Acquérir des connaissances et des compétences en SVT avec le jeu 

Peut-on apprendre avec le jeu ? Jean-Pierre Gallerand, professeur de SVT, le pense. Il présente au 5ème Forum des enseignants innovants, à Orléans les 1er et 2 juin, un projet de jeu sérieux. Et il le partage dès maintenant avec vous sur son site.

 Quelles sont les diverses étapes de la création d'un logiciel ? 

J’imagine une base de scénario pour répondre à une problématique ou celle-ci m’est proposée par des collègues ou mon épouse Catherine, également enseignante de SVT. Ensuite je commence à créer avec le logiciel Médiator que j’utilise maintenant depuis plusieurs années. Celui-ci programme à ma place et me permet de me concentrer sur mon animation. Très souvent, au début, je n’ai qu’une vague idée du produit fini, mais plus j’avance et plus les idées viennent. Parfois je fais marche arrière … Pour illustrer certaines applications et/ou une relecture, je demande de l’aide comme par exemple pour le logiciel « Volcan » réalisé cette année scolaire. Pour cette production, le volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff accepte de me fournir des photographies, des vidéos et d’assurer la relecture des informations apportées par cette application. Pour le logiciel « Pelote », Christian König un photographe animalier professionnel, m’autorise à utiliser certaines de ses très belles photographies de petits mammifères.  

Quel a été votre parcours avec les TICE ?
 

Avec l'ordinateur du collège, dans le milieu des années 80, je programme en basic mon premier outil de simulation qui calcule le taux d’alcoolémie d’un individu en fonction d’un certain nombre de paramètres. Une courbe du taux d’alcoolémie se dessine sur le moniteur, en fonction du temps. Je constate à cette époque que cet outil utilisé sur le premier ordinateur du collège sensibilise plus mes élèves aux dangers de l’alcool qu’une série de tableaux de données. A la même époque je réalise un autre programme informatique qui simule la descendance des drosophiles (mouches du vinaigre). Ces deux productions restent très confidentielles, sans Internet seuls mes élèves et quelques collègues les utilisent. Je m’intéresse ensuite à l’EXAO (expérience assistée par ordinateur) et à la modélisation. Il y a vingt ans, en 1992 je réalise, avec des capteurs de température, une simulation de l’effet de serre, qui à cette époque n’est pas encore d’actualité !

  J’attends le début des années 2000, et la découverte du logiciel Flash pour créer une troisième application, cet outil simule le comportement des cloportes. L’élève modifie certains caractères physiques du milieu (humidité, luminosité et/ou température) et observe le comportement de ces cloportes. Contrairement à mes deux premières productions cet outil remplace des expériences que mes élèves réalisent avec beaucoup de plaisir ! Pourquoi alors avoir réalisé cette application ? La réponse se trouve dans les instructions officielles qui interdisent les préférendums (ce type d’expérience avec des animaux vivants). Le logiciel Flash est assez complexe et, sans formation, je passe beaucoup de temps à réaliser cet outil ce qui m’amène à souhaiter le partager avec des collègues. C’est une des raisons qui me conduisent à créer mon site de partage pédagogique SVT44. Douze ans plus tard de nombreux élèves continuent à « torturer » mes cloportes virtuellement sur Internet. Depuis de nombreuses années une des activités préférées de mes élèves est la dissection de la pelote de réjection de la chouette pour connaitre son régime alimentaire. Mais, en 2004, le virus de la grippe aviaire conduit les autorités à interdire tous contacts entre des produits d’origine aviaire (cœur de dinde, pelote de réjection, …) et des élèves. Cette interdiction est à l’origine de la création de mon quatrième outil, le logiciel « Pelote ». Et depuis cette année 2004, les élèves continuent à disséquer des pelotes et à déterminer des proies mais virtuellement. Ce logiciel a été intégré cette année dans la clé USB « Etamine », distribuée aux candidats au CAPES et à l’Agrégation Interne de SVT. A ce jour, j’ai réalisé environ cinquante applications utilisées au 1er et au second degré. 

Qu’est-ce qui vous a amené à réaliser des versions bilingues de certaines de vos productions ?  

Les instructions officielles insistent de plus en plus sur l’apprentissage des langues étrangères : «travailler avec des documents en langue étrangère est à la fois un moyen d’augmenter le temps d’exposition à la langue et une ouverture à une autre approche des sciences. Les outils (textes, modes d’emploi, images légendées, cartes, sites…) doivent être adaptés au niveau des élèves. C’est aussi l’occasion d’un enrichissement mutuel entre les enseignements linguistiques, scientifiques et technologiques. » (Programme des SVT du collège).

 Il y a environ quatre ans un collègue marocain dont les élèves ne maitrisent pas parfaitement le français, me contacte pour me demander s’il est possible de réaliser une version en arabe du logiciel « Plante ». J’accepte sa proposition, et je réalise une version arabe/français avec les textes traduits que me transmet ce collègue. Ce travail n’a pas été très simple, lorsque j’envoie mon application à ce collègue pour une relecture il me signale que tous les textes en arabe ont été inversés (la dernière lettre est devenue la première !). L’année suivante le Centre Pédagogique Basque Ikas me contacte pour me demander de réaliser une version en basque de mon logiciel Cloporte, pour la proposer en téléchargement dans leur site. Après le basque, je réalise quatre productions, Volcan pour les 4èmes et trois productions pour le nouveau programme de 2nde, en français et en anglais.  

Quels sont les apports du jeu sérieux par rapport à vos autres productions ?


 Si mes applications sont déjà considérées un peu comme des jeux par les élèves, il y a quelques mois j’ai décidé d’introduire la composante jeu dès le départ de la création, ce qui a donné le jeu « Dans la peau d’un scientifique ». Dans cette production les élèves endossent, pour le moment, l’habit de deux scientifiques Lazarro Spallanzani et Jean-Henri Fabre. Mes élèves ont beaucoup apprécié cette nouvelle approche où le parcours est moins dirigé, où il est possible de faire des erreurs, de ne pas trouver tout de suite. Ils ont refait plusieurs fois le parcours proposé pour terminer sans fautes et décrocher une « décoration ». Par contre quelques collègues ont semblé ne pas trop apprécier cette démarche ludique et préférer une expérience virtuelle plus guidée. A chacun de se faire une idée… 

Actuellement avez-vous un nouveau projet ? 

Tout en continuant à créer de nouvelles applications, j’essaye d’explorer d'autres pistes dans les nouvelles technologies pour diversifier mon enseignement et motiver les élèves. Actuellement je m’intéresse à l’utilisation des Smartphones en cours. Les applications téléchargeables, souvent gratuites ou peu onéreuses remplacent souvent du matériel cher. Je viens tout juste de créer un blog pour présenter mes découvertes et échanger avec les collègues sur ce sujet.

 Propos recueillis par Eric Jourdan 
Le blog smartphone
http://android-svt.blogspot.fr/
Le site de partage pédagogique
http://44.svt.free.fr

Le groupe Facebook SVT 44
https://www.facebook.com/groups/51442418643/
Le compte Twitter https://twitter.com/#!/svt44

 

 
Par fjarraud , le mercredi 23 mai 2012.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
FEI16 : Vanessa Deglaire : Quand l'anglais redonne confiance..
- J'aurais souhaité en savoir un peu plus sur votre séquence Road Trip. Combien de semaines a duré la séquence? Avez-vous travaillé en salle informatique avec les élèves? Merci.
Collège : Blanquer explique la rentrée aux principaux
- Blanquer invente donc le pilotage direct : il écrit directement aux chefs d'établissements, et pas S/C des Recteurs et DASEN (qui ne sont même pas en copie !). Et donc une lettre (quel pouvoir juridique de ce document?) qui ne fait que paraphraser le...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces