Microsoft propose sa "classe immersive" aux enseignants 

"On a appris l'anglais avec les pieds". C'est en sautant sur un tapis interactif que Sandra a révisé sa leçon de vocabulaire anglais. Elle a inauguré à sa façon, le 20 novembre, la "classe immersive" proposée par Microsoft, un espace modulable bénéficiant des technologies les plus récentes. Utilisé régulièrement toute l'année par la classe de Sandra, il devient un laboratoire des usages ouvert sur de nouvelles pratiques pédagogiques. La "classe immersive" peut se réserver en ligne.

 

 La classe immersive "fait appel à tous les sens pour apprendre : le toucher, la vue, l'ouie". Dans cet espace modulable, les murs, le sol, le mobilier sont interactifs. Il y a un TBI et des tablettes bien sur. Mais aussi des tables interactives, un mur relié à une Kinect, un écran de projection en réalité augmentée et bien sur le fameux tapis interactif dont a parlé Sandra.

 

Régulièrement, la classe immersive devient celle de Sébastien Chéritat. Professeur à l'école des chartreux d'Issy-les-Moulineaux (92) il a en charge une classe de ce1 - cm2.  En lien avec le CDDP du 92 et l'inspection des Hauts-de-Seine, il bénéficie une fois par mois de cet espace. "On ne passe pas d'une pédagogie traditionnelle à une nouvelle approche", explique-t-il. "On reste dans une approche qui fonctionne. Mais on profite des outils pour bénéficier davantage de la richesse du groupe".

 

S Chéritat prend soin de faire le lien entre la classe immersive et le travail fait en classe ordinaire. Ce qui l'intéresse c'est que les enfants puissent réfléchir sur la façon dont ils apprennent et bien sur de voir ce que peuvent apporter ces nouveaux outils. "C'est beaucoup plus motivant pour les enfants", estime-t-il. "Du coup les groupes sont parfois plus longs à se mettre au travail. il faut laisser le temps de la fascination passer".

 

 Avec la classe immersive, les enfants jouent à trier des déchets avec la table interactive. Elle sert aussi à trier des photos pour construire des chronologies. Le tapis interactif permet de jouer de la musique en sautillant ou d'apprendre des mots d'anglais ou de localiser des régions. La Kinect donne la possibilité d'interagir avec ses mais sur des objets virtuels. Le professeur utilise aussi des manuels numériques avec réalité augmentée qui sont projetés sur un mur. Ces usages sont suivis par l'inspection locale mais aussi par les chercheurs de Compas ou du groupe Edugame Lab. Et la classe immersive est prête à accueillir d'autres classes.

 

"Amener le numérique à l'école c'est passionnant", a déclaré le président de Microsoft France, Alain Crozier. Il a rappelé la faiblesse des usages du numérique pédagogique en France. Pour Edouard Rosselet, Dasen du 92, "l'école doit s'adapter au monde actuel et aux nouvelles façons de penser de la société. L'innovation doit faciliter l'appropriation des connaissances et être au service de la formation du citoyen". Plus blasés que les adultes, les élèves reformulent à la demande de leur maître ce qu'ils sont en train d'apprendre. On est bien à l'école.

 

François Jarraud

 

La classe immersive

 

 

Par fjarraud , le mercredi 21 novembre 2012.

Commentaires

  • ellebasi, le 21/11/2012 à 12:20
    moi, il y a un truc qui me dérange énormément dans cela : c'est  Microsoft . Personne ne réagit au fait que c'est une société ( et pas n'importe laquelle ..)  qui finance ce projet , et dans quel but à votre avis ??? Quelle école ( quelle mairie ?) aura les moyens de payer ça à ses classes ?? après le TBI, l'univers tactile ... chères petites têtes blondes vous êtes de merveilleuses  proies pour ces géants ...
    • PhilB, le 24/11/2012 à 17:40
      Arrêtons de nous étonner de la présence d'entreprises dans la monde de l'éducation. Certes, il existe des logiciels "libres", mais personne n'a jamais entendu parler de vidéoprojecteurs, d'ordinateurs ou de TBIs "libres", c'est-à-dire gratuits. Ces entreprises ont noué des partenariats avec diverses institutions au sein de l'Education Nationale, et il faut bien que quelqu'un fabrique les outils dont nous avons besoin pour que nous les professeurs puissions préparer nos élèves au monde de demain.

      Par ailleurs, le coût d'installation de la Classe Immersive ne doit pas être si différent de celui d'une salle réseau classique avec 20 à 25 ordinateurs. Cette salle de classe témoin a vocation à démontrer la viabilité et l'efficacité de ces technologies (mur interactif, sol interactif, espace Kinect, projecteur 3D, table Pixelsense, espace Multipoint Serveur, espace tablettes Surface) qui seront sans doute, dans la plupart des cas, installés séparément ou en des ensembles moins bien garnis.

      Pour en savoir plus sur la Classe Immersive, ainsi que sur les concepteurs pédagogiques de l'Association Projetice partenaires de ce projet, rendez-vous à http://collaboration21.blogspot.fr/
      • fabio35, le 27/11/2012 à 16:54
        Libre ne signifie pas gratuit, mais plutôt "ouvert", c'est-à-dire dont on peut connaître le fonctionnement car le code source n'est pas fermé, propriétaire.

        Je trouve que l'argument de dire que comme le matériel libre n'existe pas (ce qui n'est pas tout à fait exact), on peut sans remord prôner le logiciel propriétaire dans les écoles, est abusif. Il me semble au contraire que c'est une chance qu'il faut saisir : en informatique, on a l'opportunité de promouvoir un modèle basé sur le partage, la contribution. C'est dommage de se référer à de vieux modèles fermés pour ne pas prendre le virage.


  • sylvieD, le 21/11/2012 à 10:13
    Impossible d'accéder à "La classe immersive" le lien ne fonctionne pas.
  • bebenoit83, le 21/11/2012 à 08:52
    Le lien ne fonctionne pas!
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
L'Etat honore la mémoire de l'institutrice d'Albi
- Merci à l'état Français d'avoir su par ces décisions soulager un peu cette famille et cette équipe pédagogique durement endeuillées. Cependant les relations délicates de l'enseignant face à des parents handicapés mentaux ou sous...
Le ministère décrète la fin du redoublement
- Proviseur en lycée, fermement opposé depuis l'origine aux redoublements au vu de leur inefficacité patente, je prends le temps chaque année d'évaluer individuellement le devenir de chacun de mes élèves de seconde en redoublement. Avec une...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces