionné pour son blog parce que chef d'établissement, on est passé au simple prof de "blog prof"  poursuivi lui aussi au nom du devoir de réserve.

Les circulaires Robien de septembre 2006 sur la violence scolaire tendent à transformer les chefs d'établissement en auxiliaires de police par exemple en les invitant à lui transmettre  des renseignements confidentiels. De la même façon, le rapport de l'Inserm sur les troubles de conduite visait à faire des enseignants des auxiliaires du contrôle exercé sur les familles "suspectes".

Le silence du ministre s'entend encore très fort vis-à-vis de Sos Education. Cette association  ultra réactionnaire a invité les parents à dénoncer les "mauvais" instits par voie de presse. Elle vient de lancer une nouvelle campagne qui s'en prend non seulement aux syndicats mais aussi nommément à Pierre Frackowiak, cet inspecteur qui a eu l'audace de témoigner face au ministre. La pétition de Sos Education demande à ce que P. Frackowiak soit sanctionné. Sos Education peut lancer des campagnes de délation sans que le ministre censé protéger ses fonctionnaires sourcille.

Tous ces faits ne nous heurtent pas qu'en tant que citoyens. C'est bien la mission de l'Ecole qui est en jeu. Ce n'est pas la plus petite de ses missions que de transmettre, dans le cadre de l'éducation civique, les valeurs démocratiques. Or cet apprentissage ne se résume pas dans l'enseignement des institutions ou dans les recommandations de sagesse. L'Ecole doit transmettre les valeurs démocratiques. Et pour cela il faut les faire vivre dans sa pratique enseignante. Il faut que les élèves les découvrent à travers le comportement exemplaire de leur professeur. L'attitude de la directrice de la rue Rampal, celle de M. Frackowiak, va dans ce sens.

On comprend dès lors que ces pressions exercées sur l'école  remettent en question les fondements même de l'école. Elles visent à en changer les valeurs.

Conquis politiquement par la droite, un pays européen a déjà ouvert cette voie, c'est le Danemark. Là le ministre de l'éducation utilise l'école pour un vaste projet de "reconquête" de l'identité nationale. L'école est priée d'enseigner les "valeurs nationales" comme le christianisme. Les programmes d'éducation civique ont été changés pour devenir des armes dans un "combat culturel" lancé contre les minorités.  Le projet de "ministère de l'identité nationale" pourrait bientôt concerner l'Ecole.
Article de L'Humanité



Le système

Des hauts fonctionnaires dessinent un recadrage de l'Ecole
Ils ont servi des ministres de droite et de gauche. Six anciens directeurs du ministère (J.P. Boisivon, C. Forestier, J.-C. Luc, J. Richard, G. Septours et B. Toulemonde) dressent dans Le Monde des priorités de gestion pour l'Ecole.

"Il subsiste certes des besoins incontestables, notamment ceux des universités et de la scolarisation des publics défavorisés, au collège et au lycée. Mais, compte tenu des contraintes budgétaires du pays, qui peut croire que, au-delà de ces priorités, un effort sérieux en faveur de notre système éducatif ira de soi sans changements profonds dans son fonctionnement et dans ses performances ?" Pour ces gestionnaires de l'Ecole, "l'urgence universitaire" et "les contraintes budgétaires" commandent. D'autant que "Il faut d'abord sortir de l'illusion du "toujours plus". Depuis des décennies, la nécessité d'augmenter les moyens apparaît comme une panacée : ainsi, par exemple, le coût d'un élève du premier et du second degré a pratiquement doublé en euros constants entre 1975 et 2004, et la nation consacre aujourd'hui 6,7 % du PIB à son système éducatif. Or les résultats ne sont pas à la hauteur de l'investissement".

Parmi les dépenses indues, ils citent "le recours excessif au redoublement des élèves ; la scolarisation à 2 ans et de ses 7 000 postes ; de la gamme trop étendue des enseignements optionnels qui font de notre lycée le plus coûteux du monde ; ou de la carte trop confortable des formations post-bac". Et la priorité budgétaire leur semble être l'université. A cela s'ajoutent deux autres priorités : augmenter l'autonomie des établissements et revaloriser l'enseignement professionnel.

Les anciens directeurs militent pour des changements qualitatifs du système éducatif  et de nouvelles formes de gestion. Mais un autre intérêt de cette déclaration c'est qu'elle est sans doute représentative de l'opinion de l'administration centrale de l'éducation nationale.

En effet c'est pour renflouer l'université que depuis 5 ans la scolarisation à 2 ans a été réduite de moitié, que nombre de postes ont été supprimés dans le secondaire et que la dépense d'éducation est passée de 7,7% du PIB en 1994 à 7%, rejoignant le niveau de 1984, une époque où beaucoup moins de jeunes fréquentaient le secondaire. Le consensus sur ce transfert de moyens ne peut empêcher qu'on s'interroge sur ses conséquences sociales.Article du Monde


L'avenir compromis de l'apprentissage junior
Selon l'AFP, 6 candidats aux présidentielles, S. Royal, N. Sarkozy, F. Bayrou, D. Voynet, O. Besancenot et M.G. Buffet, ont fait part à la Fcpe de leur intention de supprimer l'apprentissage junior.  Ce dispositif institué par G. de Robien oriente dès l'âge de 14 ans de jeunes collégiens vers l'apprentissage. Sensé accueillir 15 000 jeunes dès la première année, ce dispositif en compte moins de 2 000. Après le décret sur les décharges, c'est une nouvelle mesure Robien qui ne devrait pas survivre au départ de son initiateur.Dépêche AFP


Occupation de collèges dans le 92
Le collège Haut Mesnil à Montrouge est occupé depuis une semaine par des enseignants qui demandent un relèvement de la dotation horaire de l'établissement. A Villeneuve-la-Garenne, selon l'AFP, c'est le collège Pompidou qui est occupé pour la même raison depuis le 30 mars. Dépêche AFP


La Seine Saint-Denis ouvre une Maison des TPE
Le Conseil Général de Seine Saint Denis a le plaisir d'annoncer la création tant espérée d'une "Maison des TPE" dans le cité scolaire Jean Jaurès à Montreuil. Ce dispositif expérimental permettra de dynamiser l'aventure intellectuelle que vivent tous les lycéens français en classe de première. La Maison des TPE verra le jour en 2007.

Mis en place en 2000, les TPE associent deux disciplines dans un travail de recherche réalisé par les élèves avec l'aide de professeurs encadrant. Les Tpe constituent ainsi un moment unique dans la scolarité où les élèves sont en situation de recherche autonome. Alors qu'ils  existaient en première et terminale et avaient été plébiscités par les lycéens, ils ont été ramenés par F. Fillon à une seule période de 6 mois.

A l'occasion de son inauguration, un prix sera décerné aux 10 meilleurs TPE de 2006-2007. Il  permettra aux lauréats de faire éditer leur travail. Il n'y a pas de critères plus précis que la qualité du TPE pour être choisi comme lauréat. Il est rappelé cependant que les travaux qui n'indiqueraient pas leurs sources seraient éliminés d'office, puisqu'ils tombent sous le coup de la loi Sarkozy contre la délinquance de 2002 qui punit les jeunes coupables de manque de modestie, ou pire, d'orgueil, de plusieurs journées de TIG.Le projet


Le Royaume-Uni augmente le pouvoir disciplinaire des enseignants
Depuis le 1er avril, les enseignants britanniques disposent de vastes pouvoirs disciplinaires.  Une loi adoptée en février 2006, The 2006 Education and Inspections Act, vient d'entrer en application. Elle donne aux enseignants le  droit d'user de la force pour contrôler des élèves désobéissants ou gênants, de décider d'heures de retenues ou encore de confisquer des objets comme les téléphones portables. Ces droits sont étendus en dehors des établissements scolaires quand l'élève est sous leur autorité.

Ces pouvoirs sont accordés sous le contrôle et avec l'autorisation des chefs d'établissement. L'usage montrera l'efficacité de la mesure. La contrainte physique peut décourager la violence scolaire. Elle risque aussi de la légitimer.  La loi


L'élève

L'apprentissage de plus en plus chic
L'apprentissage continue sa forte croissance avec 260 000 contrats en 2005, soit +6%, affirme une étude de la Dares (ministère de l'emploi). Mais cette progression se fait au bénéfice des formations supérieures. Elles sont passées de 6 à 13% en dix ans. Parallèlement la part des jeunes sans qualification est passée de 50 à 42%.Etude


Les Assises de la jeunesse
Réunis à l'initiative de la Fédération Léo Lagrange, près de 600 jeunes ont transmis aux politiques leurs revendications. Ils souhaitent notamment une infirmière par établissement scolaire, des stages rémunérés, la limitation de la publicité durant les émissions jeunesse à la télévision, une lutte efficace contre les discriminations dont sont victimes les jeunes.Programme


La Peep dit non aux cars poubelles !
La Peep s'associe à l'action des parents de Quentin Bonnet, un collégien de 12 ans, victime d'un accident dans un car scolaire. La Peep demande l'exonération de la taxe professionnelle pour les entreprises de transport scolaire afin qu'elles puissent s'équiper de cars modernes équipés de ceintures.Peep


La recherche

L'orientation : état des lieux
"Une véritable rénovation de l'orientation nécessiterait la conception d'une vision stratégique globale et serait susceptible d'affecter les formes d'organisation mêmes de l'école... et de l'université. Entre une orientation « scolaire » souvent asservie aux résultats de l'élève, et une orientation « professionnelle » dominée par l'incertain, comment se (re)positionner ? Entre une orientation subie et une orientation active, comment trouver un équilibre pour concilier les logiques propres au système et celles des individus ? Entre qualification et insertion, entre savoirs et compétences, quelles missions pour l'école ?" La Lettre d'information de mars de la Cellule de veille scientifique et technologique de l'Inrp aborde, sous la plume de Laure Endrizzi, la redoutable question de l'orientation.

L. Endrizzi fait la part des logiques institutionnelles et personnelles. Elle interroge le conseil de classe "chambre d'enregistrement des décisions des enseignants". Surtout, s'appuyant d'exemples européens, comme le cas anglais, elle montre d'autres approches et d'autres dispositifs ainsi que l'ensemble des facteurs qui pèsent sur la décision d'orientation. En une dizaine de pages la Lettre fait un tour complet des travaux sur ce thème. Et termine sur cette interrogation : " Alors que 67 universités se sont portées volontaires pour implémenter les nouvelles procédures d'inscription à l'université, l'orientation active soulève cependant de nombreuses questions : l'échec des bacheliers technologiques et professionnels à l'université ne serait-il imputable qu'à un manque d'information sur les filières, et notamment les filières de relégation ? Anticiper l'identification des élèves qui n'auraient pas leur place à l'université n'est-elle pas une atteinte implicite à l'égalité des chances, voire une pré-sélection qui ne dit pas son nom ?"Etude


Citoyenneté

Profanation d'un cimetière juif
53 tombes du carré juif du cimetière de Lille ont été profanées. L'acte a été commis alors que commence le 2 avril Pessah, la Pâque juive. Article du Monde


Disciplines

Français : Les albums d'Image Imaginaire
Alors que l'édition 2006-2007 du concours international "Des mots pour voir" s'achève, Image Imaginaire met en ligne les albums des quatre dernières sessions.

Au total ce sont près de 300 textes de jeunes francophones venus du monde entier qui sont offerts. Ils témoignent de la force de la langue française. Et aussi de la puissance du lien entre image et mots. Des textes à découvrir.Les albums


Sciences : Les étudiants reviennent
"Les sciences font un retour marqué". Selon BBC News, pour la seconde année, le nombre des étudiants en sciences connaît une croissance à deux chiffres en Angleterre. C'est d'autant plus remarquable que les pays développés souffrent en général d'une décrue des étudiants dans les matières scientifiques.

Les universitaires l'expliquent par plusieurs facteurs. Il y a bien sûr la montée des salaires dans le secteur : l'économie a besoin de 100 000 scientifiques diplômés par an quand le pays en produit la moitié. Il y a l'intérêt des jeunes pour l'environnement. Mais il y a aussi les changements apportés à l'enseignement des sciences dans le secondaire. "On a réellement progressé quand on a fait des choses amusantes et pratiques avec les élèves qui venaient au cours de sciences" explique un universitaire. Les clubs et ateliers scientifiques sont aussi un facteur de cette remontée. Article BBC News


Maths : Mathematice n°4
La revue numérique de Sésamath consacrée à l'usage des Tice en mathématiques s'intéresse au tableau numérique interactif.  Au sommaire de ce numéro plusieurs exemples d'utilisation du TBI, par exemple en sixième. On remarquera cet avertissement de Gérard Kuntz. " De par leur exceptionnelle puissance même, les TNI appellent à une grande retenue de la part des enseignants… Il faut sans doute renoncer à trop montrer (et trop vite). Il faut davantage élaborer les connaissances avec les élèves. Le TNI peut alors devenir un Tableau de Brouillon Interactif où des élèves testent des hypothèses avec le professeur et progressent pas à pas dans la connaissance". La revue


Histoire-Géo : Sujet zéro et document d'accompagnement en STG
EduScol publie le document d'accompagnement du programme d'histoire-géographie de terminale STG. Il entrera en vigueur à la rentrée 2007. Le site académique d'Aix-Marseille met en ligne un sujet zéro de la future épreuve du bac conçu par l'Inspection générale. Il comprend deux premières parties soit deux fois 6 questions. Il porte sur le programme de première et aide à la préparation de ces lycéens qui affronteront pour la première fois la nouvelle épreuve. Chaque première partie comporte à la fois des questions d'histoire et de géographie. La seconde partie propose 4 exercices (au choix). Le document précise les attentes des correcteurs. Document d'accompagnementSujet zéro


Professionnel : Finale nationale des Olympiades des métiers
Samedi 31 mars une nouvelle équipe de France des métiers est née. 673 jeunes étaient en compétition, représentant 48 métiers. Les lauréats partiront en novembre au Japon pour la finale mondiale.  40 000 collégiens, apprentis et lycéens ont visité l'événement et eu ainsi un premier contact avec les métiers. L'Olymiade des métiers


Le CaféPour les derniers Expressos :
Expresso du 30 mars 2007
Expresso du 29 mars 2007
Expresso du 28 mars 2007
Expresso du 27 mars 2007
Expresso du 26 mars 2007
Expresso du 23 mars 2007
Expresso du 22 mars 2007
Expresso du 21 marsExpresso du 20 marsExpresso du 19 marsExpresso du 16 marsExpresso du 15 marsExpresso du 12 marsExpresso du 9 mars Expresso du 6 mars Expresso du 5 mars Expresso du 2 mars Expresso du 26 février Expresso du 21 février Expresso du 16 février Expresso du 15 févrie


Sur le site du Café
Sur le Web
Par fjarraud , le .
En direct du forum
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ?
- De : desnos Publié : jeudi 9 mars 2017 07:20 Objet : Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ? Bonjour. N’est-il pas pertinent de s’interroger d’abord sur quel profil d’élève on veut centrer la réflexion autour de la pédagogie...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces