Peut-on sauver l'accompagnement personnalisé ? 

La Dgesco publie une série de fiches pratiques pour l'accompagnement personnalisé en lycée. Cela suffira-t-il à sauver une formule ouvertement contestée par l'Inspection générale et souvent détestée par les élèves.

 

Fiches pratiques

 

Trois ans après le lancement de la réforme du lycée, la Dgesco publie une série de fiches pratiques pour l'accompagnement personnalisé. " Un ensemble de modules pour l'accompagnement personnalisé au lycée de la seconde à la terminale, en voie générale et technologique et en voie professionnelle. Chacun d'eux est axé sur un thème précis et propose une description complète de la séance et des activités à mettre en oeuvre", annonce le site Eduscol.

 

Il est question du développement de la mémoire, de la gestion du temps, ou encore de la présentation de l'enseignement supérieur. Le site propose même une progression annuelle ponctuée de fiches pratiques. Et ces documents sont de qualité. Ainsi la fiche sur la mémorisation permet de faire travailler par les élèves les différentes mémoires, de mieux connaître le fonctionnement de la leur. La séquence se termine d'ailleurs par une évaluation de la prestation par les élèves. Super !

 

Accompagnement en crise

 

Cette publication tardive suit la publication de rapports alarmants sur la qualité de cet enseignement institué par la réforme du lycée. "On constate une très grande difficulté", précisait le rapport Moisan Cuisinier en mars 2011. "On voit souvent resurgir les approches classiques de séances d'exercice". Les élèves semblent déçus : "c'est un cours de plus avec des choses qu'on n'a jamais vues avant". L'inspection notait des réussites mais aussi des dérapages qui vont du cours approfondi à la méthodologie dégagée de tout contenu disciplinaire. Quant au rapport Viviane Bouysse, Ghislaine Desbuissons et Jean Vogler, tenu au secret par Luc Chatel, il était encore plus sévère. " L’expérience de plus de dix ans des modules et de l’aide individualisée ne semble pas avoir eu d’effets significatifs sur les pratiques des professeurs, démunis sur les stratégies et démarches d’aide aux élèves... Il y a peu de travail réel sur les mécanismes d'apprentissage des élèves", notaient les inspecteurs.

 

A quoi ça sert ?

 

La publication de ces fiches, de cette progression est-elle à même d'améliorer les choses ? Sans doute apporte-elle une aide matérielle aux enseignants qui ont en charge cet enseignement sans avoir aucune base pour le faire. Mais le problème de l'accompagnement personnalisé est plus profond. Relisons le rapport Buysse. " Les inspecteurs généraux ont souvent observé que, pour bien des acteurs rencontrés, ces dispositifs, ne serait-ce que par cette dénomination même, sont perçus comme des moments spécifiques qui se situent à côté ou en plus du temps ordinaire d’enseignement. Les enseignants y chercheraient à agir différemment, dans une relation d’aide, avec quelques élèves « en difficulté », sans croire pour autant qu’il faille également repenser leur pratique ordinaire de la classe. L’existence de ces à-côtés justifierait même qu’il y ait deux pédagogies parallèles : celle des dispositifs et celle de la classe". Les enseignants seuls coupables ? " L’évolution de ces trente dernières années, rappelée dans la première partie du rapport, pourrait suggérer que les responsables ministériels sont passés de la volonté de modifier les pratiques au sein de la classe, par la « pédagogie différenciée », à la volonté d’obtenir ces changements au sein de dispositifs spécifiques, avec l’espoir que ceux-ci auraient un effet bénéfique sur les pratiques ordinaires. Les constats de la mission ne vont guère dans le sens de cet espoir. Si l’on veut réformer les pratiques pédagogiques, c’est bien le coeur de la classe qu’il faut viser".

 

La publication de ces fiches remplit enfin un vide. Mais c'est bien le dispositif lui-même qui doit etre revu. Il est possible, mais pas certain, que la "refondation" s'en occupe.

 

François Jarraud

Liens :

Les fiches Eduscol

Rapport d el'Inspection

Rapport 2011

 

 

Par fjarraud , le jeudi 13 septembre 2012.

Commentaires

  • Nimier, le 06/02/2013 à 09:01
    <<Les enseignants y chercheraient à agir différemment, dans une relation d’aide, avec quelques élèves « en difficulté », sans croire pour autant qu’il faille également repenser leur pratique ordinaire de la classe.>> Ils font ce qu'ils peuvent (!) en fonction de leurs formations.
    Ce n'est pas l'un ou l'autre (aide individuelle et changement pédagogique en classe) qui est nécessaire mais l'un et l'autre. Mais les conditions du changement ne sont pas les mêmes:
    - pour l'aide individualisée, la nécessité d'une formation à l'écoute est primordiale (et les modules proposées malgré leurs intérêts) ne sont pas suffisants.
    - pour le changement de pédagogie dans la classe, la compréhension de ce qui se passe dans un groupe, les façons diverses  de structurer un groupe, de l'animer, sont des élèments à apprendre.
    Dossier sur l'écoute:  http://www.pedagopsy.eu/dossier_ecoute.htm
    Dossier sur les groupes: http://www.pedagopsy.eu/dossier_groupes.htm
  • fjarraud, le 13/09/2012 à 11:54
    Postez votre commentaire ici. Pour cela inscrivez-vous sur le site.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces