L'Expresso du 15 Mars 2007 

 

Par Francois Jarraud

N'hésitez pas à réagir sur les actualités qui vous interpellent, comme sur la plupart des articles du Café en cliquant sur le bouton "réagir à cet article" situé tout en bas de la page. 
Pour pouvoir réagir, il faut préalablement s'être inscrit sur le site et être identifié. À très vite !



Le fait du jour



Robien ressuscite la leçon de vocabulaire 

"Lorsque les mots précis manquent aux élèves, c'est le sens qu'ils tentent de donner aumonde qui s'obscurcit". Le rapport d'Alain Bentolila sur l'acquisition duvocabulaire à l'école élémentaire, remis au ministre le 14 mars,  s'ouvre sur cette phrase qui va au coeur de tout amoureux des mots, et par suite tout enseignant. Mais elle ne saurait  cacher la question de fond : comment faire acquérir cette aisance langagière et ce vocabulaire ? 

Pour A. Bentolila c'est tout simple. Il faut établir des leçons de mots (2 demi-heures par semaine), avec un "cahier de mots" qui suivra l'élève de classe en classe et où il rangera les 365 mots définis chaque année et des "activités à faire le soir". Il faut en même temps définir de façon rigoureuse et progressive les listes de mots à faire apprendre aux élèves pour chaque classe. Ainsi il entend supprimer l'écart de vocabulaire qui existe entre les enfants. Le ministre a accueilli favorablement ces recommandations et annoncé une circulaire prochainement. 

Il se trouve pourtant que ces recommandations sont l'objet de critiques. Ainsi le Snuipp rappelle que les programmes de 2002 entendent "structurer et augmenter le vocabulaire". Dans le Café, E. Charmeux a rappelé que "depuis pas mal de temps, il est démontré qu’apprendre ne se fait nullement par empilement, mais par mise en relation". Le fait de tenir un carnet de vocabulaire ne suffitpas à apprendre.   Pierre Frackowiak , toujours dans le Café,

a relevé que "le vocabulaire ne peut s'apprendre que dans des temps de communication qui ont du sens pour l'enfant et non dans des activités formelles, scolaires au sens le plus péjoratif du terme. Il ne faut pas être expert, savant, linguiste ou ministre pour savoir que l'on peut connaître toutes les définitions des mots, connaître le dictionnaire intégralement par cœur et être incapable de parler, d'écrire, de communiquer".

 "Ah, mais l'écart de cinq ans dans les connaissances lexicales entre les élèves d'une classe de CE1, utilisé comme argument suprême par BENTOLILA?" interroge P. Frackowiak. "Il est bien connu de n'importe quel praticien et il est une des principales raisons des premières réformes de l'enseignement du français, fondées sur les travaux de l'INRP, formalisées dans les instructions officielles de 1974, celles-là même qui stipulaient pour la première fois que l'école devait aussi apprendre aux enfants à parler, rompant enfin avec sa tradition de leur appendre à se taire. L'écart entre Simon dont la maman dit posément: "Tu veux du lait. Je vais t'en donner" ou "Je demande à papa de t'en donner. Papa, tu veux bien donner du lait à Simon? Merci." et Dylan dont la maman dit "tiens!" ne sera jamais réduit par la "leçon de mots". Bien au contraire! Les enseignants qui galèrent chaque jour depuis des années pour rendre l'école plus intéressante et plus efficace le savent bien".

Car c'est bien cette question qui sépare la vision ministérielle de ses détracteurs. L'échec scolaire pour Gilles de Robien est un échec individuel d'un élève qui n'a pas appris ce qu'il devait apprendre y compris dans le cadre de programme "personnalisé" de remédiation. D'autres y voient d'abord le résultat d'une situation sociale. De lamême façon que le ministre entendait résoudre la fracture numérique avec l'ordinateur à un euro par jour, il envisage de réduire la fracture culturelle avec le mot appris par jour (soit seulement 4380 mots pour 12 ans d'étude !).   L'Ecole c'est simple...

Le rapport

Article d'Eveline Charmeux
Rappel : la tribune de P. Frackowiak

Article de P. Picard dans le Café 81

éditorial

Cultiver son jardin« Nous, les chefs d’entreprise, pouvons nous réclamer du rôle qu’endossèrent les instituteurs de la IIIe République ». C’est écrit, noir sur blanc, à la page 38 du livre que vient de signer Laurence Parisot, présidente du MEDEF.

Et justement, ces derniers jours, j’ai beaucoup entendu parler du rôle des instituteurs. C’était dans les conversations de quartier, dans une petite ZUP d’ordinaire assez tranquille, dans une petite ville sans histoire, où deux garnements avaient profité du week-end pour dévaster plusieurs classes de leur école. Au delà de l’émotion et de la colère des enseignants, tous nommés dans l’Ecole à leur demande, chacun s’interrogeait sur ce qui pouvait rendre de tels actes possibles, dans une école pas plus difficile qu’une autre. Et c’est d’un représentant d’une association du quartier qu’est venue une petite musique un peu grinçante. « Les instituteurs, ils font leur travail, c’est sûr. Mais ils ne connaissent pas bien la vie du quartier. Savaient-ils que ces deux gamins vivent dans des familles déchirées, avec des pères qui n’arrivent plus à faire passer leur autorité, à qui les grands fils leur reprochent d’avoir courbé l’échine toute leur vie, parce que dans le désert des barres d’immeubles, les prêches radicaux remplacent la solidarité sociale ?
C’est sûr, me disait-il, je les comprends, les instits, ils ne sont pas payés pour être dans le quartier après l’Ecole. Mais quand je suis arrivé en France, les associations étaient un lieu de rencontre. Que se serait-il passé, dans vos villages, s’il n’y avait pas eu les instituteurs pour enrichir la vie culturelle et le tissu entre les habitants ? »

Jacques Chirac a tenté de nous sortir des larmes avec le modèle social français, la tolérance, la laïcité, l’égalité des chances, le respect entre les cultures. Il serait même immoral, dit-il, de laisser se creuser encore plus le fossé entre les riches et les pauvres…

Alors, entre le doute citoyen d’un homme de terrain, et le cynisme d’un politique qui s’évertue à dire le contraire de ce qu’il fait, qu’est-ce qu’on fait ? On cultive son jardin ?
Patrick Picard

Le système



Les syndicats réagissent aux mesures salariales de Robien 

"Les 280 000 enseignants des écoles maternelles et élémentaires ne bénéficient d’aucune amélioration salariale ou d’aucune possibilité supplémentaire de promotion. La seule mesure, une augmentation de 15 € par mois, concerne l’indemnité de direction". Le Snuipp  réagit aux mesures salariales annoncées par le ministre. Pour le syndicat du primaire cela ne compense pas laperte de pouvoir d'achat.  Le Sgen n'est pas en reste. "Qu'y a-t-il de concret dans les propositions du ministre ? 1347 promotions à la hors classe de plus pour les certifiés (soit 1,14 % du corps !) ; 270 promotions pour les PLP (soit 0,95 %) et 100 pour les professeurs d'éducation physique et sportive (0,61 %) et bien sûr aucune remise en cause de la procédure utilisée pour attribuer ces promotions alors que c'est justement cette procédure que les collègues contestent".

CommuniquéRappel : L'Expresso du 14 marsLa Fcpe dénonce le "torpillage" de l'école 

"La communauté éducative est à cran et les conséquences retombent toujours sur les élèves et leurs familles. Tout est désorganisé : temps de service, enseignements, bacs blancs, sorties et voyages scolaires". La première association de parents d'élèves en a assez et rend le ministre responsable des désordres.  

"A force de réformes du système éducatif en tout sens, non concertées, non justifiées, à force de réduction du nombre de postes et des moyens pédagogiques, les relations se sont gravement détériorées entre le ministre de l’Education nationale et les personnels... La FCPE demande que cesse ce torpillage incessant du système éducatif. Elle appelle l’ensemble des acteurs du système à plus de responsabilité. Ce dont les enfants ont besoin pour apprendre, se construire, se former, c’est de temps, de calme et de sérénité".

Le communiqué montre aussi l'inquiétude des parents devant la multiplication des actions d'annulation de bacs blancs, de rétention de notes, après la suppression des décharges. De 300 à 600 lycées seraient touchés selon les syndicats.

CommuniqueLes bacs blancs supprimés

Le frisson des entreprises d'accompagnement scolaire 

"Près de la moitié des parents pense que des organismes tels que Keepschool peuvent se charger du soutien scolaire". Keepschool,  une entreprise d'accompagnement scolaire, publie un sondage dont les conclusions défendent la necessité des entreprises d'accompagnement scolaire. .. à quelques semaines du bac...

La Nouvelle Orléans découvre l'éducation en situation d'urgence 

Une année scolaire après Katrina, les écoles de La Nouvelle Orléans ont bien du mal à redémarrer, affirme Education Week. Katrina a déplacé enseignants et élèves et beaucoup ne sont pas revenus. Les écoles manquent de professeurs et la plupart d'entre eux sont des débutants.  Du coté des élèves, la catastrophe alaissé des traces émotionelles qui débordent parfois en cours. D'autant que les élèves ont souvent abandonné leur scolarité tout au long de 2005-2006. Il leur faut maintenant reprendre les habitudes scolaires.  Il faut également trouver sa place en classe alors que, du fait de la destruction des dossiers scolaires, l'administration a du mal à situer le bagage scolaire de chaque élève.

ArticleL'éducation en état d'urgence

La classe

Les Prix de l'innovation éducative 

Initiative conjointe de la Ligue de l'enseignement et de l'association "Pour l'école", les prix de l'innovation éducative sont destinés à distinguer et à valoriser des actions innovantes dans les domaines pédagogique et éducatif conduites par des équipes d'écoles ou de groupes d'écoles du premier degré et des équipes d'établissements ou de groupes d'établissements du second degré. 

Ces prix, décernés chaque année, permettent aux équipes éducatives primées de :
- présenter leurs actions par des représentants lors du salon de l'éducation ;
- recevoir une allocation d'un montant de 1500 € pour le développement de leurs projets.

Chaque année, les Prix font connaître des réalisations remarquables. Ainsi en 2006 ils ont récompensé une école maternelle de Perpignan qui avait construit des jeux scientifiques avec des enfants aveugles,  un collège de Grigny (91) pour une exposition réalisée avec des élèves en dificulté, un collège de Créteil pour deux actions remarquables qui ont fait à la fois grandir et travailler les élèves.  Ces Prix sont soutenus par le Café. Cette année vous avez jusqu'au 2 avril pour vous inscrire.  

Le dossier de présentation (pdf)

Le dossier d'inscription (avant le 2 avril) (pdf)

Les Prix 2006

La recherche
Etre complémentaire pour mieux accompagner les élèves "Afin de permettre à l’équipe de direction d’exercer un leadership pédagogique significatif et aux enseignants de développer leurs nouvelles compétences professionnelles, nous avons tenté de libérer du temps pédagogique pour se parler. Dans ce contexte, revoir notre structure d’encadrement des élèves a eu des effets plus que bénéfiques sur l’utilisation du temps consacré à la collaborationentre collègues" . Le nouveau numéro de Vie pédagogique, une revue québécoise, aborde un thème  du "renouveau pédagogique" au Québec : la complémentarité etl'école communautaire.  
C'est que cette compétence apparaît comme centrale dans la réforme.  Ainsidans une école secondaire, l'horaire des enseignants est réorganisé pour dégager des plages d'échange.

"À titre d’exemple, la tâche éducative sur un cycle de 10 jours est de 40 heures ou 32 périodes. Elle comprend la tâche d’enseignement (27 périodes en moyenne), la tâche complémentaire (5 périodes en moyenne) ainsi que les temps de présence obligatoire à l’école (11 périodes en moyenne). Sur ces 11 périodes de temps assigné, 2 périodes par cycle sont consacrées à la surveillance de l’accueil et des déplacements, 4 périodes statutaires par cycle (jumelées 2 à 2) sont utilisées pour des rencontres réunissant tous les enseignants de la famille, 2 périodes statutaires par cycle sont prévues pour des rencontres disciplinaires et 3 pour la participation à des comités ou pour tout travail collectif répondant aux intérêts et aux besoins des élèves".

Ce numéro nous montre donc comment échganger entre enseignants. Mais il apprend aussià organiser les rencontres avec les familles et globalement à s'ouvrir surla communauté.
Vie pédagogique n°142

L’élève


Les métiers des mathématiques

"Les métiers des mathématiques : C'est l'avenir !" Les sociétés savantes de mathématiques et l'association femmes et mathématiques organisent une demi-journée de lancement du « Zoom sur les métiers des mathématiques »  à l'Ecole Nationale de Chimie, Physique et Biologie (75013 - Paris )  le mercredi 28 mars. Ils'agitde convaincre davantage de filles  de s'inscrire dans les filières scientifiques.
Programme 

Disciplines



EEDD : El Niño s'éclipse en douceur 

Selon la Nasa, El Niño, ce phénomène climatique régulier au large du Pérou, est en train de se transformer en Niña. Le phénomène pourrait avoir des incidences climatiques sur l'Afrique et l'Amérique.

→ Nasa

 

 

 

EEDD : Un maïs OGM  toxique ?

Un maïs OGM autorisé pour l’alimentation humaine comporte des risques de toxicité rapporte Actualités News Environnement.  Une étude scientifique indépendante, publiée dans une revue américaine à comité de lecture (Archives of  Environmental Contamination and Toxicology), démontre qu'un maïs OGM,  autorisé dans l'Union européenne (UE) pour l'alimentation des animaux  d'élevage mais aussi pour l'alimentation de l'homme, comporte des  risques de toxicité avérés.

Article


Le Café

Le Café mensuel n°81 est en ligne

Au somaire de ce numéro, dez dossiers :  des dossiers : Primaire : ombres et lumières, Le rugby, Français : des outils pour le théâtre, ECJS : Laparité - Les présidentielles, Vie scolaire : Suivi des élèves: quelle place pour la majorité silencieuse.  Dans les "Unes" : les décharges menacent-elles l'EPS, . Le ForumRetz, l'euthanasie, etc. Découvrez également les nouvelles rubriqiues : l'élève, la classe, la recherche, le système.

Les travaux continuent

Lisibilité, accès aux archives : tous ces problèmes ne sont pas encore résolus. Nous y travaillons. En attendant vous pouvez utiliser le moteur de recherche et, ci-dessous, les liens vers les derniers Expressos.

Expresso du 14 mars

Expresso du 13 mars

Expresso du 12 mars

Expresso du 9 mars

Expresso du 8 mars

Expresso du 7 mars

Expresso du 6 mars

Expresso du 5 mars

Expresso du 2 mars

Expresso du 26 février

Expresso du 6 mars

Expresso du 2 mars

Expresso du 26 février

Expresso du 21 février

Expresso du 16 février

Expresso du 15 février


Sur le site du Café
Sur le Web
Par fjarraud , le .
En direct du forum
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ?
- De : desnos Publié : jeudi 9 mars 2017 07:20 Objet : Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ? Bonjour. N’est-il pas pertinent de s’interroger d’abord sur quel profil d’élève on veut centrer la réflexion autour de la pédagogie...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces